Navigation – Plan du site

Christophe Defeuilley, L’entrepreneur et le Prince. La création du service public de l’eau

Cécile Coulmain
L'Entrepreneur et le Prince
Christophe Defeuilley, L'Entrepreneur et le Prince. La création du service public de l'eau, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2017, 328 p., ISBN : 978-2-7246-2005-4.
Haut de page

Texte intégral

1Derrière le titre poétique de cet ouvrage, Christophe Defeuilley nous livre une analyse historique comparée de l’établissement des services publics d’eau potable dans les trois métropoles que sont Londres, New York et Paris, villes les plus peuplées du monde à l’aube du XXe siècle. C’est par le prisme de sa discipline, l’économie, associé à une perspective de temps long (du XVIe au début du XXe) resserrée en grande partie sur les acteurs privés et publics, que l’auteur retrace l’évolution et la stabilisation des systèmes de distribution d’eau sous la forme qu’ils conservent encore aujourd’hui. Précisément, Christophe Defeuilley met en avant le rôle des compagnies privées dans la constitution de ces systèmes, examinant leurs trajectoires financières et stratégiques ainsi que leurs relations avec les pouvoirs publics comme autant de ressorts qui ont fini par dessiner durablement les modes d’administration de l’eau.

  • 1 On peut citer à ce titre les travaux suivants : Lorrain Dominique, « La naissance de l’affermage : (...)
  • 2 Modèle disséminé par la suite à travers le monde, au gré de l’expansion de compagnies telles que la (...)
  • 3 Suivant l’ordre chronologique de montée en puissance de l’administration réticulaire de l’eau.

2Ce livre s’inscrit dans le champ des analyses économiques et politiques (dans la lignée des recherches de Dominique Lorrain et Bernard Barraqué notamment1) de la gestion des réseaux urbains, et particulièrement de ceux de l’eau. Son originalité et son apport résident dans sa capacité à reconstituer la genèse de l’organisation de l’eau et sa transformation en service public. À travers les différents contextes étudiés, on comprend les déterminants qui ont conduit in fine le monde anglo-saxon à préférer un modèle de gestion publique et la France un modèle de délégation de service public (souvent appelé le « modèle français »)2. Structurant son ouvrage en quatre chapitres, Christophe Defeuilley nous propose en quelque sorte quatre histoires entrecroisées de l’eau : d’abord celle d’avant les réseaux ; puis celles de Londres, New York et Paris3, faisant saillir les particularismes locaux mais aussi les correspondances, voire les tentatives de circulation de modèles (entre Londres et Paris notamment). Pour mener la démonstration, l’auteur s’appuie à la fois sur un champ de littérature scientifique conséquent et sur un travail d’analyse de sources directes, particulièrement les archives financières et contractuelles des compagnies.

3Le développement de l’alimentation en eau de consommation comme enjeu public et politique s’affirme particulièrement à partir du XIXe siècle, période qui consacre également l’arrivée du courant de pensée hygiéniste et voit émerger les principes du « socialisme municipal ». Si ce siècle marque un tournant dans la considération de cette question, c’est que jusqu’alors l’eau demeurait un problème essentiellement privé, son usage domestique requérant l’intermédiaire de porteurs d’eau. Christophe Defeuilley met en avant trois facteurs qui ont encouragé l’expansion des services d’eau : l’urbanisation exponentielle, les progrès techniques ainsi que l’exigence d’hygiène et de santé publique, notamment face aux épidémies urbaines récurrentes de choléra et de typhoïde.

4Londres, ville pionnière – comme l’indique l’auteur – en matière de distribution de l’eau, est dès le XVIe siècle le terrain d’expérimentation, par des entrepreneurs privés, de réseaux d’alimentation confectionnés principalement à partir de conduites… en bois. Mais ce n’est qu’au XIXe siècle, avec l’essor industriel, que des réseaux en fonte sont progressivement constitués sur l’ensemble du territoire, grâce à l’investissement de plusieurs compagnies privées. Nous faisant entrer pleinement dans l’intrigue historique autour de la montée en charge des acteurs privés et de l’intervention plus ou moins fructueuse des autorités centrales et locales (mise en place de régulations et contrôles, débat sur la question du monopole de l’eau, lien entre eau et santé…), l’auteur écrit le récit quasi événementiel du développement des réseaux d’eau à domicile par des entreprises à l’avant-garde de la diffusion de ce service, avec en tête la New River Cie, mais aussi la London Bridge Cie, la Chelsea Waterworks Cie et bien d’autres encore.

5Si l’initiative privée et surtout l’essor de la concurrence ont permis la généralisation de la distribution de l’eau à domicile sur le territoire londonien, l’auteur pointe la recherche excessive de profit des compagnies comme cause de leur éviction. En effet, trop soucieuses de préserver les dividendes de leurs actionnaires, ces compagnies ont délaissé l’investissement dans de nouvelles infrastructures pourtant nécessaires, ce qui a conduit les autorités publiques locales à reprendre en main la gestion de ce secteur. Peu à peu, dans un pays où la tradition libérale prime, la distribution de l’eau à Londres devient un service municipal à part entière, dont le principe est d’ailleurs déjà en place dans beaucoup de villes britanniques. Pour Christophe Defeuilley, il faut moins y voir la marque de l’idéologie du socialisme municipal (plus tardive) que la possibilité pour les municipalités de bénéficier de capacités d’investissements pour d’autres services urbains.

