Navigation – Plan du site
Chili actuel : gouverner et résister dans une société néolibérale

Chili actuel : gouverner et résister dans une société néolibérale

Antoine Faure, Franck Gaudichaud, Maria Cosette Godoy Hidalgo, Fabiola Miranda Pérez, René Jara Reyes (dir.), Chili actuel : gouverner et résister dans une société néolibérale, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherches Amériques Latines », 2016, 280 p., ISBN : 978-2-343-09732-9.
Notice publiée le 09 mai 2017

Présentation de l'éditeur

Dans l'imaginaire contemporain, le mot "néolibéralisme" renvoie assez souvent à un pays du Cône Sud : le Chili. Pour toute une génération, le traumatisme du coup d'Etat de 1973 ne met pas simplement fin au rêve porté par le président Salvador Allende, et à "la voie chilienne au socialisme" : l'intervention militaire enclenche aussi la mise en oeuvre de mesures néolibérales sur le continent latino-américain, et plus généralement à l'échelle mondiale. Mais de quoi parle-t-on lorsque l'on affirme que le Chili est un pays "néolibéral" ? Depuis 40 ans, la question ne cesse d'alimenter réflexions et débats au sein des sciences sociales comme de la sphère publique.


En se plaçant - en partie - dans la lignée de l'essai Chili actuel. Anatomie d'un mythe du sociologue de Tomas Moulian (1997), cet ouvrage cherche à rendre compte des expérimentations néolibérales dans un Chili qui en constitue indéniablement un des laboratoires au plan mondial. Il ouvre des pistes de réflexion critique sur les permanences et les réajustements des logiques néolibérales, sur les résistances et les subjectivations propres à la société chilienne du temps présent. Les textes réunis ici, dans leur langue d'origine, d'auteurs chiliens et français, envisagent le néolibéralisme en tant qu' "hégémonie", modèle d'accumulation économique et "art" de gouverner, mais aussi dans les relations des forces locales, nationales et internationales au sein desquelles ces mêmes logiques s'insèrent et se construisent. Polysémie et multi-dimensionnalité de ce projet de société sont alors abordées selon trois axes : dans quelle mesure les résistances au néolibéralisme sont-elles au coeur de la définition du projet de société du Chili actuel ? De quelle manière subjectivités et identités se forgent-elles dans ce contexte ? Comment, enfin, le marché est-il progressivement devenu un lieu quotidien de médiation politique et d'action publique ?

Haut de page