Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Le Goff, La fin du village. Une histoire française

Sébastien Zerilli
La fin du village
Jean-Pierre Le Goff, La fin du village. Une histoire française, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2017, 784 p., (1re éd. 2012), ISBN : 978-2-07-270624-0.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la planète s’urbanise toujours plus, on pourrait trouver anachronique et superflu de consacrer une étude de presque huit cents pages à l’évolution d’un bourg depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. À moins, bien sûr, de considérer que les changements qu’a connu au cours de cette période Cadenet, commune du Lubéron qui compte à peine plus de 4000 habitants, révèlent « une histoire française », comme l’indique justement le sous-titre du livre. Aussi faut-il paradoxalement lire cette monographie comme un ouvrage de sociologie générale.

2Un postulat clair aiguillonne l’enquête du sociologue et structure son texte : la « fin du village » ne correspond pas seulement à l’effacement d’un espace mais aussi, et surtout, à la disparition d’un ethos. L’utilisation récurrente des termes « société villageoise », « monde en soi », « collectivité d’appartenance », « type d’humanité », « collectivité villageoise » ou encore « civilisation paysanne » en témoigne. Cette transformation, Jean-Pierre le Goff la documente en ethnographe et en historien. À l’observation participante et aux multiples entretiens que le vacancier a pu réaliser au cours de ses nombreux séjours estivaux s’ajoute l’analyse minutieuse d’une vaste documentation locale (archives municipales, règlement intérieur de plusieurs institutions communales, textes de loi relatifs à la préservation des espaces naturels).

3Un extrait du cœur de l’ouvrage résume parfaitement les conclusions de l’auteur : « [depuis les années 1980] Cadenet est entrée tant bien que mal dans un nouveau monde où s’est effacée son ancienne identité. On peut y voir, à juste titre, un phénomène […] qui a libéré les individus des contraintes pesant sur les anciennes communautés d’appartenance […] Pour autant, cette évolution s’est payée d’une dissolution du lien collectif entraînant l’individualisme vers les horizons d’une “postmodernité” problématique » (p. 459).

4Trois tendances nous semblent pouvoir être distinguées, qui résument les conséquences produites par l’entrée des Cadenétiennes et des Cadenétiens dans ce que le sociologue appelle « un nouveau monde ». Elles parcourent le petit microcosme provençal, mais traversent aussi toute la société française.

5Entre tous, le phénomène d’individualisation des relations sociales est le plus largement documenté et commenté dans l’étude de Jean-Pierre le Goff. Les exemples, parfois anecdotiques mais toujours symptomatiques, sont nombreux qui témoignent de cette transformation. La multiplication des postes de télévision à partir des années 1960 a progressivement fait disparaître les veillées collectives. La disparition d’un artisanat communal et d’une agriculture locale, tout au long de la deuxième moitié du xxe siècle, a obligé les habitants à travailler à distance, transformant ainsi Cadenet en un « village-dortoir » qu’on regagne entre deux déplacements. Il est de plus en plus difficile aux gendarmes municipaux, d’ailleurs de plus en plus souvent mutés, de sentir battre le pouls du bourg alors que seulement quelques « anciens » continuent à fréquenter le Bar des Boules… Le succès de certaines formes de spiritualités alternatives, popularisées par des communautés « soixante-huitardes » venues s’installer au village durant les années 1960, témoigne quant à lui de l’émergence de croyances vécues sur un mode plus personnel, dans un village autrefois de tradition républicaine et socialiste, autant que de sensibilité chrétienne. Autre indice qui témoigne du relâchement du holisme caractéristique de l’ancienne communauté villageoise, divorces et familles recomposées se multiplient.

