Skip to navigation – Site map

Ahmed Kherraz, Éloge des anarchismes

François-Ronan Dubois
Éloge des anarchismes
Ahmed Kherraz, Éloge des anarchismes. De l'esprit libertaire (et solidaire) dans nos sociétés contemporaines, Paris, Bréal, 2017, 87 p., ISBN : 978-2-7495-3639-2.
Top of page

Full text

1C’est un étrange petit livre que les éditions Bréal proposent là, tant il est vrai que l’on y trouve à la fois peu d’éloges et peu d’anarchisme. Au lendemain de la diffusion du documentaire Ni Dieu ni Maître : une histoire de l’anarchisme de Tancrède Ramonet par Arte, le 11 avril – diffusé initialement par la Radio télévision suisse (RTS) le 18 octobre 2016 –, le livre de Kherraz, qui s’ouvre sur une citation d’Edgar Morin, parait bien faire l’impasse sur de nombreux aspects essentiels de ce dont il prétend faire l’éloge, au point qu’il est bien difficile de ne pas s’interroger sur les motivations politiques de l’auteur et sur son entreprise de sélection des sources, des figures et des événements.

2Organisé en trois parties de deux chapitres chacune, l’ouvrage parait destiné à explorer dans quelle mesure l’anarchisme est soluble dans la social-démocratie consumériste. La première partie, « Les anarchismes au secours de la démocratie ? », se décompose en un chapitre sur la « remise en cause » des pouvoirs et un autre sur les « nouvelles formes de participation politique ». Dans le premier, l’auteur ramène l’anarchisme à l’anti-étatisme, à partir d’une lecture rapide de Proudhon, Hobbes et Weber. Le fond de l’anarchisme serait la lutte contre l’État en tant que tel, rapidement compris comme les institutions, une lutte qui s’articulerait désormais à travers l’associationnisme politique et la contestation numérique. L’intérêt de ce qui serait une nouvelle forme de l’engagement politique résiderait dans la place laissée à l’individu, socle de la pensée anarchiste selon Kherraz. S’annonce ici une nette préférence pour un anarchisme individualiste, dépourvu de toute perspective d’action violente, préférence qui, en soi, ne serait pas problématique si elle ne s’accompagnait d’une réduction au silence de tous les autres courants historiques de l’anarchisme.

  • 1 Holloway John, Change the World Without Taking Power: The Meaning of Revolution Today, Londres, Plu (...)
  • 2 Holloway John et Peláez Eloína, Zapatista! Reinventing Revolution in Mexico, Londres, Pluto Press, (...)

3L’un des aspects les plus curieux de la présentation de l’auteur consiste en effet à nier le rapport historiquement consubstantiel entre anarchisme et action directe, insurrection, propagande par le fait, illégalisme ou violence. La violence serait ainsi accessoire à l’anarchisme, lequel s’exprimerait plus certainement dans un progressisme réformiste. Le premier chapitre se termine ainsi sur des louanges à John Holloway et son Changer le monde sans prendre le pouvoir1, des louanges qui font l’économie des débats virulents suscités par l’ouvrage au sein de l’extrême-gauche anarchiste, et où l’on peut lire que « [pour] Holloway, il n’est ainsi point question de faire la révolution, mais pour les individus de réfléchir à leur échelle à un nouveau rapport à l’autre » (p. 26). C’est une lecture bien sélective d’un livre où Holloway, proche du mouvement zapatiste, affirme la nécessité, notamment dans son onzième et dernier chapitre, d’une révolution, rendue impossible par l’héritage du marxisme léniniste et staliniste. Rappelons tout de même que le précédent livre de Holloway, en 1998, était consacré entièrement à la révolution zapatiste2. C’est aussi escamoter l’une des deux questions centrales de Holloway et, en vérité, de l’anarchisme dans son ensemble, à côté de la participation à l’État : la question du capitalisme et de l’économie.

  • 3 Voir par exemple, sur la place du matérialisme dans l’anarchisme italien : Pernicone Nunzio, Italia (...)

