Navigation – Plan du site

Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, Gilles Pison (dir.), Être fille ou garçon. Regards croisés sur l’enfance et le genre

Marie Duru-Bellat
Être fille ou garçon
Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, Gilles Pison (dir.), Être fille ou garçon. Regards croisés sur l'enfance et le genre, Paris, Ined Éditions, coll. « Questions de population », 2016, 264 p., ISBN : 978-2-7332-1063-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce livre collectif publié par les éditions de l’Institut national d’études démographiques (INED), c’est un éventail relativement ouvert de spécialistes qui se penche sur l’enfance et le genre : certes, les démographes sont en majorité, mais on compte autant de contributions d’anthropologues et de sociologues, le plus souvent spécialistes des pays francophones d’Afrique. Huit des dix contributions portent sur ces pays (ce que le titre n’indique pas !, même si une ambition de l’ouvrage est de croiser les approches « Nord/Sud » de l’enfance et du genre). Ce second croisement est quant à lui transversal à tous les textes. Il s’exprime à la fois par les descriptions des phénomènes étudiés et par les préoccupations méthodologiques, exprimées notamment dans un texte introductif de Fabienne Hejoaka et Elsa Zotian, qui pose la question de la gestion de la relation d’enquête, quand l’anthropologue doit à la fois traverser la frontière de l’âge (se mettre à la portée des enfants, investir leurs territoires…) et aussi faire oublier son genre. Si l’ouvrage se revendique comme inscrit dans la sociologie de l’enfance, ce qui lui est le plus spécifique est sans doute son orientation pragmatique et politique. Les chercheurs de l’INED spécialistes des questions du « Sud » à la fois sont très présents sur leur terrain et travaillent souvent sur des commandes d’organismes internationaux. Dans cette perspective, des questions comme celle du statut des enfants (dans les politiques qui entendent les protéger, notamment) sont très prégnantes, la prise en compte systématique du genre restant quant à elle plus souvent négligée…

2Une première interrogation, d’importance, porte alors sur la notion d’enfant, puisque les enjeux politiques de la définition des catégories d’âge s’avèrent essentiels. Plusieurs textes traitant de la question du travail des enfants illustrent ce point, tout en montrant ce qu’apporte de neuf la prise en compte du genre. Mélanie Jacquemin et Bernard Schlemmer analysent ainsi l’approche abolitionniste de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui, focalisée de fait moins sur le travail des enfants que sur le travail des garçons, dans les mines ou l’agriculture, a jusqu’en 1995 ignoré les tâches domestiques réalisées par les filles. Alors qu’il s’agit d’éradiquer les situations jugées intolérables (parce que mettant en péril la dignité ou la santé de l’enfant, et aussi, concrètement, son accès à l’éducation), les tâches domestiques sont jusqu’à une date récente restées dans l’ombre, car considérées comme non dangereuses et par ailleurs le plus souvent gratuites quand elles sont exercées dans le cadre familial. L’ampleur de ce travail ménager a été longtemps sous-estimée, alors qu’on est parfois proche d’une situation d’exploitation, et que les risques d’agression sexuelle ne sont pas négligeables pour les filles travaillant hors de leur famille. Pourtant, ces activités constituent un frein important à leur scolarisation, ce qui est une des raisons importantes invoquée pour défendre l’abolition du travail des enfants. La description précise de la lente prise de conscience de l’OIT (partagée par d’autres institutions internationales comme l’Unicef, l’Unesco ou la Banque mondiale) n’est évidemment pas sans rappeler, en France, les hésitations de l’INSEE à reconnaître le travail domestique comme travail…

3Plus spécifiques aux pays africains sont les politiques mises en œuvre pour protéger les enfants d’un travail précoce, avec à nouveau l’ombre portée des stéréotypes de sexe. Le texte de Joséphine Wouango sur le Burkina Faso en fournit un exemple clair : la politique de lutte contre le travail des enfants qui est couplée avec une politique d’égalité des sexes donne de fait des résultats ambivalents, puisque les jeunes filles extraites d’un travail qui, à leurs dires, était parfois apprécié comme une source d’autonomie, se retrouvent ensuite scolarisées (on pourrait dire cantonnées) dans des filières scolaires « féminines ».

4Un autre texte, de Véronique Hertrich et Catherine Rollet, se penche sur la question de la déclaration des enfants à l’état civil, dans une zone rurale du Mali. Cette déclaration est analysée comme l’expression d’une certaine conception de l’enfant, puisqu’elle n’est utile que si on entend le scolariser et le faire entrer dans une modernité qui exigera des formalités administratives, des migrations, des élections, bref, la possession de papiers d’identité. De fait, alors que l’enregistrement ne touche encore que la moitié des naissances (un point qui n’est pas accessoire pour des démographes !), cette démarche apparaît effectivement liée à diverses formes d’investissement dans le capital humain des enfants quel que soit leur sexe.

