Navigation – Plan du site

Frédérique Joly, Élève en école d’art, entre amateur et professionnel. Une enquête de terrain au cœur des écoles d’art françaises

Samuel Chagnard
Élève en école d'art, entre amateur et professionnel
Frédérique Joly, Élève en école d'art, entre amateur et professionnel. Une enquête de terrain au coeur des écoles d'art françaises, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2016, 310 p., ISBN : 978-2-343-10706-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Joly Frédérique, Formation et socialisation des adolescents et des étudiants en écoles d’art de pra (...)

1Extrait d’une thèse en sociologie soutenue en 20151, l’ouvrage de Frédérique Joly propose l’étude comparée des publics de deux types d’écoles d’art – les écoles de pratiques amateurs et les écoles supérieures d’art – situées dans le Nord-Pas-de-Calais (devenu Hauts-de-France) et en Île-de-France. L’auteure entend interroger les spécificités des parcours d’élèves en école d’art, en particulier de celles et ceux qui ont fréquenté une école de pratiques amateurs et qui ont poursuivi leurs études au sein d’une école supérieure. Elle cherche ainsi à montrer les points communs et les passerelles possibles entre ces deux catégories d’écoles d’art.

2Le travail de description sociologique des publics des différentes écoles s’appuie essentiellement sur des questionnaires administrés aux élèves (n = 627) et à leurs parents (n = 208) pour les écoles de pratiques amateurs, ainsi qu’aux étudiant·e·s des écoles supérieures (n = 172). Des entretiens (n = 22) conduits avec certain·e·s des étudiant·e·s ayant eu un parcours antérieur en école de pratiques amateurs complètent ces questionnaires.

3Les résultats de l’analyse du matériau recueilli sont présentés dans plusieurs chapitres thématisés : l’histoire de l’enseignement artistique et des écoles d’art, la typologie et la socialisation familiale et scolaire des élèves, les notions d’autodidaxie et de vocation, la question du genre, les nouvelles technologies, le métier d’artiste et la frontière amateur/professionnel. La comparaison entre les deux régions étudiées et le statut des écoles d’art (de pratiques amateurs ou supérieure) constitue un fil rouge qui traverse les différents chapitres.

  • 2 Hennion Antoine, Martinat Françoise, Vignolle Jean-Pierre, Les Conservatoires et leurs élèves: rap (...)
  • 3 Donnat Olivier, Les amateurs : enquête sur les activités artistiques des Français, Paris , La Docum (...)

4La typologie des élèves des écoles d’art rappelle celle que l’on trouve au sein d’autres structures d’enseignement artistique spécialisées comme les conservatoires2 : un public en majorité issu des classes sociales moyennes et supérieures, avec un important niveau de pratiques culturelles, plutôt féminin et qui ne vise pas une professionnalisation dans l’art (pour les élèves des écoles de pratiques amateurs). La description du contexte social des élèves s’attache en particulier à rendre compte de leur environnement familial et scolaire. L’auteure observe une forte corrélation entre les niveaux de diplômes des parents et la présence de leurs enfants en école d’art. À l’instar d’autres pratiques culturelles3, cette présence s’accroît en effet pour les catégories socio-professionnelles supérieures s’agissant de l’ensemble des écoles enquêtées. L’auteure souligne de même des différences significatives de niveaux de diplômes des parents d’une école de même statut à une autre, en fonction de leur implantation géographique. Par ailleurs, elle remarque une différence d’attentes entre les élèves et leurs parents en ce qui concerne le rôle de la pratique artistique elle-même : si les premiers sont plus enclins à la percevoir comme une expérience de loisir à la fois personnelle et relationnelle, les seconds l’envisagent plutôt dans une logique éducative. Ils souhaitent que l’école d’art apporte les compétences cognitives et culturelles nécessaires à l'avenir de leurs enfants, sans pour autant en attendre une professionnalisation dans un métier artistique.

  • 4 Buscatto Marie, « L’art sous l’angle du genre, ou révéler la normativité des mondes de l’art » in A (...)

