Navigation – Plan du site

Cyrille Ferraton, Ludovic Frobert, Introduction à Albert O. Hirschman

Benoit Saint-Cast
Introduction à Albert O. Hirschmann
Cyrille Ferraton, Ludovic Frobert, Introduction à Albert O. Hirschmann, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, 125 p., ISBN : 9782707189028.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La plus haute récompense du Social Science Research Council ». Voir le site internet du SSRC : ht (...)
  • 2 Ferraton Cyrille, Frobert Ludovic, L’Enquête inachevée : Introduction à l’économie politique d’Albe (...)
  • 3 Adelman Jeremy, Worldly Philosopher. The Odyssey of Albert O. Hirschman, Princeton, Princeton Unive (...)

1En 2007, le Social Science Research Council à New York a créé le « prix Albert O. Hirschman »1, une consécration posthume de l’intellectuel, qui a lui-même plusieurs fois été proposé pour le prix d’économie de la Banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel sans jamais le recevoir. Ironie ou revanche de l’histoire, cette anecdote témoigne à la fois de la reconnaissance internationale de l’œuvre d’Hirschman et de son caractère inclassable et subversif. Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert en font le constat au début de leur livre. Cet ouvrage de synthèse est autant une introduction à l’œuvre du socio-économiste américain d’origine allemande qu’une invitation à la (re)lire et à continuer d’en exploiter les potentialités heuristiques. Les auteurs, tous deux économistes et historiens de l’économie, ont déjà publié en 2003 un livre sur l’économie politique d’Hirschman2. Mise à jour, la bibliographie du présent ouvrage comprend des travaux plus récents, notamment la biographie d’Hirschman par Jeremy Adelman3, professeur d’histoire à l’Université de Princeton. Court et accessible, ce livre peut intéresser aussi bien les étudiants que les chercheurs qui désirent se familiariser avec un auteur qui a marqué de nombreux domaines des sciences sociales et dont les travaux, plutôt que d’être pris isolément, gagnent à être resitués au sein d’une trajectoire scientifique singulière.

2Le premier chapitre biographique revient sur le parcours d’Albert Hirschman (1915-2012) : issu d’une famille juive de Berlin, il passe sa jeunesse à travers l’Europe de l’Ouest, entre études d’économie et luttes politiques contre le nazisme et le fascisme italien, avant de s’exiler en 1941 aux États-Unis. Après la guerre, il mène ses recherches dans le domaine de l’économie du développement dont il est un des pionniers, mais ce sont ses essais aux frontières de l’économie, de la sociologie et de la science politique qui lui valent une reconnaissance internationale à partir de 1970. Débutant tardivement, en 1956, une carrière académique, il a travaillé aux universités de Yale, Columbia, Harvard, et finalement à l’Institute for Advanced Study de Princeton de 1974 à 1985.

3Les chapitres suivants sont consacrés à quatre moments de l’itinéraire intellectuel d’Hirschman et s’arrêtent sur ses principales publications : ses travaux en économie du développement qui ont surtout porté sur l’Amérique latine (chapitre II) ; le tournant constitué par la publication en 1970 d’Exit, Voice and Loyalty, qui ouvre une vaste enquête sur les modes d’action collective (chapitre III) ; ses travaux ultérieurs sur les liens entre intérêts privés et action publique (chapitre IV) ; enfin, ses dernières recherches sur la rhétorique réactionnaire et l’intransigeance (chapitre V). Au fil du texte, Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert éclairent les traits originaux du parcours et de l’œuvre de l’auteur. On s’arrêtera ici sur trois éléments qui ont attiré notre attention à la lecture de l’ouvrage.

  • 4 Ferraton Cyrille, Frobert Ludovic, op. cit.

4D’abord, un des intérêts du livre est de mettre en évidence les continuités et les articulations entre les enquêtes d’Hirschman sur le développement et ses travaux ultérieurs – tel était déjà l’objet de la précédente publication des auteurs4. L’économie du développement, qui connaît son essor dans le contexte de la décolonisation et de la guerre froide entre 1945 et les années 1960, s’intéresse aux problèmes structurels (pauvreté, absence ou défaut de services publics, manque d’infrastructures, etc.) et aux conditions de la croissance économique dans les pays en développement. L’enjeu de ce nouveau domaine économique est de proposer des solutions concrètes pour favoriser la croissance à partir de l’analyse empirique des situations de sous-développement. Par ses positions dissidentes, Hirschman se démarque rapidement de deux approches opposées et néanmoins dominantes : la première fait reposer le développement sur les ajustements opérés par les mécanismes de marché et le système des prix ; la seconde insiste sur le rôle planificateur du pouvoir central. Partant de ses observations sur la Colombie dans The Strategy of Economic Development (1958), Hirschman défend le principe de « croissance non équilibrée » qui prend le contrepied d’un dogme alors largement partagé par les économistes. Selon lui, conserver voire renforcer des déséquilibres entre des secteurs permet de stimuler les décisions d’investissements induites – c’est-à-dire suscitées indirectement – et les pressions politiques sur les autorités responsables pour exiger un bien ou un service. Il préconise par exemple un développement par insuffisance d’infrastructures, alors que celles-ci sont considérées comme des prérequis au développement et bénéficient de grands projets d’investissement dans les énergies ou les transports, qui se révèlent parfois inadaptés. Face aux problèmes spécifiques des économies sous-développées, Hirschman marque sa préférence pour ce qui stimule les initiatives et les décisions autonomes des individus ou des collectivités.

