Skip to navigation – Site map

Alain Romestaing, Alain Schaffner (dir.), Histoires naturelles des animaux. XXe – XXIe siècles

Alexandre Iagodkine
Histoires naturelles des animaux
Alain Romestaing, Alain Schaffner (dir.), Histoires naturelles des animaux. XXe - XXIe siècles, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016, 312 p., ISBN : 9782878546927.
Top of page

Full text

  • 1 Derrida a notamment contribué aux animal studies en montrant comment l’homme moderne, en plus d’exp (...)
  • 2 Fontenay Elisabeth, Le Silence des bêtes, Paris, Fayard, 1998.
  • 3 Cette recherche a une actualité, dans laquelle les directeurs de la publication l’inscrivent, en fa (...)

1C’est dans un chapitre introductif intitulé « De l’histoire naturelle aux histoires naturelles » qu’Alain Romestaing et Alain Schaffner définissent le projet intellectuel de cet ouvrage collectif : les contributions rassemblées dans ce volume étudient la présence de l’animalité dans la littérature des XXème et XXIème siècles - et tout particulièrement le rôle de l’histoire naturelle dans le façonnement des représentations littéraires des animaux. L’ouvrage se place ainsi dans le sillage d’une réflexion critique sur les rapports homme-animal et s’engage dans la voie ouverte par des philosophes comme Derrida1, Deleuze, ou Elisabeth de Fontenay2. Il s’agit, pour ce mouvement, de questionner les discours du monde vivant, en grande partie hérités de l’histoire naturelle, qui traitent l’animal comme un objet3. Le projet intellectuel qui traverse ce volume collectif est aussi résolument pluridisciplinaire. Ainsi, quoique les contributions rassemblées appartiennent au champ des études littéraires, elles mobilisent largement des réflexions d’historiens, de philosophes, mais aussi de biologistes ou éthologues. Par ailleurs, du point de vue du dispositif méthodologique, les études de ce livre mobilisent non seulement les outils traditionnels de l’analyse littéraire, mais aussi la textométrie et les bases de textes disponibles sur Internet.

2Malgré la pluralité des contributions rassemblées, qui découle souvent de la variété des œuvres étudiées et de leurs esthétiques, une ligne directrice se dégage : toutes les analyses confrontent les modes de représentations de l’animalité à l’œuvre dans la littérature contemporaine et dans l’histoire naturelle. Dans un grand nombre de contributions, il s’agit ainsi de voir de quelle manière l’héritage de Buffon est retravaillé, critiqué ou repris à nouveaux frais. L’enjeu, ce faisant, est de mettre en lumière de nouvelles approches des animaux et des rapports de l’homme avec eux. Fondamentalement, la démarche de l’histoire naturelle consiste à ordonner la pluralité des formes animales sous des catégories élaborées par l’observation et l’expérimentation. Cependant, même chez un Buffon, incontestablement l’un de ceux qui ont poussé le plus loin l’investigation à visée scientifique du monde naturel, subsistent, nombreux, les résidus de croyances populaires, de récits fictifs, voire de légendes sur les animaux. L’histoire naturelle du XVIIIème siècle, tout en s’éloignant des naturalistes antiques et de leurs « fables », constituerait donc une « réserve poétique de discours sur le monde animal ».

3Dans la première partie, intitulée « Repères », plusieurs études s’intéressent à l’influence à la fois littéraire et scientifique des figures fondatrices des sciences naturelles que furent Darwin et Buffon. Maeterlinck, par exemple, s’est inspiré des théories de l’évolution et de la compétition biologique entre êtres vivants d’un même milieu, formulées par Darwin, pour écrire des œuvres qui semblent a priori tenir de la description scientifique la plus épurée, La Vie des abeilles et La Vie des fourmis. Mais dans ces traités d’entomologie, les insectes sont aussi le support de réflexions poétiques sur l’homme et sa place parmi les autres êtres. Michel Bernard et Baptiste Bohet utilisent quant à eux les outils de la textométrie pour quantifier l’« évolution de la présence du bestiaire dans le roman de langue française », dans un corpus de 660 romans du XXème et du XXIème siècles tirés de la base Frantext. Cette « animométrie », permet par exemple de mettre en évidence la diminution de la présence des termes associés aux équidés au cours du XXème siècle. Pour les deux auteurs, ce résultat de l’analyse textuelle reflète une évolution sociale et historique plus large, à savoir la raréfaction du contact avec le cheval dans une société de plus en plus urbanisée et industrialisée.

