Navigation – Plan du site

Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie 1933-1939

Ethel Albert
Sur les chemins de terre brune
Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l'Allemagne nazie 1933-1939, Paris, Fayard, coll. « Histoire », 2017, 510 p., ISBN : 978-2-213-70066-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Duroselle Jean-Baptiste, La décadence (1932-1939), Paris, Imprimerie nationale, coll. « Politique é (...)

1Ce livre dense et novateur est issu de la thèse de Frédéric Sallée, soutenue en 2014. L’historien y propose une relecture de la perception du nazisme et des relations interétatiques entre la nomination d’Hitler comme chancelier le 30 janvier 1933 et l’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939. Son étude, qui croise les approches de l’histoire des relations internationales et de l’histoire des représentations, se fonde sur les témoignages de 1 164 « voyageurs » de 52 nationalités différentes, majoritairement européens et américains, comme Roland Dorgelès, Pierre Drieu la Rochelle ou Charles Lindbergh, qui se sont rendus dans l’Allemagne nazie d’avant la Seconde Guerre mondiale. L’auteur s’appuie également sur des exemples de voyageurs asiatiques, sud-africains, latino-américains et australiens. Ces récits de voyage et comptes-rendus d’expériences sont complétés par de nombreux titres de la presse allemande, américaine, britannique, française, etc., comme Völkischer Beobachter, New York Times, Gringoire ou encore La Nouvelle Revue, ainsi que par des archives administratives et diplomatiques nazies et étrangères. En étudiant « les voyages dans l’Allemagne nazie », Frédéric Sallée déconstruit non seulement l’idée qu’ « on ne voyage pas dans une dictature » (p. 9), mais aussi là le postulat de Jean-Baptiste Duroselle : « L’Allemagne, on la connaît très mal parce qu’on y voyage peu »1. À travers l’analyse de ces témoignages, très divers tant dans leur forme que dans leur contenu, l’historien questionne la connaissance du nazisme et de ses ambitions dans les années 1930 et privilégie une approche « par le bas ».

2« Le voyage n’est pas neutre » (p. 23), observe Frédéric Sallée, insistant sur les formes multiples du « voyage » et la nécessité de parler des voyages et non du voyage en Allemagne nazie. À la fois « chose vécue » et « chose perçue », le « voyage » est une « expérience » modelée par les parcours individuels des voyageurs, leurs motivations, le déroulé et la durée de leur séjour. L’historien étudie les itinéraires d’hommes politiques comme Benito Mussolini ou le duc de Windsor (ex-Edouard VIII), de diplomates, de grands industriels représentant des sociétés comme Ford ou Shell, de militaires et d’anciens combattants, d’intellectuels (philosophes, écrivains, journalistes, etc.) mais aussi d’artistes comme le comédien Fernandel, d’étudiants et d’universitaires ainsi que d’aventuriers. Malgré leurs différences, tous sont qualifiés de « voyageurs » dans la mesure où ils se sont faits les témoins de leur temps. Frédéric Sallée explique les raisons de cet attrait pour l’Allemagne nazie : le nouveau régime incarnait un barrage au communisme et à l’Union soviétique, une alternative au désenchantement démocratique et la réussite du fascisme là où l’expérience italienne avait échoué. Des raisons beaucoup plus pragmatiques sont aussi avancées dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « L’utilité du voyage » : promotion de la carrière artistique, intérêts économiques ou diplomatiques, connaissance de la langue et de la culture allemandes, etc. Les agences et guides de voyage ainsi que les universités, comme la Columbia University, ont aussi joué un rôle dans l’organisation des voyages en Allemagne nazie. L’accent était mis sur la langue allemande et la préservation du patrimoine historique allemand malgré l’arrivée du nazisme au pouvoir. Ce sentiment était d’autant plus fort, souligne Frédéric Sallée, que le nouveau régime a incarné le retour à l’ordre après l’éphémère République de Weimar.

3Le rapport individuel des voyageurs au nazisme en tant que régime et idéologie, la perception qu’ils en avaient et la manière dont ils ont restitué leur expérience constituent l’un des fils rouges de l’ouvrage de Frédéric Sallée. Certains se sont ainsi rendus en Allemagne pour apprendre du nazisme, en importer les méthodes politiques et les stratégies de modernisation militaire et industrielle afin de garantir le bien-être du peuple. Robert Brasillach, qui a séjourné à Nuremberg aux débuts du nouveau régime, y a ainsi dépeint l’amusement qui y régnait. Frédéric Sallée souligne que, pour l’écrivain et journaliste, futur collaborateur, « le remède serait alors inéluctablement totalitaire » (p. 69). Au contraire, d’autres, comme l’écrivain Roland Dorgelès, y ont vu un État « totalitaire » dès ses débuts et ont cherché à revaloriser la démocratie. En se confrontant à la réalité du quotidien des populations dans les régimes totalitaires, l’auteur du roman Les Croix de bois a tenté de mettre en garde les Français contre les dangers auxquels de tels régimes pouvaient les exposer. Convaincus par le nazisme, d’autres encore ont fait le choix de rester en Allemagne. Ils appartenaient surtout à l’extrême-droite européenne, à l’image du journaliste français Henry-Robert Petit qui s’est installé définitivement en Allemagne en 1939. Mais, comme le montre Frédéric Sallée, les rapports au nazisme de ces derniers voyageurs restaient incomplets. Ils adhéraient à l’idéologie antisémite et anticommuniste sans pour autant appartenir au Volk allemand, du fait qu’ils étaient étrangers, et continuaient donc de percevoir le nazisme depuis un regard externe.

