Navegación – Mapa del sitio

Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote

Romain Castellesi
Les classes populaires et le FN
Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, col. « Savoir/Agir », 2017, 282 p., ISBN : 978-2-36512-101-9.
Inicio de página

Texto completo

1Depuis l’élection de Marine Le Pen à la tête du Front national (FN) en 2011, au moins une cinquantaine d’ouvrages ont été publiés sur le parti d’extrême-droite, portant notamment sur la personnalité de sa présidente et mettant en garde contre le danger imminent qu’il représente.

  • 1 Pascal Perrineau, « La dynamique du vote le Pen : le poids du “gaucho-lepénisme” », in Pascal Perri (...)

2Bien que souvent évoquée pour soutenir la thèse du FN comme « premier parti des ouvriers », la composante populaire des votes FN n’avait pas encore donné lieu à une publication qui lui soit exclusivement consacrée. C’est chose faite avec le livre coordonné par Gérard Mauger et Willy Pelletier sur Les classes populaires et le FN. Explications de vote, publié aux éditions du Croquant à quelques semaines de l’élection présidentielle de 2017. Il reprend les communications de deux journées d’études organisées par la Fondation Copernic en juin 2016 intitulées « Le FN se nourrit de notre inaction ». À l’heure des polémiques persistantes sur le prétendu virage « gaucho-lepéniste »1 du FN, les 13 auteurs plaident en faveur d’une nécessaire disjonction entre l’analyse du programme défendu par le parti et le vote des électeurs, lequel ne peut s’assimiler de manière systématique à une allégeance idéologique.

3Pour étayer cette hypothèse, l’ouvrage adopte une démarche en cinq parties. Les principales caractéristiques quantitatives et qualitatives des électeurs du FN sont analysées dans la première partie. La seconde revient sur l’épineuse question des territoires du vote FN, « du rural au péri-urbain ». La troisième partie évoque les principaux facteurs du vote populaire en faveur du FN, alors que la quatrième insiste sur les héritages politiques de ce vote. Enfin, l’ouvrage se termine hors du champ des concepts et objets scientifiques pour poser le débat sur les stratégies de lutte contre la progression du FN, afin de sortir des « impasses militantes ».

  • 2 Centre de recherches politiques de Sciences Po.

4Il s’agit ainsi, dans un premier temps, de déconstruire le discours médiatique sur le vote FN. Patrick Lehingue revient sur la construction par les commentateurs d’un électorat anthropomorphisé « voulant » ou « pensant » de manière univoque. Il préfère la notion de « conglomérat » permettant, selon lui, d’envisager la multiplicité et la complexité des motivations du vote. De la même manière, il récuse la validité de l’adage du FN « premier parti des ouvriers », s’appuyant sur des données du Cevipof2. En 2012, 40% des ouvriers ont voté à gauche, contre 30% au FN. Aux européennes de 2015, le parti progresse à 43%, mais 61% des ouvriers n’ont pas voté. Si l’on comptabilise l’abstention et la non-inscription sur les listes électorales, seulement 17% ont choisi le FN. Daniel Gaxie théorise l’appropriation sélective des idées du Front. Il convient, en effet, de distinguer les façons dont ces idées se manifestent dans les déclarations des responsables du parti, dans la gestion des villes administrées par le FN, dans les médias ou encore dans la perception des citoyens. Louis Pinto étudie le programme du FN promouvant « un nouvel ordre moral », qui aboutit à la dépolitisation du débat politique collectif pour le réduire à l’échelle individuelle. Cette « axiomatique moralisatrice » (p. 73) révèle un nationalisme productif qui stigmatise les inactifs et les professions perçues comme improductives (intellectuels et fonctionnaires notamment).

  • 3 Olivier Schwartz, « Vivons-nous encore dans une société de classe ? Trois remarques sur la société (...)

5La seconde partie envisage la sociologie électorale par des études de terrain sur les territoires du vote FN. Violaine Girard analyse la corrélation entre « Classes populaires, habitat périurbain et votes FN » dans la couronne périurbaine d’une grande ville régionale. Contrairement à une explication communément admise, le FN ne prospère pas en fonction du degré de paupérisation de la population. Parmi les ouvriers les plus qualifiés, se manifeste même une « pensée triangulaire »3qui leur permet de se distinguer des travailleurs moins qualifié, plus populaires et plus ethnicisés. Sur le plan territorial, Emmanuel Pierru et Sébastien Vignon observent qu’il n’existe pas de progression unilatérale des idées du FN de la ville vers la campagne. La prégnance des scores du FN n’est pas à chercher dans une « radicalisation » xénophobe (p. 82) des ruraux, mais dans la désagrégation des sociabilités rurales.

