Navigation – Plan du site

Bruno Karsenti et Cyril Lemieux, Socialisme et sociologie

Marine Jallet
Socialisme et sociologie
Bruno Karsenti, Cyril Lemieux, Socialisme et sociologie, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2017, ISBN : 978-2-7132-2711-0.
Haut de page

Texte intégral

1 Deux fois absent du second tour de l'élection présidentielle française en quinze ans, le Parti socialiste semble en proie à des difficultés sévères et, un peu partout en Europe, les forces socialistes semblent êtres concurrencées par des partis nationalistes et xénophobes. Doit-on pour autant en conclure que les individus n'aspirent plus au socialisme ? Non, répondent Bruno Karsenti et Cyril Lemieux, car ce qui est en cause est moins l'absence d'aspirations au socialisme – au contraire bien réelles – que l’incapacité de celles-ci à s'articuler à un discours et à une politique socialistes. Dans cet essai bref et stimulant, les auteurs entendent dès lors revenir sur l'héritage du socialisme ainsi que sur la dynamique spécifique dont il est porteur, afin de montrer que le socialisme est le seul courant à même de « réarticuler les sentiments d'injustice et les indignations [...] à partir d'une analyse proprement sociologique de la réalité sociale et de ses transformations en cours » (p. 22).

  • 1 Karl Mannheim, Idéologie et utopie, Paris, MSH, 2006 [1929]
  • 2 Karl Polanyi développe l'idée de « désencastrement » pour désigner l'émergence, au cours du xixe si (...)
  • 3 Au sens de Mauss, la Nation peut s'entendre comme forme de vie co-construite dont dépendent les pos (...)

2Dans la première partie de leur ouvrage, Bruno Karsenti et Cyril Lemieux s'attèlent à redéfinir sociologiquement le socialisme en l'envisageant comme un fait social. Pour cela, ils empruntent la voie du « relationnisme », méthode sociologique chère à Karl Mannheim1 s'inscrivant dans une démarche de sociologie de la connaissance. Cette méthode leur permet de saisir ce qu'est le socialisme, non pas à partir de ses propriétés substantielles mais « dans » et « par » son écart avec les deux autres grands courants idéologiques contemporains que sont le libéralisme et le nationalisme xénophobe. Le socialisme doit se comprendre en référence à ces deux autres courants mais aussi – et peut-être même surtout – comme le seul courant porteur d'une « vision du tout » qui implique les deux autres courants et en éclaire sociologiquement les erreurs : sans pour autant dénoncer l'illusion dont l'idéologie serait porteuse, le socialisme s’applique à rapporter cette dernière aux positions sociales déterminées de ceux qui la promeuvent. Le socialisme, tout comme le nationalisme, est en effet « réactif » : il apparaît en réaction aux difficultés engendrées par le désencastrement2 de l'économie, conséquence de la progression toujours plus grande du libéralisme et de la croyance dans l'économie de marché. Mais le socialisme se distingue du nationalisme par la spécificité de la réponse qu'il apporte à cette situation de désencastrement : alors que le nationalisme répond en affirmant le caractère fétiche de la Nation et en faisant de l'identité et de l'appartenance nationale une justification aux inégalités de traitement et de statut, le socialisme se construit précisément dans l’opposition à ce fétichisme de la Nation et à ce culte de la nationalité. Récusant les fondements fétichisés de la Nation auxquels il oppose la conception maussienne de la Nation3, le socialisme fait de l'éducation le socle de sa réponse. En effet, seule l'éducation est susceptible de permettre à tous les citoyens une égalité réelle, c'est-à-dire « une participation égale à la réflexion et à l'élaboration des règles auxquelles la vie économique doit prioritairement être soumise » (p. 43). Le socialisme se présente ainsi comme une double réponse : il est « une réaction aussi bien aux insuffisances du libéralisme qu'au caractère moralement et intellectuellement inadmissible de la réponse qu'entend leur apporter le nationalisme réactionnaire » (p. 60).

3Après avoir clarifié ce qu'est le socialisme et en avoir montré la singularité distinctive, la seconde partie de l'ouvrage entend « sociologiser le débat idéologique », c'est-à-dire rapporter ces courants idéologiques aux positions sociales des groupes sociaux qui les portent et au contexte particulier qui permet à certains d'entre eux de s'imposer. Mais, plus fondamentalement encore, le véritable apport de cette partie est de chercher à dégager, pour chacun de ces trois courants idéologiques que sont le libéralisme, le nationalisme réactionnaire et le socialisme, les modes de connaissance (appelés aussi « formes épistémiques ») avec lesquels ils sont en affinité. Alors que le libéralisme entretient un lien étroit avec les disciplines où domine l'individualisme (économie, psychologie et droit) et que le nationalisme s'appuie sur les disciplines où domine le « holisme génétique » (histoire et anthropologie), le socialisme se caractérise quant à lui par son affinité spécifique avec la sociologie comme en témoigne leur naissance simultanée à la fin du xixe siècle. En raison de son caractère scientifique, holiste et dénaturalisant, la sociologie apparaît comme la seule discipline susceptible de servir de soubassement intellectuel au socialisme dont, en retour, celui-ci soutient l'essor. Dans cette perspective, Karsenti et Lemieux cherchent la cause de l'affaiblissement du socialisme comme doctrine politique dans l'affaiblissement de la sociologie comme discipline scientifique (ce que les auteurs appellent le « manque de radicalité sociologique » de la sociologie contemporaine). Autrement dit, la crise du socialisme s'expliquerait par l'incapacité des socialistes à adopter les outils et la méthode spécifiquement attachés à la sociologie ainsi que par la difficulté qu'a cette dernière à s'imposer dans le débat public face aux disciplines concurrentes que sont l'économie et la psychologie.