5Le chapitre sur la question du genre présente des résultats que l’on retrouve également dans d’autres mondes de l’art4. Concernant la répartition sexuée par exemple, les filles représentent la majorité des effectifs des élèves (6 sur 10 en moyenne), que ce soit en école de pratiques amateurs ou en école supérieure ; mais, là encore, le rapport s’inverse quand on déplace la focale au niveau des enseignant·e·s en école de pratiques amateurs, voire s’accentue en école supérieure d’art (seulement 3 femmes sur 10 enseignant·e·s).

6Elle-même enseignante dans une école de pratiques amateurs et dans une école supérieure, Frédérique Joly a eu accès à une large population d’élèves dans plusieurs écoles de sa région, et l’ouvrage témoigne de sa connaissance intime du monde des écoles d’art. On relève néanmoins une ambiguïté de positionnement de l’auteure, qui oscille entre une posture de chercheuse qui observe, recueille et analyse des données, et une posture de professionnelle qui apporte des préconisations. Si l’on peut se féliciter qu’un·e professionnel·le se mette en recherche sur son milieu afin de développer des préconisations, la forme de l’ouvrage rend cependant difficile l’appréciation de ce qui, des préconisations ou de la recherche, précède ou justifie l’autre. Le dernier chapitre, qui interroge la frontière amateur/professionnel, est particulièrement significatif d’une difficulté à dissocier analyse sociologique et analyse « indigène » : souhaitant explicitement voir les écoles de pratiques amateurs jouer un rôle de préparation à la professionnalisation, elle interprète par exemple le fait qu’aucun·e élève d’école d’art des écoles de pratiques amateurs du Nord-Pas-De-Calais de son échantillon ne souhaite poursuivre dans une école supérieure comme le résultat d’un déficit d’information et de lien entre les écoles (p. 270-271), ce qui lui sert ensuite à justifier la mise en place de classes préparatoires au sein de certaines écoles de pratiques amateurs. Une analyse sociologique plus poussée aurait peut-être estompé cette difficulté de distanciation dont l’usage récurrent du terme « naturel » est également le témoin. Le travail aurait bénéficié par exemple du croisement systématique des différentes variables liées aux données recueillies par questionnaire, comme les catégories sociales des parents, pour décaler le regard de l’actrice de terrain et permettre une analyse plus fine.

7Enfin, il faut souligner des problèmes liés à l’édition de l’ouvrage, malheureusement fréquents chez cet éditeur. Si l’on peut passer sur quelques coquilles de mise en forme, la table des matières est inutilisable en ce qu’elle ne reporte pas l’intégralité des nombreux titres de chapitres et de paragraphes : outre celui du chapitre III, il manque tous les titres des parties de chaque chapitre (niveau 1.) et certains titres des sous-parties (niveau 1.1.).

8L’ouvrage reste néanmoins intéressant pour qui souhaite découvrir le public des écoles d’art à travers leurs différents statuts et implantations géographiques, et permet de brosser un large panorama des questions que se posent à son sujet les professionnel·le·s de l’enseignement spécialisé des arts plastiques.

Haut de page

Notes

1 Joly Frédérique, Formation et socialisation des adolescents et des étudiants en écoles d’art de pratiques amateurs et supérieures, thèse de sociologie, Université Paris 8, 2015. Consultable en ligne : https://www.theses.fr/2015PA080058/document. (La majorité des chapitres de la thèse est reprise dans l’ouvrage.)

2 Hennion Antoine, Martinat Françoise, Vignolle Jean-Pierre, Les Conservatoires et leurs élèves: rapport sur les élèves et anciens élèves des écoles de musiques agréées par l’État, Paris, La Documentation française, 1983.

3 Donnat Olivier, Les amateurs : enquête sur les activités artistiques des Français, Paris , La Documentation française, 1996.

4 Buscatto Marie, « L’art sous l’angle du genre, ou révéler la normativité des mondes de l’art » in Alain Quemin et Glaucio Villas Bôas (dir.), Art et société, Recherches récentes et regards croisés, Brésil/France, Marseille, OpenEdition Press, 2016. Document en ligne : https://books.openedition.org/oep/1438

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Chagnard, « Frédérique Joly, Élève en école d’art, entre amateur et professionnel. Une enquête de terrain au cœur des écoles d’art françaises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22724

Haut de page

Rédacteur

Samuel Chagnard

Formateur au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes (Centre de formation des enseignants de la musique). Doctorant au Centre Max Weber, équipe Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page