Navigation – Plan du site

Olivier Leclerc (dir.), Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ?

Pascal Laborderie
Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ?
Olivier Leclerc (dir.), Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ?, Québec, Éditions Science et bien commun, 2017, 251 p., ISBN : 978-2-924661-17-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Olivier Leclerc est issu d’un colloque organisé à Goutelas en 2015. Il se donne pour objectif scientifique d’expliquer pourquoi et comment les « amateurs », « citoyens », « profanes », « non-professionnels », « usagers » et le « public » jouent aujourd’hui un rôle dans divers processus de production aussi bien artistiques que scientifiques. Le projet est ambitieux car il prend le contrepied de deux idées reçues concernant ces types de productions : les études sur les productions d’amateurs et d’experts sont généralement séparées, d’une part ; d’autre part, il est aujourd’hui communément admis que les activités artistiques et scientifiques sont radicalement différentes. La méthode scientifique et l’orientation éditoriale de l’ouvrage sont elles aussi étonnantes dans la mesure où elles tentent de faire œuvre d’une réelle pluridisciplinarité (les contributeurs sont spécialistes en biologie, droit, philosophie, sciences de l’information et de la communication, sciences et génie de l’environnement, sciences politiques et sociologie) et de rassembler articles académiques à valeur scientifique et témoignages d’acteurs de terrain. Autant dire que l’assemblage de cet ouvrage atypique correspond bien au thème qui ne l’est pas moins !

2Le livre est organisé comme une thèse de droit positif (c’est au demeurant l’origine disciplinaire du directeur de l’ouvrage) qui pose dans sa première partie la question de l’existence et du périmètre de son objet d’étude (« Le temps des amateurs et des amatrices »), tente ensuite de faire émerger les divers principes qui président à l’apparition de l’objet (« Donner leur place aux amateurs et amatrices »), pour enfin envisager les instruments ou, si on préfère, les modalités de mise en œuvre de ces principes en contexte (« Les amateurs et amatrices dans la création : pratiques, actions, institutions »).

  • 1 Flichy Patrice, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, (...)

3La première partie étaye une thèse selon laquelle les amateurs occupent aujourd’hui une place prépondérante dans les processus de création1 en redéfinissant les limites de l’amateurat (contribution de Michel Miaille), les modalités de la participation des amateurs, ses enjeux en matière d’expression de la citoyenneté (Philippe Dujardin) ainsi que les discours de légitimation ou de délégitimation de ce mode de production (Mélanie Fagard ; Marie-Christine Bordeaux). Marie-Christine Bordeaux précise notamment la manière dont les processus sociaux, politiques et culturels de consécration symbolique empêchent que les pratiques théâtrales amatrices puissent être reconnues comme des productions artistiques à part entière.

  • 2 Fait suffisamment rare pour qu’il soit souligné, Roger Odin livre les éléments autobiographiques qu (...)

4La deuxième partie, moins socioculturelle, interroge plutôt les conditions techniques d’émergence des pratiques amatrices ainsi que leur médiation et leur réception dans des domaines aussi divers que le cinéma (Roger Odin2), la musique (Sophie Maisonneuve), la biologie (Morgan Meyer et Rebecca Wilbanks) et la médecine (David Pontille). Le dernier article, écrit par Michel Vivant, fait plutôt figure de conclusion intermédiaire sur l’absence de cadre juridique pour les œuvres de l’esprit créées de concert par les amateurs et les professionnels. En effet, tandis que les huit premiers articles attestent de l’existence de pratiques amatrices reconnues dans divers champs professionnels, Michel Vivant explique que les décisions de justice qui reconnaissent les contributions des amateurs demeurent relativement peu nombreuses. Un travail du législateur reste à faire dans ce domaine, concernant notamment le droit d’auteur.

  • 3 Le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Noirlac, dans le Cher, organise depuis cinq ans des (...)

