Navigation – Plan du site

Enzo Traverso, Left-Wing Melancholia. Marxism, History, and Memory

Étienne Raduly
Left-wing melancholia
Enzo Traverso, Left-wing melancholia. Marxism, history, and memory, New York, Columbia University Press, coll. « New directions in critical theory », 2016, 290 p., ISBN : 9780231179423.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations de l’ouvrage sont traduites par le rédacteur de ce compte rendu.
  • 2 La définition de la « gauche » donnée par Enzo Traverso se veut très large, c’est-à-dire qu’elle se (...)
  • 3 Comme le souligne l’auteur à la suite de Trotsky, l’idée de « tradition révolutionnaire » signifie (...)

1La défaite et le deuil ont constitué des traits essentiels de la culture révolutionnaire depuis la deuxième moitié du XIXe siècle : ils prennent place dans une stratégie de l’émancipation dont l’orientation vers l’avenir exige le renouvellement incessant. Toutefois, la fin du XXe siècle n’a-t-elle pas signé, en même temps que l’interruption des dynamiques révolutionnaires, l’épuisement voire la condamnation de « l’imagination utopique »1 (p. 57) ? Face à l’idéologie néolibérale devenue hégémonique à l’échelle mondiale, la défaite de la « gauche »2, si elle n’est pas finale, est assez écrasante pour requérir un travail réflexif, voire un processus de deuil. Telle serait la tâche d’une « critique mélancolique » (melancholy criticism) qui, « tout en restant ouverte aux luttes du présent, ne se dérobe pas à l’autocritique concernant ses échecs passés » (p. xv). La mélancolie caractérise en effet une « culture de la défaite » : des martyrs communards aux desaparecidos chiliens ou argentins, en passant par des leaders charismatiques tels que Ernesto Guevara ou Karl Liebknecht, les vaincus font l’objet de représentations multiples qui sont intégrées dans le projet révolutionnaire, et finissent par constituer une tradition et une mémoire alternatives3. En marge des grands récits de la gauche, Enzo Traverso explore une histoire et une culture des vaincus, dans toute la fécondité de ce dernier terme : celui-ci est en effet opposé à la figure de la victime, qui tend à être sacralisée par la mémoire contemporaine, et par là-même est rendue muette, privée de toute substance politique (c’est-à-dire privée de ses convictions, de ses engagements, de ses combats, etc.) dans l’histoire duale qui l’oppose à son bourreau.

2L’ouvrage mobilise des sources très variées pour manifester la spécificité d’une mémoire de gauche, en recourant à l’efficacité des « images de pensée » (Denkbilder), selon une méthodologie inspirée de Walter Benjamin, l’interlocuteur privilégié d’Enzo Traverso. Les réalisations photographiques, picturales et surtout cinématographiques – le chapitre 3, intitulé « Images de la mélancolie », leur est entièrement consacré –, révèlent un rapport dialectique à la défaite, qui consiste dans l’articulation de l’acceptation critique des échecs passés avec l’engagement dans les luttes à venir. À ce titre, le documentaire de Carmen Castillo, Santa Fe Street (2007), est emblématique du refus d’une conception de la mémoire comme sacralisation stérile. Carmen Castillo était en effet l’épouse de Miguel Enriquez, et leur maison servait de repère clandestin au MIR (Movimiento de Izquierda Revolucionaria), dont Miguel était le leader ; suite à l’assassinat de son mari par les soldats de Pinochet le 6 octobre 1974, Carmen s’exile pour ne revenir qu’après la chute de la dictature militaire. Lors de son retour au Chili, elle souhaite acheter la maison de la rue Santa Fe pour la transformer en musée, mais elle renonce à ce projet en faisant la connaissance d’une nouvelle génération d’activistes politiques : « elle comprend que, pour eux, le MIR est un héritage vivant, et non un objet mort » (p. 113-114). L’expérience de Carmen Castillo est représentative d’une culture dans laquelle la mémoire n’équivaut pas à de l’histoire classée sans suite : au contraire, dans la pensée révolutionnaire, « le deuil est inséparable de l’espoir » (p. 48). Les expressions artistiques de la mélancolie sont partie intégrante d’une conception marxiste de la mémoire, qui exige « d’inscrire les événements du passé dans notre conscience historique afin de nous projeter dans l’avenir. C’était une mémoire “stratégique” des luttes émancipatrices passées, une mémoire orientée vers le futur [future-oriented memory] » (p. xiv).

  • 4 Karl Marx, Le 1  Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Éditions Sociales, 1969, p. 9.
  • 5 Voir par exemple Matthieu Renault, C. L. R. James. La vie révolutionnaire d'un « Platon noir », Par (...)

