Navigation – Plan du site

Claude Dubar, Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie

Lucie Jégat
Les biographies en sociologie
Claude Dubar, Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, 128 p., ISBN : 978-2-7071-9395-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce projet répond « au besoin de voir les vies ordinaires racontées, les voix de faible ampleur écou (...)

1La question de l’utilisation des biographies et de leur intérêt en sociologie, sans être une question récente, semble soulever aujourd’hui de plus en plus d’enjeux. On pense par exemple au projet de Pierre Rosanvallon de « Raconter la vie »1, dont la visée est plus politique que purement sociologique. Se pose ainsi la question de la portée scientifique des démarches biographiques. Quelles généralisations, quelles apprentissages sur le monde social sont possibles grâce à l’approche biographique ? Claude Dubar et Sandrine Nicourd réussissent le défi de répondre de manière claire et concise à ces questions ambitieuses dans un ouvrage accessible et utile aussi bien aux étudiant·e·s qu’aux chercheur·e·s plus expérimenté·e·s.

2Le propos s’ouvre sur un hommage à Claude Dubar, décédé le 26 septembre 2015 alors qu’il terminait avec Sandrine Nicourd une première version de ce livre. Il est présenté comme étant « passionné par les énigmes sociologiques que comporte chaque biographie » (p. 2). Le défi de son dernier ouvrage est en ce sens relevé dans la mesure où les auteur·e·s, en exposant avec clarté l’actualité des méthodes et les héritages théoriques, donnent des clés pour transformer les biographies en matériaux sociologiques. Les enjeux sont donc avant tout d’ordre épistémologique. Cet apport est d’autant plus important que, si actuellement les approches empiriques font la part belle aux données biographiques, leurs usages, et surtout les concepts qui les entourent (trajectoires, carrières, parcours), ne font pas systématiquement l’objet d’une analyse détaillée permettant d’en comparer les apports ou d’en discuter les différences. C’est là sans doute l’intérêt majeur de cet ouvrage.

  • 2 Florian Znaniecki et William I. Thomas, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique : Récit de vie (...)
  • 3 Pierre Dominicé, L’histoire de vie comme processus de formation, Paris, L’Harmattan, 2002.
  • 4 Vincent de Gauléjac, La névrose de classe : trajectoire sociale et conflits d’identité, Paris, Édit (...)

3Dans la première partie, les auteur·e·s reviennent sur l’origine de l’approche biographique qu’ils font remonter à l’École de Chicago, et notamment à l’ouvrage de Florian Znaniecki et William I. Thomas, Le Paysan Polonais en Europe et en Amérique2, ainsi qu’aux approches ethno-sociologiques. Claude Dubar et Sandrine Nicourd mettent ainsi en avant la différence entre les approches qui visent le sens subjectif d’une pratique et ceux qui valorisent les données objectives sur les processus sociaux. Une autre approche, plus originale, est mentionnée : celle des récits de vie en formation et recherche3. Cette pratique consiste en un exercice de réflexivité menant à l’application de catégories sociologiques à une autobiographie ; elle et s’est fait connaître pour son volet de sociologie clinique, développé entre autres par Vincent de Gauléjac4. Cependant, dans cette approche, l’objectif de formation prime sur celui de la recherche : le récit de vie est ici surtout vu comme un outil de réflexivité.

  • 5 Voir à ce propos : Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin, 2015 ; (...)
  • 6 Christian Lalive d’Épinay, « De l’étude des personnes âgées au paradigme des parcours de vie », in (...)