4La partie centrale du livre explore ensuite les différents modes de représentation des mondes de l’animalité en littérature. Ces études mettent en évidence autant de « contrepoints » aux manières de représenter l’animalité dans l’histoire naturelle. Mais les études de cette partie mettent au jour les liaisons entre imagination et création littéraire d’une part, et regard naturaliste d’autre part. Eliane Dalmolin revient ainsi sur la présence de l’animal comme moteur de l’imaginaire poétique chez Henri Michaux et Francis Ponge. Ce dernier, crée une esthétique sobre, aux antipodes du lyrisme, qui érige l’animal ou les « choses » en objets de méditation sur l’homme dans le monde. Emilie Frémond montre, quant à elle, la manière dont les auteurs surréalistes se sont appropriés l’histoire naturelle. Cette dernière n’a plus chez eux le monopole du savoir, mais cède le pas à un langage qui nomme le monde vivant à sa manière - non plus selon un ordre logique, mais en suivant les métamorphoses et les circonvolutions d’une parole qui manipule signifiant et signifié.

5Enfin, les études de la dernière partie, consacrées aux « héritages », s’intéressent à des œuvres littéraires qui ont entrepris de reprendre des éléments de la méthodologie de l’histoire naturelle mais en se les réappropriant. Florence Godeau montre ainsi que l’intérêt que Marcel Proust accorde aux abeilles n’est plus inscrit dans une entreprise entomologique ; il correspond à une façon de se dire et d’écrire l’inversion. Par la métaphore, l’auteur associe fleurs et insectes butinant à cette hybridité des genres et des rôles dans la vie sentimentale commune à la reine des abeilles, à la fois mâle et femelle, et à la « race des tantes » dont Proust parle à l’ouverture de Sodome et Gomorrhe. D’autres études repèrent dans une œuvre comme celle de Pascal Quignard, une remise en cause radicale de tout anthropomorphisme. La séparation instituée entre l’Homme et l’Animal est trop commode pour l’écrivain, qui cherche à retrouver une certaine écriture de la puissance créatrice, de l’animalité dans l’humanité.

  • 4 Selon l’expression du biologiste allemand Jakob von Uexküll. S’il n’est cité qu’à de rares reprises (...)

6Le principal apport de ce travail collectif réside sans doute dans la multiplicité des points de vue développés : si la perspective naturaliste, qui identifie l’animal à un objet, a longtemps été dominante, elle est loin d’être sans alternatives. Jean-Christophe Bailly, par exemple, préfère repartir, dans ses œuvres, d’un autre héritage naturaliste : non pas celui de l’effort de classification et de normalisation entrepris par Buffon, mais celui d’Élien. Ce dernier essayait de conserver, dans la construction même de son histoire naturelle, la bigarrure et la pluralité, apparemment inépuisables, présentes dans les êtres vivants tels qu’ils existent. Les analyses des contributeurs sont ainsi autant d’exercices de « réécriture et de relecture des traités d’histoire naturelle » (p. 11). Ce volume nous permet, à travers ses analyses, de reconsidérer les œuvres littéraires comme l’une des voies possibles pour accéder à une compréhension plus profonde des « mondes animaux »4. Quoique certaines études restent un peu allusives et pourraient citer plus longuement les textes convoqués, le volume pris dans son ensemble rend finalement bien compte de la richesse des regards sur l’animal dans la littérature contemporaine. Les contributions favorisent ainsi, à leur manière propre, une attitude plus éthique à l’égard de cette altérité que constituent les « bêtes ». Plus généralement, ces textes provoquent le questionnement sur les rapports de notre propre conscience à ce qui lui échappe, sur nos savoirs éthologiques et notre modernité.

Top of page

Notes

1 Derrida a notamment contribué aux animal studies en montrant comment l’homme moderne, en plus d’exploiter physiquement les animaux, s’arroge le droit de les nommer et de les réunir dans la notion générale d’« Animal ». En donnant à entendre, sous le terme « animaux », les « animots », Derrida invite à retrouver cette multiplicité et cette altérité radicales qui caractérisent les êtres vivants. Voir Derrida Jacques, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.

2 Fontenay Elisabeth, Le Silence des bêtes, Paris, Fayard, 1998.

3 Cette recherche a une actualité, dans laquelle les directeurs de la publication l’inscrivent, en faisant notamment référence au projet « Animots » et à la « zoopoétique » d’Anne Simon.

4 Selon l’expression du biologiste allemand Jakob von Uexküll. S’il n’est cité qu’à de rares reprises, son influence en faveur d’une sensibilité accrue à la subjectivité à l’œuvre dans la façon dont les animaux construisent leurs milieux, nous semble perceptible tout au long de l’ouvrage. Voir Jakob von Uexküll, Milieu animal et milieu humain, Paris, Payot et Rivages, 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Alexandre Iagodkine, « Alain Romestaing, Alain Schaffner (dir.), Histoires naturelles des animaux. XXe – XXIe siècles », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 20 April 2017, connection on 28 April 2017. URL : http://lectures.revues.org/22719

Top of page

About the author

Alexandre Iagodkine

Elève à l’ENS de Lyon, M1 d’Histoire de la philosophie. Centres d’intérêt : épistémologie, science du vivant, problématiques liées à l’animalité en sciences humaines et sociales.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page