Skip to navigation – Site map

Catherine Volpilhac-Auger, Montesquieu : une histoire de temps

François-Ronan Dubois
Montesquieu : une histoire de temps
Catherine Volpilhac-Auger, Montesquieu : une histoire de temps, Lyon, ENS Éditions, series: « La Croisée des chemins », 2017, 268 p., ISBN : 9782847888553.
Top of page

Full text

  • 1 Volpilhac-Auger Catherine, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montes (...)

1Avec cet ouvrage qui revient sur toute une carrière de recherche personnelle autour de Montesquieu, de son œuvre et de sa réception, Catherine Volpilhac-Auger poursuit l’effort de synthèse qu’elle avait d’abord entrepris du point de vue de l’histoire éditoriale des écrits du penseur des Lumières1. Une histoire de temps regroupe ainsi quinze articles, souvent remaniés, parus entre 1984 et 2013, et offre au lecteur le panorama d’un travail suivi autour d’un auteur, de son contexte et des générations successives de ses lecteurs. Il est question ici tout à la fois du contexte historique de Montesquieu, de sa propre philosophie du temps, de son évolution dans le temps et de la façon dont il mobilise le temps pour conduire ses fictions et ses démonstrations. Loin de suggérer que l’écrivain propose une conception du temps parfaitement cohérente, Catherine Volpilhac-Auger s’attache à mettre en évidence l’évolution de sa pensée à travers des œuvres qu’il demeure parfois difficile d’interpréter.

  • 2 « J’ai vu » (p. 19-42), « Les Lettres persanes : une histoire de suicide et de twist » (p. 43-58) e (...)

2Les articles sont regroupés en quatre parties qui privilégient la cohérence thématique et démonstrative plutôt que la chronologie de leur parution initiale. Ainsi la première partie, « Les Lettres persanes ou le temps de la fiction » (p. 19-78), comporte trois articles2. Tous s’attachent à évaluer la place que prend la fiction dans une œuvre hybride dont on a parfois estimé que la narration et l’intrigue servaient de prétexte à l’exposé philosophique ou historique. Avec une attention soutenue tant à la génétique du texte, dans le premier article, qu’à l’histoire de sa réception, dans le troisième, l’auteure met en évidence la construction progressive des Lettres persanes en tant qu’œuvre de fiction où la chronologie ne règne pas en maîtresse mais cède le pas à des principes d’organisation qui visent à l’efficacité d’une démonstration. Partant, certains personnages peuvent se trouver réduits au rôle de porte-paroles et perdre de leur densité physique et psychologique au profit du propos de l’auteur qu’ils relaient. La structure dès lors complexe et ambiguë des Lettres persanes, dont il serait contre-productif de chercher des clés de lecture simplistes, servirait la pensée nuancée et atypique de Montesquieu.

  • 3 « De Rome aux Romains, le passé au présent » (p. 79-92), « D’Octave à Auguste : le début de la fin  (...)

3C’est cette pensée que la deuxième partie, « Entre passé et présent : le temps des Romains » (p. 79-142), cherche à illustrer, en se consacrant principalement aux Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence. En quatre articles3, Catherine Volpilhac-Auger montre de quelle manière Montesquieu développe une analyse personnelle de l’héritage romain et combien cette œuvre a pu être mal comprise. Pour Montesquieu, les Romains échouent quand ils cherchent à étendre leur empire, perdant alors la maîtrise d’un territoire cohérent. L’histoire de l’empire romain est l’histoire d’une longue erreur et d’une longue décadence, qui commencent avec Auguste, dont Montesquieu brosse un portrait peu flatteur. Montesquieu se refuse à peindre les grands événements et les grands hommes : il cherche plutôt à dégager des causes profondes, sur le temps long, de cet effondrement pour ainsi dire structurel. Le traitement qu’il réserve à Auguste est à ce titre typique : le premier empereur doit son succès moins à son mérite propre qu’à un concours de circonstances et à l’absence d’une opposition solide. Au fil de cette analyse, c’est bien la manière personnelle de Montesquieu de concevoir et d’écrire l’histoire qui est mise en en évidence.

  • 4 « Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête » (p. 143-156), « De l’Ant (...)

