Navigation – Plan du site

Cesare Mattina, Clientélismes urbains

Samir Hadj Belgacem
Clientélismes urbains
Cesare Mattina, Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2016, 424 p., ISBN : 9782724619409.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La ville de Marseille est néanmoins l’objet d’un regain d’intérêt des sciences sociales avec plusie (...)

1L’étude du clientélisme est souvent entachée de l’aura sulfureuse des scandales et des « affaires », qui défraient la chronique. Cesare Mattina propose avec Clientélismes urbains une analyse dépassionnée d’un phénomène qui ne compte qu’un faible nombre d’enquêtes empiriques fouillées et menées dans la durée1. L’ouvrage s’attache ainsi à comprendre les ressorts des pratiques clientélaires à Marseille des années 1950 à la fin des années 2000. Refusant le folklorisme, le culturalisme et l’archaïsme, l’auteur interroge le clientélisme dans son historicité et ses fondements socio-économiques comme dans son actualité. Il explore ce phénomène comme une pratique politique ordinaire qui se transforme au fil du temps. Il définit le clientélisme de manière multidimensionnelle en considérant à la fois « la demande sociale de biens et de services à but privé et personnel », « les activités du métier d’élu [...] à la quête de nouveaux électeurs », « les relations clientélaires interindividuelles » et « les politiques de redistribution des ressources divisibles et individualisables » (p. 23-24). À travers cette appréhension large du clientélisme, l’auteur cherche à désingulariser le cas marseillais et à nourrir une réflexion comparative.

  • 2 Les matériaux sont issus d’une thèse de doctorat (2003), qui a été prolongé par des enquêtes ultéri (...)

2L’ouvrage analyse le clientélisme au prisme de « l’action publique et de la gouvernance urbaine » (p. 387). Cette perspective permet d’envisager les « politiques sélectives et inégalitaires de redistribution des ressources représentant un moyen fondamental de produire et de reproduire des hiérarchies sociales et des ordres politiques dans la ville » (p. 378). Cesare Mattina a réalisé une vaste enquête attentive aux traces écrites (principalement des archives municipales) et sensible à l’approche ethnographique2. Il mobilise à la fois des correspondances entre élus et administrés, des entretiens avec plusieurs d’entre eux, ainsi qu’avec des journalistes et quelques fonctionnaires. L’observation de campagnes électorales et l’immersion au sein des équipes de campagne sont utilisées de manière plus secondaire. Mattina s’appuie également sur une abondante revue de littérature, empruntant aussi bien aux travaux américains consacrés aux « machines politiques » qu’aux études italiennes, françaises ou sud-américaines sur les relations clientélaires. Les politiques de redistribution des ressources sont principalement étudiées à partir des budgets municipaux, des archives des institutions, des bilans sociaux, des chiffres de la Cour des comptes et du dépouillement des données économiques et sociodémographiques de l’INSEE. La question de la gouvernance urbaine de la ville structure tout l’ouvrage, qui se compose de six chapitres alternant entre une socio-histoire du pouvoir local sous l’ère Defferre puis Vigouroux et Gaudin (chapitres 1 et 6) et des entrées centrées sur les groupes participants aux relations clientélaires à Marseille (chapitres 2 à 5).

  • 3 Dahl Robert A., Who governs? Democracy and power in an American city, New Haven, Yale University Pr (...)
  • 4 Jedlowski Paolo, « Nuovi ceti medi nel Mezziogiorno : fra clientelismo e professionalità », Inchies (...)

3Avec qui gouverne-t-on Marseille ? En renouvelant cette question classique de la science politique3, l’auteur apporte plusieurs réponses. Il défend la thèse selon laquelle les classes moyennes et petites/moyennes, ainsi que certaines franges des classes populaires en ascension sociale sont les principales bénéficiaires des ressources clientélaires (notamment des emplois publics et des logements sociaux). Sur ce point, il rejoint les résultats de travaux italiens sur le clientélisme4. L’assise du socialisme municipal marseillais se bâtit à la Libération sur les réseaux de la Résistance, à la faveur d’une alliance avec la droite et des franges de la bourgeoise industrielle. Celle-ci se réalise à travers l’opposition au PCF, fortement implanté parmi les ouvriers et les dockers du port. De façon précoce, Defferre et ses adjoints se détournent des classes populaires pour s’orienter vers une politique favorable aux classes moyennes et à la bourgeoisie locales.