5Les premières recherches de Hirschman posent les jalons d’une réflexion sur les modes d’action qu’il développe dans Exit, Voice and Loyalty (1970), où il affiche sa volonté de lier étroitement économie et politique. Son audience excède dès lors largement les spécialistes de l’économie du développement. Hirschman part de son étude des services ferroviaires nigérians menée dans Development Project Observed (1967) : la concurrence était inefficace à améliorer la qualité dégradée du service, qui était très subventionné par les pouvoirs publics, car les usagers se tournaient vers d’autres moyens de transport. Hirschman met alors en évidence que des mobilisations collectives (voice) peuvent avoir dans certains cas une plus grande efficacité dans l’amélioration d’un bien ou d’un service que le mécanisme concurrentiel, qu’il identifie à une défection (exit) de la part des usagers ou des consommateurs. Le chapitre consacré à cet ouvrage aborde les retouches qu’Hirschman a apporté à sa théorie au fil de ses recherches ultérieures, qui apparaissent comme « des tentatives en vue de réhabiliter l’action collective et de proposer des alternatives théoriques à l’approche de l’action rationnelle intéressée » (p. 52). Par exemple, l’étude de la pensée politique et économique des XVIIe et XVIIIe siècles dans Passions and Interests (1977) poursuit des réflexions déjà engagées dans ses travaux sur le développement : la capacité d’adaptation des sociétés face aux changements ainsi que la corrélation entre développement politique et progrès économique. S’opposant à la thèse de Max Weber sur le rôle de l’éthique protestante dans le développement du capitalisme, Hirschman met en évidence que la valorisation du commerce et des intérêts privés comme facteur d’apaisement des mœurs et de progrès de la société a constitué un processus endogène en Occident lié à l’épuisement de l’idéal aristocratique entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Les auteurs éclairent les parentés entre les travaux d’Hirschman et montrent la construction d’une pensée à l’intersection de l’économie, de la sociologie, de l’histoire des idées et des études politiques.

  • 5 L’analyse contrefactuelle consiste à prendre le détour de possibles non-advenus pour comprendre l’a (...)

6En second lieu, le livre éclaire un trait original de la pensée d’Hirschman, que ce dernier qualifie de « possibilisme » dans l’introduction de A Bias for Hope (1971) : le fait de considérer que le changement social n’est pas réductible à des lois et des déterminations préalables mais procède de situations singulières dont les possibilités de combinaison sont très variées. D’un point de vue méthodologique, il en découle une attention portée à l’échelle microsociale sur des phénomènes sociaux, économiques ou politiques singuliers, voire uniques. Hirschman reproche aussi bien aux économistes orthodoxes qu’aux économistes du développement leur excès de théorie, qui fait abstraction de la réalité et ignore la spécificité des situations locales. Aussi refuse-t-il de réduire l’économie du développement à la définition de conditions préalables et nécessaires à la croissance. Comme le soulignent les auteurs, la méthode induite par le possibilisme d’Hirschman s’approche du raisonnement historique. À certains égards, elle n’est pas sans faire penser à l’analyse contrefactuelle utilisée en histoire part du constat que les évènements historiques auraient pu prendre un autre tour et résistent au déterminisme5.

  • 6 Hirschman Albert O., A Bias for Hope. Essays on Development and Latin America, New Haven, Yale Univ (...)
  • 7 Hirschman Albert O., A Propensity to Self-Subversion, Cambridge, Harvard University Press, 1995. Tr (...)

