Navigation – Plan du site

Michael J. Lynch, Paul B. Stretesky, Michael A. Long, Defining Crime. A Critique of the Concept and Its Implication

Alexis Servoin
Defining Crime
Michael J. Lynch, Paul B. Stretesky, Michael A. Long, Defining Crime. A Critique of the Concept and Its Implication, New York, Palgrave Macmillan, 2015, 194, EAN : 9781137479341.
Haut de page

Texte intégral

1La question de la définition du crime n’a de cesse de hanter le chercheur s’intéressant aux phénomènes criminels. En s’attelant à cette question, les auteurs relèvent une véritable gageure conceptuelle. Issus du mouvement de la criminologie critique, Michael Lynch, Paul Stretesky et Michael Long se sont essentiellement fait connaître pour leurs travaux relatifs à la criminologie « verte » qui mobilise les outils théoriques de la criminologie pour étudier les atteintes à l’environnement. Defining Crime s’ouvre en évoquant John Robertson qui appelait en 1847 à asseoir la définition du crime avant d’établir une science du crime. Les auteurs font ainsi remarquer que, sur près de deux siècles, le débat autour de la question du crime s’est focalisé sur la distinction entre mala in se, les actes mauvais en soi, et mala prohibita, les actes que l’État définit comme mauvais. Si la définition du crime comme violation du droit pénal fait consensus parmi les chercheurs, les auteurs déplorent qu’une science objective sur le crime soit tributaire de la volonté arbitraire des législateurs.

2Le chapitre 3 énumère ainsi les raisons qui font que la définition pénale du crime manque d’objectivité (p.53) : le droit pénal, dans sa construction, dépend d’intérêts économiques ; la qualification d’un crime peut varier dans le temps et l’espace ; on manque de critères pour identifier la nature des comportements criminalisés ; il n’y a pas d’indicateur permettant d’évaluer que le droit pénal est le reflet d’une opinion publique ; enfin, les classes populaires sont plus susceptibles que les classes plus aisées de faire l'objet d'un contrôle social à travers l’élaboration du droit et la criminalisation de certains comportements. Le chapitre 4 s’intéresse au rapport que la science entretient avec l’idée de crime et remet en cause la validité scientifique des recherches sur les causes du crime en soulignant que les études devraient être de nouveau réalisées avec un concept de crime scientifiquement viable et homogène à travers le temps et l’espace (p. 70). Le refus d’une définition du crime comme violation du code pénal revient dans le chapitre 5, notamment à travers la critique des enquêtes de délinquance auto-reportées qui tendraient à sous-estimer le crime, les individus n’ayant pas forcément conscience, par leur méconnaissance du droit, d’être engagés dans des comportements criminels (p. 89).

  • 1 Notre traduction.

3Le chapitre 7 propose enfin une définition du crime. Les auteurs la nomment 1.0, à la manière des logiciels, faisant ainsi invitation aux autres chercheurs de s’en saisir et de l’améliorer. Cette définition du crime repose sur trois énoncés : « 1. Le crime désavantage les autres en les empêchant de maintenir leur santé ou leur qualité de vie. 2. Les crimes impliquent l’usage de l’expropriation, de la ruse, de la tromperie ou de la force en vue de permettre au criminel de prendre possession de la propriété, des ressources monétaires et financières ou des droits de propriété d’autrui. 3. Les crimes peuvent être commis par des États et sont, dans ce cas, légalement reconnus par les Nations-Unies comme des entités organisationnelles nuisant à d’autres États, à leurs représentants ou aux droits des citoyens »1 (p. 124). Les auteurs expliquent ensuite longuement ce qui a motivé le choix de chaque mot de cette définition. Le premier énoncé met ainsi l’accent sur le dommage causé par le crime sur la victime. Ce dommage peut-être physique et engendré par la violence, mais il peut également être de nature économique et/ou matérielle et porter sur la propriété. L’usage du verbe « désavantager » met l’accent sur le coût des dommages, qui défavorise la victime vis-à-vis des autres individus dans sa capacité à se protéger et à maintenir son niveau de vie. Le deuxième énoncé met l’accent sur les moyens de la commission du crime : ceux-ci peuvent être physiques, impliquant l’usage violent de la force, mais ils peuvent également relever de la ruse et de la tromperie. Enfin, le troisième énoncé souligne que les États eux-mêmes, pourtant considérés comme ceux qui édictent la frontière entre ce qui est criminel et ce qui ne l’est pas, peuvent adopter des comportements criminels contraires aux droits de l’homme, y compris sur leur propre territoire.

  • 2 Voir à ce sujet Tierney John, Criminology, theory and context, Harlow, Pearson Longman, 2006.

4On peut relativiser cette définition en soulignant que, mettant l’accent sur les droits du citoyen et de la liberté à disposer de sa vie, elle ne saurait s’appliquer qu’aux sociétés démocratiques dont la pierre angulaire est l’autonomie de l’individu. Les sociétés hétéronomes, fonctionnant selon une Loi qui leur est extérieure et transcendante, n’objectivent pas le crime de la sorte puisqu’il relève pour elles de l’arbitraire de l’entité extérieure ou de ses représentants. On déplore également le manque de contextualisation théorique qui risque de rendre l’ouvrage difficile aux néophytes intéressés par cette question : les auteurs et les courants sont fortement mobilisés au fil des pages sans être réellement replacés dans leurs contextes, critique ou mainstream2. Néanmoins, par la déconstruction méticuleuse d’une certaine idée du crime qu’il opère et par la définition qu’il propose, cet ouvrage est un stimulant apport dans le débat criminologique. À charge pour le lecteur de poursuivre ce travail de définition.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction.

2 Voir à ce sujet Tierney John, Criminology, theory and context, Harlow, Pearson Longman, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Servoin, « Michael J. Lynch, Paul B. Stretesky, Michael A. Long, Defining Crime. A Critique of the Concept and Its Implication », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23146

Haut de page

Rédacteur

Alexis Servoin

Étudiant en master 2 « études et recherches en sociologie » à Paris 10.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page