Navigation – Plan du site

Michel Balivet, Homa Lessan Pezechki, René Mounier, Les Turcs seldjoukides d’Anatolie XIe-XIVe siècle. Une anthologie des sources premières (Vol. 1 Les sources persanes, Ibn Bībī)

Simon Dorso
Les Turcs seldjoukides d'Anatolie XIe-XIVe siècle
Michel Balivet, Homa Lessan Pezechki, René Mounier, Les Turcs seldjoukides d'Anatolie XIe-XIVe siècle. Une anthologie des sources premières (Vol. 1 Les sources persanes, Ibn Bîbî), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l'histoire », 2017, 486 p., ISBN : 979-10-320-0086-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction allemande de la chronique : Duda Herbert W., Die Seltschukengeschichte des Ibn Bibi, Cop (...)

1On se félicitera de la parution de ce livre qui rend accessible à un large public la traduction française d’une source fort riche sur les Turcs seldjoukides dans un format et à un prix abordables, notamment pour les étudiants. À la différence d’autres régions du Proche-Orient médiéval, dont les sources principales ont été éditées et traduites depuis plus longtemps et sont désormais d’un accès relativement aisé, l’Anatolie des XIe-XIVe siècles reste peu ou moins connue du grand public et des historiens. L’ouvrage de Michel Balivet, Homa Lessan et René Mounier entend combler ce retard en offrant une traduction française de la traduction allemande du Muḫtaṣar d’Ibn Bībī, chroniqueur de langue persane qui achève son œuvre vers 12811.

2La traduction est présentée avec le texte persan original, relégué à la seconde moitié de l’ouvrage. Elle s’accompagne de l’introduction de Duda traduite en français, et de la bibliographie établie par celui-ci. Le texte français est annoté et dispose d’un index (l’ajout d’un glossaire aurait été bienvenu). De plus, les éditeurs ont eu la bonne idée de rédiger une brève histoire des seldjoukides d’Anatolie, qui constitue une introduction valable à l’histoire de la « première Turquie », sous ses dimensions politiques, militaires, sociales et culturelles. Avec le cahier de photographies en couleurs et les cartes qui ouvrent l’ouvrage, ce texte permet d’entrer facilement dans la période couverte par la chronique et de souligner l’originalité de la société seldjoukide.

3Venus en Anatolie par le monde irano-arabe à partir des années 1040, les Seldjoukides ont conquis les provinces orientales de l’empire byzantin suite à leur victoire à Mantzikert en 1071. Les territoires seldjoukides anatoliens se divisaient alors en plusieurs entités dont la plus durable fut le sultanat de Konya ou de Rūm, qui ne disparut qu’au xive siècle. Dans les dernières années du xisiècle, les Seldjoukides ont été les premiers musulmans à affronter la croisade. Au cours du siècle suivant, et à mesure qu’ils affirmaient leur contrôle sur l’Asie mineure, ils sont entrés en compétition avec d’autres pouvoirs turcs indépendants comme les Danichmendides (1095-1178), qui pouvaient aussi à l’occasion former avec eux coalition contre les croisés et l’empire byzantin. Deux croisades (1147-1148 et 1190) se sont dispersées dans l’espace seldjoukide mais c’est au cours de la première moitié du xiiie siècle que le sultanat de Rūm a connu son apogée, offrant non seulement une résistance victorieuse face aux pouvoirs voisins perses et ayyoubides, mais surtout un rayonnement culturel et économique à l’échelle régionale. Cet éclat fut en partie terni par la défaite seldjoukides face aux Mongols en 1240 qui, en assujettissant le pouvoir central turc, entraîna le morcellement du sultanat par des Beyliks (émirats) turcomans. Ces derniers, forts de l’héritage politique seldjoukide, donnèrent naissance à partir du xive siècle à l’émirat ottoman, qui s’est étendu plus tard jusqu’aux Balkans.

