Navigation – Plan du site

Carole Christen, Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales

Thierry Fillaut
Histoire de l'éducation populaire 1815-1945
Carole Christen, Laurent Besse (dir.), Histoire de l'éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 2017, 430 p., ISBN : 978-2-7574-1496-5.
Haut de page

Texte intégral

1Fruit d’un colloque international qui s’est tenu à Villeneuve d’Ascq en juin 2015, l’ouvrage collectif porté par Carole Christen et Laurent Besse, tous deux maîtres de conférences en histoire contemporaine, la première – membre junior de l’Institut universitaire de France – à Lille 3, le second au département carrières sociales de l’IUT de Tours, n’a pas pour prétention de brosser une synthèse exhaustive de l’histoire de l’éducation populaire de ses prémices au lendemain de la Révolution jusqu’à son institutionnalisation au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il vise à « dégager », au cours du premier cycle de son développement , « [les] spécificités, [les] enjeux, [les] objectifs, [les] pratiques et méthodes » de l’éducation populaire et à « identifier [les] acteurs » (p. 31) de ce mouvement protéiforme qui ne limite pas aux seules « activités dites de “jeunesse et d’éducation populaire (JEP)ˮ » (p. 13) auxquelles il est institutionnellement associé aujourd’hui.

2Fort de vingt-huit contributions, l’ouvrage est structuré en quatre parties (« L’éducation populaire : faire de la politique autrement ? », « Le peuple au féminin », « Intégrer le peuple », « Former, cultiver et distraire le peuple »), précédées d’un important et utile préambule (« Une enquête, un objet : l’éducation populaire ») historiographique et socio-sémantique qui explicite le parti pris chronologique et les choix thématiques retenus. Comme le révèle « l’approche de l’éducation populaire par l’histoire de l’expression qui la désigne » (p. 52) entreprise par François Chateigner, la période étudiée correspond au premier des deux cycles de développement qu’a connu l’expression, un premier cycle qui « voit s’imposer une définition péri- et postscolaire de l’éducation populaire » au long du XIXe siècle, laquelle périclite pendant l’entre-deux-guerres, alors que germe le second cycle qui « tourne autour d’une éducation populaire franchement émancipée de l’école et institutionnalisée comme animation socio-culturelle » (p. 54).

3En premier lieu est abordée la finalité politique de l’éducation populaire. Cette dernière trouve son origine, comme le souligne Carole Christen, dans le souci de ses promoteurs, héritiers de la Révolution française, « de moraliser le peuple » et de « l’acculturer aux valeurs sur lesquelles repose l’ordre social qu’ils mettent en place » (p. 78). C’est la fonction dévolue par exemple aux catéchismes politiques étudiés par Jean-Charles Buttier, lesquels servaient, dans la première moitié du XIXe siècle, à vulgariser de façon simple telle ou telle doctrine politique pour, selon le cas et les initiateurs, la diffuser ou la combattre. Mais en un temps où les milieux populaires sont peu alphabétisés, l’apprentissage ne se fait pas seulement par l’écrit, ni uniquement de manière verticale. Comme le montre Sophie-Anne Leterrier, le peuple apprend aussi en chantant, par imitation, dans les goguettes où se produisent des chansonniers qui, faisant « la synthèse entre l’idéal théorique et les besoins immédiats de [leur] auditoire, [sont] le[s] médiateur[s] privilégié[s] de la culture ouvrière nouvelle » (p. 135).

