Navigation – Plan du site

Éric Glon et Bernard Pecqueur (dir.), Au cœur des territoires créatifs. Proximités et ressources territoriales

Laurence Gandon
Au cœur des territoires créatifs
Éric Glon, Bernard Pecqueur (dir.), Au cœur des territoires créatifs. Proximités et ressources territoriales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2016, 295 p., préface de Guy Di Méo, ISBN : 978-2-7535-4951-7.
Haut de page

Texte intégral

1Située au carrefour d’enjeux majeurs (développement économique, intégration sociale, respect de l’environnement, etc.), la créativité s’impose comme une référence centrale dans les projets de nombreux acteurs, pour résoudre les problèmes présents et anticiper ceux à venir. Ce livre démontre que les proximités territoriales peuvent être au cœur de projets créatifs qui font apparaître des ressources surprenantes et inédites. L’ouvrage regroupe la contribution de 31 auteurs, français et internationaux, la plupart universitaires, issus d’horizons professionnels différents : géographie, économie, sociologie, ingénierie, anthropologie, médecine, etc. Il regroupe de nombreuses études concernant la mise en valeur des territoires grâces à des projets créatifs dans des domaines très variés.

2La préface de Guy Di Méo met l’accent sur l’évolution de la notion de territoire, qui a pris un sens nouveau dans les années 1980-90, dans un contexte de crise économique, pour désigner peu à peu « un espace social, à forte teinture symbolique, mais construit par l’action systémique permanente d’acteurs (territorialisés) à la fois économiques et sociaux » (p. 7). Le développement territorial a permis l’émergence de nouveaux modèles socio-économiques localisés qui s’inscrivent dans le modèle de mondialisation et de globalisation dominant, tout en intégrant la dimension environnementale et humaine qui fait parfois défaut au néolibéralisme.

3L’introduction d’Éric Glon et Bernard Pecqueur explique les concepts et notions théoriques qui sont ensuite illustrés dans les quatre parties du livre par de nombreux exemples concrets. Le constat de départ est le suivant : les proximités territoriales ne sont pas uniquement géographiques, mais également sociales, au cœur de dynamiques collectives qui permettent à des individus et des groupes d’acteurs de s’approprier et de valoriser des atouts et des potentialités spécifiques au cadre de vie auquel ils sont attachés. Selon les projets développés, les acteurs sont très divers : élus locaux, travailleurs (agriculteurs, travailleurs sociaux, chefs d’entreprise, etc.), mais également simples citoyens. Les ressources mobilisées sont également très diverses selon les projets : elles peuvent être matérielles, immatérielles (lorsqu’elles relèvent par exemple de la culture, de la recherche ou de l’information) et humaines. Les études réalisées démontrent l’importance de la perception que les acteurs impliqués dans les projets territoriaux possèdent des ressources à mobiliser. Ainsi, ils peuvent percevoir une ressource avec une vision utilitaire (souvent associée à une valeur marchande), idéelle (les représentations et le symbolisme liés à la ressource importent autant que la façon dont elle se manifeste pour la réalisation du projet) ou d’équité (recherche de justice sociale ou environnementale). Une mise en valeur des ressources du territoire à des fins d’exploitation, dans une optique marchande et sans négociation des effets induits, traduit une démarche superficielle, basée sur une vision utilitariste et idéelle uniquement, et participe peu au développement local. Une démarche mue par l’activation constitue une étape intermédiaire de valorisation des ressources, car elle présente une négociation partielle des effets induits de la présence de certaines activités sur le territoire concerné. La vision utilitaire est associée à un idéel plus construit, et peut même comporter un souci d’équité. Enfin, la spécification permet la valorisation globale des ressources, en faisant émerger de réelles particularités territoriales. Les atouts matériels, immatériels et humains sont valorisés en tenant compte de leur complémentarité et de leurs effets induits. Une telle démarche peut avoir une visée économique, mais également combiner des initiatives non marchandes et toucher à la fois l’environnement, le patrimoine et la sociabilité afin de valoriser les spécificités locales. Ce sont surtout des projets de ce type qui sont présentés dans ce livre.

4La première partie de l’ouvrage s’intéresse à l’« innovation sociale » et explicite les facteurs qui permettent aux acteurs des territoires de mener à bien leurs projets. Par exemple, Jean-Louis Klein identifie le leadership comme un élément important de réussite des proximités organisées, en illustrant ses propos par l’exemple du village de Saint-Camille. Cette bourgade du Québec, menacée il y a trente ans de fermeture de ses services publics (école…) pour cause de dévitalisation démographique, sociale et économique, a vu ses habitants se mobiliser à travers des projets agricoles, mais aussi des projets de service aux personnes âgées ou aux enfants, et des projets d’activités culturelles, dans le but principal d’attirer de nouveaux habitants. Les différents projets ont suscité des débats et parfois des désaccords entre les acteurs. Cela a abouti à la mise en place d’un leadership partagé entre les responsables des différents projets, qu’ils soient citoyens, travailleurs sociaux ou personnalités politiques, pour coordonner l’ensemble et rallier tous les acteurs.

