Navigation – Plan du site

Jean-Luc Deshayes, Cédric Lomba (dir), « Les désindustrialisations (re)visitées », Savoir/agir, n° 39, 2017

Amandine Tabutaud
Les désindustrialisations (re)visitées
Jean-Luc Deshayes, Cédric Lomba (dir.), « Les désindustrialisations (re)visitées », Savoir/agir, n° 39, mars 2017, 114 p., Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, ISBN : 978-2-36512-118-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jefferson Cowie, Joseph Heatcott, Beyond the Ruins: the meanings of Deindustrialization, Ithaca, Co (...)
  • 2 Les deux candidats qualifiés pour le second tour à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Ma (...)

1Dans un vaste dossier pluridisciplinaire, la revue Savoir/ agir nous invite à revisiter la désindustrialisation, phénomène « socialement compliqué, historiquement profond, géographiquement divers et politiquement embarrassant »1. Enjeu des politiques économiques nationales depuis quatre décennies, la désindustrialisation est instrumentalisée de manière récurrente dans le débat public. La récente campagne présidentielle n’a d’ailleurs pas dérogé à la règle2. Au-delà des crispations qu’il suscite, ce phénomène transforme le monde du travail dans son ensemble, et plus particulièrement le monde ouvrier.

2En faisant dialoguer des chercheurs d’horizons divers – sociologues, historiens, démographes et anthropologues –, ce numéro a pour ambition de définir les contours et les effets de la désindustrialisation. Il dépasse ainsi la seule approche économique en postulant qu’il existerait non pas une mais des désindustrialisations aux formes mouvantes, selon les contextes et les lieux de leur éclosion.

3Des sept contributions proposées, on retiendra trois principales thématiques. La première est celle des transitions et des recompositions territoriales à l’œuvre après la disparition de l’activité sidérurgique et minière, qui pose la question de la patrimonialisation. La seconde thématique concerne l’émergence de nouvelles formes industrielles et gestionnelles du salariat, marquée par une porosité sectorielle très sensible dans les zones franches et les espaces de la logistique. Le dernier thème aborde le bouleversement des trajectoires privées et professionnelles, individuelles et familiales, sous l’effet de la désindustrialisation en France, en Roumanie et en Belgique.

4À travers les deux premiers articles, Jean- Luc Deshayes et Romain Castellesi interrogent les multiples reconfigurations spatiales, économiques et sociales du bassin de Longwy et de la cité de Carmaux depuis l’arrêt de leurs productions respectives. Emblématiques d’une désindustrialisation agressive, ces territoires voient se déployer de nouvelles logiques économiques guidées par des politiques publiques locales et européennes. Quand Longwy expérimente, dès la fin des années 1970, une série de dispositifs de reconversion visant à attirer des firmes étrangères au nom de la diversification des activités, Carmaux, elle, soutient la poursuite de l’exploitation minière jusqu’au tournant des années 2000, avec l’échec qu’on lui connait. Les attentes des salariés se cristallisent moins dans la sauvegarde de leur emploi que dans le maintien de droits collectifs et la reconnaissance de leurs qualifications professionnelles. Alors que leur identité de travailleur est mise à mal, ils doivent composer avec de nouveaux codes pour devenir employables. En dépit des divergences stratégiques de reconversion, l’enjeu mémoriel traverse ces deux anciens bastions. On assiste alors à une véritable opération de patrimonialisation industrielle. L’installation d’un parc de loisirs et d’un musée de la mine dans la cité de Carmaux illustrent cette orientation touristique.

5Les travaux de Delphine Mercier, Carlotta Benvegnù et David Gaborieau déplacent le regard vers d’autres espaces industriels : les zones franches et le secteur de la logistique. La première a mis en évidence le redéploiement de firmes multinationales vers des pays du sud dits émergents, ce dès les années 1960. Les entreprises occidentales s’implantent massivement dans ces zones franches, attrayantes pour leurs dispositions financières avantageuses. Elles participent au dynamisme industriel de ces espaces tout en important des méthodes de gestion salariale. Ainsi, la chercheuse observe une évolution des politiques d’encadrement de la main-d’œuvre qui tendent à s’homogénéiser sous l’effet des normes mondialisées, passant d’une gestion artisanale à une gestion productiviste aujourd’hui. Ces nouvelles formes d’industrialisation sont également questionnées dans la logistique.

