Navigation – Plan du site

Pierre Roche, La puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques

Bastien Pereira Besteiro
La puissance d'agir au travail
Pierre Roche, La puissance d'agir au travail. Recherches et interventions cliniques, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2016, 326 p., ISBN : 978-2-7492-5261-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
  • 2 Nous désignons par « approches cliniques du travail » l’ensemble des courants théoriques en psychol (...)
  • 3 Brun Gaspard, « Pouvoir d’agir, en analyse de l’activité. Traces, usages et figures modernes de Spi (...)
  • 4 Pierre Roche parle également « d’action-production ».

1Si l’œuvre de Spinoza a assez peu marqué les sciences sociales, elle a fait l’objet d’une importante relecture ces dernières années, dont la plus médiatique a été celle de Frédéric Lordon dans Capitalisme, désir et servitude1. Bien que celui-ci ait montré comment la philosophie spinoziste peut éclairer la critique marxienne du capitalisme en introduisant les affects dans l’analyse des comportements économiques, son inscription dans un paradigme déterministe occulte les possibilités de réappropriation de la puissance d’agir par les individus en dehors d’une démarche de dévoilement sociologique des mécanismes de domination. Les approches cliniques du travail2 se distinguent de cette précédente posture en faisant de cette « puissance d’agir » une propriété du sujet autant qu’un objectif à poursuivre3. Pour les cliniciens, les passions ne sont pas seulement révélatrices de ce qui affecte le sujet, il s’agit également de ce qui anime le sujet lorsqu’il cherche à subvertir « le rôle que la société [lui] impose » (p. 39). Le dernier ouvrage de Pierre Roche, tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, s’inscrit dans cette perspective tant clinique que spinoziste d’augmentation de la puissance d’agir des femmes et des hommes engagés dans une situation de travail. Dès les premières pages, Roche définit la clinique sociologique comme une « activité pratico-poïétique »4, dont la vocation première n’est pas la seule prise en compte des « dimensions subjectives au sein des rapports sociaux », mais l’articulation entre « construction des savoirs sur le travail » et « transformation des situations de travail » (p. 8-10).

  • 5 Clot Yves, Lhuilier Dominique, Agir en clinique du travail, Toulouse, Érès, 2010.
  • 6 Rancière Jacques, Le maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, (...)
  • 7 Boal Augusto, Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte, 1996 [1971].
  • 8 Au-delà du seul cadre psychanalytique, notamment lacanien, sur lequel Roche s’appuie clairement pou (...)

2Bien que la clinique sociologique de Roche partage cette double ambition avec les autres cliniques du travail5, sa spécificité tient à l’intérêt que porte l’auteur à l’inscription du projet de transformation sociale dans un « régime démocratique de production des savoirs » (quatrième de couverture) tenant tant de la figure du « maître ignorant »6 (p. 45) que du « Théâtre de l’opprimé » d’Augusto Boal7. Pour Roche, s’emparer du « savoir produit par d’autres et dans des conditions dont ils ignorent à peu près tout » (p. 105) ne peut permettre aux acteurs d’augmenter leur puissance d’agir. En effet, « qu’ils soient accusés d’être à l’origine de leur propre malheur, autrement dit projetés de façon imaginaire dans une position de toute-puissance ou objets de commisération parce que victimes d’une logico-sociale implacable, autrement dit rejetés dans une position d’impuissance radicale, c’est la dimension même du sujet qui leur est refusée » (p. 105) : dit autrement, si l’attribution d’une responsabilité individuelle culpabilise l’individu face à ses passions tristes, la logique de dévoilement des causes structurelles nie le processus de subjectivation par lequel les acteurs peuvent s’extraire des situations d’assujettissement dont il font l’expérience. Pour Roche, la puissance d’agir est la « puissance de produire, grâce à son activité, des effets » dont on est soi-même « la cause adéquate » (p. 275) ; elle ne peut émerger à partir d’un discours qui, de par son caractère objectivant, dépossède la légitimité du sujet à mettre en mots ce qui l’affecte. Ainsi, à l’instar de la clinique psychanalytique, la clinique sociologique ne pose pas de diagnostic, elle est une mise au travail des affects dans laquelle le clinicien est avant tout un « tiers-aidant » (p. 87)8.

3En conséquence, le cadre méthodologique élaboré par Roche témoigne de cette volonté de mettre au travail la situation plutôt que l’éclairer. La clinique sociologique de Roche s’appuie principalement sur des démarches d’« entretiens collectifs répétés avec retours » (ECRR, p. 51-78). Répondant à une demande d’accompagnement des collectifs autour de questions de professionnalisation ou de santé au travail, ces entretiens répétés supposent une forte implication affective du chercheur-intervenant sur le terrain, consolidant sa place comme tiers-aidant : le sociologue clinicien n’est ni un observateur totalement extérieur à l’organisation, ni un expert : il accompagne les acteurs en s’efforçant de créer les conditions d’une expression des passions ; ne surplombant en aucun cas les acteurs, le tiers-aidant encourage le développement de la puissance d’agir des acteurs en s’appuyant sur leur expérience.

