Navigation – Plan du site

Martin Mourre, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial

Nicolas Lepoutre
Thiaroye 1944
Martin Mourre, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d'un massacre colonial, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2017, 240 p., préface d'Elikia M'Bokolo, postface de Bob B. White, ISBN : 978-2-7535-5345-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, François Hollande, à l’époque président de la République française, a prononcé un disc (...)

1Le 14 décembre 2015, la commission d’instruction de la cour de révision de la Cour de cassation française rejette la demande de révision du procès d’Antoine Abibou, déposée par l’un de ses descendants. Antoine Abibou fait partie des tirailleurs sénégalais présents au camp de Thiaroye lors du massacre du 1er décembre 1944 et condamnés en mars 1945 pour « rébellion » au cours du procès organisé subséquemment. Cette actualité judiciaire, de même que les nombreuses références à Thiaroye que des responsables politiques français ont faites en présence de leurs homologues sénégalais1, montre à quel point cet événement est un enjeu pour les relations entre les deux pays et demeure au cœur des mémoires sénégalaises. C’est précisément le sujet de cet ouvrage de Martin Mourre, issu de la thèse qu’il a soutenue en cotutelle à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et à l’université de Montréal dans une double perspective historique et anthropologique.

2Martin Mourre cherche ici à montrer que le massacre de Thiaroye peut être appréhendé comme « une métaphore de la violence et de l’injustice coloniale » (p. 14) au cœur du système progressivement mis en place par la France au Sénégal à partir du XVIIe siècle. Pour ce faire, il présente d’abord l’imaginaire colonial qui se cristallise autour du tirailleur sénégalais à l’occasion de la Première Guerre mondiale. Celui-ci est caractérisé par son ambiguïté : le « soldat noir » est loué pour sa brutalité et sa confiance aveugle en la hiérarchie, mais il doit aussi prouver la réussite de la mission civilisatrice française. L’auteur cherche ensuite à retracer précisément le cours des événements menant au 1er décembre 1944 : depuis plusieurs semaines, des tirailleurs démobilisés sont regroupés au camp de Thiaroye près de Dakar et réclament le paiement de diverses soldes qui leur sont dues. Le 1er décembre au matin, ces tirailleurs sont réunis sur l’esplanade et les forces françaises font feu sur ceux qu’elles qualifient de « mutins », faisant autour de 70 morts.

  • 2 Fodéba Keita (1921-1969) est un écrivain et poète guinéen engagé dans la lutte contre la colonisati (...)

3Les quatre chapitres suivants, découpés de façon chronologique, sont consacrés à la mémoire de l’événement. L’auteur s’attache ainsi à la mémoire immédiate du massacre en évoquant la construction de deux visions opposées de Thiaroye le récit présenté par la justice militaire lors du procès de trente-quatre des survivants étant immédiatement contesté par une partie de la population indigène et ses représentants politiques. Dans les années 1945-1960, le massacre prend une place croissante dans les mémoires indigènes, même si les interprétations diffèrent (conséquence de l’occupation allemande et du régime de Vichy pour l’assimilationniste Senghor, symbole de l’oppression coloniale pour Fodéba Keita2 par exemple). Thiaroye devient surtout un symbole pour toutes les luttes anti-coloniales et anti-impérialistes, au-delà même du seul espace sénégalais. Après l’indépendance, la date du « 1er décembre » cristallise la mémoire de deux événements : la répression des tirailleurs par le pouvoir colonial en 1944 et celle du mouvement contre la fraude électorale par la nouvelle République du Sénégal en 1963. Cette double mémoire devient un élément central de contestation contre le régime de Senghor (1960-1980). À partir des années 1970, la figure du tirailleur sénégalais évolue par ailleurs : de traître ou simple victime, il accède au rang de héros résistant à la colonisation. Dans un dernier chapitre, Martin Mourre montre enfin comment l’instrumentalisation a posteriori des événements par le pouvoir, déjà amorcée sous Abdou Diouf (1981-2000), s’accélère après l’accession à la présidence d’Abdoulaye Wade (2000-2012). Le massacre fait alors l’objet de commémorations officielles ostentatoires et d’une politique scolaire volontariste, à travers notamment son intégration aux programmes scolaires de tous les niveaux et l’édition de manuels spécifiques.

4L’ouvrage souffre parfois d’un léger manque de clarté : certains passages apparaissent quelque peu confus et il manque des références à des événements ou des auteurs, qui auraient mérité d’être explicitées pour le lecteur néophyte. Au cours des premiers chapitres, l’auteur tient également à retracer quelques grandes étapes de la vie de divers tirailleurs tués à Thiaroye ou condamnés par la suite. Faute de disposer toutefois d’informations nombreuses à leur sujet, il ne peut réaliser une véritable socio-histoire de ceux-ci et est réduit à imaginer, de manière somme toute rhétorique, ce qu’ils ont pu penser ou le parcours qu’ils ont pu avoir. L’intérêt de ces passages n’est donc guère manifeste, même s’il s’agit peut-être d’une volonté de redonner une voix à des individus qui en ont généralement été privés. Par ailleurs, la hiérarchisation des arguments par l’auteur est parfois surprenante. Martin Mourre choisit ainsi de mettre en avant la notion d’honneur qui est, selon lui, au cœur des mémoires sénégalaises du massacre de Thiaroye depuis 1944 jusqu’à aujourd’hui et permet de « mieux saisir le sentiment d’appartenance » des Sénégalais à ce passé (p. 195). Sans en nier la réalité, il n’apparaît pas forcément à la lecture que cette notion d’honneur soit plus importante que celle de justice ou d’égalité. Inversement, la constitution progressive d’une mémoire de Thiaroye par les indigènes, son utilisation contre le pouvoir colonial puis le régime de Senghor et enfin son instrumentalisation par l’État sénégalais sont finalement assez peu mises en valeur dans la conclusion, par exemple.

5Thiaroye se caractérise enfin par le recours à une très grande diversité de sources, de la littérature et du cinéma aux archives militaires, en passant par des entretiens et une observation participante en milieu scolaire. Si tirer des conclusions définitives de l’analyse de quelques œuvres cinématographiques ou littéraires peut parfois apparaître présomptueux, Martin Mourre est très conscient des limites de certaines de ses montées en généralité (comme dans le chapitre 4). Il fait surtout montre d’une véritable finesse dans l’analyse de ses matériaux, s’intéressant dans le détail à la construction des archives militaires pour en pointer les contradictions et les non-dits ou proposant une analyse littéraire détaillée des œuvres culturelles mentionnées.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, François Hollande, à l’époque président de la République française, a prononcé un discours au cimetière de Thiaroye en 2014 pour l’inauguration d’un mémorial aux tirailleurs, au cours duquel il a remis les archives numérisées relatives à l’événement au président sénégalais Macky Sall.

2 Fodéba Keita (1921-1969) est un écrivain et poète guinéen engagé dans la lutte contre la colonisation. Il est devenu un proche de Sékou Touré qui l’a nommé ministre de la Défense et de la Sécurité en 1961, avant qu’il soit disgracié et exécuté en 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Martin Mourre, Thiaroye 1944. Histoire et mémoire d’un massacre colonial », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 juin 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/23113

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page