4Le deuxième chapitre de l’ouvrage est consacré à la notion de « parcours de vie » (en anglais, life course). Cette notion découle de la proximité de la sociologie avec la démographie, laquelle a permis l’éclairage des effets de cohortes, d’âge et de génération5. C’est par l’analyse longitudinale que les démographes ont contribué à opérationnaliser cette notion en prenant en compte la cohorte de naissance des individus dans l’explication de leurs données biographiques. La notion de parcours de vie permet donc de penser à la fois l’âge et les générations, notamment par l’« effet de cohorte » qui donne à voir un « enchâssement sociohistorique des vies humaines »6. Quant à la notion de « parcours », elle donne à la fois la possibilité de penser l’existence sociale comme un processus et de considérer l’interdépendance entre l’histoire des individus et celle des sociétés. L’analyse des parcours de vie s’est ainsi institutionnalisée, notamment par le biais d’enquêtes sur la mobilité sociale. La thèse centrale de ces études est que la régulation des parcours de vie, par le système socioéconomique mais aussi par les politiques publiques, s’opère via des modes institutionnels. Mais, du fait de la crise industrielle et l’extension du chômage et de la précarité, ces parcours deviennent plus flexibles et sont moins harmonisés, entraînant également l’émergence d’une norme d’individualisation. Enfin, la notion de parcours de vie permettrait d’analyser les biographies sous l’angle à la fois quantitatif et démographique, en mettant en avant les points communs générationnels et les différences singulières liées à des contraintes spécifiques.

  • 7 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. (...)
  • 8 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », op. cit.
  • 9 Jean-Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociolog (...)
  • 10 Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social, Paris, La Découverte, 2013.

5Le troisième chapitre, consacré à la notion de trajectoire, renvoie immédiatement à la définition et à l’usage qu’en fait Pierre Bourdieu7. Le lien est dressé entre la notion de trajectoire sociale et celle d’habitus de classe. Les auteur·e·s offrent ainsi une définition toute bourdieusienne de la notion de trajectoire : « courbe reliant les positions sociales successives de plusieurs personnes de la même lignée ou de moments d’un cours individuel de vie » (p. 31). Cette définition est cependant discutée à partir du constat de la multiplication des « habitus clivés ». Au-delà de la notion de trajectoire, les travaux de Bourdieu repensent l’approche biographique en elle-même8. Mais cette approche est, assez classiquement, remise en cause d’abord par les critiques de Jean-Claude Passeron9, puis par celles de Bernard Lahire10 qui met l’accent sur la subjectivité des acteurs sociaux sans pour autant abandonner les causes structurelles des trajectoires.

  • 11 Peter L. Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, traduit par Pierre Tamin (...)

6Le quatrième chapitre, le plus long, porte sur les carrières biographiques. Cette notion est d’emblée placée du côté de la socialisation secondaire au sens de Berger et Luckmann, en ce qu’elle « permet d’incorporer un individu déjà socialisé dans de nouveaux secteurs du monde objectivé de sa société »11. Il s’agit d’une approche constructiviste et méso-sociologique privilégiant l’analyse des institutions et, parmi elles, les situations de travail. La notion de carrière est donc liée à une logique institutionnelle et permet « de saisir les contextes, les changements, les évolutions pour éclairer les apprentissages en situation tout en objectivant les contraintes sociales qui restent déterminantes » (p. 43).

  • 12 Anselm Leonard Strauss, La trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme, Pa (...)

7C’est dans ce chapitre qu’est abordé le thème, central dans l’analyse des biographies, des bifurcations. La notion de carrière semble donc être la plus adéquate pour analyser la dynamique des biographies. Si cette dynamique peut être pensée à travers la notion de « bifurcation » ou encore de « turning point », les auteur·e·s mobilisent également le concept de « transactions » pour en rendre compte. Ces transactions sont « doubles » car il s’agit autant de négocier avec soi-même12 qu’avec des autrui significatifs et généralisés. Le concept de carrière permettrait donc « de prendre la mesure de la double temporalité de chaque biographie – le temps long d’une trajectoire (diachronie) et le temps de situations qui coexistent (synchronie) – puis d’étudier leur articulation, leur dialectique, qui prend la forme de transactions » (p. 57). Deux types de transactions sont ainsi distingués : les transactions diachroniques et les transactions synchroniques. D’un côté, la transaction diachronique renvoie aux processus de socialisation biographique qui opèrent par des identifications à des positions sociales ; c’est cette transaction diachronique qu’on pourrait le plus rapprocher du concept de trajectoire, la perspective de la transaction permettant d’introduire une dynamique temporelle en sus. De l’autre côté, la transaction synchronique renvoie à une dimension avant tout relationnelle au sein des différentes scènes sociales qui constituent des espaces de socialisation. « L’enjeu principal de ces interactions sera la reconnaissance par des autrui significatifs et par des cadres institutionnels » (p. 60).

