Navigation – Plan du site

Leyla Dakhli et Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert

Marie-Carmen Smyrnelis
Étudier en liberté les mondes méditerranéens
Leyla Dakhli, Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Internationale », 2016, 592 p., ISBN : 978-2-85944-949-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage m’a éclairée et accompagnée durant toutes mes études doctorales. Il était alors importa (...)
  • 2 Publié en 1996 au Caire, aux éditions de l’IFAO (2 volumes).

1En quelque sorte, rédiger un compte rendu des Mélanges offerts à Robert Ilbert est aussi une manière de rendre hommage à l’historien et à son œuvre1, en particulier à son magistral ouvrage (version remaniée de son doctorat d’État) intitulé : Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine2. Il y reconstitue un « espace urbain dans sa croissance, dans ses rythmes et dans son statut de production sociale » (p. XXX) à partir d’une périodisation qu’il construit minutieusement pour mettre en évidence le rôle que jouent les notabilités dans la création d’une ville pour tous. L’Alexandrie plurielle ne fonctionne, en effet, que par la reconnaissance de l’autonomie des divers groupes et communautés qui, par-delà leurs différences, la superposition de leurs statuts et identités ou leurs distinctions sociales, se reconnaissent autour d’une véritable « communauté d’intérêts ». La démarche est totalement novatrice et marque un tournant majeur dans l’analyse des villes-ports de la Méditerranée et au-delà. Il n’est pas coutume de débuter ainsi une recension, mais ces Mélanges, qui proposent justement d’étudier les mondes méditerranéens en liberté, se prête à un ton plus libre (à ce propos, notons le jeu de mots entre le nom de famille « Ilbert » et le mot « liberté » qui a inspiré ce titre).

2Ce sont deux élèves de Robert Ilbert, Leyla Dakhli et Vincent Lemire, qui sont les initiateurs de ce beau projet, au final un volume de 590 pages. Il est difficile de résumer la richesse et l’originalité de l’approche, comme le contenu des 60 contributions qui le constituent. Comme le précisent les deux coordinateurs de l’ouvrage et certains des auteurs qui les reprennent, deux verbes semblent essentiels pour rendre compte du projet : « décaler » et « déplacer ». Tel est d’ailleurs le sens de la commande que Lemire et Dakhli ont passée au printemps 2014 aux amis, anciens collègues, élèves et anciens élèves, anciens professeurs de Robert Ilbert : proposer un regard décalé sur des notions étudiées par l’historien, qu’il s’agisse du cosmopolitisme, des citadinités et des notabilités urbaines, des extranéités, de la crise, des identités plurielles et des mémoires, des circulations et des espaces, pour n’en citer que quelques-unes, comme sur les hypothèses qu’il a testées ; mais aussi déplacer l’analyse vers d’autres périodes que le long XIXe siècle, vers d’autres villes qu’Alexandrie, vers d’autres aires géographiques que la Méditerranée et vers d’autres disciplines que l’histoire ; enfin, prêter une attention particulière aux questionnements qui partent du présent. Autrement dit, il s’agit de déplacer pour mieux voir, comme l’affirme d’ailleurs Ilbert lui-même (p. 28). Le pari est réussi : si les articles d’historiens sont bien présents dans ces Mélanges, ils côtoient ceux de sociologues, de géographes, d’anthropologues, de politologues, de philologues, d’urbanistes, ou encore ceux de spécialistes des sciences dures. Et si Alexandrie est bien l’objet ou le point de départ de nombreux textes, d’autres villes (comme Le Caire, Beyrouth, Tripoli ou même Hong Kong) y sont étudiées aussi. Alexandrie apparaît toujours en lien avec l’Égypte, le reste de la Méditerranée et des espaces qui dépassent les frontières de cette mer (l’Afrique, l’Asie, le monde atlantique) et avec lesquels elle est connectée par les routes terrestres et maritimes et par les nouveaux moyens de transport (trains, navigation à vapeur) qui se développent surtout à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, mais aussi au travers des souvenirs individuels et familiaux, recueillis avec précaution, ou encore des mobilités et migrations. Ainsi, les articles de Caroline Douki (sur les émigrants italiens qui partent aux États-Unis au tout début du XXe siècle à bord des nouveaux paquebots), d’Anna Madoeuf (sur l’Orient-Express) et de Taline Ter Minassian (sur la compagnie de navigation maritime arménienne Apcar qui, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, domine les transports des marchandises, dont l’opium, entre Calcutta, Hong Kong et la Chine, en passant par Singapour) sont particulièrement suggestifs pour mettre en évidence l’intégration de la Méditerranée dans des réseaux économiques et humains mondiaux, ainsi que la nécessité de faire varier les échelles d’analyse pour comprendre un espace géographique quel qu’il soit. Par l’analyse qu’ils entreprennent des points de passage et les espaces de transit, les textes d’Angelos Dalachanis (sur les canaux de Suez et de Panama), de Laurent Escande (sur les détroits de Gibraltar et du Bosphore) et celui de Nicolas Michel (sur le projet de canal d’Ismaïla à Port Saïd) confortent ces conclusions.

