Navigation – Plan du site

Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, Nouvelles relégations territoriales

Maryvonne Dussaux
Nouvelles relégations territoriales
Esther Benbassa, Jean-Christophe Attias (dir.), Nouvelles relégations territoriales, Paris, CNRS Éditions, 2017, 198 p., ISBN : 978-2-271-09473-5.
Haut de page

Texte intégral

1Pour aborder la question territoriale aujourd’hui, il y a lieu de repenser nos cadres de pensée et d’action. C’est l’objectif que se donnent les auteurs qui veulent ainsi lutter contre une « géographisation » du débat politique donnant lieu à une vision simplificatrice des réalités et paralysant de ce fait l’action publique. La richesse de cette analyse collective cohérente fait de cet ouvrage une sorte de manuel, qui nous invite à nous méfier des idées préconçues lorsque l’on parle de la banlieue et du périurbain. L’urgence de ce travail est apparue lors de rencontres citoyennes, organisées par le collectif « Le Pari(s) du vivre ensemble », qui ont rassemblé chercheurs et élus locaux dans un dialogue autour de la relégation territoriale.

2La première partie du livre interroge la notion de fracture territoriale. Daniel Behar dénonce l’usage de cette expression, sous-tendue par la représentation d’une France coupée en deux, réactivant ainsi la vieille opposition ville/campagne. La rhétorique de la fracture est à la fois fausse et dangereuse, car elle « génère une concurrence des plaintes et tétanise l’action publique » (p. 23). Selon lui, nous assistons à un changement de paradigme, puisque le local se recompose et se complexifie. Sous l’effet de la globalisation, les interdépendances deviennent multiples. On assiste surtout à un processus de « fractalisation » du territoire, que l’on peut observer dans les espaces ruraux autant qu’à l’intérieur des métropoles. Il faut revoir nos grilles de lecture, et passer d’une typologie des territoires et à une typologie des relations entre les territoires. Le territoire n’est plus une solution pour l’action publique ; il est devenu son problème. Martine Berger nous explique que l’on ne peut pas parler de fracture territoriale à propos du périurbain, souvent confondu avec la périphérie des villes ou associé à des espaces éloignés des pôles urbains. Elle rappelle que l’INSEE définit la couronne périurbaine comme un espace comptant un fort taux d’actifs, travaillant dans les pôles urbains voisins ou leurs couronnes périurbaines. Le périurbain est désormais multiple et ne peut se définir ni par l’absence d’équipements, ni par une surreprésentation les classes moyennes. Pour réduire les inégalités territoriales, il faudrait augmenter les solidarités entre couronnes périurbaines et périphéries des agglomérations. Ronan Dantec dénonce, quant à lui, une stigmatisation par les mots en revenant sur une représentation collective, ancienne mais néanmoins encore active dans nos discours : il y aurait Paris, ville centre au rayonnement mondial, quelques grandes villes et en dernier lieu les banlieues et les zones périurbaines, perçues comme des espaces invivables. Le mot « relégation », associé à certains territoires, influence négativement les comportements des individus, qui peuvent alors décider de s’exclure du « champ collectif ». Il y a lieu, selon lui, de passer d’une logique de compétition à une logique de coopération, et de refonder les règles de la démocratie afin de faciliter l’appropriation des projets de territoire par tous.

3La seconde partie traite des figures de l’urbain, des banlieues et de leurs représentations. Pour faciliter une analyse fine des relations sociales dans les villes, Hervé Marchal propose une typologie de l’urbain fondée sur le vécu social et les perceptions singulières des individus. Il définit quatre figures idéal-typiques distinctes : l’« hyper urbain », l’« intra-urbain », l’« hétéro-urbain » et l’« extro-urbain ». Hyper mobile, le premier est connecté au mouvement continu du monde ; son rapport à l’autre est fondé sur le sentiment d’appartenir à une même élite circulante, d’être là où le monde s’invente. L’« intro-urbain » se déplace également beaucoup, mais dans un espace plus contraint. Appartenant aux classes moyennes, il tente de concilier vie professionnelle et vie familiale en y incluant un temps de loisirs. Mû par la peur du déclassement, il survalorise les zones pavillonnaires de la banlieue et des espaces péri-urbains. L’« hétéro-urbain » est fragilisé par la crise et confronté à la précarité. Il vit dans les quartiers d’habitat déshérité, soit en périphérie soit dans les centres-villes. L’« extro-urbain » incarne les logiques d’exclusion. Sans domicile fixe, Roms ou sans papiers, il est la première victime des murs physiques, juridiques et politiques. Sa socialisation se fait par errements avec les épreuves de la clandestinité, de la débrouille et du déracinement. Stéphanie Vermeersch, quant à elle, décrit avec précision la relation que Paris entretient avec ses périphéries. Depuis Hausmann, qui voyait dans les faubourgs des parasites qui profitent de la ville sans en supporter les charges, la banlieue reste dans la représentation collective une pathologie à guérir. Les concepteurs des politiques d’aménagement défendent l’idée d’une ville dense, centripète et socialement mixte, et le mode de vie des habitants des zones pavillonnaires est régulièrement dévalorisé. Hier symbole de l’individualisme petit bourgeois, il est aujourd’hui celui de l’étalement urbain et de l’usage irraisonné de la voiture. Après avoir montré que ce que l’on nomme « banlieue » recouvre des réalités multiples, Hervé Vieillard-Baron nous apporte des éclaircissements sur les notions de ségrégation, d’enclave et de ghetto. Il met en évidence les limites de nos outils statistiques, en même temps que la complexité du phénomène. Selon lui, le mot « ghetto » est utilisé de façon impropre à propos des quartiers en difficulté, car il renforce une situation qu’il convient de dénoncer.

