Skip to navigation – Site map
Usages de la violence en politique

Usages de la violence en politique

1950-2000
Carole Villiger, Usages de la violence en politique. 1950-2000, Lausanne, Éditions Antipodes, series: « Histoire », 2017, 296 p., préface de Michel Wieviorka, ISBN : 9782889010905.
Notice published 18 April 2017

Publisher's presentation

Dans nos sociétés démocratiques où les conflits politiques sont censés se régler dans l'arène parlementaire et le peuple s'exprimer par les urnes, quelle est la place, la valeur et l’appréhension de la violence comme moyen de revendication ? En Suisse, la démocratie directe, l’aisance économique, la sécurité ainsi que la neutralité sont supposées écarter toute utilisation de la violence pour appuyer une démarche protestataire.

Pourtant, entre 1950 et 2000, le pays a fait face à de nombreux éclats de violence. Tout d’abord, ceux des séparatistes et des antiséparatistes jurassiens, puis ceux de mouvements d’extrême gauche et, enfin, ceux de mouvements d’extrême droite. Durant cette période, le pays a également été marqué par les attaques provenant de mouvements armés italiens et allemands, ainsi que par les attentats meurtriers planifiés par des organisations palestiniennes et arméniennes. Ces interventions violentes dans l’espace public helvétique viennent ainsi démentir le mythe d’une Suisse paisible et pacifiée.

Fondé sur les témoignages des acteurs de l’époque et sur des documents inédits de la police fédérale, cet ouvrage apporte une réflexion sur les continuités des épisodes de violences collectives, permettant ainsi d’appréhender les événements actuels. Il s’adresse à toutes les personnes qui s’interrogent sur les récents attentats et, de manière plus large, à l’utilisation de la violence dans les conflits politiques.

Top of page

Author

Carole Villiger

Carole Villiger est docteure en histoire contemporaine. Elle a mené ses recherches aux Universités de Lausanne et Fribourg, au Sozialarchiv à Zurich ainsi qu'aux Universités de Hambourg et New York. Ses publications portent sur la violence politique, l’histoire sociale et culturelle des mobilisations, l’histoire des idées, l’histoire des émotions et l’histoire du féminisme et du genre.

Top of page