5Ces textes illustrent comment les pratiques institutionnelles qui ignorent le genre ou s’en font une représentation stéréotypée jouent à la fois sur la production des données statistiques (ainsi, puisque certains enfants sont de fait invisibles, la valeur des taux de scolarisation par sexe est pour le moins incertaine) et sur les programmes d’action censés en découler.

6Au-delà des données chiffrées, il convient évidemment – et ici les collaborations entre démographes et anthropologues s’avèrent précieuses – de chercher à comprendre le sens des comportements observés. L’analyse des migrations des jeunes gens et jeunes filles au Mali (texte de Marie Lesclingand et al.) montre que des trajectoires similaires – quitter son village pour aller travailler en ville – peuvent revêtir un sens différents pour les garçons et pour les filles : avant tout source de revenus monétaires pour les premiers et, quel que soit le travail exercé, expérimentation de la vie urbaine et espace de liberté pour les secondes.

7Dans une perspective un peu différente, d’autres textes se penchent sur la socialisation genrée. Cette question est abordée à la lumière d’une analyse de contenus des manuels scolaires de mathématiques (texte d’Elisa Abassi et Carole Brugeilles), en France et dans plusieurs pays africains (Cameroun, Togo, Tunisie…). Alors que des recommandations de l’ONU, dès 1979, prônent l’éviction de tous les stéréotypes de sexe dans les manuels scolaires, les analyses de contenu font apparaître d’importants déséquilibres numériques entre les personnages qui y figurent. Sans surprise, il apparaît que le masculin est privilégié dans tous les manuels, avec des nuances selon les pays : la sur-représentation masculine est nettement plus marquée dans les manuels africains, d’autant plus qu’ils privilégient la représentation d’adultes. Les enfants sont bien plus souvent représentés dans les manuels français et le fait qu’ils y apparaissent non plus en situation d’activité professionnelle, comme dans les manuels africains, mais en situation de travail scolaire ou de jeu minore sensiblement le déséquilibre des sexes.

8Enfin, deux textes fort originaux présentent des approches ethnographiques de comportements enfantins et juvéniles sur des terrains français. Christine Tichit s’intéresse à la participation aux tâches domestiques d’enfants de 10-15 ans d’un quartier de l’Est parisien. Le croisement de l’âge, du sexe et du pays de naissance des parents est ici très éclairant sur les conceptions des rôles sexués. Si, dans tous les cas, les filles sont plus sollicitées (cet écart croissant avec l’âge) et la répartition des tâches est elle-même sexuée, ce sont les enfants d’origine africaine qui sont, garçons comme filles, les plus mis à contribution, et de manière assez polyvalente, tandis que dans les milieux de classe moyenne aux deux parents nés en France, la participation, plus limitée, est plus égalitaire. Il y a aussi des profils plus nettement inégalitaires (à l’avantage des garçons) chez les enfants d’origine chinoise et maghrébine. Si ces différences renvoient aux modèles culturels prévalant dans les familles, elles questionnent également la notion d’âge puisqu’à âge égal, les enfants assument des responsabilités domestiques très inégales, les enfants d’origine africaine se montrant capables, par exemple, de gérer un budget pour les courses à l’instar d’un adulte.

9Dans un autre texte, Virginie Vinel explore les clivages de genre eu égard à la coiffure et au maquillage chez un échantillon de jeunes de 9-14 ans. La façon dont on se présente aux autres et l’obsession de l’apparence apparaissent sans surprise chez les filles, pour qui l’accès au maquillage et au vernis à ongle se fait progressivement sous le contrôle de la famille, dès l’âge de 11 ans, puis hors du milieu familial vers 13 ans. Mais, plus original, les jeunes garçons n’échappent pas complètement à ces préoccupations et se montrent en particulier très soigneux concernant leur coiffure. Au-delà des différenciations sociales qui existent en la matière, il semble bien qu’il y ait là un enjeu d’individualisation, crucial à cet âge de la vie. Mais la dissymétrie fille-garçon apparaît déjà, les filles étant exposées au risque d’être jugée « trop » (trop mûre, trop féminine) quand elles se maquillent alors que jamais les garçons ne sont stigmatisés comme « trop virils »…

10Au total, cet ouvrage qui s’efforce de croiser âge, sexe et pays d’appartenance ou d’origine, atteste de la fécondité d’une certaine intersectionnalité, une démarche semble-t-il assez nouvelle chez les démographes, dont on voit aussi clairement les incidences politiques dans les pays dits du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, Gilles Pison (dir.), Être fille ou garçon. Regards croisés sur l’enfance et le genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23137

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page