Navigation – Plan du site

Gilles Monceau (dir.), Enquêter ou intervenir. Effets de la recherche socio-clinique

Sophie Maunier
Enquêter ou intervenir ?
Gilles Monceau, Enquêter ou intervenir ?, Nîmes, Editions Champ Social, 2017, 160 p., ISBN : 979-10-346-0022-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Monceau Gilles (dir.), L’analyse institutionnelle des pratiques. Paris, L’Harmattan, 2012.

1L’ouvrage dirigé par Gilles Monceau examine les effets des « interventions » des chercheurs sur leur terrain l’enquête. En dépit de ce que suggère le titre, les contributeurs ne s’inscrivent pas tous dans le courant de la recherche socio-clinique, ni dans la perspective de l’analyse institutionnelle, qui ont déjà fait l’objet d’un autre ouvrage dirigé par Gilles Monceau1. Toutefois, ils ont tous mis en place, à l’occasion de leurs enquêtes de terrain, des dispositifs visant à transformer les pratiques sociales étudiées. Comme l’indique Monceau en introduction : « enquêter c’est alors intervenir » (p. 15). Les textes de cet ouvrage présentent ainsi un éventail très diversifié d’interventions, réalisées par des chercheurs issus de différentes disciplines (sciences de l’éducation, sciences infirmières, sociologie, psychologie et anthropologie), à l’occasion d’enquêtes conduites dans trois pays (France, Brésil et Canada), dans trois domaines d’étude (l’éducation, la santé et le social), et auprès de populations diverses (patients, parents ou professionnels). L’objectif de l’ouvrage, à travers le retour sur ces pratiques d’interventions, est « d’analyser la manière dont les pratiques de recherche transforment les situations étudiées » (p. 15).

2La première partie regroupe cinq contributions, qui rappellent que les interactions avec les enquêtés induisent souvent des transformations graduelles, voire la révision plus ou moins profonde des dispositifs de recherche initiaux. Ainsi, Patricia Bessaoud-Alonso décrit les effets d’une recherche, dont l’objectif est de favoriser la réussite scolaire de tous les enfants dans une municipalité du centre-ouest de la France. A travers leur intervention, les chercheurs ont tenté d’organiser la collaboration entre parents et professionnels de l’éducation. Pour y parvenir, ils ont organisé huit groupes de parole entre novembre 2011 et juin 2012. Mais la forme même des ateliers a parfois suscité la défiance des enquêtés. Ces tensions ont conduit les chercheurs à modifier leur manière d’animer les ateliers et d’organiser la prise de parole. Toutefois, l’auteure conclut qu’au terme de l’intervention, la « frontière infranchissable » qui sépare les discours des parents et des professionnels ne s’est pas résorbée (p. 27).

3La deuxième partie, composée de cinq contributions, est consacrée aux dispositifs de recherche comme moyens de révéler les rapports de pouvoir implicites à l’œuvre au sein d’une institution. Par exemple, la recherche, menée entre 2010 et 2011, de Claudia Maia Filgueiras Penido, a pour objectif d’analyser les relations d’une équipe en santé mentale (psychologues et psychiatres) et de professionnels (infirmiers, médecins généralistes et agents communautaires) au sein des « Équipes de Santé de la Famille », qui organisent l’offre de soin à l’échelle locale au Brésil. Les groupes de discussion ont montré que les conflits entre les équipes étaient monnaie courante, mais aussi que, la plupart du temps, ces conflits ne faisaient pas l’objet de confrontations ouvertes entre les équipes. Les groupes de discussion ont permis de mettre à plat des croyances de chacun et de ce fait de déstabiliser « l’institué », c’est-à-dire les normes, les pratiques et les rapports de pouvoir entre équipes. Pour l’auteure, la recherche a ainsi contribué à « stimuler une négociation plus horizontale dans la conduite du travail entre équipes » (p. 97).

4La dernière partie s’attache, à travers quatre contributions, à présenter une réflexion générale sur les effets politiques, épistémologiques et méthodologiques des recherches tant sur les chercheurs, que sur les enquêtés et leur environnement institutionnel. Entre autres, Pascale Breugnot et Dominique Fablet, après avoir rappelé le sens de la distinction entre recherche d’une part, et intervention et formation d’autre part, soulignent la complémentarité de ces deux domaines et décrivent les modalités concrètes de la combinaison entre recherche et intervention, dans la collecte et l’analyse des données, mais aussi dans l’élaboration de projets et la formation de futurs professionnels.

  • 2 Rochex Jean-Yves, « Approches cliniques et recherche en éducation », Recherche et formation [En lig (...)