4Il n’est donc pas surprenant au chapitre suivant de voir donnés en exemple d’influence anarchiste sur la vie politique contemporaine, des cas de gestion étatique de la participation collective, notamment les « budgets participatifs » ouverts par les municipalités de Madrid et de Paris et l’implication de comités citoyens dans la gestion de la propreté urbaine. On y trouve la louange des « nouveaux mouvements sociaux », qui seraient heureusement « moins portés sur des valeurs matérialistes » (p. 31). Difficile pourtant de ne pas estimer que l’anarchisme est historiquement un matérialisme (pour ne pas dire un matérialisme historique3) et qu’il nait de mouvements sociaux anciens précisément ancrés dans les préoccupations ouvrières. Les deux formes d’engagement développées, chacune en deux pages, sont la désobéissance civile et « le nouvel engagement citoyen via Internet » (p. 38), lequel n’est jamais confronté aux exigences d’implication existentielle qui marquent l’anarchisme du XIXe siècle, notamment autour de la question de la propagande par le fait.

  • 4 Pour une perspective plus éclairante sur cette association, voir : Chatriot Alain, « Qui défend le (...)

5La deuxième partie, « Éloge de la société de partage » revient cependant sur la question de l’économie, à travers ses deux chapitres, « Production, écologie, emploi : la solution par l’autogestion ? » et « Le partage : une nouvelle façon de consommer ? ». Le titre du second chapitre fait voir à lui seul ce qu’une analyse très ancrée dans le productivisme consumériste laisse à désirer en termes de perspectives anarchistes. Sa dernière section, consacrée au « consommateur engagé », se termine suggérant que l’association de consommateurs UFC-Que choisir serait l’héritière du mutualisme de Proudhon4. Ainsi l’anarchisme est ramené à la social-démocratie réformiste dans la première partie, sur le plan politique, et à l’économie sociale et solidaire dans la deuxième, de la manière la plus inoffensive possible. En effet, l’ouvrage ne fait aucune allusion, dans ces réflexions économiques, à des expériences anarchistes précises d’autogestion, au sein de communes par exemple.

6La troisième partie, « Les anarchismes et le devenir des sociétés », apporte peut-être un éclairage sur ces curieux partis pris. Son premier chapitre, intitulé « Anarchisme(s) : vers le sacre de l’individu moderne », répond à la section « Des anarchistes de tous bords », qui faisait déjà la part belle aux libertariens, et consacre un ample développement à Stirner. Pour bien comprendre combien ce choix pèse sur un petit ouvrage de quelques dizaines de pages, il faut voir que n’y sont jamais mentionnés les noms de Goldman, Malatesta, Makhno, Flores Magón, Michel et ainsi de suite. En dehors de Proudhon, le plus cité et de loin, et de Thoreau, Bakounine est mentionné en passant et Kropotkine a le droit à une présentation plus étendue qui suggère néanmoins que ses écrits seraient ceux « ayant permis le mieux de faire la jonction entre anarchisme et capitalisme » (p. 57). L’Éloge des anarchismes rend ainsi invisible toute expérience concrète d’anarchisme et fait l’impasse sur près de deux siècles d’histoire du mouvement, au prix de bien des arrangements conceptuels.

7L’auteur le dit en réalité sans détour à la page 31 : « Il n’est plus (seulement) question dès lors de faire la révolution pour abattre un régime ». Cette volonté de rendre inoffensif l’anarchisme, pour le présenter dans une perspective individualiste à peu près compatible avec un peu de participation démocratique, de consommation durable et d’engagement associatif, tient au mieux de la présentation très maladroite et contre-historique de l’anarchisme et au pire d’un contre-sens volontaire. Il est vrai que l’ouvrage se défend de vouloir être une histoire de l’anarchisme et l’on comprend bien qu’étant donné son format, il ne saurait être exhaustif mais, dans la mesure où il consacre une bonne partie de son propos à des sections intitulées « Classiques de l’anarchisme », le lecteur est en droit d’en attendre une présentation plus sensible à la réalité historique du mouvement.

Top of page

Notes

1 Holloway John, Change the World Without Taking Power: The Meaning of Revolution Today, Londres, Pluto Press, 2002.

2 Holloway John et Peláez Eloína, Zapatista! Reinventing Revolution in Mexico, Londres, Pluto Press, 1998.

3 Voir par exemple, sur la place du matérialisme dans l’anarchisme italien : Pernicone Nunzio, Italian Anarchism, 1864-1892, Princeton, Princeton University Press, 1993.

4 Pour une perspective plus éclairante sur cette association, voir : Chatriot Alain, « Qui défend le consommateur ? Associations, institutions et politiques publiques en France (1972-2003) », in Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au Nom du consommateur : Consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2005, p. 165-181.

Top of page

References

Electronic reference

François-Ronan Dubois, « Ahmed Kherraz, Éloge des anarchismes », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 20 April 2017, connection on 28 April 2017. URL : http://lectures.revues.org/22721

Top of page

About the author

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page