6L’émergence d’un service commercial de distribution d’eau à New York est plus chaotique et l’ambition privée qui l’impulse peu louable. On suit ainsi avec intérêt le récit de la trajectoire d’un acteur singulier, Alan Burr, qui, mû par son désir insatiable de conquête du pouvoir, a créé la première compagnie privée d’alimentation en eau, la Manhattan Company, en 1799. Marchepied pour briguer la municipalité new-yorkaise, l’entreprise de service d’eau n’est en fait à ses débuts qu’un moyen détourné pour permettre à Burr d’obtenir des fonds et d’élargir ses activités au secteur bancaire. Durant près de quarante ans, la compagnie, sujette surtout aux manigances politiques ou financières de ses dirigeants successifs, n’a assuré qu’un service de distribution très partiel et de piètre qualité, qui n’a pas empêché la propagation de l’épidémie de choléra dans la ville en 1832, pas plus qu’il n’a permis d’endiguer rapidement le grand incendie de 1835. Après plusieurs années de bataille (dénonciation de la charte liant la ville à la compagnie), les pouvoirs publics new-yorkais reprennent entièrement la main sur la distribution de l’eau et s’engagent même dans un programme ambitieux d’approvisionnement en eau, permettant enfin à la population d’en bénéficier tant en quantité qu’en qualité.

7À partir de cette histoire particulière, Christophe Defeuilley met en avant les différents facteurs qui ont conduit la plupart des grandes villes américaines à préférer une administration publique de l’eau à une gestion privée. Deux principaux éléments sont énoncés. D’une part, la grande collusion entre pouvoir économique et pouvoir politique qui domine aux XVIIIe et XIXe siècles fait peser un soupçon de corruption au sein de l’opinion publique ; les autorités cherchent alors à se re-légitimer en favorisant l’option publique. D’autre part, les instruments financiers favorables aux municipalités tels que leur capacité d’endettement (sans plafond déterminé) les poussent à investir fortement dans les infrastructures nécessaires à l’adduction de l’eau.

8Enfin, l’ouvrage consacre une large partie à l’histoire de l’eau à Paris, petite dernière des grandes villes européennes à développer un réseau d’alimentation moderne. Suite à des tentatives infructueuses au XVIIIe siècle (et notamment l’échec de la Compagnie des eaux de Paris des frères Perrier), c’est véritablement à la moitié du XIXe siècle que l’approvisionnement en eau devient un programme public en même temps qu’un dessein industriel. Deux figures parallèles marquent ce tournant : la désignation du baron Haussmann préfet de la Seine en 1853 et la création, la même année, de la Compagnie générale des eaux (CGE). Alors que la distribution d’eau à Paris intra-muros s’organise selon un plan d’investissement public, corrélé au « plan d’embellissement » de la ville voulu par Haussmann, la CGE tisse au départ son réseau dans la banlieue et s’impose dans quelques grandes villes de province, Lyon en tête. L’auteur revient alors de façon approfondie sur les stratégies déployées par l’opérateur privé, plus ou moins facilitées (voire anticipées) par les circonstances politiques. À cet égard, l’extension de Paris par l’absorption de communes limitrophes, jusqu’alors desservies en eau par la Compagnie constitua une aubaine pour l’entreprise qui, après négociations avec le service de la ville, obtint le partage de la gestion de l’alimentation en eau à domicile, selon le principe de la régie intéressée (la CGE s’occupant dès lors de la partie commerciale du service : raccordement et abonnement). En procédant à l’analyse des modes de financement de l’entreprise et de ses résultats au cours du XIXe et première partie du XXe siècle, Christophe Defeuilley rend explicites les raisons de la longévité et de l’expansion de la compagnie : des investissements réguliers et croissants, une diversification de ses activités autour de l’eau (potabilité, assainissement…), son développement en France et à l’étranger par le recours à l’endettement, le tout en profitant d’actions boursières favorables. Mais, au-delà de ce destin singulier, l’analyse historique des négociations contractuelles engagées par la CGE avec les municipalités nous informe sur l’origine du modèle, aujourd’hui répandu, de « délégation de service public » – savant partage entre gestion privée et garantie publique – qui a dominé le mode d’administration de l’eau potable en France au long du XXe siècle.

9Christophe Defeuilley nous plonge ainsi dans tout un pan de l’histoire urbaine moderne et contemporaine à travers l’analyse précise et fournie d’un service qui, s’il apparait aujourd’hui comme indispensable mais dépourvu d’enjeu politique, est le fruit d’ambitions, d’intérêts et de circonstances plurielles dont l’histoire est riche et sinueuse. Si l’on peut regretter l’absence de mise en perspective sur les contextes contemporains d’organisation du secteur de l’eau potable (mouvements inversés de privatisation et de re-municipalisation), L’entrepreneur et le Prince, en faisant le choix de privilégier l’entrée par les acteurs économiques, offre une étude à la croisée des facteurs économiques, politiques et sociaux pour comprendre l’émergence de l’eau comme politique publique.

Haut de page

Notes

1 On peut citer à ce titre les travaux suivants : Lorrain Dominique, « La naissance de l’affermage : coopérer pour exister », Entreprises et Histoire, n° 50, 2008, p. 67-85 et Barraqué Bernard, Les politiques de l’eau en Europe, Paris, La Découverte, 1995.

2 Modèle disséminé par la suite à travers le monde, au gré de l’expansion de compagnies telles que la Compagnie générale des eaux ou la Lyonnaise des eaux.

3 Suivant l’ordre chronologique de montée en puissance de l’administration réticulaire de l’eau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Coulmain, « Christophe Defeuilley, L’entrepreneur et le Prince. La création du service public de l’eau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23002

Haut de page

Rédacteur

Cécile Coulmain

Doctorante en science politique à l’université Lyon 2, laboratoire Triangle (UMR 5206).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page