5La deuxième partie explore la valorisation des espaces urbains qui deviennent des lieux d’innovation et de renouvellement de pratiques, à l’initiative des décideurs politiques, des professionnels mais également des populations locales. Le texte d’Anne-Françoise Hirsch-Vanhoenacker illustre par exemple comment les initiatives de proximité peuvent donner une autre dimension à la valorisation d’une ressource, reposant sur l’expérience, les connaissances et les potentialités créatives des habitants. En effet, à Roubaix, des cafés-citoyens ont été organisés au centre social du quartier Moulins Potennerie par l’université populaire et citoyenne et le centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie. Leur but est de permettre aux habitants et à des professionnels de santé et de l’action sociale d’échanger leurs points de vue de la notion de santé, et de définir des actions de prévention qui correspondent aux attentes des habitants, pour ensuite les mettre en œuvre de manière ciblée et personnalisée. Le public a participé activement au projet, ce qui garantit la pérennité du processus et est gage d’une meilleure intégration des messages de santé.

6La troisième partie est, quant à elle, consacrée à la créativité des territoires ruraux. Ces derniers se sont considérablement modifiés sociologiquement : aujourd’hui ruralité ne rime plus exclusivement avec activité agricole. Les attentes et besoins des consommateurs amènent à repenser le système de production de biens marchands, ce qui permet l’émergence de produits chargés de symboles et de références au territoire (comme les appellations d’origine protégée), gages de qualité pour les consommateurs. La contribution de Claire Delfosse précise que la valorisation du patrimoine rural se préoccupe également de l’environnement, et de nombreuses initiatives ont trait à la biodiversité cultivée. Elle cite par exemple les actions menées dans l’Est de la France par les collectivités locales pour préserver certaines variétés anciennes de fruits, à travers des associations comme « les Croqueurs de Pommes » qui ont créé des vergers conservatoires. Ces associations sont également des supports de lien social, car elles permettent les échanges avec les habitants de communes urbaines lors de manifestations comme le pressage des pommes. Elles accueillent régulièrement les écoles pour sensibiliser les enfants au respect de l’environnement et de la biodiversité, par exemple en expliquant le rôle essentiel des abeilles dans la pollinisation.

7La quatrième partie, qui conclut cet ouvrage, traite de la dimension patrimoniale du territoire. La construction d’une identité partagée et d’une appropriation collective et sociale des ressources locales se conjuguent pour engendrer des produits ressources. La combinaison de logiques territoriales et patrimoniales peut, sous certaines conditions, mettre en valeur des produits de qualité intimement liés à un territoire et à un environnement. Le texte de Véronique Peyrache-Gadeau, Loïc Perron et Claude Janin compare les logiques d’acteurs et les conditions de construction de ressources territoriales à travers l’analyse de deux expériences. La première, réussie, relate la valorisation de la châtaigne dans le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Depuis les années 1980, différentes initiatives ont été menées : création d’une pâtisserie régionale à base de châtaigne, vente directe de châtaignes fraîches, organisation de fêtes et de foires agricoles qui deviennent des lieux de rencontre à la fois culturels et marchands entre les consommateurs et les agriculteurs et artisans locaux. Une logique de patrimonialisation a permis de porter collectivement les ressources territoriales. La seconde expérience, baptisée « le coffret de Chambaran », est un échec. Il s’agit d’un projet en Isère qui propose un panier de produits susceptibles de représenter l’agriculture locale. Le choix s’est porté sur des producteurs pratiquant la transformation locale et la vente directe, mais le lien entre leurs produits et le patrimoine local n’est pas toujours respecté. Le projet a été conçu dans une logique de territorialisation sans parvenir à une construction identitaire et, de ce fait, ne correspond pas à la demande du consommateur.

8Cet ouvrage prouve, que la mise en valeur des ressources territoriales n’est pas qu’une préoccupation hexagonale, et qu’elle n’est plus non plus l’apanage de seuls enjeux géopolitiques et économiques. Nous ne pouvons malheureusement pas rendre compte de tous les exemples répertoriés, mais ils permettent d’expliciter les mécanismes de réussite et les écueils de nombreux projets. Pour compléter cet ouvrage, il aurait également été intéressant d’analyser les conflits sociocognitifs induits par la participation de multiples individus dans des projets territoriaux, et de mettre en évidence d’autres leviers et freins qui permettent la réussite ou l’échec de la mise en valeur des ressources, et la production de connaissances nouvelles. Mais quoiqu’il en soit, ce livre parvient à convaincre le lecteur que le territoire peut être une formidable source de créativité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Gandon, « Éric Glon et Bernard Pecqueur (dir.), Au cœur des territoires créatifs. Proximités et ressources territoriales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22933

Haut de page

Rédacteur

Laurence Gandon

Doctorante en sciences de l’éducation à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, équipe de recherche « Crise, école, terrains sensibles ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page