  • 13 Jean-Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », op. cit.
  • 14 Frédéric de Coninck et Francis Godard, « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. L (...)
  • 15 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, vol. 8, no 1, (...)
  • 16 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques : l’exemple des récits d’in (...)

8Si les quatre premiers chapitres sont très théoriques, les deux derniers présentent l’avantage d’aborder les biographies d’un point de vue méthodologique. Le cinquième chapitre est ainsi consacré à la méthode de l’entretien. Il propose une mise en forme des pratiques d’enquêtes biographiques qualitatives et « souligne les sujets qui méritent réflexivité dans le cadre du processus de travail sociologique » (p. 73). C’est donc bien la réflexivité qui est au cœur de ce chapitre, au détriment peut-être d’autres enjeux méthodologiques et épistémologiques propres à l’entretien. Le chapitre est cependant riche d’enseignement pour tout·e jeune chercheur·e·souhaitant déjouer les pièges les plus courants de l’entretien, parmi lesquels l’excès de « sens » et de cohérence, souligné par Jean-Claude Passeron13. Un autre intérêt de ce chapitre est de faire une présentation relativement exhaustive de la méthode de l’entretien, proposant des clés pour comprendre le dispositif lui-même, sa mise en œuvre et encore son analyse. Ainsi, les auteur·e·s soulignent l’importance d’établir un contrat de communication sur le déroulement des entretiens, afin de cadrer l’interaction en amont. Mais les éléments les plus intéressants se situent sans aucun doute du côté du schéma d’analyse proposé. En effet, l’analyse des données biographiques pose l’enjeu de l’interprétation sociologique des « formes temporelles de la causalité », comme le soulignent de Coninck et Godard14. Ces auteurs proposent trois modèles d’analyse : le modèle « archéologique », qui rend compte du tracé d’une trajectoire au sens diachronique à partir d’un « point initial d’où l’essentiel découle » ; le modèle structurel, qui se rapproche de l’analyse des parcours de vie en tenant compte des contextes d’âge et de générations et qui met en jeu des temporalités sociohistoriques ; enfin, le modèle du « cheminement », qualifié de « foisonnant », dans lequel « la question centrale est celle de “la transition d’un état à un autre” dans une dynamique processuelle » (p. 86). Le dernier apport de ce chapitre tient au fait qu’il développe un modèle particulier d’analyse, celui de l’analyse structurale, prenant appui sur « l’analyse structurale du récit » mise en place par Roland Barthes15, qui fait intervenir des séquences, des actants et un niveau de narration ou de discours. Trois échelles d’analyse sont ainsi distingués, qui sont aussi trois dimensions sociologiques des biographies : les séquences, renvoyant aux trajectoires, les actant renvoyant aux carrières et la narration renvoyant aux cheminements16. Toutefois, si ce chapitre condense des pistes d’analyse novatrices, le lien entretenu entre la biographie et l’entretien est peut-être trop implicite. En effet, d’autres méthodologies qualitatives (sources historiques, monographies) peuvent donner lieu à des biographies et auraient pu ici trouver leur place.

  • 17 Catherine Bonvalet et Eva Lelièvre, De la famille à l’entourage, Paris, INED/PUF, 2012 ; compte ren (...)

