Navigation – Plan du site

François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir

Dominique Vidal
Avec l'immigration
François Héran, Avec l'immigration. Mesure, débattre, agir, Paris, La Découverte, coll. « L'envers des faits », 2017, 328 p., ISBN : 9782707190246.
Haut de page

Texte intégral

1« Ni pour ni contre l’immigration. Avec elle, tout simplement » : ainsi la dernière ligne de l’ouvrage de François Héran synthétise-t-elle l’argument qu’il déploie tout au long de ses 315 pages. Il faut toutefois au lecteur le lire dans son intégralité pour saisir son propos dans tout son relief et sa portée. Mais, au cas où la longueur du texte l’en dissuaderait, qu’il se rassure. S’il a un tant soit peu d’intérêt pour les questions dont ce livre est l’objet, c’est un chemin plaisant qui l’attend, fait d’analyses solides exposées dans un style limpide où se mêlent avec bonheur le témoignage d’un homme de son temps et le savoir d’un démographe ouvert sur les sciences sociales.

2La part des immigrés du Maghreb, d’Afrique, du Proche-Orient et du Moyen-Orient, ainsi que la visibilité de l’islam ont indéniablement augmenté en France au cours des quatre dernières décennies, constate François Héran en ouverture. Alors que la recherche sur l’immigration a depuis considérablement progressé, le débat public sur le sujet n’en reste pas moins mal informé, souligne-t-il, car prisonnier d’apriori idéologiques, de stratégies politiques et d’une actualité où ont fait irruption les attentats et l’afflux massif de réfugiés. Pourtant, et c’est la thèse qui sous-tend toute l’argumentation, l’immigration doit être appréhendée comme une réalité « objective » et « permanente » qui, si elle ne dispense pas de choix politiques fondamentaux, ne peut être contrôlée selon la seule volonté des autorités nationales. Car, contrairement à une idée à intention polémique largement diffusée, la situation de l’immigration dans un pays démocratique ne dépend que faiblement des gouvernants, mais résulte avant tout de facteurs d’ordre démographique et juridique. Héran rappelle ainsi plusieurs fois, à titre d’exemple, le nombre stable, depuis 2002, de 200 000 titres de séjour qui sont délivrés chaque année à des migrants extra-européens, chiffre bien moins lié aux migrations de travail et au droit d’asile qu’au regroupement familial, aux mariages mixtes et à l’accueil d’étudiants étrangers. Or, sauf à vouloir se fermer au reste du monde et sortir du cadre de conventions internationales qui protège la vie familiale, la France ne saurait intervenir sur ces flux migratoires. C’est d’ailleurs parce que François Héran considère l’immigration comme une « réalité objective » qu’il revendique, pour la comprendre, une « neutralité engagée, documentée et réaliste », laquelle, selon lui, rend aujourd’hui aussi chimérique le projet de la refuser ou de la refouler, défendu par certains, que l’abolition des frontières nationales revendiquée par d’autres.

3Héran consacre pourtant les deux premières des sept parties de son ouvrage à la politique migratoire de la France depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur en mai 2002. Que ce soit lors de son passage place Beauvau, durant sa présidence ou au cours de celle de son successeur, la politique migratoire qui a été déployée traduit les limites du volontarisme politique et l’incompréhension des dynamiques à l’œuvre. De même que l’interdiction du regroupement familial n’a pu être imposée, la politique d’« immigration choisie » a connu un échec cinglant dû à l’incapacité d’en saisir les contraintes, à commencer par le coût qu’imposerait sa mise en œuvre. Et, revenu aux affaires, la gauche s’est glissée dans le cadre dessiné dans les cinq années antérieures plus qu’elle n’a cherché à le défaire par une inventivité ancrée dans des données objectives, alors que le Front national n’a proposé, tout au long de la période, que des mesures irréalistes et contraires aux principes démocratiques.

  • 1 Insee : Institut national de la statistique et des études économiques.
  • 2 Ined : Institut national d’études démographiques.

