Navigation – Plan du site

Sandra Brée, Paris l’inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle

Fadi El Hage
Paris l'inféconde
Sandra Brée, Paris l'inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle, Paris, Ined Éditions, coll. « Études & enquêtes historiques », 2017, 240 p., préface de Jean-Pierre Bardet, ISBN : 978-2-7332-1072-7.
Haut de page

Texte intégral

1Post-doctorante en démographie historique à l’Université de Louvain, Sandra Brée est une spécialiste de l’évolution de la fécondité, de l’infécondité et de la taille des familles à l’époque contemporaine. Elle publie ici un court mais dense ouvrage issu de sa thèse, soutenue en 2011, qui insiste sur un aspect démographique essentiel de ce siècle : la baisse de fécondité. Paris en est un exemple d’autant plus intéressant que la ville a connu de profondes mutations territoriales (agrandissements progressifs jusqu’aux fameuses annexions de 1859-1860) et a toujours renouvelé sa population par de multiples vagues migratoires temporaires ou définitives, la capitale ayant toujours été un véritable creuset. Analyser statistiquement la fécondité légitime et illégitime de la capitale française est un véritable défi méthodologique et analytique.

  • 1 Ansley Johnson Coale, Susan Cotts Watkins, The Decline of fertility in Europe, Princeton, Princeton (...)

2Le XIXe siècle est considéré comme la période de mutation démographique de l’Europe. Sandra Brée ne manque pas de le souligner dans l’introduction. Ce siècle était celui de l’urbanisation et de l’industrialisation, synchronique d’une baisse conjointe de la mortalité et de la natalité. Dans les programmes scolaires français, les élèves apprennent qu’il s’agit là d’un processus de transition démographique, expliquant l’évolution de la population depuis 1750. Or Sandra Brée remet en cause l’adoption de ce schéma. Elle marque plutôt sa préférence pour le « projet de Princeton ». Celui-ci, initié dans cette université pour étudier le déclin de la fécondité en Europe (p. 19)1, promeut une explication plus culturelle que socioéconomique de la mutation démographique (p. 20). D’après cette théorie, c’est la diffusion culturelle de l’idée d’une limitation des naissances qui a été déterminante, plutôt que la volonté des individus de s’élever socialement. C’était le cas pour les élites des XVIIe et XVIIIe siècles : on notait par exemple une démographie bien plus faible que dans les autres groupes sociaux (p. 18). Les questions d’héritage, des principes culturels avancés de réduction des naissances, ainsi que les mariages précoces et liaisons adultérines sont autant de facteurs explicatifs. Plutôt que d’opposer sans recours les hypothèses socioéconomique et culturelle, Sandra Brée les associe afin d’avoir des possibilités d’explication plus larges et adaptées à l’ensemble du département de la Seine, espace au cœur de l’étude.

3Étudier le département de la Seine (tel qu’il existait dans les limites administratives en vigueur entre 1790 et 1964, avant le redécoupage l’ayant affecté en même temps que la Seine-et-Oise) plutôt que la seule ville de Paris est un choix pertinent, affiché dès le premier chapitre. Est réglé de cette façon le problème du traitement statistique des villages annexés en tout ou partie en 1859-1860. Ainsi, ces villages ne se trouvent pas exclus de l’étude pour la période antérieure à leur intégration à Paris. De plus, les communes du département présentent des particularités instructives quant aux mouvements démographiques de la région parisienne, comme le montrent les cartes fournies par l’auteure.

4Sandra Brée reconnaît en toute honnêteté l’existence de lacunes sérielles dans les données, pour la plupart impossibles à combler. En effet, l’incendie de l’état-civil parisien lors de la Semaine sanglante de mai 1871 est responsable d’une perte de données à laquelle se confrontent toutes les études démographiques. Aussi était-il indispensable d’étendre le champ d’étude à la proche banlieue soumise le plus fortement à l’influence parisienne. Afin de réduire l’impact de ces lacunes, Sandra Brée s’appuie sur des méthodes statistiques parfois difficiles à comprendre pour le profane, mais dont les conclusions sont toujours clairement expliquées.