5La troisième partie consiste en un recueil de témoignages d’acteurs de terrain sous la forme d’entretiens mettant en lumière diverses productions alliant experts et non-experts : la collaboration entre artistes professionnels et amateurs dans le cadre des Futurs de l’Écrit à l’Abbaye de Noirlac3 ; le croisement des savoirs universitaires et des pratiques de personnes vivant dans la grande pauvreté par l’association ATD Quart Monde ; la vulgarisation scientifique au travers d’une boutique des sciences au Bénin ou d’une autre au Canada ; l’étude des conséquences du réchauffement climatique sur les oiseaux par le Muséum d’histoire naturelle et le recueil de données par des ornithologues amateurs et citoyens ; le développement des sciences participatives non seulement en ornithologie, mais aussi en botanique, entomologie et herpétologie ; les projets de partenariat entre laboratoires de recherche, collectivités territoriales et monde associatif.

6Malgré l’éclectisme revendiqué et la place accordée à ces expériences toutes aussi intéressantes les unes que les autres, il est regrettable que l’ouvrage ne porte pas plus d’attention au développement des protocoles de soins signés entre équipes médicales et patients dits experts, notamment en cancérologie, avec la création en France de trois universités de patients par l’Institut Curie, la loi « Hôpital, Patient, Santé et Territoire » précisant depuis 2009 le cadre de tels dispositifs. Il en est de même des modes participatifs de production des vins qui explosent ces dernières années dans le domaine vinicole. Si la troisième partie n’est donc pas exhaustive (mais comment serait-ce possible à propos d’un thème aussi large ?), elle réussit à éviter l’effet catalogue en mettant en exergue, malgré l’hétérogénéité des activités et des contextes, leurs caractéristiques communes concernant les montages économiques, les politiques de partenariats, les modes d’organisation, les moyens de communication ainsi que les modalités juridiques.

7En définitive, cet ouvrage est particulièrement stimulant dans la mesure où les entreprises scientifiques qui tentent de décloisonner les disciplines et créer du lien entre sciences humaines et sciences de la nature et de l’environnement ne sont pas légion. Il aménage de surcroît un véritable dialogue entre les apports de la recherche scientifique et l’expérience des acteurs de terrain. Au-delà de la démarche, qui doit être saluée, comment évaluer les résultats de ce travail de recherche foisonnant ? L’expertise est d’autant plus délicate que l’ouvrage ne s’adresse pas seulement à un lectorat académique mais aussi à des amateurs éclairés et, d’une manière générale, à tous ceux qui créent des œuvres de l’esprit et souhaitent inscrire celles-ci au service de la collectivité. C’est finalement chaque lecteur, en fonction de son propre parcours, qui pourra juger si l’ouvrage réussit à unifier ou tout du moins à faire dialoguer les diverses contributions.

Haut de page

Notes

1 Flichy Patrice, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010 ; Stiegler Bernard, « Le temps de l’amatorat », Alliage, n° 69, p. 161-179.

2 Fait suffisamment rare pour qu’il soit souligné, Roger Odin livre les éléments autobiographiques qui l’ont poussé à entreprendre les recherches sur le cinéma amateur, dont il est le précurseur et à propos duquel il a mené, seul ou avec un équipage, une recherche au long cours. Aussi, il met en perspective ces nombreux travaux sur le cinéma amateur avec les apports théoriques de son dernier ouvrage sur les « espaces de communication » (Odin Roger, Les espaces de communication. Introduction à la sémio-pragmatique, Grenoble, PUG, 2011).

3 Le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Noirlac, dans le Cher, organise depuis cinq ans des rencontres entre amateurs et artistes qui participent à des chantiers artistiques afin d’élaborer ensemble des spectacles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Laborderie, « Olivier Leclerc (dir.), Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23086

Haut de page

Rédacteur

Pascal Laborderie

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Pascal Laborderie est spécialiste de l’histoire de l’éducation populaire par le cinéma.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page