Navigation – Plan du site

Alexandre Baumann, Les inégalités hommes-femmes en question. Entre choix, éducation et rationalité

Carole Helissen-Schuster
Les inégalités hommes-femmes en question
Alexandre Baumann, Les inégalités hommes-femmes en question. Entre choix, éducation et rationalité, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2017, 126 p., ISBN : 978-2-343-11252-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baumann Alexandre, L’impact économique du téléchargement illégal sur le marché de la musique, Paris (...)
  • 2 Baumann Alexandre, Science et huiles essentielles, Paris, L’Harmattan, 2015.

1Alexandre Baumann est étudiant en droit et signe ici son troisième ouvrage, les deux premiers ayant respectivement traité de l’impact économique du téléchargement illégal1 et des recherches scientifiques autour des propriétés des huiles essentielles2. Ses réflexions portent aujourd’hui sur une nouvelle thématique, celle des inégalités entre hommes et femmes dans la société française. Le titre de la publication pouvant prêter à confusion, il convient de préciser qu’il n’est pas question ici des différentes formes que prennent ces inégalités, mais de ce qui en constitue la partie émergée : l’écart de salaire entre hommes et femmes. En effet, c’est selon l’auteur le lieu commun le plus souvent convoqué comme preuve des discriminations liées au genre, que ce soit dans les discours militants, politiques ou sociologiques. Cet écart de salaire serait, « à travail égal », de 15 % en moyenne. Mais d’où vient-il ? Comment est-il mesuré ? Par quoi peut-on l’expliquer ? Est-ce que ces 15 % tiennent uniquement au sexisme ? Telles sont les questions auxquelles Alexandre Baumann tente de répondre grâce à un riche travail bibliographique.

2En publiant sur ce sujet, l’auteur annonce vouloir susciter, en particulier auprès des décideurs, des politiques publiques et des éducateurs, une prise de conscience de l’étendue et des conséquences négatives de la domination masculine. En raison de cette démarche militante, l’ouvrage se destine à un large public et adopte une approche « pratique ». Pour ce faire, les considérations théoriques sont limitées et le développement s’appuie sur des illustrations chiffrées et des exemples tirés d’études sociologiques. De plus, des encadrés où sont citées d’autres publications, leurs thèmes et leurs apports incitent le lecteur à aller plus loin dans sa réflexion, faisant de ce livre une porte d’entrée dans le sujet.

3Le propos d’Alexandre Baumann est découpé en quatre chapitres, portant respectivement sur la notion de choix et l’impact de la socialisation sur les trajectoires individuelles, les variables qui expliquent l’écart de salaire entre hommes et femmes, la prédominance de deux de ces variables et, enfin, une critique des politiques publiques mises en place en faveur de l’égalité entre genres.

  • 3 Dans un groupe mixte d’enfants, les interactions changent une fois qu’un adulte est présent : les c (...)

4L’auteur commence par définir le « choix » comme étant « l’action de décider une chose plutôt qu’une autre » (p. 16) qui comporte nécessairement des contraintes Pour lui, l’écart de salaires entre hommes et femmes découlerait des choix que font les femmes tout au long de leurs carrières (choix de leur métier, plus ou moins rémunérateur, choix de leur conjoint, choix de la maternité et des interruptions de carrière qui en découlent). Il précise ce parti pris quant à l’importance du choix en prenant position dans le débat entre individualisme et déterminisme. Ce débat oppose deux approches du fait social, avec, aux deux extrêmes, une vision de l’individu comme acteur, libre d’exercer sa rationalité (dans notre cas, les différences entre hommes et femmes tiendraient de choix rationnels des acteurs, sans déterminisme), et une vision de l’individu comme agent, déterminé par la structure sociale (ici, la structure sociale conduirait les agents à reproduire le sexisme sans qu’ils en aient le choix). Alexandre Baumann se situe à un point d’équilibre entre ces deux postures : pour lui l’individu est un acteur dont les choix sont influencés par des déterminants, mais il peut exercer sa rationalité, donc son libre arbitre. Ces déterminants sont principalement le fruit de l’éducation, et c’est cette éducation qui construit des hommes et des femmes. En effet, dès la naissance, les comportements encouragés ne sont pas les mêmes pour les filles que pour les garçons. Plus tard, on prête des compétences différentes en fonction du genre et les enfants, en intériorisant les stéréotypes, privilégient les apprentissages qui semblent correspondre à leur genre. L’auteur insiste sur l’importance du rôle des adultes, particulièrement des parents et des éducateurs, dans la transmission de ces stéréotypes de genre3. Suite à ces prémisses, il arrive à la question qui l’intéresse ici : l’origine de l’écart de salaire entre hommes et femmes.

