Navigation – Plan du site

Pauline Delage, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique

Lilian Mathieu
Violences conjugales
Pauline Delage, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2017, 262 p., ISBN : 978-2-7246-2035-1.
Haut de page

Texte intégral

1Un des principaux acquis de la sociologie des problèmes sociaux (tels l’alcoolisme au volant, la prostitution, l’illettrisme ou, comme dans le cas du présent ouvrage, les violences conjugales) est de montrer que ceux-ci existent sous deux formes distinctes : dans des conduites concrètes d’une part, mais aussi en tant qu’ils sont appropriés par des entrepreneurs de cause et construits publiquement en tant que problématiques — c’est-à-dire en tant que problèmes regrettables, exigeant qu’une intervention publique y mette fin. S’il s’inscrit résolument dans la seconde démarche, l’ouvrage de Pauline Delage montre que les deux ne sont pas sans lien étroit : les tentatives d’objectivation statistique de la réalité d’un phénomène comme les violences conjugales sont dépendantes de la manière dont celui-ci est défini, c’est-à-dire construit socialement. L’auteure rappelle à ce propos les attaques dont a été l’objet la première recherche statistique française sur les violences sur les femmes (l’enquête Enveff, réalisée par l’INED et publiée en 2003), certains lui reprochant son absence de symétrisation, autrement dit sa non-prise en compte des violences exercées par des femmes contre des hommes.

2Conformément à cette démarche, Violences conjugales ne traite pas des agressions ou oppressions exercées par des hommes sur leurs conjointes mais de la manière dont, en France et aux États-Unis ce problème est apparu dans l’espace public et a fait l’objet d’une prise en charge par un secteur militant avant d’obtenir la reconnaissance des institutions politiques. Le premier chapitre retrace une émergence du problème de la violence conjugale qui emprunte des chemins comparables, quoique temporellement décalés, dans les deux pays considérés. C’est au sein du mouvement féministe, et dans le prolongement des luttes pour les droits reproductifs, que se développe dans les années 1970 (au début de la décennie aux États-Unis, alors qu’elle s’achève en France) la dénonciation des violences faites aux femmes. Celles-ci sont tout d’abord appréhendées sous la forme principale du viol, considéré comme un instrument d’oppression et de contrôle qui façonne la subjectivité des femmes mais fait aussi l’objet de débats à l’intérieur d’un féminisme encore lié à l’extrême gauche et méfiant à l’égard de la justice pénale. C’est à la faveur du développement mais aussi de la diversification du combat féministe que les violences conjugales acquièrent une forme d’existence spécifique au sein du mouvement des femmes, à la fois comme concrétisation du principe selon lequel « le privé est politique » et comme enjeu de pratiques militantes. Les centres d’accueil et d’hébergement de femmes victimes de violences se multiplient à compter de la fin des années  1970, centres qui offrent un prolongement au combat féministe tout en impulsant en son sein une différenciation croissante entre pratiques de lutte et offre de services.

3Un des apports les plus intéressants du livre de Pauline Delage est d’aborder finement les tensions inhérentes au développement de ces structures d’aide aux femmes victimes de violence, et spécialement à la salarisation de leur personnel. Si leur inspiration féministe reste une dimension centrale de leur identité et de leur action (à un degré moindre aux États-Unis qu’en France, cependant), la nécessaire professionnalisation de leurs services implique une insertion plus affirmée dans le secteur médico-social, dans le même temps qu’elle entérine une forte dépendance à leurs sources de financement (essentiellement publiques en France, laissant plus de place au privé aux États-Unis). L’intérêt d’une démarche comparative est particulièrement patent dans le deuxième chapitre du livre, consacré à l’étude des services proposés par les centres d’accueil, considérés comme relevant de la santé mentale aux États-Unis et du travail social en France. Des écoutes et prises en charge visant à l’« empowerment » et à une autonomie accrue des femmes sont proposées dans les deux pays, mais le degré d’attention porté à leur sécurité ou à leur appréhension comme des victimes diffère entre les États-Unis et la France, selon des modalités pas toujours exemptes de présupposés normatifs (quant au profil des femmes « appropriées » pour un hébergement, à la responsabilité qui leur est imputée dans la situation difficile dans laquelle elles se trouvent ou encore à leurs normes culturelles).

4Le troisième chapitre explore les conditions de l’institutionnalisation de la cause des femmes victimes de violences conjugales. Les objectifs et les pratiques des associations sont largement façonnés par la nécessité dans laquelle elles se trouvent de pérenniser leurs activités. Le rapport aux institutions n’est toutefois pas abordé sous le seul angle du financement (favorisant l’emprise croissante d’une logique de marché dans le secteur associatif) ou de la reconnaissance du problème via, comme en France en 2010, sa labellisation comme « Grande cause nationale ». La question des relations que les associations entretiennent au niveau local avec la police et la justice s’avère tout aussi importante. Le travail militant mené dans les deux pays depuis les années 1970 a visé non seulement à sensibiliser des institutions a priori indifférentes ou rétives à la gravité des situations mais aussi à leur faire partager une définition proprement féministe du problème. La réflexion est poursuivie dans le quatrième chapitre, focalisé sur les controverses autour de la définition des violences conjugales. Celle portée depuis l’origine par le mouvement des femmes, qui voit dans les violences faites aux femmes une expression de l’asymétrie de genre, est combattue de manière croissante par les mouvements masculinistes qui invoquent une sous-estimation des violences féminines. Le faible intérêt de le recherche académique pour la question, l’interprétation plutôt individualisante qu’en véhicule la psychologie ou encore la vision dépolitisée que propagent les instances publiques sont autant de facteurs qui nuisent à la reconnaissance des violences conjugales comme le produit d’inégalités structurelles entre hommes et femmes — alors même que la cause bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle croissante mais au travers d’un cadrage volontiers sécuritaire et culturalisé. La prise en compte des violences genrées hors du contexte conjugal ou au sein des couples de même sexe contribue également à interpeller les anciens cadres d’appréhension féministes au moment où les associations sont fragilisées par l’imposition de la nouvelle contrainte d’un financement « par projet ».

5Le propos de Violences conjugales se situe à l’entrecroisement de plusieurs domaines de recherche — la sociologie des problèmes publics, en premier lieu, mais aussi l’étude des mouvements sociaux, l’analyse des politiques publiques et la sociologie du genre — et apporte à chacun d’eux une contribution significative. Le récit de l’émergence du problème des violences conjugales au sein du mouvement féministe puis du passage du militantisme à l’offre de services professionnalisés éclaire un aspect important de l’histoire de la cause des femmes, dans le même temps qu’il pose la question des rapports entre mouvements protestataires et action associative. L’évocation de la mobilisation du contre-mouvement masculiniste, porteur d’une définition opposée du problème, contribue à l’intelligibilité des interdépendances entre mouvements rivaux. Saisir comment les conditions de financement des associations influent sur leur définition et leur action permet de comprendre les recompositions aujourd’hui en cours dans le secteur médico-social. Servi par une écriture à la fois claire et rigoureuse, cet ouvrage apparaît comme une des contributions les plus convaincantes de ces dernières années à la sociologie des problèmes publics de langue française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Pauline Delage, Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22756

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page