6Considérée comme une activité relevant du tertiaire, la logistique emploie néanmoins près de 700 000 ouvriers en France. Cette porosité sectorielle participe à invisibiliser la logistique et ses travailleurs. Carlotta Benvegnù et David Gaborieau démontrent que, de part et d’autre des Alpes, ce secteur est « la conséquence d’un mouvement de restructuration que l’on associe parfois à la « crise industrielle » mais qui se caractérise plutôt par le prolongement de cet univers sous une autre forme » (p. 68). Derrière les efforts sémantiques visant à soigner son image – celle d’un secteur moderne, réactif, flexible et mobile –, la logistique s’apparente à une véritable « usine à colis » où le travail contraint, pratiqué dans les entrepôts de la grande distribution notamment, reproduit des formes similaires à celles du travail à la chaine. De la même manière qu’on assiste à un déplacement du monde ouvrier, d’autres foyers de lutte émergent de ces espaces. On ne peut que relativiser l’ampleur de la désindustrialisation à la lecture de ces études et réviser la thèse d’un monde ouvrier en déclin.

7Aussi, la désindustrialisation bouleverse le destin des salariés comme elle déstabilise leur environnement familial. Le démographe Thomas Venet retrace l’itinéraire d’enfants issus des milieux populaires de la campagne picarde. Si autrefois le réseau d’inter connaissance familial garantissait l’insertion professionnelle et personnelle des jeunes adultes, désormais, c’est leur degré de mobilité qui agit comme un déterminant essentiel de leur insertion. Leurs dispositions culturelles et leurs faibles ressources financières constituent des freins au départ pour une majorité d’entre eux. Ils réussissent néanmoins à trouver leur place dans les réseaux de sociabilité locaux en mobilisant leur capital d’autochtonie même démonétisé.

8Maria Grecu constate également l’absence de perspectives professionnelles des ouvriers du bassin houiller de la vallée de Jiu au sud-ouest de la Roumanie. Alors que l’industrie minière connait sa première phase de restructuration en 1997, les ouvriers ont été incités à quitter leur emploi contre une compensation financière. Près de 39% des mineurs se sont portés volontaires, voyant là une occasion d’un retour dans leur village natal pour les uns, et l’opportunité d’un avenir meilleur pour les autres, tentés par un emploi saisonnier à l’étranger. Leurs espoirs ont vite été déçus. L’absence de mesures de reclassement a généralement ainsi conduit à un déclassement des mineurs volontaires, stigmatisés par leurs anciens compagnons de labeur. Les stratégies patronales et industrielles ont entrainé une désolidarisation au sein de la population ouvrière.

9L’érosion du collectif et les incertitudes sont également le lot quotidien des sidérurgistes belges évoqués dans l’article de Cédric Lomba. Le sociologue interroge les rapports qu’entretiennent les ouvriers rescapés des plans de restructuration à l’ordre usinier, ce dans un contexte d’incertitude permanent sur leur avenir professionnel. Enchevêtrés dans plusieurs temporalités, ces ouvriers sont écartelés entre la dégradation de l’entreprise, rappelée à chaque nouveau plan de restructuration, et l’espoir d’une possible amélioration de la situation promise par ces mêmes plans. Selon la position et le degré de qualification, les réactions oscillent entre le rejet et l’attachement au travail. Il est cependant difficile d’en établir une typologie précise tant les postures individuelles et collectives évoluent au gré des basculements des carrières de chacun.

  • 3 Michel Pialoux, « Jeunes sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences so (...)

10L’ensemble de ces contributions rappelle combien la désindustrialisation soulève des questionnements multidimensionnels, faisant écho parfois aux travaux de Michel Pialoux et Danièle Linhart3. En élargissant l’horizon géographique, ce dossier a réussi à dépasser la vision ethnocentrée du phénomène, d’une part, et d’autre part à s’éloigner des discours déclinants habituellement tenus lorsqu’il s’agit d’évaluer l’état de l’industrie. On peut toutefois regretter qu’aucune contribution n’aborde la désindustrialisation dans son versant genré.

Haut de page

Notes

1 Jefferson Cowie, Joseph Heatcott, Beyond the Ruins: the meanings of Deindustrialization, Ithaca, Cornell University Press, 2003, p. 2.

2 Les deux candidats qualifiés pour le second tour à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont successivement mis en scène leur soutien aux salariés de l’usine Whirlpool à Amiens, alors en grève contre la fermeture programmée du site en 2018.

3 Michel Pialoux, « Jeunes sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 26-27, n° 1, mars-avril 1979. p. 19-47. Danièle Linhart, Perte demploi, perte de soi, Érès, 2002, p. 216.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Tabutaud, « Jean-Luc Deshayes, Cédric Lomba (dir), « Les désindustrialisations (re)visitées », Savoir/agir, n° 39, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 juin 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23110

Haut de page

Rédacteur

Amandine Tabutaud

Doctorante en histoire contemporaine, Université Paris Saclay, IDHES.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page