3L’ouvrage s’articule en dix entités, ou plutôt en dix « promenades » ou « conversations », pour reprendre les termes de Vincent Lemire et Leyla Dakhli, sur les traces et autour de la pensée de Robert Ilbert. Dix verbes introduisent ces conversations : initier, traverser, habiter, jouer, collecter, déplacer, incarner, risquer, classer et relier. Dix verbes dont l’objectif est de permettre une lecture dynamique et construite des soixante textes, afin de rendre compte de processus à l’étude plutôt que d’objets de recherche figés : des « entre-deux » et des jeux d’identité plutôt que des définitions fixistes des statuts individuels et collectifs ; des frontières devenues ponts et points de passage ; des traversées d’espaces mentaux et physiques à des échelles différentes (le quartier, la ville, la Méditerranée et au-delà) dans un mouvement de l’espace-temps ; des manières d’habiter la ville, de coexister avec les autres par-delà leurs différences et ainsi de permettre à la ville d’exister comme un tout cohérent ; des liens entre individus et familles, entre espaces et entre objets de recherche

4Les principales notions développées dans ses recherches par l’historien sont reprises, tour à tour, par les auteurs des Mélanges. La question de la crise fait l’objet de plusieurs articles, qu’elle soit analysée en Algérie au moment de la colonisation par Didier Guignard ou de manière plus générale par Pierre Livet. Après avoir interrogé la variété des usages de la notion de « citadinité », Brigitte Marin la teste dans la Naples du XVIIIe siècle, en démontrant sa pertinence pour mieux comprendre les modes de gestion de cette ville et les communautés d’intérêts de ses habitants. Pour sa part, Nora Lafi la questionne à Alexandrie mais avant le XIXe siècle étudié par Ilbert. Le cosmopolitisme de cette ville est analysé aussi pour une période antérieure au XIXe siècle par Patrice Bret. L’examen d’espaces-frontières comme l’île de Pantelleria (par Denis Bocquet) ou le pont Allenby sur le Jourdain (par Véronique Bontemps et Falestin Naili) permet de déconstruire les frontières rigides qui peuvent séparer individus, communautés et pays.

5Après l’introduction, l’ouvrage présente un entretien avec Robert Ilbert, dense et au ton très personnel, qui en constitue, en quelque sorte, l’armature. L’historien revient sur son histoire familiale, ses études, les rencontres intellectuelles qui ont marqué sa vie et sa manière de faire l’histoire (à commencer par celle de Philippe Joutard, son professeur d’histoire en 3e au lycée Thiers de Marseille qui plus tard, devenu professeur à l’Université de Provence, a été le co-directeur de son mémoire de maîtrise), les années passées en Égypte, l’élaboration et la transformation progressive de son sujet de doctorat d’État, ses enseignements et ses activités institutionnelles. Les textes introductifs de chacune des dix conversations font d’ailleurs toujours allusion à un ou plusieurs éléments de cet entretien, qu’il s’agisse d’informations personnelles que l’historien dévoile à ses lecteurs ou de problématiques en écho à ses recherches. Les Mélanges comprennent aussi une bibliographie complète de ses publications, une référence à tous les programmes de recherche auxquels il a participé, une sélection des principales interventions orales qu’il a faites et une liste de toutes les thèses et habilitations à diriger des recherches qu’il a encadrées.

6Robert Ilbert apparaît dans ces Mélanges sous de multiples facettes : celle du fils et du père de famille ; celle de l’enseignant-chercheur ; celle enfin du bâtisseur d’institutions de recherche comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme ou, plus récemment, l’Institut d’études avancées, exploratoire méditerranéen de l’interdisciplinarité (IMéRA) avec plusieurs textes qui rendent compte de la manière dont il a conçu et su mener à bien ces différents projets.

7C’est au final aussi tout un réseau qui se dessine autour de l’universitaire : celui de ses étudiants et anciens étudiants, de ses amis et collègues, de ses collaborations intellectuelles et institutionnelles depuis ses premières recherches, lorsqu’il est parti enseigner à l’Université du Caire. Ce réseau dépasse évidemment les limites, celles de l’université d’Aix-Marseille comme celles des études méditerranéennes, tissant en quelque sorte une « école Ilbert », comme la définissent Leyla Dakhli et Vincent Lemire, qui met en évidence une certaine « façon d’envisager les terrains et les objets sans s’y attacher outre mesure, sans s’y enfermer, sans jamais prendre au sérieux l’objet au point de le confondre avec la question, le sujet, l’enjeu qui, lui, est vital, toujours » (p. 8).

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage m’a éclairée et accompagnée durant toutes mes études doctorales. Il était alors important pour moi que Robert Ilbert puisse lire ma thèse, et je fus très heureuse lorsque mon directeur m’annonça qu’il avait accepté d’être dans mon jury de thèse en janvier 2000. Il en a d’ailleurs été le président.

2 Publié en 1996 au Caire, aux éditions de l’IFAO (2 volumes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Smyrnelis, « Leyla Dakhli et Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22691

Haut de page

Lieu

France

Maroc

Algérie

Maghreb

Égypte

Libye

Arménie

Haut de page

Rédacteur

Marie-Carmen Smyrnelis

Maître de conférences à la Faculté de sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris. Auteur de deux ouvrages : Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Peeters, 2005 ; M.-C. Smyrnelis (dir.) Smyrne, la ville oubliée ? 1830-1930. Histoire d’un grand port ottoman, Paris, Autrement, 2006.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page