Navigation – Plan du site

Lise Demailly et Nadia Garnoussi (dir.), Aller mieux. Approches sociologiques

Marlène Bouvet
Aller mieux
Lise Demailly, Nadia Garnoussi (dir.), Aller mieux. Approches sociologiques, Lille, PU du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2016, 420 p., ISBN : 978-2-7574-1370-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La tradition critique est plus intéressée à analyser, pour le dénoncer, ce qui “va mal” », soulig (...)

1« Je me souviens avoir demandé un jour à un soignant […] s’il croyait au rétablissement. Il a répondu ceci : “Quand l’eau du bain est sale, il ne redevient jamais propre” » (Agnès, médiatrice en santé mentale, p. 313). La guérison complète s’inscrit rarement au cœur de l’horizon d’attente des professionnels en santé mentale ; aussi n’est-ce pas le moindre mérite de cet ouvrage que d’évoquer l’état pathologique, non sous le signe d’une inexorable dégradation, mais sous celui de sa réversibilité potentielle. Lise Demailly et Nadia Garnoussi fournissent en effet un prisme d’analyse – la « guérison », l’« aller-mieux », le « recovery » – qui porte en lui une double promesse. Il fournit d’abord, sur le plan théorique, la possibilité de rebattre les cartes qui organisent une séparation étanche entre le normal et le pathologique : il s’agit, dans une sociologie jusqu’ici « silencieuse sur les processus de l’aller-mieux »1, de forger une catégorie permettant de penser la réinscription du malade dans l’ordinaire des activités professionnelles, sociales et familiales. En termes d’objet, ce prisme d’analyse invite ainsi à l’investigation d’un continent de pratiques sociales jusqu’ici inexploré, fruit du tâtonnement d’individus en recherche d’équilibre. Il s’agit dès lors d’épouser, à partir d’un vocable « neutre » échappant aux effets d’imposition de la terminologie médicale, une mutation sociétale de fond : le basculement d’une « anthropologie disjonctive », ne concevant le passage de la bonne à la mauvaise santé que par « saut » ou « électrochoc », à une « anthropologie conjonctive », centrée sur la vulnérabilité individuelle. Cette dernière inscrit le rétablissement dans la continuité de la pathologie, sans faire de ces situations des pôles antagonistes ; elle dévoile, selon le préfacier Didier Vranken, « toute une nouvelle économie morale du sujet, […] défait et refait, reconstruit, évoluant dans cet espace ouvert et incertain où se joue l’aller-mieux » (p. 12).

2C’est à travers l’étude qualitative d’un vaste kaléidoscope de pathologies, physiques (séropositivité, cancer) et mentales (schizophrénie, dépression, syndrome de stress post-traumatique, alcoolisme), qu’est appréhendé le processus du rétablissement. Loin d’imposer un magistère sociologique sur son étude, l’ouvrage se veut pluridisciplinaire et convoque les focales spécifiques de la psychanalyse, de la philosophie, de l’anthropologie, des études littéraires. Il fait également place aux points de vue de collectifs militants et aux témoignages de patients. Néanmoins, les contributions interrogent majoritairement des problématiques topiques en sociologie : le rôle des groupes de patients dans l’infléchissement des politiques de santé publique, les « éthiques implicites ou explicites » que mobilisent les patients en quête d’un mieux-être (« je peux m’en sortir tout seul » / « j’ai besoin d’aide »), et même les virtualités d’une « recherche-action » visant à faire évoluer le rapport de force entre institutions et patients au sein de la cité. C’est cependant la valorisation, aussi émancipatrice qu’atomisante, d’une reprise en main de soi par soi qui apparaît comme le dénominateur commun de ces trente-trois contributions.

