Navigation – Plan du site

Ronan Le Velly, Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs

Laura Guérin
Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs
Ronan Le Velly, Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs. Une promesse de différence, Paris, Presses des Mines, 2017, 200 p., ISBN : 9782356714435.
Haut de page

Texte intégral

1Certains systèmes alimentaires se distinguent-ils réellement des autres dans leurs modalités de fonctionnement et dans leurs effets ? Et sur quoi repose exactement cette différence ? En enquêtant depuis les années 2000 sur le développement de l’agriculture biologique, du commerce équitable et des circuits courts, Ronan Le Velly s’attache à sortir de l’opposition binaire entre des systèmes alimentaires qui seraient uniquement « conventionnels » et ceux qui seraient uniquement « alternatifs ». Issu de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, l’ouvrage se positionne dans le champ émergent des recherches sur les systèmes alimentaires alternatifs, en mobilisant à la fois la sociologie de l’action organisée et la sociologie des agencements marchands. L’auteur mène une réflexion d’ordre épistémologique sur l’usage même de la notion d’« alternativité » à partir d’une enquête ethnographique multi-située, dans le cadre de laquelle l’analyse d’une association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), du réseau Artisans du monde, de la certification Fairtrade – pour citer quelques exemples – invitent à dépasser le clivage binaire entre alternatif et conventionnel.

2Étudier les « systèmes alimentaires alternatifs », n’est-ce pas postuler leur différence par rapport au système agroalimentaire global et introduire un biais dans leur analyse ? Cette question est au cœur du premier chapitre de l’ouvrage intitulé : « Comment étudier les systèmes alimentaires alternatifs ? ». Si l’auteur reconnaît l’absence de neutralité dans la référence à l’alternativité, il s’appuie sur une revue de la littérature de travaux nord-américains et européens, produits entre 1990 et aujourd’hui, afin de mettre en évidence les limites qui consistent, premièrement, à opposer radicalement des systèmes alternatifs et des systèmes conventionnels et, deuxièmement, à renoncer à l’usage de la notion de « systèmes alimentaires alternatifs ». Loin d’être des mondes complètement séparés dans lesquels des types de consommateurs et des types producteurs seraient entièrement indépendants les uns des autres, les systèmes alimentaires alternatifs et conventionnels sont, au contraire, parfois difficile à distinguer nettement, tant leurs frontières sont mouvantes et les motivations qu’ils revendiquent semblables. En vue de poursuivre la réflexion sur l’alternativité sans tomber dans le piège de la dichotomie, l’auteur choisit de privilégier la notion de « promesse de différence », qu’il définit comme « la promesse d’une autre modalité d’organisation de la production, des échanges et/ou de la consommation alimentaire, et la promesse de bénéfices associés » (p. 24). Il lui associe les notions de « projet » et « d’activités de régulation », afin d’analyser le rôle conjoint des idées et de la structuration de l’action collective sur les systèmes alimentaires alternatifs.

3Autour de quel projet la promesse de différence est-elle construite dans le commerce équitable (Fédération Artisans du monde et Max Havelaar France) et les circuits courts (AMAP) ? La concrétisation de la « promesse » est-elle fidèle aux idées dont elle est porteuse ? Les chapitres 2 et 3, respectivement intitulés « La promesse de différence » et « De l’ambiguïté des projets aux activités de régulation », se répondent l’un et l’autre dans l’économie de l’ouvrage. En effet, tandis que le second chapitre analyse comment « les opérations de cadrage interprétatif et promotionnel » (p. 44) du commerce équitable et des circuits cours définissent le contenu de la promesse de différence, le troisième chapitre montre que la mise en action de cette différence, par l’intermédiaire de divers arbitrages et négociations, mettent plus ou moins à mal la promesse initiale. « Les projets ne cadrent jamais totalement les pratiques » (p. 68). Si, par exemple, une des ambitions du projet du commerce équitable est de coopérer de manière directe avec des producteurs marginalisés, en pratique, ce rapprochement induit souvent la mise sur le marché de produits de plus faible qualité, sans garantie de commercialisation régulière. Privilégier une des dimensions de la promesse de différence consiste bien souvent à en délaisser une autre. L’auteur mobilise plusieurs approches méthodologiques pour rendre compte de ces arrangements : analyses d’archives, observations, entretiens semi-directifs permettent de situer la promesse de différence des systèmes alimentaires alternatifs hors du seul domaine des discours et de saisir « le passage entre unicité du projet et pluralité des pratiques » (p. 85).

