Navigation – Plan du site

Émilie Aunis, Joachim Benet, Arnaud Mège, Isabelle Prat (dir.), Les territoires de l’autochtonie. Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local »

Hugo Juskowiak
Les territoires de l'autochtonie
Émilie Aunis, Joachim Benet, Arnaud Mège, Isabelle Prat (dir.), Les territoires de l'autochtonie. Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du "local", PU Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2016, 142 p., ISBN : 978-2-7535-4888-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bozon Michel et Chamboredon Jean-Claude, « L’organisation sociale de la chasse en France », Ethnolo (...)
  • 2 Retière Jean-Noël, Identités ouvrières. Histoire d’un fief ouvrier en Bretagne, 1909-1990, Paris, L (...)
  • 3 Renahy Nicolas, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Reg (...)
  • 4 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.
  • 5 Wagner Anne-Catherine, « Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures  (...)

1Inspiré par les travaux de Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon1, la notion de « capital d’autochtonie » prend corps sous la plume de Jean-Noël Retière2 dans sa thèse sur les ouvriers de Lanester, dans les années quatre-vingt-dix. Ce concept, que Nicolas Renahy3 définit comme « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisés » (p. 11), connaît actuellement un regain d’intérêt, en raison du regard nouveau que portent les chercheurs sur l’autochtonie notamment dans le monde du travail. En effet, alors qu’un « nouvel esprit du capitalisme »4, tend à faire de la mobilité – entendue comme synonyme de dépaysement, de déracinement, bref, d’allochtonie – un levier incontournable pour favoriser l’employabilité, des chercheurs comme Anne-Catherine Wagner5, par exemple, affirment au contraire que « la mobilité n’est pas incompatible avec certains modes d’enracinement locaux et avec l’accumulation de ressources d’autochtonie » (p. 10). Dans cette lignée, l’ouvrage ici présenté, issu d’un colloque organisé par le Groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (GRESCO) en mai 2013, regroupe des contributions de jeunes chercheurs qui montrent que « venir d’ici » ou « être du coin » peut constituer une ressource pour les individus, autorisant des formes de reconnaissance et de pouvoir.

2Dans le premier article, Louis Jesu analyse comment le hip-hop s’est renouvelé depuis les années 2000, sous l’influence d’une évolution de ses modes de pratique, de ses lieux et de son public. La démocratisation puis la massification et la diversification de cette activité entraînent alors une « concurrence accrue pour l’accès aux ressources traditionnelles (locaux, subventions, positions) », à la diffusion des œuvres et aux possibilités de professionnalisation (p. 30). Tous les acteurs ne réagissent pas de la même manière à cette refonte des règles du jeu et l’auteur illustre cela en prenant appui sur la manière dont deux groupes de rappeurs répondent à un projet de collaboration avec le conservatoire municipal. Alors que tous sont des jeunes « du cru » et « possèdent des ressources d’autochtonie à l’état latent », certains (les plus dotés en capitaux culturels et économiques) s’engagent dans la coopération alors que d’autres investissent des comportements « de bande » destinés à marquer une distance avec les musiciens classiques du conservatoire (p. 30). L’article montre alors de quelle manière certains acteurs des quartiers populaires étudiés usent de leurs ressources d’autochtonie pour la défense de leur légitimité face à l’intrusion d’éléments jugés comme étrangers dans leur espace local.

3Le second article, écrit par Clémentine Comer, met en évidence une autre forme d’expression du capital d’autochtonie en s’intéressant aux processus qui amènent des femmes d’agriculteurs à intégrer les conseils municipaux des communes rurales où elles habitent. En règle générale, ces femmes ne sont ni personnellement, ni directement insérées dans des pratiques professionnelles agricoles. Et elles ne sont pas non plus originaires de la commune dans laquelle se situe l’exploitation. Elles ne remplissent donc pas, a priori, les conditions nécessaires pour faire valoir auprès des habitants des racines locales facilitant leur élection au conseil municipal. L’auteur analyse alors la façon dont ces femmes développent une ressource d’autochtonie « nourrie dans l’engagement associatif, puis alimentée dans les groupes professionnels féminins, et parfois adossée à des compétences qu’elles ont héritées de leur activité professionnelle extra-agricole » (p. 38) pour faire leur place. Les pratiques agricoles sont également questionnées dans la troisième contribution proposée par Frédéric Nicolas. Face à la domination de l’agriculture productiviste, l’auteur montre comment des agriculteurs « partiellement désajustés » (p. 67), c’est à dire attachés à une agriculture « traditionnelle » sur de petites exploitations et refusant souvent la modernité, font jouer leur insertion locale pour survivre. « Ce travail de marquage symbolique » mis en place par les agriculteurs traditionnels leur permet de se distinguer de l’agriculture intensive tout en décrédibilisant les premiers agriculteurs biologiques, dont les origines sociales et géographiques sont extra-locales. Dans la même veine, l’article de Julien Gros questionne la structuration des groupes professionnels en discutant des modes de recrutement des bûcherons indépendants par l’Office national des forêts. L’analyse de cette sélection de travailleurs du bois indépendants met en évidence une similitude entre caractéristiques sociales des recrutés et celles des recruteurs (origine populaire en petite ascension sociale), ainsi que des interconnaissances étroites entre les deux parties. Pour l’employeur, ce mode de recrutement « permet de limiter le coût de la recherche d’information sur le travailleur » et « de maintenir un contrôle accru sur le travail et la réputation du prestataire » (p. 81). En contrepartie, la valorisation du capital d’autochtonie permet aux bûcherons concernés de se démarquer des autres travailleurs indépendants. Pour ceux qui en bénéficient, cette hiérarchisation du marché de la prestation forestière sur des critères d’autochtonie constitue une forme de sécurisation face à la précarité du marché du travail et leur assure également les chantiers les plus rémunérateurs et les moins pénibles.