4Ibn Bībī, auteur de la chronique ici présentée, appartenait à la haute bureaucratie seldjoukide et au milieu de cour. Il a hérité de ses parents d’une position privilégiée auprès de la dynastie régnante et obtenu la charge de directeur de la chancellerie de l’État (mālik dīvān al-ṭuġrā), position lui garantissant un accès aux archives administratives et diplomatiques. Sa mère (al-Bībī al-Munaǧǧima), célèbre astrologue, était la fille du chef de la communauté shafi’ite de Nishapur et la petite-fille du juriste Muḥammad ibn Yaḥyā, dont on a conservé le Sefer Nameh. Son père, interprète puis secrétaire de la chancellerie d’État (munshi’) du Khwārizmshāh ʿAlā al-Dīn Muḥammad avait fui de Balkh à Nishapur face aux mongols, épisode sur lequel il a transmis un témoignage direct à son fils avant sa mort tardive en 1272. Il est à noter qu’après le déclin de leur prince Djalāl al-Dīn Khwārizmshāh, les parents d’Ibn Bibi se sont attachés un temps à l’ayyoubide al-Ashraf de Damas, auprès duquel ils ont émigré suite à la victoire des Mongols sur leur protecteur en 1231. Ils furent invités deux ans plus tard à Konya par le sultan seldjoukide ʿAlā al-Dīn Kay-Qubādh Ier qui engagea le père d’Ibn Bībī comme interprète (drogman) (p. 194).

5L’œuvre d’Ibn Bībī, le Muḫtaṣar, couvre la période allant de l’accession au trône du sultan Ghiyāt al-Dīn Khusraw Ier (1192) jusqu’à 1280 (voyage de Ghiyāt al-Dīn Masʿūd II à Sinope). Il ne s’agit pas au sens propre d’une chronique mais plutôt d’une « œuvre de mémoire » rédigée en langue persane (langue culturelle de la civilisation seldjoukide) dans un style littéraire. L’auteur ne mentionne d’ailleurs pas ses sources écrites. L’ouvrage d’Ibn Bīnī nous est conservé sous trois formes : l’œuvre originale en Persan, al-Awāmir al-ʿAlā’īya fi’l-Umūr al-ʿAlā’īya c’est-à-dire « une histoire du règne d’ʿAlā al-Dīn Kay-Qubādh Ier à la demande d’ʿAlā al-Dīn ʿAṭā Malik Ǧuwainī » ; une version abrégée, le Muḫtaṣar, également en persan et contemporaine d’Ibn Bībī mais d’un auteur anonyme ; et enfin, une traduction paraphrasée en turc de l’œuvre originale datée du XVe siècle.

6La version partiellement traduite ici est l’abrégé de l’œuvre principale d’Ibn Bībī par l’auteur anonyme, ce qui explique qu’elle se poursuive après 1281 (date de la fin de la version d’Ibn Bībī) jusqu’en 1284-1285 et qu’elle ne présente pas le même nombre de chapitres que l’œuvre originale. Cependant, comme le souligne Duda dans son introduction, « l’auteur anonyme de l’épitomé a travaillé consciencieusement et n’a laissé de côté aucune description d’intérêt historique » (p. 69). Ce dernier rapporte avoir travaillé à réduire un livre jugé trop épais et trop littéraire par ses lecteurs (contemporains d’Ibn Bībī). Le choix de Duda d’effectuer la traduction de la version abrégée d’Ibn Bībī s’expliquait donc par l’apport avant tout historique de l’œuvre, destinée sous cette forme d’avantage aux historiens médiévistes qu’aux linguistes.