4Le réseau clientélaire se développe ainsi à partir des relations amicales et familiales au sein des services municipaux, des sociétés paramunicipales (régies urbaines, Société des eaux de Marseille, agences d’urbanisme), du principal bailleur social, l’Office public d’habitations à loyer modéré (13 Habitat), des sections syndicales (FO) et de la Fédération socialiste locale, des comités d’intérêt de quartier (CIQ) ou encore des associations et groupes « communautaires ». Les notables, professions libérales, présidents de CIQ ou porte-parole « des communautés » participent ainsi à l’intermédiation politique pour faire « remonter » aux responsables politiques les demandes d’aide, de service, de recommandation ou de logement. L’étude des « machines politiques » permet d’observer comment les « leaders politiques » se mettent à la recherche de courtiers et d’intermédiaires pour répondre aux « demandes sociales », qui s’expriment avec plus d’intensité en période électorale. Les groupes sociaux sont ainsi appréhendés de manière différentielle et inégalitaire. L’analyse du clientélisme socio-ethnique et religieux en direction des « communautés » rend bien compte de l’existence de « gagnants » (Arméniens, juifs et rapatriés) et de « perdants » (Maghrébins et Comoriens) de cette gouvernance de la ville.

5L’auteur soutient l’hypothèse de la continuité dans le temps des pratiques clientélaires comme mode de gouvernement à Marseille, en dépit de plusieurs transformations. Ainsi, malgré les flux et reflux des ressources clientélaires, malgré les changements sociodémographiques de la ville, et par-delà les alternances politiques et les dénonciations, les groupes sociaux bénéficiaires sont restés les mêmes. Le maintien et l’entretien des positions hégémoniques de ces groupes sont la clé de la structuration et de la stabilité du pouvoir local. « Les avantages octroyés en priorité et de manière quasi systématique aux employés municipaux, à leurs familles et à leurs descendants » (p. 205) rendent bien compte de formes d’hérédité parmi la clientèle politique et aussi parmi les élus locaux et les notables. Cependant, ces continuités cachent plusieurs mutations, à la fois quantitatives et qualitatives. La tension autour de la redistribution serait d’autant plus forte que les élus disposeraient de ressources moins efficientes, dans un contexte de « demande sociale » accrue par le chômage de masse et la précarisation de l’emploi. Cependant, l’augmentation des effectifs d’employés municipaux et des emplois associatifs ne correspond pas de manière mécanique à l’augmentation ou à la baisse de la clientèle, ni à des relations clientélaires équivalentes. L’analyse quantitative des ressources clientélaires en termes d’emploi et de logement ne permet pas d’expliquer les logiques sociales en matière d’attribution. La fidélité politique de la clientèle comme la fidélisation des électorats supposent un travail spécifique qui ne se réduit pas à l’obtention d’un emploi (même pérenne) ou d’un logement social. Il existe de nombreuses autres formes de rétribution clientélaire et de relation de patronage qui auraient mérité une enquête plus approfondie. Les études de cas offrent certes des indices probants, mais la généralisation des hypothèses par les chiffres est parfois contrariée. Les données pertinentes ne sont pas toujours disponibles et donc ajustées aux hypothèses. L’étude des clientèles électorales pourrait être un moyen de compléter et de détailler les conséquences des politiques clientélaires sur le gouvernement de la ville.

  • 5 Fournier Pierre et Mazzela Sylvie, Marseille, entre ville et ports : les destins de la rue de la Ré (...)