4Pour introduire la troisième partie, Marie Christine Jaillet montre que le périurbain n’est pas une catégorie d’analyse pertinente, puisqu’il est loin de produire des espaces socialement homogènes ; il constitue un processus dynamique en lui-même. Si l’habitat pavillonnaire semble correspondre à un souhait des Français, il a toujours été l’objet de critiques, de la part d’architectes dans les années 1970 autant que d’écologistes depuis les années 2000. Pour Nicole Mathieu, nous devons désormais penser l’aménagement de l’espace en lien avec l’utopie du développement durable, et mettre la recherche au service du pari du « vivre ensemble ». Selon elle des mots comme « urbanisation », « périurbain » ou encore « espace rural » sont liés à la période des Trente Glorieuses, lorsque l’on pensait en termes d’équilibre et de répartition des richesses. Il faut maintenant penser en termes de conciliation des différents enjeux économiques, écologiques et sociaux, et abandonner le principe du zonage et de la mesure statistique. Il est urgent de mieux comprendre les relations des gens à leurs lieux de vie, à partir de nouveaux concepts tels que « le mode d’habiter ». Comme les auteurs précédents, Éric Charmes réfute l’idée selon laquelle le vote en faveur du Front National s’explique par la résidence dans le périurbain. Selon lui, ce vote est le reflet d’un système de production de logements qui envoie les ménages les plus modestes loin des grandes villes, du fait du coût plus faible de l’accession à la propriété. Le vote reste déterminé par l’appartenance sociale et les conditions de vie économiques. Ainsi, lorsque les communes périurbaines sont peuplées de cadres moyens, le vote Front National est faible. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que dans les banlieues populaires, le premier parti est souvent celui des abstentionnistes.

5Pour conclure, la quatrième partie invite le lecteur à être « au plus près du terrain » et à développer des actions collaboratives. Grégory Loison rappelle qu’en matière de santé, les déterminants sont multiples : mode de vie, structure sociale, cadre de vie et environnement. Il relate l’expérience des Ateliers Santé Ville qui, depuis 1999, permettent de construire une véritable politique partenariale locale de santé à partir des besoins locaux identifiés. Anne Carton explique l’impact du poids grandissant des intercommunalités sur le métier d’agent de développement. Moindre proximité avec les élus, obligation d’avoir un regard sur un périmètre plus large, plus grande spécialisation : le travail par équipe-projet devient incontournable. S’appuyant sur les principes de la « Smart City », Claire Monod propose de faire des territoires en difficultés des « Smart Quartiers » afin de faciliter leur transformation économique en tenant compte des impératifs de la transition écologique. Maxime Baldit insiste, enfin, sur la nécessité d’organiser la concertation la plus large possible afin de ne pas reproduire les erreurs du passé. Il présente l’expérience d’Arcueil, ville industrielle jusque dans les années 1980, qui a subi les impacts négatifs de l’État aménageur et s’appuie, aujourd’hui, sur la métropole du Grand Paris pour lutter contre les inégalités territoriales.

6La lecture de cet ouvrage apparaît comme incontournable pour appréhender les enjeux contemporains de l’aménagement du territoire français. Il montre en effet clairement que nous pensons le monde d’aujourd’hui, fait de complexité, d’un nouveau rapport entre le global et le local et de nouvelles pratiques sociales, avec les outils méthodologiques d’hier. Il y aurait lieu de poursuivre l’analyse dans une vision plus prospective. D’un côté, le modèle de l’État aménageur s’est diffusé auprès des collectivités territoriales qui, majoritairement, bâtissent des projets de territoire sans questionner ni les nouvelles réalités socio-économiques, ni les aspirations des habitants. L’État stratège n’intervenant plus dans la régulation, nous assistons à une inflation des opérations de constructions de logements, de zones d’activité commerciale ou industrielle. Cette stratégie est-elle durable ? Il y aurait lieu d’interroger également la récente création du commissariat général à l’égalité des territoires : intègre-t-il dans son fonctionnement le renouvellement des outils méthodologiques attendus par les auteurs ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, Nouvelles relégations territoriales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22726

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page