4Les quatre articles4 de la troisième partie, « De l’Antiquité à L’Esprit des lois : le pouvoir et les savoirs » (p. 143-200), étudient ces grands principes à l’œuvre dans d’autres sujets. Sur chacun de ces sujets, Montesquieu parait emprunter un chemin inattendu : ainsi, pour lui, la vertu d’Alexandre est d’abord moins d’être un conquérant qu’un excellent administrateur qui construit un État stable et cohérent, à contre-courant de l’expansion romaine, et Justinien est à ses yeux un juriste peu compétent, qui fait des lois au gré des circonstances et des intérêts personnels plutôt qu’avec un souci d’intégrité juridique. En somme, ce qui se dégage de ces études, c’est la façon dont Montesquieu développe une critique personnelle des sources et des idées reçues. Il ne se range ni aux réputations bien établies, ni aux documents communément admis, ni aux manières de faire de l’histoire qui ont cours à son époque : il poursuit un projet propre avec des méthodes propres, en examinant à nouveaux frais l’héritage commun.

  • 5 « Les deux infinis. Montesquieu historien des catastrophes ? » (p. 201-212), « Comment écrire l’his (...)

5C’est à cette perspective historiographique que se consacre la dernière des quatre parties de l’ouvrage, « Au-delà de l’histoire » (p. 201-256), en quatre articles5. À travers un réseau de comparaisons avec d’autres auteurs, notamment Voltaire et Tocqueville, Volpilhac-Auger met en évidence les spécificités méthodologiques de Montesquieu, qui expliquent peut-être combien la réception de son œuvre a pu être difficile. Le refus du récit, le rejet d’une histoire des petites passions des grands hommes, le souci d’envisager les catastrophes d’un point de vue géographique qui dépasse la seule histoire humaine marquent une perspective particulière qui distingue l’auteur des autres historiens de son temps et contribue peut-être à une meilleure réception d’un point de vue philosophique. À ce titre en tout cas, l’auteure souligne que l’œuvre de Montesquieu, si elle n’a plus la même valeur documentaire que par le passé, conserverait sur le plan méthodologique une grande pertinence.

6Le grand mérite d’Une histoire de temps est assurément de proposer des théories interprétatives fortes constamment illustrées par des analyses précises des textes et replacées dans l’histoire longue de la réception de l’œuvre de Montesquieu. Ainsi, au-delà même de l’étude de cet écrivain, l’ouvrage se présente comme une lecture profitable pour la compréhension du XVIIIe siècle français.

Top of page

Notes

1 Volpilhac-Auger Catherine, Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ENS Éditions, coll. « Métamorphoses du livre », 2011 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/13032.

2 « J’ai vu » (p. 19-42), « Les Lettres persanes : une histoire de suicide et de twist » (p. 43-58) et « Pour en finir avec la chaîne secrète des Lettres persanes » (p. 59-78).

3 « De Rome aux Romains, le passé au présent » (p. 79-92), « D’Octave à Auguste : le début de la fin » (p. 93-106), « De Rome à l’Europe : la biche des Palus-Méotides » (p. 107-120), « Les Romains, quelques siècles plus tard » (p. 121-142).

4 « Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête » (p. 143-156), « De l’Antiquité à Pierre le Grand : la mer Caspienne vue de France au XVIIIe siècle » (p. 157-174), « De la Collectio juris à l’Esprit des lois : Justinien au tribunal de Montesquieu » (p. 175-186) et « L’Antiquité, lointaine ou proche ? Montesquieu et le Périple d’Hannon » (p. 187-200).

5 « Les deux infinis. Montesquieu historien des catastrophes ? » (p. 201-212), « Comment écrire l’histoire ? » (p. 213-226), « Montesquieu et l’histoire : une occasion manquée ? » (p. 227-240) et « Tocqueville et Montesquieu : récrire l’histoire ? » (p. 241-256).

Top of page

References

Electronic reference

François-Ronan Dubois, « Catherine Volpilhac-Auger, Montesquieu : une histoire de temps », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 02 June 2017, connection on 20 August 2017. URL : http://lectures.revues.org/23057

Top of page

About the author

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page