4Dans les troisième et quatrième parties qui traitent de la Troisième République, période dont l’importance transparaît au plus grand nombre de communications qui lui sont consacrées, se profilent les forces et les tensions sur lesquelles va se développer et s’affirmer l’éducation populaire. Le souci premier de ses promoteurs, avant 1914, est d’intégrer le peuple, que ce soit au plan communal ou paroissial, à celui de la Nation comme à celui de l’entreprise, en s’adressant aux jeunes et aux adultes, hors ou sortis du cadre scolaire obligatoire, pour en faire des acteurs avertis face aux multiples enjeux de la période (affirmation de la République, montée du socialisme, catholicisme social, laïcité….). Les républicains investissent ainsi l’éducation postscolaire pour « combler la césure entre l’école primaire et le régiment » (p. 223), selon la formule employée par Jean-François Condette, et visent par « “l’école continuéeˮ [à] prolonge[r] l’école primaire en distribuant partout le savoir » (p. 237), comme le préconisait Édouard Petit, inspecteur général de l’instruction publique. Pour ce faire, les instituteurs et les institutrices sont mobilisés, montre Nicolas Palluau. Dans l’entre-deux-guerres, les axes et les moyens d’intervention se multiplient et s’élargissent selon un double mouvement de spécialisation des publics ciblés (mouvements d’enfants et de jeunes…) et des thématiques (activités sportives, activités culturelles…), que met au jour par exemple la contribution de Jérôme Marin sur le rôle de l’éducation populaire dans le champ de l’orientation professionnelle. Toutefois, comme le rappelle Laurent Besse, « le fait social majeur de l’éducation populaire » au cours de cette période de transition « reste la prise en compte des loisirs, particulièrement sous leur forme éducative et culturelle » (p. 317), ce dont témoigne le projet de « tourisme scolaire » du professeur de lycée lyonnais Antoine Allemand-Martin, auquel s’intéresse Bertrand Silvestre, mais aussi l’essor du cinéma éducateur laïque sur lequel revient la contribution de Pascal Laborderie.

5De fait, comme le remarque Jean-Louis Guereña au sujet de l’histoire de l’éducation en Espagne, au travers des « diverses initiatives prises, l’on comprend aisément les valeurs différentes qui s’attachent à l’éducation : moyen de promotion individuelle, instrument de libération collective, ou appareil de contrôle social et idéologique » (p. 74). L’éducation des femmes au XIXe siècle en est une illustration : si l’intérêt porté par les philanthropes à l’instruction des « filles du peuple » dès la Restauration (décrit par Caroline Fayolle) et plus tard leur souci d’élever le niveau d’instruction des femmes à des fins professionnelles (abordé par Marianne Thivend) tendent à améliorer la condition féminine, ces préoccupations n’en relèvent pas moins d’une représentation genrée de la société et de ses hiérarchies dont la « présence volontairement oubliée » des femmes dans les bibliothèques populaires paroissiales et laïques avant 1914 est un signe parmi d’autres, observe Agnès Sandras.

6Somme toute, ainsi que le souligne François-Jacques Francillon en conclusion, cet ouvrage a « le mérite de nous livrer le détail d’un ensemble d’expériences et d’institutions d’éducation populaire, mais sans nous priver d’une perception d’ensemble de ce qui se présente sous cet intitulé » (p. 409), ni nous priver d’une perspective plus large d’histoire sociale, politique et culturelle. L’histoire de l’éducation populaire n’est pas envisagée ici comme une fin en soi (produire un récit dans le but de spécifier un milieu professionnel, à la façon des premières histoires militantes) mais comme un marqueur, parmi d’autres, de la connaissance du passé. Les diverses contributions réunies montrent qu’elle relève en effet de champs variés, par exemple de l’histoire de la vie religieuse qui, dès les années 1980, a été à l’origine de travaux nombreux et féconds sur les mouvements et organisations chrétiennes. En témoignent les contributions de Bernard Giroux sur l’action catholique en direction des jeunes ouvriers dans l’entre-deux-guerres en France et de Louise Bienvenue sur l’action catholique spécialisée au Québec à la même époque, contributions qui s’inscrivent dans ce registre et cette lignée spécifiques. En outre s’y dessine la diversité des voies empruntées (monographies territoriales et/ou institutionnelles, biographies…) et des ressorts exploités pour appréhender la genèse de l’éducation populaire, également la nécessité de comparaisons internationales pour décentrer le regard.

  • 1 Jean-Claude Richez, « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », Pour, n° 181, mars 2004, p. (...)

7Rédigé principalement par des historiens et dirigé par deux d’entre eux, cet ouvrage collectif s’adresse évidemment en premier lieu aux spécialistes et étudiants en histoire et en sciences de l’éducation. Mais pas uniquement. Il témoigne de l’intérêt « à construire une histoire de l’éducation populaire qui se prête à toutes les rigueurs de la discipline historique, de l’étude critique des sources d’archives, de leur confrontation systématique aux innombrables témoignages et “exemplaˮ que […] fournit le légendaire de l’éducation populaire »1. Pour cette raison, les professionnels et les étudiants des formations sociales y trouveront matière à réflexion.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Richez, « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », Pour, n° 181, mars 2004, p. 106-114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Fillaut, « Carole Christen, Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 11 mai 2017, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22849

Haut de page

Rédacteur

Thierry Fillaut

Professeur honoraire d’histoire contemporaine, Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers – EA 3149), Lorient.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page