Navigation – Plan du site
Horizon(s)

Horizon(s)

Dir. : Philippe Roux
Philippe Roux (dir.), « Horizon(s) », De(s)générations, n°27, avril 2017, 96 p., Saint-Julien-Molin-Molette, Jean-Pierre Huguet éditeur, ISBN : 978-2-35575-268-1.
Notice publiée le 08 juin 2017

Notes de la rédaction

Ce numéro questionne les nouvelles lignes de démarcation ayant à voir avec la notion d’horizon ; en supposant même qu’il n’y ait peut-être plus d’horizon pour l’émancipation.
Notre courage ne serait-il pas alors de travailler cette noirceur réelle ? "S’il n’y a pas d’horizon, le courage c’est d’affronter l’obscur ", comme le souligne Sylvain Lazarus dans notre entretien. En effet il se pourrait bien que l’obscur soit au-delà de la droitisation du monde ; peu de choses nous apparaissent viables politiquement, car les temps sont nouveaux et de fait leur appréciation autre, car en train de se faire. Ce "en train de se faire !" n’est-il pas autre chose qu’un horizon ? "Quelque chose qui ne serait pas tendu vers un but et qui pourrait nous apprendre à ne pas avoir de but, à ne pas avoir de projet ?", comme le remarque Jean-Luc Nancy dans ce numéro.
L’horizon peut encore se dire dans l’élan proposé par Jean-Luc Nancy dans sa réflexion sur le commun, avec cette question : "Pourquoi n’y a-t-il d’être qu’en commun ?" ou encore : "Est-ce que le communisme est vraiment arrivé à savoir ce qu’il voulait ?". Mais aussi et peut-être que s’ouvre un horizon qui serait au-delà de tout horizon, de toute visée.
Reprenons ici les mots de Georges Séféris mis en exergue au beau poème "Probablement Mer Egée" de Michaël Batalla, que nous adressons à ceux de nos amis grecs qui, dans l’hospitalité, accueillent nos amis migrants : "Mais que cherchent-elles, nos âmes, à voyager ainsi / De port en port / Sur des coques pourries ?"
Que cherche-t-elle comme horizon, la multitude au présent des ZAD ? Pensons à l’une des dernières, celle de Standing Rock dans le Dakota, lutte emblématique faisant écho à la sauvagerie capitaliste, celle qui expédie les peuples autochtones indiens dans la mort et l’infamie. Cherchent-elles, ces luttes, à accomplir une transition des combats ou marquent-elles la mutation des combats eux-mêmes ? L’horizon est-il possible en dehors d’une alternative radicale ?
Jusqu’où pourrons-nous aller sans envisager à nouveau la question de la violence malgré la peur légitime qu’elle nous impose ? "Faire conceptuellement se rencontrer Lénine et Gandhi" écrit Etienne Balibar ; pourquoi pas…
Pour inventer une politique des civilités et un horizon loin de toute normalité dans un rapport des forces sociales inédit.

Ce numéro arpente un "Que faire ?" à construire pour a minima éprouver nos résistances.

 

Sommaire

- Alain Brossat : Canaille, racaille, chienlit ! – Clichy-sous-Bois dix ans après
- Alain Bertho : Pour la construction d’un "nous", aujourd’hui !, échanges avec Jean-Marc Cerino, Philippe Roux et Gaëlle Vicherd
- Michaël Batalla : Probablement mer Égée
- Sylvain Lazarus : Affronter le nouveau, entretien avec Alexandre Costanzo et Philippe Roux
- Sylvain Lazarus : L’horizon ? Il n’y a pas d’horizon
- Bernard Noël : Précis d’humiliation
- Stéphane Bouquet : Espoir contre espoir
- Jean-Luc Nancy : Suite à "Que faire ?", échange avec Jean-Marc Cerino

Haut de page