  • 9 Herreros Gilles, « 5. Une clinique maïeutique », in Pour une sociologie d’intervention, Toulouse, É (...)
  • 10 Faïta Daniel, Vieira Marcos, « Réflexions méthodologiques sur l’autoconfrontation croisée », DELTA  (...)

4Si une telle conception de l’intervention comme démarche de co-élaboration du discours sur le travail et de co-construction du changement organisationnel est comparable aux ambitions d’autres perspectives cliniques (comme celles défendues par Gilles Herreros9 ou Daniel Faïta10), elle entretient un rapport à l’écrit qui lui est spécifique. Activité exigeante mais facultative, la mise en récit des situations par les personnes qui les vivent les place en capacité d’écrire le social au même titre que le sociologue. La connaissance produite est alors une connaissance subjectivante : elle fait exister l’individu comme sujet de la situation et non comme objet d’un discours sociologique le surplombant.

5De par sa profondeur, la clinique sociologique de Pierre Roche est complexe, exigeante. Pour quiconque a déjà pratiqué la recherche en sciences sociales auprès des organisations et des collectifs de travail, le dispositif méthodologique proposé dans cet ouvrage pourrait sembler lourd, voire chimérique, si le propos n’était pas illustré par des exemples d’interventions auxquelles l’auteur a pris part (p.172-192 ; p. 232-248). De surcroit, le « passage par l’écrit » (p. 79) recommandé par Roche parait ambitieux au regard des difficultés que certaines personnes rencontrent avec l’activité rédactionnelle. Mais La puissance d’agir au travail n’a pas prétention à faire fonction de manuel : ce livre est avant tout une invitation à reconsidérer l’interdépendance du projet de transformation inhérent à toute sociologie de l’intervention et des postures, tant méthodologiques qu’éthiques, adoptées par le chercheur-intervenant.

Haut de page

Notes

1 Lordon Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

2 Nous désignons par « approches cliniques du travail » l’ensemble des courants théoriques en psychologie, en sociologie ou encore en ergonomie qui s’intéressent au travail comme activité psychique et sociale, considérant tant la manière dont le travail affecte les individus que la capacité de ces derniers à faire face aux difficultés qui s’imposent à eux. Pour approfondir, nous conseillons la lecture de l’article d’Anne Flottes et Pascale Molinier, qui bien que portant principalement sur les seuls courants appartenant à la discipline psychologique, décrit clairement ces différentes approches : Flottes Anne, Molinier Pascale, « Travail et santé mentale : approches cliniques », Travail et emploi, vol. 129, n° 1, 2012, p. 51-66.

3 Brun Gaspard, « Pouvoir d’agir, en analyse de l’activité. Traces, usages et figures modernes de Spinoza », Activités, vol. 14, n° 1, 2017.

4 Pierre Roche parle également « d’action-production ».

5 Clot Yves, Lhuilier Dominique, Agir en clinique du travail, Toulouse, Érès, 2010.

6 Rancière Jacques, Le maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987.

7 Boal Augusto, Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte, 1996 [1971].

8 Au-delà du seul cadre psychanalytique, notamment lacanien, sur lequel Roche s’appuie clairement pour construire le cadre conceptuel et épistémologique de sa démarche clinique, l’auteur fait également référence à Jean-Paul Sartre, pour qui « ce ne sont pas les idées qui changent les hommes, [car] il ne suffit pas de connaître une passion par sa cause pour la supprimer, il faut la vivre, opposer d’autres passions, la combattre avec ténacité, bref se travailler » (Sartre Jean-Paul, Questions de méthode, Paris, Gallimard, 1980 [1957]).

9 Herreros Gilles, « 5. Une clinique maïeutique », in Pour une sociologie d’intervention, Toulouse, Érès, 2009, p. 124-158.

10 Faïta Daniel, Vieira Marcos, « Réflexions méthodologiques sur l’autoconfrontation croisée », DELTA : Documentação de Estudos em Lingüística Teórica e Aplicada, vol. 19, n° 1, 2003, p. 123-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Pereira Besteiro, « Pierre Roche, La puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 mai 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22847

Haut de page

Rédacteur

Bastien Pereira Besteiro

Chercheur-doctorant en sociologie au Centre Max Weber (UMR CNRS 5283).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page