4Enfin, après avoir « sociologisé le débat politique », les auteurs s'attachent de façon symétrique à « repolitiser les formes de savoir scientifique » en les rapportant aux intentions politiques qu'ils véhiculent. C'est dans cette perspective que Lemieux et Karsenti s'intéressent au lien étroit que le socialisme entretient avec l'Europe. Si « le destin de l'Europe est et ne peut être que socialiste » (p. 100), c'est parce que le socialisme – en raison de son affinité particulière avec le projet holiste et dénaturalisant de la sociologie – est la seule doctrine politique à même de contester au nationalisme le monopole de la définition de la Nation et de lui substituer une idée de la construction de nations envisagées au pluriel.

5Rompre avec la définition essentialisante de la Nation véhiculée par le nationalisme au profit d'une définition sociologique de la Nation, supposerait donc de renouer avec la tradition internationaliste dont les auteurs affirment qu'elle au fondement de la Nation au sens socialiste. En effet, l'internationalisme n'a de sens qu'à condition de penser les nations au pluriel, puisqu'il suppose une coopération et une solidarité entre celles-ci pour faire face ensemble au risque de dissolution sociale que le libéralisme fait courir aux sociétés modernes. De cet internationalisme doit naître une transformation des nations et une unification débouchant sur une unité de degré supérieur, fondée sur une base coopérative réelle en matière de politiques sociales plutôt que sur un repli sur soi et capable de répondre aux attentes de justice et de liberté que le libéralisme est incapable de satisfaire. C'est donc l'émergence d'une nation européenne – entendue comme « une entité politique dont l'autorité est librement reconnue par les entités qui la composent [...] et dont les abandons de souveraineté n'ont pas de raison d'être s'ils n'entraînent pas de surcroîts de souveraineté au niveau européen » (p. 121) – que les auteurs appellent de leur vœu et que seul le socialisme peut envisager et porter au travers de politiques éducatives et écologiques. En effet, selon les auteurs, ces deux politiques constituent les piliers de la construction d'une nation européenne puisqu'elles se rapportent directement au défi constitutif du socialisme. D'une part, les politiques éducatives possèdent un pouvoir émancipateur et dénaturalisant en raison de leur capacité à « transmettre le sens de l'égalité, de la justice et de l'autonomie de la pensée » (p. 44). D'autre part, l'écologisme répond lui aussi au projet socialiste dans la mesure où il s'agit d'un courant de pensée conséquentialiste qui ne peut ignorer les interactions entre les individus et leur milieu, et qui vise à définir un cadre politique régulateur des activités humaines.

  • 4 Cette accusation portée à l'encontre la sociologie se fonde sur l'idée selon laquelle chercher à co (...)

6Considérant le lien entre l'émergence de l'étude sociologique de la Nation et le développement du socialisme, qui procèdent tous deux de la même volonté de réflexivité et du même mouvement pour lier le savoir à l'action, on comprend dès lors le rôle essentiel que doit jouer la sociologie pour permettre au socialisme de sortir de la crise qu'il traverse et être en mesure de promouvoir l'idée d'une nation européenne. Certains objecteront – avec raison – que les auteurs ne nous disent rien sur le fonctionnement concret d'une telle nation européenne. En effet, le cadre juridique et les modalités institutionnelles restent largement à inventer pour donner vie au projet ambitieux d'une véritable nation européenne qui ne soit pas réductible à une simple entité supranationale. D'autres pourront objecter que l'affinité entre sociologie et socialisme mise en évidence par Karsenti et Lemieux dépend moins de leur co-naissance historique que du positionnement politique des auteurs en faveur du socialisme. D'autres encore pourront reprocher à Karsenti et Lemieux un excès d'optimisme et une foi irraisonnée dans la science, mais à l'heure où la sociologie est souvent disqualifiée au motif qu'elle trouverait des excuses aux acteurs4, on ne peut que se réjouir de voir les auteurs plaider pour le retour en grâce d'une sociologie qui, loin d'en avoir honte, pourrait assumer la spécificité de sa posture épistémique et revendiquer sa « radicalité sociologique ».

Haut de page

Notes

1 Karl Mannheim, Idéologie et utopie, Paris, MSH, 2006 [1929]

2 Karl Polanyi développe l'idée de « désencastrement » pour désigner l'émergence, au cours du xixe siècle, d'un système de marché autorégulé dominé par la recherche du gain individuel et où la terre, le travail et la monnaie sont devenues des marchandises comme les autres. Il s'agit donc d'un processus de différenciation de la sphère économique et des autres sphères de la vie sociale.

Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 [1944].

3 Au sens de Mauss, la Nation peut s'entendre comme forme de vie co-construite dont dépendent les possibilités d'actions collectives. Marcel Mauss, La Nation, Paris, PUF, 2013. Voir aussi : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2010-2-page-283.htm

4 Cette accusation portée à l'encontre la sociologie se fonde sur l'idée selon laquelle chercher à comprendre les motivations et les comportements des acteurs serait déjà une façon de commencer à les justifier et donc à les excuser en invoquant l'existence de déterminismes sociaux plus ou moins puissants.

Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue culture de l'excuse, Paris, La découverte, 2016. Compte rendu sur Lectures : https://lectures.revues.org/20101

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Jallet, « Bruno Karsenti et Cyril Lemieux, Socialisme et sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/23102

Haut de page

Rédacteur

Marine Jallet

Agrégée de sciences économiques et sociales. Professeure en khâgne B/L.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page