4Fécond, le concept d’autochtonie peut également être mobilisé pour lire les activités militantes. C’est en ce sens qu’Arnaud Mège et Anne-Laure Pailloux analysent, dans la cinquième contribution de l’ouvrage, l’appropriation de l’autochtonie par les classes intermédiaires pour défendre leurs intérêts sur un territoire donné. À partir de trois cas singuliers, celui de Michel qui fait jouer une relation d’enfance pour son retour au village, celui de Marion qui développe des liens interpersonnels forts dans sa commune et celui de Solène qui se retrouve coupée de ses « amis décroissants » (p. 95) après un déménagement, le lecteur mesure mieux comment l’autochtonie peut constituer une ressource et comment l’insertion dans le « local » peut être utilisée par les « militants alternatifs pour la décroissance […] afin de rendre visible des discours et d’incarner des idées sans passer par les rouages politiques conventionnels et traditionnels » (p. 20).

5Les deux dernières contributions mettent en évidence la variabilité de la légitimité du capital d’autochtonie à la fois dans l’espace et dans le temps. Anaïs Malié, étudiant les pratiques alimentaires qui se développent dans la petite ville de Montens, montre que si tou(te)s les habitant(e)s sont convaincus de l’intérêt de consommer des produits locaux, c’est la définition du « local » qui pose problème. En effet, les jeunes actifs appartenant aux catégories sociales les plus aisées se fournissent chez le « couple installé en bio en polyculture élevage » à plusieurs kilomètres du village, autrement dit dans un nouveau lieu d’approvisionnement, alors que les clients d’origine plus modeste se tournent davantage vers « la maraîchère qui travaille bien » ou « le voisin dont le fils est agriculteur » et ancrent alors leur consommation « dans des réseaux locaux d’interconnaissances et une connaissance de l’histoire du pays » (p. 109). L’auteure montre ainsi que la définition légitime du « local » est géographiquement mais surtout socialement située et qu’elle représente un enjeu de lutte majeur pour les groupes sociaux en interaction. Vincent Baggioni quant à lui remet en cause l’approche traditionnelle qui oppose ceux qui possèdent le capital et ceux qui en sont dépourvus. Sa lecture des résultats aux élections municipales dans la commune de Mongène montre la diversité des formes que peut prendre le capital d’autochtonie dans le temps. Si, il y a quarante ans, le capital d’autochtonie d’un individu reposait essentiellement sur sa lignée familiale ou sa propriété foncière, il dépend aujourd’hui davantage de son réseau d’interconnaissance et de sa notoriété publique. Au travers de l’exemple de l’implantation d’un parc éolien, l’auteur montre que cette dimension diachronique se double d’une lecture synchronique à travers l’opposition entre « pro » et « anti », qui révèle des enjeux de domination sur le territoire et des oppositions entre groupes sociaux.

6En naviguant du rural à l’urbain ou des milieux populaires aux catégories sociales les plus aisées, l’ouvrage démontre que le concept de capital d’autochtonie peut être mobilisé dans un ensemble varié de contextes pour éclairer des luttes entre groupes sociaux désireux d’accéder au pouvoir symbolique ou institutionnel. Si être « local », c’est être inséré dans des réseaux d’interdépendances locaux (politiques, économiques, solidarité, amicaux, associatif) qui favorisent certaines normes et certains comportements, ce caractère reste labile puisque ces réseaux sont en perpétuelle (re)composition. Pour mieux cerner les ressources et les contraintes qui pèsent sur les trajectoires des acteurs, il faut alors partir de ce qu’ils disent, de leur rapport au lieu, du sens qu’ils accordent aux pratiques, bref de « leur vision du monde » (p. 130), ce qui induit deux conséquences. La première concerne le chercheur qui, au niveau méthodologique, comprend que la qualité d’un travail passe par des enquêtes de terrain de longue durée et en immersion. La seconde concerne le citoyen qui prend conscience que le territoire représente « un potentiel lieu de réalisation d’opportunités politiques » (p. 130).

Haut de page

Notes

1 Bozon Michel et Chamboredon Jean-Claude, « L’organisation sociale de la chasse en France », Ethnologie française, vol. X, n° 1, 1980, p. 65-88.

2 Retière Jean-Noël, Identités ouvrières. Histoire d’un fief ouvrier en Bretagne, 1909-1990, Paris, L’Harmattan, 1994.

3 Renahy Nicolas, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, p. 9-26.

4 Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

5 Wagner Anne-Catherine, « Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures », Regards sociologiques, n° 40, 2010, p. 89-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Juskowiak, « Émilie Aunis, Joachim Benet, Arnaud Mège, Isabelle Prat (dir.), Les territoires de l’autochtonie. Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 26 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23155

Haut de page

Rédacteur

Hugo Juskowiak

Hugo Juskowiak débute ses études universitaires à l'UFR STAPS (unité de formation et de recherche en sciences et techniques des activités physiques et sportives) de Liévin en2000. Après l'obtention du CAPEPS (certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive) en 2004 et d'un poste d'ATER (attaché temporaire d'enseignement et de recherche) en STAPS en 2008, il soutient, en 2011, une thèse de doctorat en STAPS intitulée Un pour mille. Éléments de sociologie de la formation au métier de footballeur sous la codirection de messieurs Didier Demazière et Williams Nuytens. Recruté en 2013 en tant que maître de conférences en STAPS à la Faculté des sports et de l'éducation physique de Liévin, il oriente actuellement ses travaux de recherche selon deux thématiques : la fabrication des élites sportives d'une part et le rôle de l'éducateur sportif dans la régulation des comportements déviants d'autre part.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page