3Il faut se garder toutefois de penser un lien symbiotique entre le marxisme et l’idée de mémoire : « La tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants »4 écrit Marx, dont la conception de l’histoire comporte comme impératif constant la projection dans l’avenir, et implique par là-même un certain rejet de la mémoire comme attachement nostalgique au passé. L’intention d’Enzo Traverso de revaloriser le concept de mémoire au sein même de la tradition marxiste a donc pour corrélat une double critique : elle vise d’une part une certaine téléologie historique univoque, et d’autre part une vision trop étroite du sujet révolutionnaire. La discussion des dimensions « eurocentristes » de la pensée marxiste au chapitre 5 (« Le marxisme et l’Occident ») permet ainsi de réintégrer dans une conception élargie de la gauche des tendances marginales ou marginalisées par le discours révolutionnaire lui-même. En effet, sa conception d’un prolétariat européen, industriel et urbain a empêché Marx de percevoir comme significatives des luttes émancipatrices qui prenaient place sur d’autres continents et dans des contextes différents. On peut ici identifier un des paradoxes du destin du marxisme, puisque ce dernier est devenu « le cadre théorique de la décolonisation », alors même que « le marxisme occidental et le marxisme anticolonial […] demeuraient deux continents intellectuels séparés » (p. 166). La rencontre manquée et l’incompréhension entre deux auteurs tels que Theodor W. Adorno et C. L. R. James5 est emblématique du point aveugle que constituait la colonisation dans le discours marxiste dominant (notamment celui de l’École de Francfort), dont « l’horizon épistémique » a contribué à limiter le champ d’action : « Presque rien dans l’arrière-plan culturel du philosophe allemand ne le prédisposait à exprimer la moindre curiosité à propos d’un défenseur de la culture populaire tel que James » (p. 173). L’exemple d’Adorno est ainsi souvent invoqué dans l’ouvrage comme manifestant une tendance du « marxisme occidental » à se replier dans une contemplation fataliste de la société réifiée. Le chapitre 6, consacré au dialogue entre Benjamin et Adorno, éclaire ainsi deux formes possibles de la mélancolie de gauche, « toutes deux romantiques mais divergentes au plan politique : [celle de Benjamin] en faveur de l’action radicale, [celle d’Adorno] résignée et passive » (p. 200).

4Le choix de faire de Walter Benjamin la référence centrale de l’ouvrage est en effet significatif d’une démarche de réhabilitation de courants trop souvent négligés au sein du marxisme : les développements biographiques qui fournissent le contexte des rapports entre les deux philosophes allemands en exil illustrent ainsi la situation marginale et précaire de Benjamin, tant au cours de sa vie que dans la réception de sa pensée. L’articulation du communisme et de la théologie rend la pensée historique de Benjamin hérétique et inclassable, tant du point de vue de la théologie juive que du marxisme orthodoxe : son refus d’adhérer à la conception marxiste des révolutions comme les « locomotives de l’histoire », pour les penser au contraire comme ruptures et événements au sens le plus radical, lui permet d’éviter les écueils d’un scientisme historique ou d’un marxisme purement esthétique (à l’image de celui d’Adorno), pour allier la mémoire de la défaite à l’impératif de l’engagement politique. Chez Benjamin, l’histoire est en effet pensée comme « un temps ouvert », c’est-à-dire inséparable du présent dans la mesure où il peut sans cesse être « réactivé » : or, c’est la mémoire (Eingedenken) qui assure cette solidarité, en vertu de laquelle la transformation du présent signifie en même temps la « rédemption » du passé. « En d’autres termes, pour sauver le passé il nous faut à nouveau donner naissance aux espoirs des vaincus… » (p. 222). La mélancolie historique de Benjamin enjoint ainsi la pensée révolutionnaire à se défaire de l’idée de progrès ou de civilisation comme autant de mythes dangereux et démobilisateurs : la barbarie fasciste ne constitue pas une rupture dans l’histoire occidentale, mais bien une de ses manifestations nécessaires. Dans cette évolution historique qui tend sans cesse à l’accroissement et à la multiplication des formes de domination, les forces révolutionnaires ne peuvent être que marginales et disruptives.

  • 6 Dans la continuité des mouvements de 1968, la substitution sémantique des termes « révoltes » (ou « (...)

5Une des contributions majeures du concept de mélancolie serait alors de faire renoncer la tradition marxiste à un optimisme aveugle placé dans d’hypothétiques lois de l’histoire, afin de penser l’action politique en un sens radicalement élargi, c’est-à-dire en y incluant les luttes minoritaires. Tout le défi consiste cependant à articuler ces différentes luttes dans une pensée et un projet de transformation sociale renouvelés, au risque de voir subsister un ordre socio-économique néolibéral d’ampleur mondiale, laissé intact par des luttes périphériques éclatées qui échouent pour le moment à apporter des remises en question profondes et stratégiquement décisives concernant le système des rapports sociaux et des mécanismes de domination6.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations de l’ouvrage sont traduites par le rédacteur de ce compte rendu.

2 La définition de la « gauche » donnée par Enzo Traverso se veut très large, c’est-à-dire qu’elle se conçoit en termes davantage « ontologiques » que « topologiques » : il faut ainsi entendre les « mouvements qui ont lutté pour changer le monde en mettant le principe d’égalité au centre de leur programme » (p. xiii).

3 Comme le souligne l’auteur à la suite de Trotsky, l’idée de « tradition révolutionnaire » signifie que « la révolution n’était pas une tabula rasa ; elle avait sa propre vision du passé, à la manière d’une contre-mémoire [countermemory] opposée aux interprétations officielles de l’histoire » (p. 71).

4 Karl Marx, Le 1  Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Éditions Sociales, 1969, p. 9.

5 Voir par exemple Matthieu Renault, C. L. R. James. La vie révolutionnaire d'un « Platon noir », Paris, La Découverte, 2016 ; compte rendu d’Eddy Banaré pour Lectures : https://lectures.revues.org/20524.

6 Dans la continuité des mouvements de 1968, la substitution sémantique des termes « révoltes » (ou « résistances ») par celui de « révolution » semble ainsi avoir considérablement réduit les possibilités de transformation de l’ordre social, et s’apparente bien plutôt à une entreprise conservatrice de dépolitisation de la révolte en général. Sur cette question, voir Slavoj Žižek, « Georg Lukács as the Philosopher of Leninism », in Georg Lukács, A Defence of History and Class Consciousness: Tailism and the Dialectic, trans. Esther Leslie, Verso, 2002, p. 177, en particulier note 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Raduly, « Enzo Traverso, Left-Wing Melancholia. Marxism, History, and Memory », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 mai 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22844

Haut de page

Rédacteur

Étienne Raduly

Étudiant en master 1 d’histoire de la philosophie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page