  • 4 Dans les métiers où on compte environ 73 % de femmes, le salaire horaire moyen est de 11,30 €, alor (...)
  • 5 Les femmes s’arrêtent de travailler beaucoup plus souvent et plus longtemps que les hommes. Voir Mo (...)
  • 6 Selon Alexandre Baumann, le temps partiel est choisi et non pas contraint.

5Dans ce second chapitre, Alexandre Baumann critique la manière dont sont généralement comparés les salaires « à travail égal ». Pour lui, « le problème est que [hommes et femmes] ne font, justement, pas le même travail » (p. 33). Il s’attarde sur les variables qui sont généralement convoquées comme étant à l’origine des inégalités salariales entre hommes et femmes – le métier lui-même4, les interruptions de carrière5 et le temps de travail6 (plein ou partiel) – et montre qu’elles sont souvent mal mesurées et ne suffisent pas à expliquer le Gender Gap. En effet, de nombreux autres facteurs doivent être pris en compte dans la comparaison, notamment les « différences horizontales » (un juriste est mieux rémunéré en droit de la fiscalité qu’en droit de la famille, par exemple), le diplôme (son niveau mais aussi son domaine, sa spécialité et l’établissement où il a été préparé) ou encore les différences de comportements et les qualités informelles qui sont propices aux avancements (notamment, être sûr de soi, affirmer son point de vue, prendre facilement la parole, savoir gérer les relations tendues et les violences verbales – des qualités qui seraient perçues comme masculines).

  • 7 Voir Bihr Alain et Roland Pfefferkorn, Hommes-femmes, l’introuvable égalité. La place contradictoir (...)

6Dans un troisième chapitre, l’auteur introduit et précise deux variables, toutes deux liées aux choix de vie, qui, selon lui, déterminent les inégalités de salaire entre hommes et femmes. La première est le « poids de la sphère domestique » (p. 67). Les tâches à accomplir dans la sphère domestique (au sens large, incluant les tâches ménagères et les soins portés aux enfants) sont nombreuses et nécessaires au fonctionnement du foyer. Or, les femmes en assurent encore aujourd’hui la majeure partie7. Ces tâches leur demandent un investissement quotidien qui réduit leur disponibilité professionnelle, au détriment de leur carrière. Pourquoi ces tâches reviennent-elles aux femmes ? On en vient à l’autre variable déterminante selon Alexandre Baumann, qui est le « choix du conjoint », autrement dit le fait, pour une femme, de choisir un partenaire masculin plutôt qu’un autre. Dans les couples hétérosexuels, on observe le plus souvent que les deux partenaires appartiennent à des milieux sociaux similaires et que l’homme est l’aîné. Il s’agirait là d’un « mécanisme redoutable pour écarter la femme du monde professionnel » (p. 78). En effet, en raison de l’importance des tâches domestiques, le couple jugerait difficile de mettre les deux carrières en avant. L’homme étant généralement le plus âgé, il est plus avancé dans sa carrière et le couple privilégie donc celle-ci au détriment de celle de la femme. La relégation au second plan de la carrière de la femme tiendrait alors d’un choix rationnel du couple plutôt que du sexisme. Cette position nous semble critiquable : comment peut-on rendre compte des négociations qui ont lieu au sein d’un couple selon une démarche scientifique ? Comment évaluer la place du sexisme dans ces négociations quand les stéréotypes de genre sont intériorisés, influençant les choix ?

  • 8 Delforge Sandie, « Le genre de la fonction parentale. Une analyse de la presse des professionnel(le (...)
  • 9 Sur le sujet, voir : Léchenet Annie, Mireille Baurens, Isabelle Collet (dir.), Former à l’égalité : (...)