3L’ouvrage s’ouvre sur l’appréhension de l’« aller-mieux » dans une optique subjectiviste : Vanessa Fargnoli analyse le processus d’appropriation du statut de séropositivité par des femmes n’appartenant pas aux « groupes à risques ». Parmi leurs registres de justification, l’on trouve le refus de l’assignation à une « vie brisée », le déplacement du stigmate sur des catégories de malades supposément moins « respectables » qu’elles, comme les consommatrices de drogue ou les travailleuses du sexe, et le recours à des explications ’ordre psychologique et biographique – le « manque d’amour » durant l’enfance, « l’absence de respect de soi » (p. 105). Le sida est perçu, dans le récit rétrospectif qu’elles construisent, comme une « tuile de plus » qu’il s’agit de muer en ressource créatrice - d’où l’emploi paradoxal de la formule « réussir son sida » (p. 103). Mû par cette même volonté de cerner les modes de rationalisation de la souffrance, Nicolas Marquis étudie un corpus de 97 lettres adressées à Boris Cyrulnik par des lecteurs de ses ouvrages de développement personnel. Ces ouvrages, centrés sur le concept de « résilience », ont fait la notoriété du neuropsychiatre. Ses lecteurs s’inscrivent donc dans une démarche de redéfinition d’eux-mêmes lorsqu’ils s’identifient à la catégorie de « résilient » : l’appartenance à cette « communauté distinctive » leur apparaît, en effet, comme une possibilité de faire fructifier une souffrance vécue jusque-là comme inutile et gratuite. Selon Nicolas Marquis, la catégorie de « résilient » agit comme un opérateur herméneutique permettant aux lecteurs de discerner des « entités blâmables », des types de causalité pour retracer l’origine de leur mal (« est-ce un problème neurologique, systémique, relationnel ? » ; « ma dépression s’explique-t-elle par l’histoire de ma famille et par ma judéité, ou bien par une production déficitaire de sérotonine ? », s’interroge ainsi une lectrice p. 169).

4C’est dans une perspective moins individualisante que, convoquant une longue tradition d’analyse sur les effets déstructurants du chômage, Jérémie Soulé souligne le caractère décisif de la resocialisation professionnelle dans la trajectoire d’individus souffrant de pathologies psychiatriques lourdes. « Épreuve et support cardinaux de l’individuation moderne », le travail répond moins à une quête du sens de l’existence ou à une nécessité économique qu’à l’idéologie du salariat : « L’emploi… répare tout », souligne un patient diagnostiqué schizophrène, serrurier à mi-temps (p. 127). À l’échelle familiale enfin, Julie Pluies, Hélène Beutler et Yanne Raulet constatent que, si « le don de soi [est] un aspect “naturel” […] de la relation parent/enfant », les parcours de vie d’enfants hospitalisés révèlent au contraire des contextes relationnels différenciés : la « complémentarité des proches aidants », certes, mais aussi des « fonctionnements familiaux passifs » et des « résistances et stratégies paradoxales » (p. 134). Le cas de Claude, enfant autiste, est à cet égard éloquent. En dépit de son intégration du Centre d’action médico-sociale précoce et de ses progrès à l’école, sa mère ne cesse d’affirmer qu’il ne sera « pas capable » de réaliser son projet professionnel (devenir agriculteur). En effet, l’accès de Claude à de nouvelles sphères de socialisation « vide l’espace domestique où [sa mère] est principalement présente » (p. 142) et la confronte à la nécessité de retourner à l’emploi, ce qui explique ses accès de défaitisme à l’évocation du rétablissement.

  • 2 Médicament neurologique utilisé dans le traitement de l’addiction à l’alcool.

5La seconde partie de l’ouvrage porte sur les transformations contemporaines des pratiques de soin et d’accompagnement, interrogeant la possibilité d’une résurgence citoyenne de l’antipsychiatrie. Ainsi, Claude-Alexandre Fournier relève, dans les interstices du milieu hospitalier transalpin, la réactualisation du « secret », « formule incantatoire, souvent une invocation aux saints » par les aides-soignants (p. 253). Cette pratique de guérison relève d’une forme de rationalité empirique ; c’est un « truc » que les infirmières mobilisent officieusement pour faciliter la gestion d’effets secondaires « dont les médicaments n’arrivent pas à bout ». La médiation par le secret leur permet de « s’ouvrir à la culture du patient » et de montrer leur capacité à « avoir une perception autre que biomédicale » de leur pathologie (p. 261). S’intéressant au traitement psychiatrique des enfants autistes, Livia Velpry analyse le protocole de mise en chambre d’hypostimulation. Elle montre en quoi la mobilisation de différents objets de contention (casque souple, rigide ou à grille), mais aussi l’usage de la coercition physique, traduisent paradoxalement une volonté des soignants de favoriser l’acquisition de l’autonomie. Cette seconde partie invoque par ailleurs les enjeux intrinsèques de l’« activisme thérapeutique ». Certes, comme le montre François Champion, la promotion de la molécule du Baclofène2 par les groupes de patients alcooliques favorise la construction d’un type d’expertise clinique inédit. Il leur permet de rompre avec le modèle classique de prise en charge de l’alcoolo-dépendance, dit « dogme de l’abstinence » et « structuré par l’idée que pour se sortir de l’alcoolisme il faut, grâce à la force de la volonté, résister à l’envie de boire […], la rechute étant alors prévisible ». Les militants insistent plutôt sur « l’état d’indifférence à l’égard de l’alcool auquel ils sont parvenus grâce au médicament ». Ils n’en déploient pas moins « un jeu d’attitudes complexe à propos des normes de responsabilité, d’effort personnel, de volonté. […] L’alcoolo-dépendant n’est pas responsable de sa maladie, [redéfinie comme] neurobiologique […], mais la personne est néanmoins responsable de bien prendre son traitement » (p. 241).