4Ce rapport moral au nazisme pose la question de la réception, à laquelle Frédéric Sallée consacre le sixième chapitre. Ces séjours en Allemagne nazie ont pour beaucoup été consignés dans des ouvrages, à la lecture desquels l’auteur exerce un regard particulièrement critique. Ces récits et comptes rendus de voyage ont pu subir plusieurs relectures, par la maison d’édition par exemple, conduisant à occulter ou à mettre l’emphase sur certains passages. La traduction a aussi favorisé la diffusion de ces récits d’expérience à l’étranger, comme celle en allemand en 1938 de La Gerbe des forces d’Alphonse de Châteaubriand, intellectuel français d’extrême-droite. Mais c’est dans l’après-guerre que le séjour en Allemagne nazie des années 1933-1939 est devenu compromettant. Des voyageurs tels que Jean-Paul Sartre ont développé diverses stratégies pour occulter cette période dérangeante de leur vie, ou au moins en atténuer la signification. Le philosophe a ainsi justifié ses voyages en Allemagne nazie et son absence de lucidité sur la dictature et l’antisémitisme nazis par son appartenance à un microcosme universitaire, qui aurait été en marge de l’idéologie nazie qui imprégnait au quotidien la société allemande.

5Le contrôle du tourisme par l’Allemagne nazie est un autre des aspects majeurs du lien entre nazisme et « voyage » qu’étudie Frédéric Sallée et qui a contribué à la mythification du régime et à la déification d’Hitler. L’historien dépeint ainsi le régime nazi comme se donnant à voir et contrôlant savamment l’accès à une connaissance approfondie du nazisme et de ses pratiques. Les instances gouvernementales du Reich, en la figure de Joseph Goebbels et Alfred Rosenberg, ont pratiqué le « goutte-à-goutte médiatique » (p. 44). La première interview d’Hitler n’a ainsi eu lieu qu’en mars 1934 avec l’Américain Louis Lochner, qui travaillait pour l’Associated Press. Des visites de sites militaires vantant la modernisation militaire du régime et des visites dans des camps où les véritables conditions d’internement étaient maquillées ont été organisées tandis que toute opposition politique était verrouillée. Le régime s’est ainsi servi des voyageurs comme de faire-valoir pour diffuser une image positive de l’Allemagne à l’étranger. Les séjours répétés de l’aviateur américain Charles Lindbergh à partir de 1936 ont ainsi permis au IIIe Reich « d’avoir une caisse de résonnance outre-Atlantique » (p. 137). La présence de l’aviateur américain a notamment mis en avant la modernisation de l’industrie aéronautique nazie tout en montrant que le régime nazi pouvait attirer à lui des « figures héroïques ». Dans le dernier chapitre, Frédéric Sallée pointe toutefois les limites de ce contrôle qui a pu se retourner contre le régime. La Schutzstaffel a ainsi accru la surveillance des voyageurs étrangers, allant jusqu’à les torturer, au risque d’en faire des témoins de premier plan de la répression nazie qui, une fois expulsés, pouvaient témoigner sans craindre la censure de l’appareil de propagande nazie.

6Le travail entrepris par Frédéric Sallée pour rendre compte de l’état de la connaissance de l’Allemagne nazie entre 1933 et 1939 est d’autant plus difficile que la tentation téléologique peut être grande. La Shoah et la Seconde Guerre mondiale pourraient en effet conduire à ne voir dans les voyageurs que des collaborateurs et admirateurs du nazisme. Mais le recours aux témoignages des voyageurs permet d’appréhender les mentalités de l’époque et de démontrer la grande diversité des profils. À travers l’exemple de Paul Bastid, Frédéric Sallée montre qu’il n’existait aucune prédisposition au collaborationnisme ou à la résistance chez les voyageurs. Le futur résistant et membre du Conseil national de la Résistance (CNR) a ainsi voyagé en Allemagne dès 1933 sans constater les dangers potentiels que pouvait alors représenter le nazisme. De même, l’historien montre que l’antisémitisme ne suscitait pas l’indignation générale en Europe et s’inscrivait dans une mentalité européenne vieille de plusieurs siècles faisant du judaïsme l’explication des maux du monde. Cette absence de condamnation était d’autant plus forte que l’antisémitisme nazi était alors perçu comme limité et raisonné par rapport aux pogroms dans l’Empire russe puis en Union soviétique. Les quelques voix qui se sont élevées contre le sort réservé aux juifs, comme celle de Louis Gillet, dénonçaient quant à elles l’appauvrissement culturel dont risquait de souffrir une Allemagne sans les juifs.

  • 2 Camus Albert, La Peste, Paris, Gallimard, 1947, p. 309.

7En concluant son ouvrage sur la mise en garde d’Albert Camus – « Le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais […] peut-être, le jour viendrait, où, pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse »2 –, Frédéric Sallée rappelle la tâche essentielle de l’historien : celle de contribuer humblement à faire preuve de vigilance en invitant autrui à faire de même. Une mise en garde qui n’est pas sans rencontrer un écho particulièrement fort aujourd’hui en raison de la montée de l’extrême-droite, de la tentation du repli identitaire et du virage autoritaire dans certains pays.

Haut de page

Notes

1 Duroselle Jean-Baptiste, La décadence (1932-1939), Paris, Imprimerie nationale, coll. « Politique étrangère de la France », 1979, p. 198, cité p. 9.

2 Camus Albert, La Peste, Paris, Gallimard, 1947, p. 309.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ethel Albert, « Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l’Allemagne nazie 1933-1939 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23133

Haut de page

Rédacteur

Ethel Albert

Étudiante en master histoire à l’École doctorale de Sciences Po.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page