4Faut-il alors postuler un « grand partage » (p. 87) entre les systèmes alimentaires alternatifs et les systèmes alimentaires conventionnels ? Dans le chapitre 4 intitulé « L’approvisionnement local au croisement des activités de régulation », Ronan Le Velly répond par la négative à cette question en précisant ce qui s’entremêle entre l’alternatif et le conventionnel, à savoir les règles et le travail d’organisation de l’action collective. « Les systèmes alimentaires alternatifs peuvent alors être appréhendés comme s’établissant au croisement de multiples activités de régulation, dont certaines peuvent être qualifiées “d’alternatives” et les autres de “conventionnelles” » (p. 87). Quand la ville de Nantes s’emploie à favoriser les produits issus de l’agriculture biologique et la relocalisation de l’approvisionnement dans la restauration scolaire, par exemple, le code des marchés publics entrave en partie cette ambition puisqu’il favorise l’alimentation biologique, mais non les circuits courts. Au terme du chapitre, l’auteur propose donc une typologie des formes d’hybridation entre les activités de régulation alternatives et les activités de régulation conventionnelles : l’« opposition », la « cohabitation » et la « symbiose » décrivent un continuum allant de l’absence de compromis à la coopération approfondie, en passant par la cohabitation non conflictuelle.

5Le développement commercial des systèmes alimentaires alternatifs conduit-t-il nécessairement à leur mutation en systèmes alimentaires conventionnels ? Comment sortir d’une pensée déterministe quand il s’agit d’étudier les effets de la croissance et de la conventionnalisation des systèmes alimentaires alternatifs ? Dans les deux derniers chapitres de l’ouvrage – le chapitre 5 intitulé « Changements d’échelle et modification des agencements marchands » et le chapitre 6 intitulé « Le mainstreaming du commerce équitable Fairtrade » – Ronan Le Velly montre que la professionnalisation, la sortie d’un marché limité à des producteurs et des consommateurs militants et la progression des ventes conduisent les systèmes alimentaires alternatifs à adopter de nouvelles organisations marchandes qui remettent plus ou moins en cause leur alternativité. L’étude de cas d’une AMAP Poisson de l’île d’Yeu décrit un « collectif hybride » (p. 139) qui mobilise à la fois des acteurs et des activités de régulation alternatifs et conventionnels. Au sein de cette AMAP, le recours à plusieurs intermédiaires a certes pour effet d’éloigner les consommateurs des producteurs, mais permet cependant l’acheminement mensuel, la préparation et la mise en colis du poisson (grâce à une coopérative de mareyage notamment) et favorise ainsi considérablement les ventes. Qu’il s’agisse des circuits courts ou du commerce équitable, l’auteur souligne que leur évolution « n’est pas guidée par la loi mécanique, […] elle résulte des conflits et des débats entre ses partie-prenantes » (p. 147).

6Ronan Le Velly invite à poursuivre une analyse des systèmes alimentaires alternatifs qui ne soit, ni déterministe, ni idéologique. Il s’agit d’investir « l’action d’un collectif hybride composé d’acteurs mais aussi de règles, de dispositifs, de réseaux, de discours et de routines » (p. 168). Si le rôle du sociologue ne consiste pas à distinguer une « bonne » alternativité d’une « mauvaise », celui-ci n’est pas uniquement d’ordre théorique, selon lui : il consiste également à accompagner les acteurs qui portent les systèmes alimentaires alternatifs d’aujourd’hui et de demain. Quoique présente en filigrane de l’introduction à la conclusion de l’ouvrage, cette démarche réflexive mériterait d’être développée d’avantage, en particulier lorsque l’auteur fait référence à son propre terrain d’enquête, tant les effets de la recherche en sciences sociales sur la construction de la différence des systèmes alimentaires alternatifs semblent considérables au terme de cette lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Guérin, « Ronan Le Velly, Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22877

Haut de page

Rédacteur

Laura Guérin

Docteure en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), membre du CEM.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page