6La troisième partie propose des études de cas de groupes populaires tentés par le vote FN. Julian Mischi revient sur l’idée reçue selon laquelle les électeurs qui votaient autrefois pour le parti communiste auraient reporté leurs voix vers le FN. C’est plutôt l’inverse qui est constaté : plus le PCF et les réseaux syndicaux sont forts, moins le FN s’implante. Stéphane Beaud et Michel Pialoux proposent deux contributions sur les ouvriers du bassin automobile de Sochaux-Montbéliard. Loin du cliché des « prolos bornés et racistes » (p. 138), les auteurs relèvent une intensification des luttes de concurrence entre ouvriers français et immigrés, face à la diminution de l’emploi. À l’appui de cette thèse, ils mobilisent un entretien de 2001 consécutif aux émeutes de la ZUP de Montbéliard. Le couple interrogé témoigne de la fin d’un monde de solidarité et assiste à la montée de la délinquance. Dans le discours des deux conjoints, la rhétorique frontiste transparait, mais aussi la nécessité de dépasser leur isolement. Gérard Mauger prolonge cette parole en évoquant le « souci de respectabilité » des classes populaires. Les discours du FN sur « l’assistanat » ou un « problème d’éducation » dans les quartiers populaires font émerger un clivage entre es travailleurs jugés « honnêtes » et des « cas sociaux » accusés de profiter du système. Romain Pudal le confirme prenant pour exemple la profession des sapeurs-pompiers. Le contact avec les classes populaires, conjugué à une détérioration des conditions de travail peut rendre les théories du FN séduisantes. La dernière caractéristique du vote FN, évoquée par Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud, est la contingence du vote des jeunes des classes populaires avec leur condition sociale, les difficultés rencontrées à l’école et dans le quartier.

7Si le vote FN est assurément pluriel et volatil, les auteurs montrent dans la quatrième partie sa constance dans le temps et les héritages politiques. Ivan Bruneau refuse l’idée d’une concomitance entre le déclassement social et le vote en faveur du FN. Les effets de l’éducation parentale, des pratiques culturelles héritées ainsi qu’une politisation d’extrême-droite acquise dans les expériences de sociabilité juvénile doivent aussi être pris en compte. Samuel Bouron et Maïa Drouard rappellent quant à eux que « voter Front National au château » est encore une réalité sociologique. Dans les classes dominantes acquises aux idées du parti, la tradition frontiste est souvent très anciennement ancrée et repose sur un attachement aux valeurs familiales catholiques doublé d’antirépublicanisme.

8La dernière partie, dans un engagement politique assumé, déplore l’inefficacité des stratégies militantes devant la progression du FN. Willy Pelletier relate son expérience militante antifasciste dans la foulée du second tour de l’élection présidentielle de 2002, mais aussi ses liens amicaux avec des électeurs du Front. Il montre aussi combien les militants des grandes villes, en plus de méconnaitre les catégories populaires, adoptent un discours stigmatisant et moralisateur, souvent empreint d’un racisme de classe ne faisant que renforcer un vote protestataire. Pointant la responsabilité d’une « partie de l’intelligentsia de gauche » (p. 269), Stéphane Beaud met en lumière la construction de l’image du « petit Blanc » raciste et inculte confortant les partisans d’un prétendu « racisme anti-Blanc ». Ces tensions qui parcourent la société se retrouvent dans le contexte du football, notamment pendant de l’Euro 2016 lorsqu’Éric Cantona accuse Didier Deschamps d’avoir refusé de sélectionner Karim Benzema pour des motifs racistes.

  • 4 Annie Collovald. Le « populisme » du FN, un dangereux contre-sens, Paris, Croquant, 2004.

9Alors que Marine Le Pen vient d’obtenir plus de 10 millions de voix au second tour de l’élection présidentielle de 2017, cet ouvrage permet de mieux de questionner les ressorts d’un phénomène politique désormais installé, mais dont la progression est résistible. Le discours médiatique et ses tropismes sont efficacement démontés au profit de l’analyse d’un conglomérat électoral complexe, circonstancié et instable. Si l’on regrette que les communications s’appuient sur des enquêtes souvent anciennes, et parfois éloignées de l’objet d’étude du FN, les nombreux textes mettent cependant en lumière un panel instructif et représentatif de la diversité des classes populaires. Un constat majeur se dégage de l’ouvrage – au prix de nombreuses répétitions – : la principale victoire du FN est idéologique avant d’être électorale. En introduisant une vision ethno-raciale des problèmes sociaux, le FN fragmente les milieux populaires qui étaient autrefois unis derrière des intérêts de classe. C’est parce que les ouvriers ont été abandonnés par les gouvernements de gauche et de droite qu’ils se sont – partiellement et temporairement – tournés vers le FN. Autrefois une cause à défendre, le peuple est devenu un problème à résoudre4 pour une partie des organisations traditionnelles de défense des classes populaires, précipitant leur départ vers de nouvelles offres politiques.

Inicio de página

Notas

1 Pascal Perrineau, « La dynamique du vote le Pen : le poids du “gaucho-lepénisme” », in Pascal Perrineau et Colette Ysmal (dir.), Le Vote de crise : l’élection présidentielle de 1995, Paris, Presses de Sciences Po, 1995, p. 243-261.

2 Centre de recherches politiques de Sciences Po.

3 Olivier Schwartz, « Vivons-nous encore dans une société de classe ? Trois remarques sur la société française contemporaine », La vie des idées, 22 septembre 2009.

4 Annie Collovald. Le « populisme » du FN, un dangereux contre-sens, Paris, Croquant, 2004.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Romain Castellesi, « Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 10 mayo 2017, consultado el 25 noviembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22848

Inicio de página

Redactor

Romain Castellesi

Doctorant en histoire contemporaine, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página