7Si les inégalités salariales ne découlent pas tant de sexisme que de choix rationnels, le sexisme reste pourtant bien réel, reconnait Baumann. Pour lutter contre les inégalités liées au genre, il prône donc de s’attaquer à la cause de celles-ci, à savoir la transmission des stéréotypes de genre à travers l’éducation, ceux-ci influençant les choix des individus. Ainsi, dans le quatrième et dernier chapitre, il critique les politiques publiques qui ont été mises en place pour lutter contre ces inégalités et dénonce leurs effets pervers. Il revient en particulier sur la formation des professionnels du secteur éducatif autour de ces problématiques, qu’il juge insuffisante, voire inexistante ou contre-productive8. Il clôt ce chapitre en exhortant à la mise en place de réelles formations sur ce thème9 car « un stéréotype n’est réellement efficace que lorsqu’il n’est pas connu, que l’acteur n’a pas conscience de discriminer » (p. 93).

8Dans cet ouvrage, Alexandre Baumann témoigne d’une réflexion originale autour des inégalités salariales entre hommes et femmes. Sa critique des approches traditionnelles du sexisme dans le domaine professionnel permet de porter le regard sur la manière dont se reproduit la domination masculine : les stéréotypes de genre, autrement dit, les représentations différentes dont font l’objet les hommes et les femmes. De ces représentations découlent des inégalités dans bien des sphères de la vie sociale. Cependant, malgré le nombre important de références sociologiques sur lesquelles l’auteur s’appuie, les sciences sociales ne semblent pas être ses disciplines de prédilection, à en juger par la construction de l’ouvrage et les postulats qui y sont développés. Il est d’ailleurs difficile de rendre compte de certains d’entre eux, tant ils ne semblent pas fondés sur des recherches rigoureuses (le fait de privilégier la carrière de l’homme résulterait d’un choix rationnel du couple, le mode d’organisation des entreprises ne serait pas sexiste mais pragmatique et la preuve en serait que les hommes gravissent les échelons plus vite que les femmes dans les organisations féministes – pour n’en citer que deux). De plus, le lecteur doit faire un effort pour remettre la pensée de l’auteur en ordre et en combler les manques. La mise en page approximative et les coquilles ne font que renforcer cette impression que l’ouvrage a été publié à compte d’auteur et n’est pas abouti.

Haut de page

Notes

1 Baumann Alexandre, L’impact économique du téléchargement illégal sur le marché de la musique, Paris, L’Harmattan, 2015.

2 Baumann Alexandre, Science et huiles essentielles, Paris, L’Harmattan, 2015.

3 Dans un groupe mixte d’enfants, les interactions changent une fois qu’un adulte est présent : les conflits augmentent et les enfants se regroupent par genre. Voir Guionnet Christine et Erik Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2014.

4 Dans les métiers où on compte environ 73 % de femmes, le salaire horaire moyen est de 11,30 €, alors qu’il est de de 14 € dans les métiers masculins équivalents, et de 16,80 € dans les métiers mixtes. Voir Chamki Amine et Fabien Toutlemonde, « Ségrégation professionnelle et écarts de salaire femmes-hommes », DARES Analyses, n° 82, 2015, disponible en ligne : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-082.pdf.

5 Les femmes s’arrêtent de travailler beaucoup plus souvent et plus longtemps que les hommes. Voir Moschion Julie et Lara Muller, « Interruptions de carrière professionnelle et salaires des hommes et des femmes en 2006 », Premières synthèses, n° 11, 2010, disponible en ligne : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2010-11.pdf.

6 Selon Alexandre Baumann, le temps partiel est choisi et non pas contraint.

7 Voir Bihr Alain et Roland Pfefferkorn, Hommes-femmes, l’introuvable égalité. La place contradictoire des femmes dans la société française, Paris, Éditions de l’Atelier, coll. « Points d’appui », 1996.

8 Delforge Sandie, « Le genre de la fonction parentale. Une analyse de la presse des professionnel(le)s de l’enfance », in Nathalie Coulon et Geneviève Cresson (dir.), La petite enfance. Entre familles et crèches, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 2007.

9 Sur le sujet, voir : Léchenet Annie, Mireille Baurens, Isabelle Collet (dir.), Former à l’égalité : défi pour une mixité véritable, Paris, L’Harmattan, coll. « Savoir et formation », 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Helissen-Schuster, « Alexandre Baumann, Les inégalités hommes-femmes en question. Entre choix, éducation et rationalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22995

Haut de page

Rédacteur

Carole Helissen-Schuster

Diplômée en ethnologie, en sociologie et en muséologie (Université de Strasbourg). S’intéresse au genre, aux rapports entre humains et animaux, aux modifications corporelles, à la place donnée aux nouvelles technologies, ainsi qu’aux arts et traditions populaires.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page