  • 3 Le savoir expérientiel est défini par Massé en 1995 comme un « corpus de compétences utilisables da (...)
  • 4 Voir la contribution de Jean-Luc Roelandt, Bérénice Staedel, Massimo Marsili, Florientina Rafael et (...)

6La troisième partie, enfin, concerne l’émulation par les pairs (ou « pair-émulation »), dont la pratique se fonde sur l’hypothèse d’un « savoir expérientiel »3 propre aux ex-patients. Cette hypothèse part du présupposé que « les personnes qui ont connu la pathologie psychiatrique, et notamment l’hospitalisation dans le contexte de leurs troubles, puis qui sont parvenues à récupérer une vie qui les satisfait, ont développé des compétences spécifiques » (Jean-Luc Roelandt, Bérénice Staedel, Massimo Marsili, Florientina Rafael et Guillaume François, p. 330). Les études de cas interrogent les contours d’une professionnalisation de la pair-aidance4. Eve Gardien interroge notamment les enjeux liés à la professionnalisation d’une activité relevant originellement du « bénévolat activiste » (p. 366). Celle-ci ne risque-t-elle pas d’entraîner l’annihilation de cette pratique de soutien mutuel, qui bénéficie précisément de son caractère informel, égalitaire et non institutionnalisé ? En conclusion, l’ouvrage appelle à la prudence face au danger d’une lecture utilitariste et gestionnaire du concept de guérison. Puisque le modèle dit « capacitaire » se fonde en partie sur l’autonomie du sujet, il peut générer des inégalités et entraîner la déqualification des professionnels en place.

  • 5 « Les aventures de la subjectivité : éthique, pratiques et expériences des soins », Éric Gagnon.
  • 6  Nous avons préféré privilégier la recension des articles de sociologie et de sciences politiques d (...)
  • 7 Ces derniers envisagent en effet comme critère d’une réhabilitation réussie que la personne « “adme (...)

7Certes, Aller mieux. Approches sociologiques n’est pas exempt de défauts, ou de parti-pris susceptibles d’interpeller. L’on peut regretter les erreurs typographiques qui émaillent certains articles de l’ouvrage, ainsi que l’agencement quelque peu aléatoire de ses contributions. Sur le fond, l’on pointera ce qui peut être considéré comme l’angle mort d’une épistémologie privilégiant « les aventures de la subjectivité »5 : l’invisibilisation des inégalités d’accès aux ressources économiques, culturelles et sociales qui conditionnent, voire rendent possible le rétablissement. Si les variables du genre et de l’âge sont interrogées au détour de deux publications, les appartenances de classe et de race restent les grandes absentes de cette sociologie de l’aller-mieux. De plus, la mise en évidence de l’agency individuelle conduit à euphémiser le rôle souvent décisif des institutions dans le façonnement des parcours thérapeutiques. Enfin, l’on pourra s’étonner de découvrir des contributions ne fournissant aucun étayage empirique, dans une perspective résolument post-moderne, ou encore d’être confronté au détour d’un chapitre au témoignage brut, et parfois non contextualisé des acteurs6. Néanmoins, cet ouvrage a pour vertu essentielle de nous inciter à penser la guérison comme un opérateur des normes qui régissent la gestion de soi, mais aussi comme un scénario plausible dans la carrière d’un malade. L’éclairage de la dynamique du rétablissement constitue à ce titre un acte politique en soi : l’étude de trajectoires ascendantes permet notamment de remettre en cause la tendance des acteurs institutionnels à infantiliser les patients en santé mentale, et à projeter sur eux des « attentes exagérément basses » (p. 340)7. De plus, le décentrement de l’analyse, portant à la fois sur le dispositif hospitalier et sur la réadaptation aux milieux professionnels et familiaux ordinaires, s’avère fécond Enfin, l’entretien avec une pair-aidante, qui achève la troisième partie de l’ouvrage, fournit une lumineuse illustration du concept de pairémulation déployé en début de chapitre ; il donne aussi à lire le récit intime qui préside à la sortie de la pathologie. Ainsi, le caractère composite de l’ouvrage peut sans doute s’expliquer par un souci de cohérence épistémologique : il s’agit de subvertir, dans son principe même, une potentielle hiérarchisation entre la parole des malades et le discours des « sachants ».