5Le deuxième chapitre est une description de la nature de la population de Paris et de sa proche banlieue au XIXe siècle. Le premier constat est que Paris a toujours été une terre migratoire, une ville jeune, creuset national où viennent travailler provinciaux et étrangers. La proportion de femmes a augmenté après 1871, en partie avec la venue de domestiques (on pense aux Bretonnes) et suite au déplacement des ouvriers en proche banlieue Est, principalement à Pantin et progressivement dans les communes limitrophes (même si on note le caractère rural de Bobigny et Drancy au-delà de 1900, ce qui explique leur population plus faible, malgré la pénible reconstruction de ces deux communes après la guerre de 1870). La proportion de célibataires dans Paris était suffisamment importante pour suggérer que les personnes s’y installant pour le travail soit repartaient plus tard dans leur province pour y fonder un foyer, soit restaient sans union.

  • 2 Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Le Seuil, 1971.

6Les graphiques et analyses sur les comportements démographiques parisiens confirment le clivage entre l’est et l’ouest que l’on pouvait observer dans des études sociales antérieures, telle Paris libre 1871 de Jacques Rougerie2. Dans les limites parisiennes antérieures à 1860, le nombre des inhumations en fosse commune donne déjà une idée de ce clivage pour l’année 1848, qui se confirme dans les statistiques de 1881 et 1891 sur l’aisance des populations, même s’il faut noter le paupérisme encore marqué du 15e arrondissement, peut-être parce que les constructions d’immeubles de type haussmannien sont pour l’essentiel postérieures à cette date (p. 75). La dimension plus populaire de l’Est parisien est à mettre en relation avec la plus grande jeunesse de sa population plus jeune, occasionnant plus de naissances ainsi qu’une mortalité infantile plus marquée (p. 89).

7Le troisième chapitre est consacré au caractère pionnier de Paris dans la limitation des naissances. Ce phénomène s’est surtout manifesté à partir du recensement de 1881 (reflétant des perturbations signalées à partir de 1872). Paris avait connu un essor démographique important sur une longue durée, entre 1817 et 1883. Le retour des conscrits napoléoniens à la vie civile et l’influence de l’Église au début de la Restauration n’y étaient pas étrangers. Hormis des baisses significatives pendant des périodes de crise (1826-1833, 1846-1850, 1871), la natalité s’était maintenue. Sandra Brée signale néanmoins que certaines hausses étaient simplement dues à des translations de données. En effet, Paris a connu un essor démographique lors des annexions de 1859-1860, tandis que la banlieue a été affectée par une baisse. L’explication tient au fait que certaines communes fécondes avaient été intégrées dans le territoire de la capitale (p. 97).

8Cependant, ces variations statistiques ne doivent pas masquer un processus de déclin de la fécondité parisienne sur une plus longue durée. Avant 1700, la fécondité parisienne attestait d’une limitation des naissances, à lier aux pratiques culturelles et stratégies d’héritages des élites (ayant contribué à provoquer l’extinction de plusieurs lignages, notamment chez les ducs-pairs). En 1901, l’indice de fécondité (légitime et illégitime) de 2,1 enfants par femme (chiffre limite pour le renouvellement de la population) était atteint. Le quatrième chapitre explique que cette situation n’est pas due seulement à des pratiques contraceptives. La fécondité légitime était véritablement en déclin. Elle est passée de 2,22 enfants par femme en 1817 à 1,52 en 1901 (p. 109), attestant d’une chute plus rapide que celle des autres capitales européennes. Est réitérée ici par Sandra Brée l’hypothèse que les différences de fécondité entre l’ouest et l’est de Paris avaient une origine culturelle et psychologique. L’appartenance à un quartier socialement marqué par des pratiques d’éducation et le besoin d’argent dans les familles auraient joué un rôle majeur dans cette dichotomie. Cependant, concède-t-elle, la trop courte durée chronologique des statistiques fiables empêche de tirer une conclusion définitive sur la question. Il reste indéniable que les populations agricoles et ouvrières de banlieue contrôlaient peu leurs naissances, contrairement aux habitants plus aisés. La limitation des naissances chez ces derniers peut autant s’expliquer par la baisse de la mortalité infantile (ne nécessitant pas de naissances supplémentaires pour « remplacer » l’enfant défunt) que par un souci de ne pas disperser le patrimoine entre plusieurs héritiers. Sandra Brée privilégie malgré tout l’hypothèse de la « diffusion de comportements de fécondité, qui serait influencée par des éléments culturels, et notamment l’évolution de l’instruction » (p. 142).

