Navigation – Plan du site
Les avant-gardes artistiques (1918-1945)

Les avant-gardes artistiques (1918-1945)

Une histoire transnationale
Béatrice Joyeux-Prunel, Les avant-gardes artistiques (1918-1945). Une histoire transnationale, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2017, 1181 p., ISBN : 9782072722820.
Notice publiée le 21 mai 2017

Présentation de l'éditeur

Pour qui entreprend une histoire transnationale des avant-gardes picturales au XXe. siècle, la période que couvre ce deuxième tome, de 1918 à 1945, est la plus périlleuse. Car l’auteur doit se colleter avec le grand récit dicté par les avant-gardes elles-mêmes. 

Tout commence-t-il avec Dada? Dès 1910 s’observait la remise en cause symbolique de Paris par les nouvelles générations dans de nouveaux centres : Berlin, Munich, Londres, Bruxelles, Cologne, Moscou, New York. Dada, certes né dans les charniers de la guerre, fut plus encore issu de l’histoire de la modernité artistique et littéraire depuis les années 1850. 

Les avant-gardes furent-elles idéologiquement progressistes? Les acteurs ne cessèrent de négocier entre les logiques révolutionnaires, leurs ambitions nationales et celle de continuer tant bien que mal à se faire connaître sur la scène internationale. 

Loin que Paris fût la capitale unique, d’une ville à l’autre, et en particulier à Berlin, Prague, Budapest, Vienne, Moscou, mais aussi à Amsterdam, Bucarest, Zagreb, Barcelone et jusqu’à São Paulo, Mexico et au Japon, apparurent régulièrement de nouveaux groupes décidés à se faire une place dans le courant du modernisme. 

En revanche, l’entre-deux-guerres fut une période de marchandisation aboutie de l’innovation artistique. Dans les pratiques et les débats des avant-gardes, une problématique était récurrente : quelle place faire au marché, surtout en cas de succès?

Haut de page

Auteur

Béatrice Joyeux-Prunel

Béatrice Joyeux-Prunel est maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm.

Publications du même auteur

Haut de page