7D’un point de vue politique, son possibilisme est revendiqué comme « un moyen de défendre les droits d’un avenir ouvert [non-projected future] »6. Ce plaidoyer se retrouve dans The Rhetoric of Reaction, publié en 1991 dans un contexte de retour en force des conservateurs aux États-Unis. Hirschman identifie trois arguments mobilisés depuis la fin du XVIIIe siècle dans les discours réactionnaires. Selon cette rhétorique, le changement politique ou social aurait des conséquences non souhaitables sur la collectivité (argument de l’effet pervers), serait chimérique et irréalisable (argument de l’inanité) ou risquerait de remettre en cause les acquis (argument de la mise en péril). L’argument réactionnaire de l’effet pervers présente par exemple les aides sociales comme des incitations à la paresse et donc à la pauvreté. Hirschman défend a contrario l’idée que l’incertitude des conséquences de l’action humaine n’est pas un obstacle au changement social, pas plus qu’à la connaissance des sociétés. Les travaux d’Hirschman se présentent dès lors comme des illustrations de ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle des individus et des collectivités, dans le cadre général d’une recherche, selon l’expression d’Hirschman, des « micro-fondements d’une société démocratique »7.

8C’est finalement le portrait d’une figure singulière de chercheur que dresse le livre. Hirschman n’a cessé d’interroger les méthodes, les fins et le rôle politique des sciences sociales. Les auteurs rappellent à plusieurs reprises le caractère déterminant de son expérience du nazisme – engagé dans les jeunesses socialistes, Hirschman a mené des activités illégales de contre-propagande – et de sa rencontre d’Eugenio Colorni, philosophe italien anti-fasciste. La pensée libre, sceptique et tournée vers l’action de Colorni et sa défiance à l’égard des systèmes théoriques totalisants ont été un modèle pour lui. Dans ses premiers travaux, Hirschman critique vertement la posture d’expert adoptée par certains économistes. Il leur reproche leur tendance à s’approprier le savoir sur le monde social et l’excès de confiance qu’ils accordent aux remèdes qu’ils prescrivent. De manière similaire, dans The Rhetoric of Reaction, Hirschman dénonce les excès de la rhétorique progressiste qui consistent à présenter le changement social comme nécessaire ou à ignorer ses possibles conséquences négatives. Le retournement qu’il opère dans cet ouvrage, en critiquant en retour l’intransigeance des progressistes – auxquels il s’identifie –, témoigne d’ailleurs de l’éthique de recherche d’Hirschman. Le penchant à l’auto-subversion dont il se réclame dans ses mémoires (A Propensity to Self-Subversion, 1995) se traduit justement par son souci permanent de mettre à l’épreuve et de soumettre à la discussion les fins et les moyens de la recherche.

9La principale qualité du livre de Cyrille Ferraton et de Ludovic Frobert est de restituer l’œuvre d’Hirschman dans sa globalité. Si certains passages sont d’un abord un peu ardu en raison de la densité et du format synthétique de l’ouvrage, le souci de clarté des auteurs rend la lecture aisée. L’explication des textes majeurs du penseur, les références intertextuelles régulières et les encadrés permettent d’apprécier la créativité théorique et le cheminement intellectuel d’Hirschman. On peut donc se réjouir de sa parution de l’ouvrage de Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert, qui fournit une base solide pour aborder la pensée et les travaux d’Albert Hirschman et faciliter ainsi l’accès à une œuvre qui n’a rien perdu de son actualité.

Haut de page

Notes

1 « La plus haute récompense du Social Science Research Council ». Voir le site internet du SSRC : http://www.ssrc.org/fellowships/view/the-albert-o-hirschman-prize/#overview.

2 Ferraton Cyrille, Frobert Ludovic, L’Enquête inachevée : Introduction à l’économie politique d’Albert Hirschman, Paris, Presses universitaires de France, 2003.

3 Adelman Jeremy, Worldly Philosopher. The Odyssey of Albert O. Hirschman, Princeton, Princeton University Press, 2013.

4 Ferraton Cyrille, Frobert Ludovic, op. cit.

5 L’analyse contrefactuelle consiste à prendre le détour de possibles non-advenus pour comprendre l’agencement des causes d’un événement passé. Ce type de raisonnement connaît aujourd’hui un regain d’intérêt. Voir notamment : Deluermoz Quentin, Singaravélou Pierre, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Seuil, 2016.

6 Hirschman Albert O., A Bias for Hope. Essays on Development and Latin America, New Haven, Yale University Press, 1971, p. 37. La traduction est des auteurs.

7 Hirschman Albert O., A Propensity to Self-Subversion, Cambridge, Harvard University Press, 1995. Traduction française : Un certain penchant à l’auto-subversion, Paris, Fayard, p. 195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Saint-Cast, « Cyrille Ferraton, Ludovic Frobert, Introduction à Albert O. Hirschman », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 26 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23152

Haut de page

Rédacteur

Benoit Saint-Cast

Agrégé d'histoire, doctorant en histoire moderne à l'Université Lyon-2 Lumière et au LARHRA (UMR 5190 CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page