5Les textes rassemblés dans cet ouvrage donnent ainsi un aperçu particulièrement diversifié d’interventions et d’expériences de chercheurs et de chercheurs-praticiens. Cependant, cette apparente richesse s’avère être un point faible. L’ouvrage est relativement court (170 pages) et, outre l’introduction et la conclusion, il est composé de quatorze contributions, qui ne comptent jamais plus de dix pages, ce qui ne laisse guère de place à la précision. Sur le plan empirique, les descriptions restent très générales, et peu d’informations sont données concernant par exemple les contextes institutionnels, organisationnels ou situationnels. De même, les propriétés du dispositif d’enquête retenu (combien de participants, critères de sélection de ces derniers, absence de justification des outils de production de données utilisés, etc.) sont rarement discutées. Sur le plan théorique, il aurait été appréciable de rappeler, pour les non-initiés, et ce dès l’introduction, certaines définitions de concepts, qui sont propres à l’analyse institutionnelle. Cela aurait sans doute atténué l’allure un peu jargonneuse de certains textes, comme celui de Arnaud Dubois, qui écrit, sans avoir précisé au préalable le sens des termes utilisés : « nous comprenons l’implantation de cette politique publique dans chacun des établissements comme un processus d’institutionnalisation dans lequel des forces instituées et instituantes coexistent, de manière processuelle et dynamique » (p. 60). De même, des généralisations abusives émaillent plusieurs textes, tel celui de Silvia Tedesco, dans lequel on peut lire : « on sait que les sciences humaines et les sciences de la santé (la psychologie, la psychiatrie, et d’autres discours des professionnels de la santé) servent de techniques auxiliaires pour contribuer à la soumission de tous à un modèle unique de santé » (p. 150, souligné par nous). Outre le réductionnisme induit par l’utilisation de l’article défini, qui laisse entendre que les disciplines mentionnées sont homogènes, cet extrait est également représentatif du brouillage des limites entre recherche et pratique professionnelle, qu’assume d’ailleurs Monceau, avec, rappelons-le, son « enquêter, c’est alors intervenir » (cf. supra). Ce dernier point mériterait pourtant un approfondissement, car il nous semble que les auteurs ont éludé une question épistémologique nodale : la démarche d’intervention est-elle du même ordre que la démarche de recherche ? Les savoirs professionnels qui se dégagent d’une intervention et les savoirs scientifiques produits par la recherche sont-ils du même ordre ? Le praticien, est-il un chercheur ? Ne convient-il pas de distinguer ces deux rôles, s’ils sont parfois incarnés par une seule personne ? En effet, comme le rappelle Jean-Yves Rochex2, l’objectif du praticien est de modifier des situations par la mise en place de dispositifs qui permettent une co-élaboration de sens entre les personnes impliquées ; de ce fait, l’intervention est orientée vers les sujets et sa temporalité est réduite à son déroulement. En revanche, le chercheur, même en s’appuyant sur les données produites lors de l’intervention, s’adresse avant tout à d’autres chercheurs afin de présenter une construction de connaissances devant respecter des critères de scientificité propres à sa démarche. Or, les contributions de cet ouvrage se réduisent trop souvent à des comptes rendus de ce que faisaient les praticiens observés, de ce qu’ont appris les sujets au cours des interventions : cela ne correspond pas à une démarche scientifique, par laquelle in fine le chercheur confronte sa construction théorique, élaborée à partir de données empiriques, à celle d’autres chercheurs.

6Par ailleurs, alors que des auteurs revendiquent leur intervention et la considèrent comme allant de soi, ce qui est déjà problématique, il est dommage que la réflexion ne se soit pas davantage portée et approfondie sur la posture du chercheur, ne serait-ce que pour interroger la proximité/distanciation avec les sujets et les institutions enquêtés. Les questions éthiques sont finalement peu abordées, ou sous le seul angle de l’obligation au Canada de faire une demande de certificat éthique pour toute recherche envisagée (Soulière), ce qui est plutôt superficiel. D’autres éclairages font défaut, comme le souligne d’ailleurs Bruno Robbes dans une conclusion plutôt déroutante, tant elle constitue une lecture critique des contributions plutôt qu’une conclusion sur les thématiques soulevées. Manquent ainsi des questionnements sur la surimplication ou le surinvestissement du chercheur dans son activité, qui risque de conforter son pouvoir-savoir au lieu de le remettre aux acteurs sur le terrain : les chercheurs n’analysent pas leur propre pouvoir auprès des sujets. Ajoutons une question : les recherches-interventions sont-elles émancipatrices ou ne légitiment-elles pas la logique de la nouvelle gestion publique qui pousse à la performance et l’efficacité au prisme d’indicateurs quantitatifs ?

7En conclusion, Enquête ou intervenir est un ouvrage utile pour les praticiens ou les chercheurs-apprentis qui auront ainsi sous la main une description des dispositifs d’intervention possibles et des changements de pratiques qui en résultent. Mais il ne satisfera pas les chercheurs plus aguerris, en quête d’une réflexion plus approfondie sur le plan épistémologique, méthodologique et éthique.

Haut de page

Notes

1 Monceau Gilles (dir.), L’analyse institutionnelle des pratiques. Paris, L’Harmattan, 2012.

2 Rochex Jean-Yves, « Approches cliniques et recherche en éducation », Recherche et formation [En ligne], 65, 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rechercheformation.revues.org/165

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Gilles Monceau (dir.), Enquêter ou intervenir. Effets de la recherche socio-clinique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23149

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page