Navigation – Plan du site

Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial

Alain Messaoudi
L'Algérie, terre de tourisme
Colette Zytnicki, L'Algérie, terre de tourisme. Histoire d'un loisir colonial, Paris, Vendémiaire, coll. « Empires », 2016, 275 p., ISBN : 978-2-36358-205-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’histoire du tourisme dans les colonies britanniques s’est développée plus précocement. Ces travau (...)
  • 2 Colette Zytnicki a codirigé avec Habib Kazdaghli une précédente publication sur ce thème, à l’échel (...)

1Avec L’Algérie, terre de tourisme, Colette Zytnicki nous offre un livre d’accès aisé, qui présente une synthèse informée sur un thème qui n’attire l’intérêt des historiens de langue française que depuis relativement peu de temps : le tourisme en situation coloniale1. Il se fonde sur une recherche de plusieurs années, entamée alors que les pratiques touristiques de l’époque coloniale pouvaient encore sembler constituer un objet mineur, superficiel, dans l’étude d’une société caractérisée par des rapports sociaux inégaux et une violence latente2. L’ouvrage entend aborder le tourisme comme un fait social total. Il se fonde donc sur des sources très diverses : récits de voyageurs et guides touristiques, qui nous renseignent sur les réalités matérielles et l’imaginaire du voyage, mais aussi archives publiques du Gouvernement général de l’Algérie et presse algérienne, qui permettent de reconstituer les politiques publiques engagées en faveur du développement touristique et d’aborder les dimensions économiques de celui-ci.

2L’ouvrage est articulé en six chapitres, selon un ordre à la fois chronologique et thématique. Les trois premiers (« Voyageurs, touristes et hiverneurs », « Le développement du tourisme » et « La création de stations à l’orée du désert » – en l’occurrence Biskra et Bou Saada) traitent de l’expansion touristique avant la Première Guerre mondiale. Les trois suivants abordent l’évolution du tourisme dans l’entre-deux-guerres, le développement du tourisme saharien, et les évolutions qui caractérisent le temps d’une « démocratisation des loisirs », après la Seconde Guerre mondiale. Plutôt que de proposer d’emblée une hypothèse directrice sur la fonction que remplirait le tourisme dans la société coloniale algérienne, l’ouvrage nous fait apercevoir ses différents aspects. Sans jamais s’appesantir, il aborde plusieurs questions importantes, tenant à la fois aux représentations et aux pratiques touristiques. Dans quelle mesure l’imaginaire touristique a-t-il contribué au développement d’un imaginaire colonial français ? Quel a été son impact sur la formulation d’une identité nationale algérienne ? Le développement des pratiques touristiques s’est-il accompagné de nouvelles interactions entre « Européens » et « indigènes » ?

  • 3 En témoignent les affiches touristiques reproduites dans Éric Jennings, Illusions d’empires. La pro (...)

3Le travail de Colette Zytnicki permet de nourrir le débat sur la culture et l’imaginaire coloniaux en France. Il rappelle que la promotion touristique a été un instrument de légitimation de l’appropriation coloniale devant l’opinion publique métropolitaine, en présentant celle-ci comme une œuvre de paix, en particulier après 19183. En affirmant la vocation touristique des rivages, des montagnes et des déserts, le discours colonial les transforme en espaces naturels, gomme leur histoire et neutralise leurs territoires.

4L’ouvrage permet aussi de nourrir une réflexion sur l’identité nationale algérienne et ce qu’elle doit à la période coloniale. Colette Zytnicki émet l’hypothèse que le mode de mise en valeur des lieux touristiques a pu contribuer à l’affirmation d’une algérianité, et lui donner une coloration particulière. Le discours touristique n’a-t-il pas mis l’accent sur l’africanité de l’Algérie (on pense à l’image de la silhouette du minaret de la mosquée de Ghardaïa), africanité qui avait l’avantage d’être inclusive, contrairement à des discours identitaires arabe ou européen ? Certains lieux, comme par exemple le désert saharien, objet de promotion touristique après la Première Guerre mondiale, se sont ainsi trouvés investis d’une forte charge symbolique.

5Le tourisme a aussi contribué à la formulation d’une identité nationale en participant au développement d’une politique patrimoniale qui a concerné non seulement des monuments du passé antique et médiéval, vestiges de l’empire romain exhumés ou redécouverts, mais aussi des mosquées anciennes qui demeuraient des lieux de culte en activité. La publication entre 1890 et 1894 de la revue L’Algérie artistique pittoresque et la constitution en 1904 du Comité du vieil Alger ont été certainement favorisées par le développement à la fin du XIXe siècle d’une population de touristes fortunés venus hiverner à Alger. Leur présence a facilité le maintien d’un artisanat de qualité, soutenu, contrôlé et patrimonialisé par les autorités publiques. Elle a pu peser dans la conservation de certains monuments anciens d’Alger, face à des projets de rénovation urbaine : en 1910, ceux qui défendent le maintien des mosquées de la ville basse d’Alger rappellent que leur destruction porterait atteinte à l’imaginaire orientaliste qui attirent les touristes à Alger (p. 80).