4Les quatre parties suivantes présentent avec une grande clarté les acteurs de la statistique publique en matière d’immigration et les enjeux politiques que leur travail soulève. Peu de chercheurs étaient aussi bien placés que François Héran pour en livrer un témoignage informé. Ancien directeur d’une division de l’Insee1 – organisme qui bénéficie du statut de direction générale du ministère de l’Économie et des Finances – et directeur de l’Ined2 pendant dix ans, il connaît parfaitement les conditions de production de données statistiques, les réserves que ces dernières suscitent et les interprétations dont elles sont l’objet. Il revient notamment sur la polémique relative aux statistiques sur l’origine des migrants et de leurs descendants (lesdites « statistiques ethniques »), qui lui a valu de s’attirer les foudres de son collègue démographe Hervé Le Bras. Héran expose à ce propos la double condition qui garantit qu’une controverse scientifique, « partie intégrante du travail du chercheur » selon lui (p. 149), reste dans un cadre académique. La première suppose que l’argumentation (logos) ne cède pas à la tentation de provoquer l’émotion (pathos) ou de discréditer ses adversaires (ethos) ; la seconde interdit d’utiliser des arguments extra-scientifiques pour empêcher un adversaire scientifique de s’exprimer, par exemple en ne le laissant pas bénéficier de ressources pour conduire des recherches ou en bloquant ses publications. Quels que soient les obstacles sur le chemin des chercheurs, les données statistiques sur l’immigration ont néanmoins considérablement augmenté depuis les années 1990. François Héran rappelle les usages politiques qu’ont pu en faire l’historien Jacques Dupâquier, farouche adversaire du recensement rénové, et le polémiste Éric Zemmour dont on sait l’influence médiatique. Il démontre toutefois, preuves à l’appui, que les enquêtes de l’Insee et de l’Ined qui documentent la part de l’immigration en prison, sujet qui est loin d’être « tabou » comme le prétendent d’aucuns, révèlent l’absence de fondement de la théorie du « grand remplacement » de la population par les migrations non-européennes. Pour autant, Héran ne défend pas une conception qui réserverait l’usage ce ces données à leurs seuls spécialistes. Les statistiques ont au contraire vocation, précise-t-il, de contribuer utilement au débat public et aux choix politiques. Encore faut-il, pour que cela puisse alimenter des échanges solides, que les parties en présence ne tombent pas dans différentes formes de réductionnisme, fréquentes dès qu’il est question d’immigration.

5Une dernière partie, forte de trois chapitres, a valeur de conclusion générale et reprend la plupart des thèmes précédemment développés. Son titre, « Le temps de l’intégration », en indique efficacement la tonalité et le contenu. La connaissance statistique, qui a progressé au cours des deux dernières décennies, établit que la plupart des populations issues de l’immigration s’intègrent à la société française sur la durée, même si elles continuent de présenter parfois des différences notables avec les Français natifs, en raison notamment des discriminations dont elles font l’objet. Pour cette raison, l’intégration doit être pensée comme un travail qui concerne tout le corps social et implique aussi bien les immigrés et leurs descendants que les nationaux de longue date. Cela suppose préalablement, répète François Héran, que l’immigration soit considérée comme une donnée de base avec laquelle compose inévitablement une société, quelles que soient l’origine des courants migratoires et l’inquiétude qu’ils provoquent.

6Ce livre de synthèse réussit en fin de compte un double tour de force. Il fournit, d’une part, une information précise au plus près des derniers développements de l’actualité, comme en témoignent les pages consacrées à la question des réfugiés et à l’analyse de l’immigration dans les programmes des principaux candidats à l’élection présidentielle de 2017. Il inscrit toujours, d’autre part, les phénomènes migratoires dans leur historicité en faisant ressortir les particularités du cas français par le recours à des comparaisons internationales particulièrement bien choisies. Pour cela, il a tout pour retenir l’attention du spécialiste comme du lecteur simplement soucieux de mieux connaître le monde.

  • 3 Certains s’étonneront sans doute, par exemple, qu’aucune mention ne soit faite aux recherches menée (...)

7Nul livre, aussi réussi soit-il comme l’est celui-ci, n’est bien sûr exempt de critiques. On peut ainsi reprocher à François Héran de faire la part belle aux recherches menées dans les institutions qu’il a le plus fréquentées, mais c’est là une chose si banale qu’on ne saurait faire plus que de la relever3. On regrette en revanche qu’il n’ait pas davantage détaché dans son propos les fondements et les conséquences de sa conception libérale de la démocratie. Car s’il montre bien l’inanité de la politique migratoire préconisée par la droite radicale et l’extrême-droite, il n’aborde que de façon tangentielle les points aveugles de projets plus généreux. Ainsi du trop court développement sur les scenarii d’une ouverture des frontières à l’échelle de la planète, thème actuellement très en vogue dans une partie de la recherche sur les migrations internationales, le monde associatif et les milieux militants. De même, les politiques de lutte contre les discriminations auraient mérité d’être plus longuement discutées. Gageons qu’à ce sujet François Héran aurait su faire preuve de ce sens de la mesure qu’il revendique dans l’utilisation des données et met en œuvre dans l’exposé de ses arguments. Ce sera, espérons-le, pour un prochain ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Insee : Institut national de la statistique et des études économiques.

2 Ined : Institut national d’études démographiques.

3 Certains s’étonneront sans doute, par exemple, qu’aucune mention ne soit faite aux recherches menées par l’Unité de recherche Migrations et société (Urmis), qu’a rejoint il y a quelques années l’auteur de ces lignes, laboratoire qui a joué un rôle pionnier dans l’étude de l’immigration en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vidal, « François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22832

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page