Navigation – Plan du site

David Martens, Jean-Pierre Montier, Anne Reverseau (dir.), L’écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux

Sabrina Grillo
L'écrivain vu par la photographie
David Martens, Jean-Pierre Montier, Anne Reverseau (dir.), L'écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 299 p., ISBN : 978-2-7535-5215-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage est le produit d’un colloque international qui s’est tenu entre le 21 et le 28 juin 2014 au centre culturel de Cerisy-la-Salle. Les coordinateurs, David Martens, Jean-Pierre Montier et Anne Reverseau, dans le texte préliminaire, partent du constat d’une dynamique de recherche récente (depuis les années 2000) entre littérature et photographie, qui vise à redéfinir les formes et valeurs de la pratique littéraire en regard avec le photographique. L’originalité de cette manifestation scientifique, et par conséquent du présent ouvrage, réside ainsi dans la synergie entre littérature et photographie, stimulée par divers travaux de recherche dans lesquels convergent l’iconographie de l’écrivain et la photolittérature. Le photographique n’est donc pas annexe ou illustratif mais bien au cœur de l’objet de réflexion de tous les contributeurs, qui interrogent les formes de photographies d’écrivain ainsi que leurs circulations. Si le traditionnel portrait d’écrivain est immédiatement convoqué avec celui d’André Gide et le masque de Giacomo Leopardi vers 1935 – en couverture –, l’ouvrage entend bien dépasser ce cliché, sans mauvais jeu de mots. L’objectif est bien en effet d’interroger les formes, les usages et les enjeux d’une multitude de figurations photographiques d’écrivains, en croisant plusieurs domaines donc (littérature, l’édition, le journalisme, la publicité entre autres) et en considérant par ailleurs plusieurs époques (de l’apparition de la photographie à nos jours) et plusieurs écrivains. Cinq parties abordent ainsi diverses fonctions de la photographie d’écrivain.

2La première partie s’intéresse à la frontière entre privé et public et c’est somme toute une ouverture logique partant du fait que le support graphique est tout à fait apte à affecter la construction de l’ethos, à manipuler l’opinion publique, à fortifier ou à porter atteinte au prestige de l’instance énonciative. En effet, il peut avoir des conséquences plus ou moins graves et notables pour le récepteur. Cette partie expose donc comment les photographies d’écrivains et leurs usages se meuvent entre deux mondes dont les frontières semblent relativement floues. Nathalie Heinich et Kathrin Yacavone présentent par exemple l’inévitable tension impliquée par la conscience des auteurs de l’impact de l’image sur leur ethos (avec notamment les cas de Victor Hugo et de Balzac comme point de départ de la démocratisation de la pratique photographique). Certains auteurs choisissent l’exposition médiatique au service de la (re)construction de leur image d’écrivain : le photojournal d’Annie Ernaux apparaît ainsi comme une réponse active au matraquage photographique non maitrisé dont elle fut victime et c’est très clairement la manifestation de la nécessité de la gestion de l’autorité visuelle de l’écrivaine qui est en jeu, montre Nathalie Froloff.

3La seconde partie, « Les écrivains en groupes », traite de la tension entre singulier et collectif et là encore les contributions démontrent le rôle considérable des photographies de groupe sur l’ethos de l’écrivain. Solenn Dupas expose ainsi l’impact des galeries de photographies du XIXe siècle, reflet de l’appétence pour l’image. Les photographies de l’écrivain en collectivité témoignent quant à elles de l’évolution technique du médium qui a permis d’immortaliser l’écrivain dans une quotidienneté vivante, afin de dépasser la raideur du portrait de studio. C’est ce que mettent en lumière la contribution de Pascal Brissette et Michel Lacroix ainsi que celle de Danièle Méaux).

  • 1 Aristote, De Memoria, 1, 450b 21-27.