Haut de page

Notes

1 « La tradition critique est plus intéressée à analyser, pour le dénoncer, ce qui “va mal” », soulignent ainsi Lise Demailly et Nadia Garnoussi en introduction (p. 16).

2 Médicament neurologique utilisé dans le traitement de l’addiction à l’alcool.

3 Le savoir expérientiel est défini par Massé en 1995 comme un « corpus de compétences utilisables dans le contexte de la relation d’aide à un niveau professionnel » (cité p. 334).

4 Voir la contribution de Jean-Luc Roelandt, Bérénice Staedel, Massimo Marsili, Florientina Rafael et Guillaume François : « Le programme des médiateurs de santé-pairs dans trois régions françaises : bilan et perspectives ». Ce programme visait à former à la médiation en santé mentale 30 personnes ayant (eu) des troubles psychiques, et à créer les conditions favorables à leur embauche dans des établissements de santé mentale. En dépit des apories qu’il a pu rencontrer, il n’en demeure pas moins, selon les auteurs, un « programme qui favorise l’empowerment, l’autonomisation des usagers, et c’est un pas de plus vers la citoyenneté de personnes ayant ou ayant eu des troubles psychiques » (p. 309).

5 « Les aventures de la subjectivité : éthique, pratiques et expériences des soins », Éric Gagnon.

6  Nous avons préféré privilégier la recension des articles de sociologie et de sciences politiques dans ce compte-rendu, dans la mesure où il se destine à une revue de vulgarisation des sciences sociales. Les articles choisis nous ont paru les plus emblématiques de la démarche d’ensemble de l’ouvrage, mais nous n’avons pas pu rendre justice à certaines contributions sociologiques qui nous ont également paru stimulantes dans leurs objets (qu’il s’agisse de la « green therapy » proposée aux anciens combattants de la guerre en Irak, du mouvement antimanicomial qui regroupe des associations de patients en santé mentale au Brésil, ou encore des recours entrepris par les patients dans le cas d’hospitalisations sous contrainte).

7 Ces derniers envisagent en effet comme critère d’une réhabilitation réussie que la personne « “admette la réalité”, montre une véritable reconnaissance de son état de malade et accepte le fait que l’ancienne vie est définitivement terminée ». Une pair-aidante insiste sur cette réputation d’incurabilité, qui assigne les individus à un statut d’impotents sur le marché de l’emploi et lui semble devoir être contrecarrée : « Si une personne me parle de se mettre à travailler, je vais tout faire pour l’aider, même si tous les professionnels estiment que ce n’est pas le moment » (entretien avec Corinne Noël, médiatrice de santé pair en activité, p. 413). Une ex-patiente ayant été sujette à la psychose, évoque quant à elle une forme de condamnation : « Un référent m’a dit un jour que je devais admettre de ne jamais guérir et apprendre à vivre avec le symptôme » (Arnhild Lauveng, p. 340).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Bouvet, « Lise Demailly et Nadia Garnoussi (dir.), Aller mieux. Approches sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22988

Haut de page

Rédacteur

Marlène Bouvet

Doctorante en sociologie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page