6Les politiques clientélaires sont analysées comme étant le fruit de la « rencontre entre une demande sociale et une disponibilité institutionnelle de biens et de ressources » (p. 28). Cette équation pose des difficultés d’objectivation. En effet, si l’enquête renseigne de manière convaincante l’évolution des ressources clientélaires, elle reste limitée en ce qui concerne « la demande sociale ». La reprise de ce terme indigène, employé par les élus pour qualifier les demandes de biens et services de la population en leur direction, tend à neutraliser les capacités différentielles des groupes sociaux à « demander », de même qu’elle tend unifier les « demandes », qui pourtant différent grandement selon les groupes sociaux considérés. Ainsi, en se centrant sur les ressources en matière d’emploi et de logement publics, l’auteur s’est peut-être surtout intéressé à un clientélisme de classes petites ou moyennes. L’analyse des marchés publics ainsi que des opérations de réhabilitation, de construction et d’implantation des équipements culturels ou des services publics pourrait révéler une demande sociale émanant davantage de la bourgeoisie économique et culturelle5.

7De même, si la gestion politique des « communautés » ethniques fait l’objet d’une analyse stimulante, cette dernière repose en partie sur des données de seconde main. Des entretiens avec les membres bénéficiaires et les exclus du système clientélaire auraient permis d’étoffer l’analyse de la perception de celui-ci comme de tester la fidélité électorale des clientèles. Les clientèles délaissées, en particulier les populations des quartiers nord, manquent également à l’analyse. Si elles ne bénéficient pas ou très peu des ressources les plus convoitées, elles n’en sont pas non plus complètement démunies. La sociologie électorale spatialisée, qui arrive tardivement dans la démonstration, ne permet pas de mesurer l’efficacité réelle de la clientélisation. Des analyses du vote dans les quartiers ayant tiré des profits du gouvernement municipal, de même que l’étude des trajectoires de vote, permettraient de vérifier et peut-être de nuancer la fidélité électorale. Si l’enquête de Cesare Mattina porte prioritairement sur la gouvernance urbaine, donc davantage sur les pratiques des élus et leurs machines politiques, elle ouvre plusieurs chantiers de recherche en direction des clientèles politiques, de leur loyauté et aussi des coûts de ces politiques pour les populations exclues des réseaux clientélaires. L’ouvrage a donc le mérite d’inviter à interroger l’inscription territoriale du clientélisme comme à poursuivre les enquêtes sur la clientélisation dans d’autres espaces géographiques (ruraux ou périurbains) et sociaux.

Haut de page

Notes

1 La ville de Marseille est néanmoins l’objet d’un regain d’intérêt des sciences sociales avec plusieurs publications récentes : Duport Claire, Peraldi Michel, Samson Michel, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2015 ; Donzel André, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, 2014 ; Donzel André, Godard Pierre, Éboueurs de Marseille, Ed. Syllepse, Paris, 2014 ; Roncayolo Marcel, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014.

2 Les matériaux sont issus d’une thèse de doctorat (2003), qui a été prolongé par des enquêtes ultérieures lors des élections législatives de 2007 et municipales de 2008.

3 Dahl Robert A., Who governs? Democracy and power in an American city, New Haven, Yale University Press ,1961.

4 Jedlowski Paolo, « Nuovi ceti medi nel Mezziogiorno : fra clientelismo e professionalità », Inchiesta, vol. 20, n° 88-89, 1990, p. 126-139 ; Pizzorno, Alessandro, I soggetti del pluralismo: classi partiti sindicati, Bologna, Mulino, 1980.

5 Fournier Pierre et Mazzela Sylvie, Marseille, entre ville et ports : les destins de la rue de la République, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samir Hadj Belgacem, « Cesare Mattina, Clientélismes urbains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22687

Haut de page

Rédacteur

Samir Hadj Belgacem

Samir Hadj Belgacem est post-doctorant au SOPHIAPOL pour le projet « Discipliner l’archive » à l’Université de Nanterre Paris-Ouest et membre de l’équipe ANR EODIPAR (Expériences des discriminations, participation et représentation. Il est affilié à l’équipe ETT du Centre Maurice Halbwachs (ENS, EHESS, CNRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page