4La troisième partie, « Incarnation d’une absence », témoigne de la dialectique entre présence et absence. Elle présente l’impact du support photographique sur la pensée et rappelle que, pour Aristote, l’image provoque un double mouvement de l’âme puisque, face à elle, nous portons un regard en tant que chose et en tant que réalité1. Aussi, pour exemple, dans la contribution de Noémie Suisse, le spectateur serait à-même de cerner le style d’André Breton grâce à une photographie sur laquelle il apparaît. À l’inverse, Edouard Levé, écrivain et photographe, se dérobe malgré tout dans la mise en scène de soi et invite le lecteur/spectateur à cerner l’image comme un catalyseur d’interactions pouvant agir sur la capacité de penser et de voir l’écrivain, son œuvre et, au-delà, le monde.

  • 2 Expression de Christine Rivalan Guégo, p. 189.

5La quatrième partie, « Présences médiatiques », touche au versant économique, en lien avec la diffusion et la distribution des photographies d’écrivains. Elle permet de mettre en lumière le statut entrepreneurial et la réalité financière du monde de la presse et de celui de l’édition. Les contributeurs parlent de de véritable « mise en scène éditoriale »2 des portraits photographiques d’écrivains, qui répond à des stratégies marketing. Promouvoir un livre et, de fait, son auteur passe inévitablement par une démarche publicitaire qui implique l’instance journalistique. Érika Wicky rappelle ainsi les liens entre écrivains, journalistes et photographes dès le XIXe siècle. D’autres contributions abordent cette dialectique entre le monde l’édition et le monde des médias avec un bilan commun : leur interdépendance au service d’intérêts financiers.

6La cinquième et dernière partie, « Patrimonialisation de l’écrivain », cristallise le pouvoir de l’image photographique comme réceptacle d’un temps révolu. Ce faisant, la photographie s’érige en patrimoine d’une histoire de l’écrivain et devient donc lieu de mémoire. Les éditeurs comme Le Seuil ou Gallimard ont d’ailleurs fait le choix de publier de nombreuses photographies d’écrivains dans certaines de leurs collections. Finalement, la contribution qui illustre peut-être le mieux le titre de l’ouvrage est celle de Véronique Montémont, qui traite de la représentation de l’auteur par lui-même dans l’autobiographie française (1975-2014). L’écriture de soi est à son paroxysme : elle est une pratique à la fois textuelle et photographique.

7L’ensemble de l’ouvrage embrasse plusieurs réalités de la photographie dans un rapport à la société bien différent d’une époque à une autre. Se plonger dans sa lecture, c’est remonter le temps et suivre l’évolution de la pratique sociale de la photographie grâce à l’exposé de plusieurs points de vue : celui de l’écrivain, bien sûr, mais aussi celui du lecteur, du chercheur ou de l’éditeur entre autres. De nombreuses contributions interrogent certes sur la relation entre littérature et photographie mais les conclusions, notamment sur la valeur marchande qui unit ces deux instances, peuvent être élargies à la politique people qui finalement pose le citoyen/lecteur/spectateur dans la situation suivante : être spectateur de l’image et acteur de son interprétation.

Haut de page

Notes

1 Aristote, De Memoria, 1, 450b 21-27.

2 Expression de Christine Rivalan Guégo, p. 189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Grillo, « David Martens, Jean-Pierre Montier, Anne Reverseau (dir.), L’écrivain vu par la photographie. Formes, usages, enjeux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22764

Haut de page

Rédacteur

Sabrina Grillo

Agrégée d’espagnol, Sabrina Grillo est enseignante à l’université d’Artois d’Arras et mène actuellement un travail de thèse portant sur Juan Negrín. Ses plus récentes communications et publications portent sur l’histoire hispanique contemporaine et le rôle de la source iconographique (photographie et film) au service de l’écriture historienne. En 2014, elle a été primée sous le haut patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco grâce à la rédaction d’un essai sur les limites de l’éthique dans la diffusion de l’information.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page