6Le sociologue montre également qu’un singulier processus de patrimonialisation saisit le lieu. Son passé d’abord : alors que l’avenir du village paraît incertain, ses habitants célèbrent son histoire d’une manière dont l’auteur montre bien qu’elle semble tout à la fois obligée et désincarnée. L’inauguration d’un étrange musée de la vannerie, à la cohérence hasardeuse et à la fréquentation extrêmement restreinte, en est la preuve selon Jean-Pierre le Goff. Son espace aussi : ainsi les nombreuses mesures de protection environnementale échafaudées et mises en place par un complexe système techno-administratif pour préserver le Parc naturel régional du Lubéron font-elles polémique parmi les habitants. Pour les anciens du village, souvent chasseurs, elles sont le symbole d’une écologie punitive et culpabilisatrice. Et d’ailleurs, grondent-ils, les villas d’architectes aux formes provocantes qui s’y construisent, occupées le temps d’un week-end par de riches propriétaires grâce aux facilités que procure désormais le TGV, ne jurent-elles pas beaucoup plus avec le paysage que les habitations modestes qui s’y trouvent encore ?

  • 1 Rappelons que Jean-Pierre Le Goff a écrit Le mythe de l’entreprise, Paris, La Découverte, « Poche » (...)

7Ultime mouvement à propos duquel l’auteur nous paraît formuler les analyses les plus subtiles et les plus suggestives : le développement de ce qu’on pourrait appeler une « idéologie managériale », qui semble affecter en profondeur les relations sociales1. Si son influence semble diffuse, le sociologue souligne remarquablement à quel point son emprise est réelle : depuis l’encadrement des jeunes enfants à l’école primaire de Cadenet jusqu’à l’accompagnement des personnes âgées dans la maison de retraite du village, elle se caractérise par la synthèse paradoxale d’objectifs contraires. Si elle célèbre, toutes générations confondues, le besoin d’épanouissement personnel, elle ne semble pourtant mobiliser les vertus du dialogue et de l’écoute que pour faire des individus des agents actifs et performants, vivant sans temps mort, enchaînant les activités et les projets. C’est aussi sous cet angle qu’il nous semble devoir saisir le processus « d’événementialisation » de la culture que Jean-Pierre le Goff diagnostique rigoureusement dans le village. Porté par des « entrepreneurs culturels » arrivés de la ville et comptant souvent parmi les derniers installés à Cadenet (les natifs de la commune les appellent « les cultureux ») ce processus semble confondre objectif de dynamisation culturel et fructification d’une sorte de capital communicationnel municipal portée par des « manifestations » de toutes sortes.

  • 2 « À présent, que l’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas. Je dis : nous avons connu un peupl (...)

8L’ouvrage de Jean-Pierre le Goff débute par une épigraphe de Charles Péguy dans laquelle l’auteur de L’Argent se défend en substance de dire que la fin d’un monde est la fin du monde2. Le lecteur accoutumé à l’actuel climat politico-intellectuel hexagonal ne manquera pourtant pas de voir dans cette citation une sorte d’habile tentative de neutralisation par anticipation des reproches qu’on pourrait adresser à certains des aspects de ce livre.

9Au fil des pages affleurent effectivement toutes les remarques d’ordinaire associées au réquisitoire des « déclinologues » : ici les méfaits du pédagogisme (p. 534 et suivantes) ; là, le masochisme du penchant à la repentance qui caractériserait l’ancienne puissance coloniale française (p. 179 et suivantes ; p. 518) ; ailleurs les dérives du « tout-culturel » (p. 400 et p.  414) ou encore du politiquement correct…

  • 3 Lettre de Robert Hertz à Pierre Roussel, citée par Mariot Nicolas, Histoire d’un sacrifice, Robert, (...)
  • 4 Le Goff Jean-Pierre, « Comment être à la fois conservateur, moderne et social ? Entretien avec Laet (...)

