Skip to navigation – Site map

Hugues Constantin de Chanay, Yannick Chevalier et Laure Gardelle (dir.), « Écrire le genre », Mots. Les langages du politique, n° 113, 2017

Marie Duru-Bellat
Écrire le genre
Hugues Constantin de Chanay, Yannick Chevalier, Laure Gardelle (dir.), « Écrire le genre », Mots. Les langages du politique, n° 113, mars 2017, 150 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847888928.
Top of page

Full text

1Ce dossier, court – il ne comprend que trois textes – mais fort bien documenté, est consacré aux outils linguistiques qui pourraient permettre de supprimer toute trace de discrimination entre femmes et hommes dans la langue française. C’est là une question d’actualité, tant sont nombreuses les tentatives (par ailleurs peu normées) pour exprimer par le discours un positionnement idéologique et politique en faveur de l’égalité femmes/hommes. Dans un article introductif, les universitaires coordonnateurs du dossier, Hugues Constantin de Chanay, Yannick Chevalier et Laure Gardelle explicitent le postulat qui informe l’intitulé du dossier, « Écrire le genre », à savoir que « la représentation linguistique des genres entretient des rapports avec les deux genres principaux extralinguistiques (les hommes, au sens spécifique de ce terme, et les femmes) », ajoutant qu’en la matière « les choix de graphies inclusives témoignent, pour le dire à gros traits, de la conviction des scripteurs que l’émancipation des femmes passe aussi par un travail sur la langue » (p. 11).

  • 1 Betty Friedan, The Feminine Mystique, New York, W.W. Norton and Co, 1963. L’ouvrage a été traduit (...)

2Pour mettre en relief ce qui serait le sexisme de la langue française, les auteurs proposent tout d’abord une comparaison avec la langue anglaise. L’androcentrisme (le masculin comme référence) et la sexuation elle-même sont moins accentués en anglais, ce dont attestent plusieurs caractéristiques linguistiques, notamment le fait que les noms n’ont pas de genre. Pour autant, la critique de cette langue par les féministes est ancienne (dès les années 1960 avec Betty Friedan et son ouvrage The Feminine Mystique1). Si elle est aujourd’hui très répandue dans tous les pays anglophones, cette critique de la langue n’a jusqu’alors pas débouché sur de nouvelles règles consensuelles. Les pistes évoquées étaient pourtant nombreuses : créer un pronom épicène, éviter d’employer le pronom de la troisième personne au singulier pour lui préférer le they (même au singulier), utiliser le she de façon générique… De fait, ce sont les solutions les moins « perturbatrices » qui l’on emporté, comme la juxtaposition he/she.

3Dans les pays francophones, à la différence des pays anglo-saxons, la question de la lutte contre la discrimination linguistique a été prise en main de façon centralisée par des instances gouvernementales ou nationales, face à une langue où la dénomination de genre est bien plus prégnante qu’en anglais, du fait que le marquage du genre est omniprésent. Des graphies ont alors été proposées pour contrer une caractéristique notable du français, à savoir que le masculin y fait office de neutre ; la question est alors de savoir comment mettre fin à l’invisibilisation du féminin ainsi induite.

4Il ne s’agit pas là d’une question technique, comme l’illustrent les développements à propos de ce qui serait un langage neutre. Certains modes de neutralisation visent à faire disparaître le genre (en privilégiant des mots épicènes par exemple), alors que l’on peut choisir au contraire, par des doublements (précisant le masculin et le féminin), de rendre plus visibles les deux sexes, rompant alors avec l’invisibilisation du féminin. Dans la pratique, de nombreux « protocoles graphiques » coexistent, dont certains émanent directement de la puissance publique. Et les auteurs de souligner que les tensions notées autour de la neutralisation de la langue y sont parfaitement visibles, dans la mesure où les changements proposés « sont souvent envisagés comme des procédures de “féminisation” de l’écrit, alors même que l’objectif visé est celui d’une éviction des formulations discriminantes » (p. 30). Ils insistent sur la contradiction inhérente au fait de « s’adresser à des sujets de droit sans traitement distinctif en recourant à des graphies qui multiplient les marques de genre grammatical » (p. 30).