9Le dernier chapitre aborde une question longtemps taboue, à savoir les naissances hors-mariage. Au XIXe siècle, un quart des naissances parisiennes avait lieu hors mariage (contre 10  % à la fin de ce siècle pour la France entière). Il faut retenir que nombre de femmes de banlieue célibataires accouchaient dans l’anonymat à Paris, pesant ainsi sur les statistiques de celle-ci. La baisse des naissances illégitimes restait notable par rapport au siècle précédent, d’autant que de plus en plus d’enfants illégitimes étaient reconnus plus tard ou légitimés par le mariage de leurs parents (car, parmi les couples à l’origine d’enfants illégitimes, figurent des concubins qui ont pu se marier par la suite). Dans ces pratiques de reconnaissance partielle (un seul des parents) ou totale (les deux) se fait jour un souci d’ordre social, soit dans le but de transmettre le nom du père à l’enfant, soit pour éviter que celui-ci ne soit considéré comme abandonné (p. 161). Sandra Brée insiste sur la nécessité de distinguer les couples concubins des mères isolées (p. 190). Ces dernières étaient souvent des domestiques ou des couturières, accouchant dans des hôpitaux et non à domicile (p. 194). On notera la différence entre Paris et les communes à dominante ouvrière d’un côté, et les communes agricoles de l’autre. Dans ces dernières, la fécondité illégitime est plus faible car les naissances hors mariage étaient moins acceptées, si bien qu’une union était souvent scellée entre la fille enceinte et le père du futur enfant. Le monde rural était plus attaché à l’Église que le monde ouvrier ou que les élites (dont la religiosité était dans certains cas plutôt de façade).

10La conclusion générale de l’ouvrage fait preuve d’une grande honnêteté intellectuelle. En effet, Sandra Brée résume les conclusions tirées de ses études statistiques, distinguant les différences au sein de Paris (ouest/est) et de sa banlieue (communes ouvrières/agricoles). Elle reconnaît que les données statistiques ne fournissent pas toutes les informations souhaitées et ne comblent pas certaines lacunes en matière de données sociales, ainsi sur l’identité des mères seules, dont il est malaisé de connaître l’origine, lorsqu’elles n’accouchaient pas à l’hôpital. En toute modestie, Sandra Brée espère que son travail ouvrira de nouvelles perspectives de recherches sur la fécondité de la population parisienne au XIXe siècle. Nous ne pouvons que lui savoir gré d’apporter autant d’éclaircissements sur les naissances illégitimes, qui ont inspiré de remarquables personnages de roman (Cosette, dans Les Misérables de Victor Hugo, est la fille naturelle de Fantine et d’un certain Félix Tholomyès, qui a vite abandonné cette dernière), tout en incarnant la part la plus méconnue de l’histoire de la ville de Paris et de sa proche banlieue.

Haut de page

Notes

1 Ansley Johnson Coale, Susan Cotts Watkins, The Decline of fertility in Europe, Princeton, Princeton University Press, 1986.

2 Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Le Seuil, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Sandra Brée, Paris l’inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22911

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page