Navigation – Plan du site

Vittorio Hösle, A short history of German philosophy

Hugo Cadière
A Short History of German Philosophy
Vittorio Hösle, A Short History of German Philosophy, Princeton, Princeton University Press, 2017, 275 p., traduit de l'allemand par Steven Rendall, ISBN : 9780691167190.
Haut de page

Texte intégral

1Y a-t-il une histoire de la philosophie allemande ? C’est sur cette question que s’ouvre le livre de Vittorio Hösle, qui tente de restaurer les continuités et discontinuités entre des philosophes aussi différents que Leibniz, Kant, Gadamer ou encore Adorno, et ce en se détachant de tous les grands récits qui ont tramé les histoires de la philosophie allemande. L’auteur va donc jusqu’à mettre en question l’idée même qu’il existe une philosophie allemande, et c’est là, selon ses propres dires, ce qui fait la nouveauté de son ouvrage : une approche critique de la philosophie dite allemande. Ouvert à un public large, sans pour autant être accessible à qui n’aurait pas étudié les classiques de la philosophie allemande, ce livre de 275 pages se veut synthétique – à raison d’une vingtaine de pages par chapitres.

  • 1 Toutes les citations présentées dans ce compte rendu sont traduites par le rédacteur.

2Vittorio Hösle, dans sa préface, insiste : « on suspecte […] que la “philosophie allemande” soit une construction artificielle qui ne doit son existence qu’au besoin pour la nation allemande et l’État-nation allemand de créer une identité ambitieuse sur le plan intellectuel »1 (p. 3). La langue même ne lui apparaît pas comme un critère suffisant pour définir une tradition philosophique ; pire encore, elle conduirait à subsumer des philosophies diverses sous une catégorie présumée fictive : « Il y a indubitablement eu beaucoup de philosophes de langue allemande connus, mais cela ne signifie pas qu’il y a une histoire à laquelle ils appartiendraient et qui ferait sens une fois racontée. Il y a, après tout, beaucoup de philosophes dont le nom comme par un “P”, mais faire une histoire des philosophes dont les noms commencent par P ne nous apparaît comme un projet particulièrement pertinent » (p. 4). Hösle n’hésite donc pas, en ce sens, à rappeler que Maître Eckhart a écrit en latin aussi bien qu’en allemand, et Leibniz, entre autres, en français.

3Chacun des 16 chapitres traite ainsi d’une période ou d’un auteur, en restaurant davantage l’atmosphère intellectuelle qui a présidé à son émergence que son rapport à une supposée tradition. Chaque époque est donc prise comme un cas particulier : Leibniz apparaît ainsi comme un philosophe plus européen que spécifiquement allemand, discutant davantage avec Descartes et Spinoza qu’avec ses pairs, là où Marx, par exemple, est situé dans un sillage hégélien. Schopenhauer, également, est à la fois décrit comme une des plumes les plus élégantes de la philosophie allemande, et comme le « premier bouddhiste européen » (p. 129). Les pensées de chacun des philosophes abordés sont synthétiquement ressaisies, bien que l’avis de l’auteur sur certaines œuvres demeure discutable. On lit par exemple que, d’Adorno, le meilleur livre serait sans conteste sa Théorie esthétique, alors que sa Dialectique négative, contrairement aux dires du philosophe (qui le considérait comme son magnum opus), « ne rend finalement pas justice aux questions qu’il aborde » (p. 249). Cependant, soulignons la capacité de synthèse dont témoigne par exemple le chapitre 6 qui réussit à traiter à la fois de Lessing, de Hamann, de Herder, de Schiller, des premiers romantiques et de Wilhelm von Humboldt sans céder à la clarté du propos. Le recours à des éléments extérieurs aux philosophies des auteurs mentionnés n’est jamais systématique et contribue à un traitement mesuré de questions encore sujettes à débat, comme celle du rapport de Heidegger au nazisme : l’auteur, prenant acte de l’engagement du philosophe, préfère cependant montrer en quoi sa pensée est davantage perméable aux idéologies, de par son relativisme et son immanentisme, qu’elle n’est explicitement engagée, tout du moins dans Être et temps. D’autres thèmes complexes sont approchés avec aisance et simplicité, comme le rapport de nombre de philosophes au luthérianisme et au piétisme, bien que cela entraîne parfois des développements certainement trop brefs pour le lecteur novice (on pense particulièrement au résumé d’Être et temps en une page et demie, qui aligne très succinctement les concepts allemands de l’analytique existentiale).

  • 2 Derrida Jacques, Le mal d’archive, Paris, Galilée, 1995, p. 109.
  • 3 Ibid. p. 34 (nous soulignons).

4L’ouvrage de Vittorio Hösle se donne à lire comme une sorte de testament, de bilan de la philosophie allemande. Si une histoire critique et mesurée de la philosophe allemande est désormais possible, pour l’auteur, c’est précisément parce que la philosophie allemande est morte. Dans le dernier chapitre, « Will German philosophy continue? », il est question de l’avenir de la philosophie allemande et européenne à l’ère de la mondialisation. Témoignant de ce qu’il interprète comme un déclin académique de son pays, l’auteur voit en l’Asie le lieu de la philosophie à venir, alors que l’Europe lui semble trop lourde de ses traditions. Ce constat ne vient pas acter la mort de la philosophie continentale allemande, mais signifie qu’elle constitue désormais un corpus achevé – corpus que l’auteur entend inviter ses lecteurs à relire. En ce sens, Hösle rappelle que les textes vivent de leur relecture et que, comme l’écrivait Derrida, « [l’archive] s’ouvre depuis l’avenir »2, puisqu’elle « produit autant qu’elle enregistre l’événement »3. Si l’ouvrage ne comporte pas de notes de bas de page, c’est parce qu’il s’agit avant tout pour l’auteur de fournir une approche synthétique de l’histoire de la philosophie allemande, à l’usage de ses futurs lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations présentées dans ce compte rendu sont traduites par le rédacteur.

2 Derrida Jacques, Le mal d’archive, Paris, Galilée, 1995, p. 109.

3 Ibid. p. 34 (nous soulignons).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Cadière, « Vittorio Hösle, A short history of German philosophy », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22692

Haut de page

Rédacteur

Hugo Cadière

Normalien, élève en master 1 d’histoire de la philosophie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page