6Colette Zytnicki nous montre comment la transformation de la sociologie des touristes et de leurs pratiques s’est accompagnée de nouvelles interactions entre « Européens » et « indigènes ». Parmi ces derniers, certains prêtent leurs services comme guides, d’autres, qui sont présentés comme des notables (ce qu’il faudrait peut-être vérifier), accueillent chez eux les touristes : cela leur permet-il, comme le suggère l’auteur, d’affirmer leur prestige ? Dans quelle mesure nouent-ils des liens avec des touristes domiciliés en métropole, et dans quelle mesure ces liens se prolongent-ils sous la forme d’échanges de lettres et de produits ? Ici encore, Colette Zytnicki indique de possibles pistes de recherche.

  • 4 Un arrêté municipal avait interdit l’accès de la plage de Zéralda « aux arabes et aux juifs », avec (...)

7Jusqu’aux années 1920, le tourisme supposait oisiveté et distinction, et restait l’apanage de catégories sociales aisées, presque exclusivement européennes. En 1913, on ne trouvait en Algérie, parmi les 1 800 adhérents du Touring club, qu’une dizaine de musulmans, avec un emploi parfois relativement modeste (tailleur) mais généralement dans le secteur moderne (interprète, commis de l’enregistrement, mécanicien automobile…) (p. 64-65). Mais après la Grande Guerre, l’Algérie n’est plus capable de retenir une riche clientèle étrangère en quête d’exotisme. Les pratiques touristiques s’élargissent progressivement aux classes moyennes puis populaires, et touchent dans la seconde moitié des années 1930 une partie des jeunes élites musulmanes, à travers le scoutisme. Colette Zytnicki rappelle l’importance de l’organisation Tourisme et travail, fondée par des résistants en 1943, qui intègre Européens et « indigènes », et reçoit l’appui des autorités politiques, désireuses de promouvoir le tourisme social (p. 203-206), celle du mouvement des Auberges de jeunesse, où se développe un discours critique sur la situation des populations locales et le racisme, et la progression du camping. Le tourisme ne contribue cependant pas nécessairement à une plus grande mixité des pratiques et au partage des espaces. La plage est une espace disputé plutôt que partagé, comme le rappelle en 1942 l’affaire de Zéralda4.

8Colette Zytnicki pose la question de la spécificité du tourisme en Algérie par rapport à celui qui se développe en Tunisie et au Maroc, qui lui fait concurrence et profite d’une image plus exotique. Son livre fait ainsi regretter l’absence d’une synthèse à l’échelle de l’Afrique du Nord, qui permettrait de mieux connaître les circulations entre les différents espaces politiques. Il donne aussi envie de mieux comprendre l’articulation entre la période coloniale et celle des indépendances, en cernant les permanences et les réorientations des politiques touristiques. L’Algérie indépendante fait le choix de la rupture – refusant de développer un tourisme à destination d’une clientèle européenne –, à la différence de la Tunisie et du Maroc. Mais Colette Zytnicki souligne cependant une certaine continuité dans les pratiques et la géographie touristiques en Algérie même.

9Le livre contient un encart iconographique, une bibliographie et l’indication des principales sources utiles pour qui voudra prolonger le travail. On pourra regretter que les notes soient renvoyées en fin d’ouvrage, et qu’il n’y ait pas d’index. Mais c’est le principe d’une collection qui a pour objectif de s’adresser à un large public, au-delà des historiens professionnels et des spécialistes.

Haut de page

Notes

1 L’histoire du tourisme dans les colonies britanniques s’est développée plus précocement. Ces travaux ont nourri la synthèse d’Éric Jennings sur le tourisme thermal dans l’empire colonial français : Éric Jennings, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation française, 1830-1962, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

2 Colette Zytnicki a codirigé avec Habib Kazdaghli une précédente publication sur ce thème, à l’échelle de l’empire colonial français : Colette Zytnicki, Habib Kazdaghli (dir.), Le Tourisme dans l’empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Société française d’histoire d’Outre-mer, 2009.

3 En témoignent les affiches touristiques reproduites dans Éric Jennings, Illusions d’empires. La propagande coloniale et anticoloniale à l’affiche (Paris, Les Échappés, 2016), qui leur consacre un chapitre particulier (p. 42-77).

4 Un arrêté municipal avait interdit l’accès de la plage de Zéralda « aux arabes et aux juifs », avec des panneaux placés à proximité d’autres signalant l’interdiction « aux chiens et aux chevaux ». À la suite de protestations contre cet arrêté, les autorités municipales emprisonnèrent des musulmans qui moururent asphyxiés lors de leur détention. Pour plus de précisions, voir Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 juin 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23170

Haut de page

Rédacteur

Alain Messaoudi

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Nantes, Alain Messaoudi travaille sur l’orientalisme savant arabisant dans l’empire colonial français et les transferts culturels en matière d’arts plastiques au Maghreb.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page