7Éclairant « de l’intérieur » le xiiie siècle anatolien, le récit d’Ibn Bībī est riche de détails non seulement sur le fonctionnement de l’État seldjoukide, de ses institutions politiques, judiciaires et de son cérémonial, mais aussi sur les relations complexes qu’entretenait le sultanat avec ses voisins. La position centrale du domaine seldjoukide entre Méditerranée et Mer Noire, aux frontières des territoires franco-byzantins, ayyoubides, arméniens et géorgiens, au contact de la Syrie, de l’Irak et de l’Iran mais aussi des steppes asiatiques et de la Russie (p. 155-156) est ici bien mise en évidence. Riche d’information sur les luttes intestines au pouvoir turc, le Muḫtaṣar bénéficie de la proximité de son auteur avec la chancellerie seldjoukide (p. 199). On voit comment les sultans successifs surent habilement adapter leurs relations avec les tributaires arméniens comme le roi Levon (Līfōn) plus d’une fois rappelé à l’ordre par des expéditions punitives (p. 82, 102, 116, 161). On saisit également comment ces mêmes sultans réussirent à s’aliéner, non sans conflit, la seconde génération d’ayyoubides syriens par le biais d’alliances matrimoniales. Efficaces contre les Kwarezmiens en 1230 et 1238, ces alliances ne suffisent toutefois pas à se préserver du péril mongol (défaite seldjoukide au Köseh-Dagh en 1243). La place nouvelle des Francs sur cet échiquier est, au-delà des affrontements épisodiques, soulignée par les mentions récurrentes des perturbations que ceux-ci causent sur le bon déroulement du commerce et la liberté de circulation des marchands. Ces derniers, qu’ils soient d’Égypte, de Russie ou d’Alep, viennent réclamer au Sultan justice et protection (p. 96, 154). Un autre aspect important est bien documenté, c’est l’activité de bâtisseur des tenants du pouvoir, dont les nombreux vestiges anatoliens constituent un beau témoignage, car la période ici décrite voit l’émergence de nouveaux registres monumentaux au carrefour des influences régionales, qui illustrent l’originalité et la sophistication des Seldjoukides ainsi que leur rôle dans l’islamisation de la région. Plusieurs passages sont particulièrement intéressants qui concernent l’architecture palatiale ou militaire, comme la description de la construction des enceintes de Konya et Sivas (p. 140) ou, dans le domaine religieux, la conversions des églises de Sinope (p. 111).

8Le tableau composé par le Muḫtaṣar est donc celui d’une société d’une grande fluidité, évidemment polyglotte et cosmopolite. L’auteur s’étonne sans doute moins que nous de la visite du Sultan dans une « Istanbul » contrôlée par les Francs, ou de l’intervention auprès du Sultan d’un médecin grec du nom de Basil (Fāsīl). Ce livre constitue donc un apport bienvenu à la bibliothèque de quiconque s’intéresse au Proche-Orient médiéval et à l’histoire turque en particulier. Il sera sûrement apprécié des enseignants et des étudiants qui y trouveront une belle matière pour leurs cours.

9Signalons pour conclure que la traduction française n’est pas complète et élude quelques passages jugés mineurs par les éditeurs du présent volume. Ceux-ci justifient leur choix par l’importance de l’œuvre, « la source persane la plus étoffée sur la Turquie pré-ottomane » (p. 8). Ils annoncent également la venue d’un second volume d’extraits des sources importantes, destiné à former au côté du présent volume une anthologie des sources sur les Turcs seldjoukides d’Anatolie.

Haut de page

Notes

1 Traduction allemande de la chronique : Duda Herbert W., Die Seltschukengeschichte des Ibn Bibi, Copenhague, Munksgaard, 1959.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dorso, « Michel Balivet, Homa Lessan Pezechki, René Mounier, Les Turcs seldjoukides d’Anatolie XIe-XIVe siècle. Une anthologie des sources premières (Vol. 1 Les sources persanes, Ibn Bībī) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22876

Haut de page

Rédacteur

Simon Dorso

Doctorant en histoire et archéologie médiévale. Sa thèse porte sur le peuplement d’une région du royaume franc de Jérusalem au temps des croisades.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page