10Entendons-nous bien. Il existe un fossé entre cette riche étude, dont la lecture est assurément précieuse, et le contenu manichéen et superficiel d’essais qui battent des records de ventes. Les observations du sociologue sont fines ; la façon dont il objective plusieurs tendances sociales est remarquable. Il serait trop simple de le classer sans autre forme de procès dans le camp des odieux « néo-réacs ». Simplement, Jean-Pierre le Goff est-il toujours sociologue lorsqu’il se demande, compte tenu des transformations qu’il analyse, si l’on n’est « pas en train de perdre de vue notre histoire et notre héritage ? » (p. 447). Sans doute l’individu ne s’efface-t-il jamais complètement derrière le sociologue. L’exercice de déconstruction réflexive qui caractérise la démarche sociologique est un préalable obligé… autant qu’un objectif inatteignable. L’auteur explique d’ailleurs dès l’entame de son livre qu’il l’a rédigé en partie pour remercier ceux des Cadenétiens qui sont devenus ses amis au fil de ses séjours dans le village. De plus, les interrogations relatives aux transformations du lien social n’ont pas angoissé que des savants conservateurs ou réactionnaires : à l’époque où la sociologie émergeait dans une atmosphère de scientisme et de socialisme mêlés, l’élève préféré d’Émile Durkheim pouvait écrire que « [la] besogne [des] sociologues, c’est […] de montrer tout ce qui doit survivre d’un passé (qu’on croyait condamné par le progrès) parce qu’essentiel et nécessaire à la vie en société en général » 3… Son sentiment, Jean-Pierre Le Goff l’a formulé ailleurs sans ambiguïté : « L’identité d’un peuple n’est pas une substance immuable qui ne changerait pas avec le temps, mais on ne saurait faire valoir comme modèle a contrario un mouvement permanent et indéfini, sauf à considérer le monde commun comme un chaos et à abdiquer toute prétention à le rendre signifiant. »4. À ce point de vue politique ne saurait être opposée qu’une autre vision partisane. Il nous semble simplement pouvoir légitimement regretter qu’au long des pages, analyses sociologiques et impromptus politiques se mêlent parfois insensiblement.

  • 5 Par analogie, et toute proportion gardée, avec l’analyse que l’historien et éditeur Pierre Nora ava (...)

11Ultime remarque, on commente ici la version de poche d’un ouvrage originellement paru en 2012. Cette réédition, comme les prix attribués à ce livre (le Grand Prix du livre historique de Provence, le prix Montaigne, le prix du Mémorial-Grand Prix littéraire du livre d’Ajaccio et le prix Biguet de l’Académie française) témoignent assurément de sa capacité à faire se cristalliser, qu’on s’en félicite ou bien qu’on le regrette, quelque chose d’une ambiance inquiète. La fin du village : un moment de la conscience hexagonale5.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que Jean-Pierre Le Goff a écrit Le mythe de l’entreprise, Paris, La Découverte, « Poche », 2003 [2000].

2 « À présent, que l’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas. Je dis : nous avons connu un peuple que l’on ne reverra jamais. Je ne dis pas : On ne verra jamais de peuple. Je ne dis pas : La race est perdue. Je ne dis pas : Le peuple est perdu. Je dis : nous avons connu un peuple que l’on ne reverra jamais. » Péguy Charles, Œuvres complètes en prose, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, t. iii, p. 799.

3 Lettre de Robert Hertz à Pierre Roussel, citée par Mariot Nicolas, Histoire d’un sacrifice, Robert, Alice et la guerre, Paris, Seuil, « L’Univers Historique », 2017, p. 145.

4 Le Goff Jean-Pierre, « Comment être à la fois conservateur, moderne et social ? Entretien avec Laetitia Strauch-Bonart », Le Débat, 2016 / 1, n° 188, p. 156.

5 Par analogie, et toute proportion gardée, avec l’analyse que l’historien et éditeur Pierre Nora avait faite du formidable succès de Tristes Tropiques : « Un moment de la conscience occidentale », in Nora Pierre, Historien public, Paris, Gallimard, 2011, p. 386-395.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Jean-Pierre Le Goff, La fin du village. Une histoire française  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/22766

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page