Navigation – Plan du site

Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l’égalité

Eric Keslassy
Les non-frères au pays de l'égalité
Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l'égalité, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2017, 160 p., ISBN : 978-2-7246-2000-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Réjane Sénac, L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité, Paris, Presses de Sciences Po, c (...)

1« Liberté, Égalité, Fraternité » : on sait que cette devise républicaine, placée au fronton de tous nos bâtiments administratifs et qui fonde notre rapport aux autres, ne se vérifie pas toujours dans les faits. Mais avant de se demander si la France parvient à tenir ses promesses, il est très important de s’interroger sur les interactions entre les trois termes. Ainsi, dans le sillage de ses travaux précédents – et notamment de L’Égalité sous conditions. Genre, parité, diversité1 –, Réjane Sénac propose de revenir sur le sens de la promesse républicaine. Une problématique qui, curieusement, n’a jamais encore été vraiment explorée…

2Si la fraternité pose l’existence de « frères », c’est qu’il existe aussi des « non-frères », c’est-à-dire des « citoyens » qui ne bénéficient pas de la liberté, de l’égalité et donc de la fraternité comme les « autres ». De fait, l’histoire politique de la République française démontre qu’un processus d’exclusion s’est mis en place dès le départ à l’égard de ces « non-frères » que sont, aux yeux de l’auteur, les femmes et les « racialisés » (les non-Blancs). Si les inégalités entre les hommes et les femmes ou entre les Blancs et les non-blancs persistent encore aujourd’hui, c’est parce qu’elles trouvent leur fondement dans l’idée que certains citoyens n’ont jamais été considérés comme parfaitement autonomes. D’une certaine façon, les femmes et les « racialisés » ne sont pas vus comme des acteurs politiques légitimes. Et pour le comprendre, il faut avoir en tête que les détenteurs du pouvoir fondamental, dans le sens où il conditionne tous les autres pouvoirs, a été confisqué par des hommes blancs qui ont toujours eu ainsi la légitimité de définir les règles du jeu, celles qui leur a finalement permis de se positionner au sommet de la hiérarchie politique et donc d’en exclure les « non-frères ».

3Au fond, la République se proclame « une et indivisible » alors qu’elle a sans cesse classifié et hiérarchisé les citoyens entre eux. Il n’est pas anecdotique qu’elle continue à se définir par un mot, Fraternité, qui trahit une vision excluante de la démocratie. Que dirions-nous si la devise républicaine était « Liberté, Égalité, Sororité » ? L’accepterions-nous ?

4Actuellement, la République tente en quelque sorte de rattraper son retard en cherchant à étendre l’égalité aux « non-frères » tant par la promotion de la parité et que par celle de la diversité. Mais cette approche de l’inclusion des femmes et des « racialisés » a tendance à s’appuyer sur une vision moderne de la complémentarité entre les genres et entre les origines : pour reconnaître les « non-frères » comme des « pairs », il faudrait véritablement universaliser les principes républicains ; or, s’ils sont davantage inclus, c’est parce qu’ils apportent une plus-value liée à leurs différences. L’inclusion des « non-frères » se fait alors sur le mode d’une présence « en tant que ». L’égalité n’est donc pas recherchée pour elle-même, mais pour servir un objectif de performance économique et sociale. Réjane Sénac se demande même si cette marchandisation de l’égalité n’est pas le meilleur moyen maintenir le « péché originel » : l’égalité est inconditionnelle pour les frères ; mais pour les « non-frères », elle reste conditionnelle. La répartition demeure donc finalement entre frères égalitaires et « non-frères » complémentaires. La Fraternité laisse certains dans un « angle mort » de l’égalité.

5Ainsi, il existe encore dans notre société des discriminations structurelles et systémiques (se rapportant au genre et à la différence de la couleur de la peau notamment). Pour Réjane Sénac, le seul moyen de véritablement établir l’égalité, une égalité dans les faits, est de déconstruire l’assignation des « non-frères » à leur singularité et à leur complémentarité. Cela suppose également de révoquer la fraternité et de penser une alternative qui permettrait à la République de se hisser enfin à la hauteur des principes qu’elle proclame avec tant de force et depuis si longtemps. Sans occulter que la fraternité signifie aussi solidarité, il serait utile de remplacer ce terme dans la devise républicaine par celui d’« adelphité ». Ce mot condense les idées d’union et de lien sans induire une perspective excluante. Il est dérivé du terme « adelphique » (du grec « adelphos »), qui qualifie les personnes nées d’une même mère, qu’elles soient frères ou qu’elles soient sœurs. Ainsi, un programme politique pourrait être d’essayer de donner du contenu à un nouveau triptyque républicain : « Liberté, Égalité, Adelphité ».

6Réjane Sénac signe à nouveau un essai percutant et convaincant. Parfaitement informé et documenté, il ouvre des perspectives nouvelles et qui méritent indiscutablement d’être creusées.

Haut de page

Notes

1 Réjane Sénac, L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2015 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/18598.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l’égalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22761

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page