5L’article « Binarité du genre grammatical », proposé par Daniel Elmiger, qui dresse un vaste inventaire des formes d’écriture non sexiste (effectives ou envisageables), se structure autour des deux stratégies possibles : la neutralisation (au sens de réduction de la variation binaire des genres) ou le dédoublement des formes. Le nombre et la diversité des solutions qui ont été proposées sont impressionnants et peu connus des non-spécialistes, notamment eu égard à l’objectif de neutralisation (un article indéfini épicène yn, une réactivation de l’ancienne finale z pour marquer le pluriel de façon neutre…). Mais peu nombreuses sont les solutions visant à éliminer la binarité des genres, soit seulement pour les noms inanimés (comme en anglais) soit en allant plus loin à l’instar de la langue hongroise où aucun nom (animé ou inanimé) ne porte de marqueur de genre, ce qui dépouille la notion de genre grammatical de l’essentiel de son sens puisque qu’il n’y a plus de phénomène d’accord.

6Si les tentatives de mise en œuvre d’une moindre sexuation de la langue (à la fois dans la dimension binaire du genre et les excès du marquage masculin) ne sont plus soutenues aujourd’hui seulement par les féministes mais aussi par les personnes transsexuelles ou intersexes, il reste qu’elles demeurent surtout locales, cantonnées à des textes à diffusion restreinte ou à des contextes fictionnels. Une raison en est, souligne l’auteur, la complexité de « dégenrer » notre langue, puisqu’il ne suffit pas de s’attacher seulement au sujet (en dédoublant le genre, par exemple) : « il faut aussi tenir compte des marques de genre qui se trouvent dans les nombreux éléments satellites » (p. 50), ce que l’on perçoit souvent concrètement avec des phrases qui commencent par « tous et toutes » et qui finissent par des errements pas toujours clairs et rarement nets dans la suite des accords…

  • 2 Claire Michard, « Humain/femelle : deux poids deux mesures dans la catégorisation de sexe en frança (...)

7Des exemples de ces difficultés sont donnés dans l’article de Julie Abbou qui se penche sur les « typographies anarchistes ». Partant du principe que « le genre est inextricablement linguistique et social à la fois » (p. 53), souligné notamment par des linguistes comme Claire Michard2, Julie Abbou pointe le caractère heuristique qu’il y a à s’intéresser à la manière dont les anarchistes – focalisés sur la critique des rapports de pouvoir – traitent, sous leur versant linguistique, les questions de genre. Elle le fait avec pour base empirique l’analyse de quinze textes émanant de cette mouvance, complétée par des entretiens avec les personnes ayant utilisé à des fins politiques des graphies perturbant les usages courants. Très présentes depuis la fin du siècle dernier, ces graphies sont extrêmement diverses, allant des alternances masculin/féminin à une multiplicité de marquages typographiques (parenthèse, tiret, point médian, slash, majuscule…). Le choix du scripteur mêle les arguments politiques, typographiques, esthétiques ; par exemple, la parenthèse serait peu esthétique et minimiserait les femmes (qu’au contraire valoriserait « trop » la majuscule) ; le tiret et plus encore le slash alourdiraient le texte… Les scripteurs perçoivent une tension entre le souci de visibiliser les deux genres et celui de maintenir une bonne lisibilité. Mais pour l’heure, chacun et chacune fait ses propres choix, le but étant plus de perturber le langage convenu que de prescrire un usage, et ce quels que soient les sujets traités dans les textes (bien au-delà, donc, des seuls textes autour des questions de genre).

8Si la langue apparaît ainsi clairement comme un « lieu de lutte » (p. 71), la diversité des choix « subversifs » exprime peut-être, point aveugle de l’article comme d’ailleurs de tout le dossier, des positionnements opposés dans cette ligne de fracture qui sépare les féministes : vouloir visibiliser les genres s’inscrirait dans la mouvance différentialiste, alors que rechercher la neutralisation serait plus en phase avec une perspective universaliste. Dans ce dossier précis, technique même, cette interrogation plus générale n’est pas posée, ce qui est un peu dommage, même si cela n’entame en rien la grande originalité et la valeur scientifique du numéro.

Top of page

Notes

1 Betty Friedan, The Feminine Mystique, New York, W.W. Norton and Co, 1963. L’ouvrage a été traduit en français par Yvette Roudy : Betty Friedan, La Femme mystifiée, Genève, Gonthier, 1964.

2 Claire Michard, « Humain/femelle : deux poids deux mesures dans la catégorisation de sexe en français », Nouvelles questions féministes, vol. 20, n° 1, 1999, p. 53-95.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Duru-Bellat, « Hugues Constantin de Chanay, Yannick Chevalier et Laure Gardelle (dir.), « Écrire le genre », Mots. Les langages du politique, n° 113, 2017 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 17 May 2017, connection on 20 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/22889

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page