9Le dernier chapitre traite de l’analyse quantitative et permet de revenir sur l’idée selon laquelle la méthode qualitative serait la plus à même de saisir les biographies. Les enquêtes quantitatives qui appréhendent les biographies sont particulièrement intéressantes car elles sont rares et nécessitent une méthodologie spécifique. Elles se situent, depuis les années 1960, à la croisée de deux lignées d’enquêtes : les enquêtes sur les trajectoires de mobilité et les enquêtes sur les familles et réseaux. Deux enquêtes sont mises en avant comme particulièrement innovantes sur le sujet : l’enquête Biographie et entourage17 et l’enquête Histoire de vie. Cette dernière, réalisée par l’Insee, porte sur la construction des identités. Une de ses originalités est de proposer une analyse des parcours de vie par des schémas représentant des trajectoires de vie. La démarche est innovante car venant de l’Insee et montre ainsi le souci de ne pas limiter la statistique publique à des enquêtes fondées sur des rôles et des statuts ou encore des positions sociales, mais de comprendre les conditions de socialisation.

10Claude Dubar et Sandrine Nicourd dressent ici un éclairage d’autant plus pertinent que les notions usuelles de parcours, trajectoires ou carrières – et la méthodologie qui s’y rapporte – sont mobilisées mais encore trop rarement explicitées dans les travaux récents. Toutefois, on peut noter que les premiers chapitres, s’ils clarifient les notions en jeu, tendent à les présenter comme indépendantes, à ne pas penser leur articulation. Les auteur·e·s mettent cependant bien en lumière que, quels que soient la notion et les outils désignés, il s’agit toujours, par les biographies, de saisir l’articulation entre le changement et les contraintes sociales qui pèsent sur les destins individuels. C’est peut-être dans cette articulation des paradoxes qu’il faut trouver le propre des biographies en sociologie.

Haut de page

Notes

1 Ce projet répond « au besoin de voir les vies ordinaires racontées, les voix de faible ampleur écoutées, la réalité quotidienne prise en compte » : http://raconterlavie.fr/pierre-rosanvallon. Voir l’ouvrage : Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Seuil, Raconter la vie, 2014 ; note critique d’Howard Becker et compte rendu de Salih Dogan pour Lectures : https://lectures.revues.org/14813 et https://lectures.revues.org/13865.

2 Florian Znaniecki et William I. Thomas, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique : Récit de vie d’un migrant, traduit par Pierre Tripier, Paris, Nathan Université, 1998.

3 Pierre Dominicé, L’histoire de vie comme processus de formation, Paris, L’Harmattan, 2002.

4 Vincent de Gauléjac, La névrose de classe : trajectoire sociale et conflits d’identité, Paris, Éditions Payot & Rivage, 2016.

5 Voir à ce propos : Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin, 2015 ; compte rendu de Cécile Thomé pour Lectures : http://lectures.revues.org/19922.

6 Christian Lalive d’Épinay, « De l’étude des personnes âgées au paradigme des parcours de vie », in Daniel Mercure (dir.), L’Analyse du social. Les modes d’explication, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, p. 167.

7 Pierre Bourdieu, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, no 1, 1974, p. 3‑42 ; Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

8 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », op. cit.

9 Jean-Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, vol. 31, no 1, 1989, p. 3.

10 Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social, Paris, La Découverte, 2013.

11 Peter L. Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, traduit par Pierre Taminiaux, Paris, Armand Colin, 2014 [1966], p. 179.

12 Anselm Leonard Strauss, La trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, France, L’Harmattan, 1992.

13 Jean-Claude Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », op. cit.

14 Frédéric de Coninck et Francis Godard, « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. Les formes temporelles de la causalité », Revue française de sociologie, vol. 31, no 1, 1989, p. 23‑53.

15 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, vol. 8, no 1, 1966, p. 1‑27.

16 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques : l’exemple des récits d’insertion, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009 [1997].

17 Catherine Bonvalet et Eva Lelièvre, De la famille à l’entourage, Paris, INED/PUF, 2012 ; compte rendu de Lucie Bony pour Lectures : http://lectures.revues.org/10241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Jégat, « Claude Dubar, Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 mai 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22880

Haut de page

Rédacteur

Lucie Jégat

Professeure agrégée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, doctorante au Centre Max Weber, ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page