Navigation – Plan du site

Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France

Maud Navarre
Métier : député
Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d'agir, 2017, 150 p., ISBN : 9782912107893.
Haut de page

Texte intégral

1La vie politique se professionnalise-t-elle ? Et si oui, est-ce un problème pour la démocratie ? Le phénomène est régulièrement dénoncé : les élus professionnels sont accusés d’être distants de leurs électeurs, plus intéressés par leur propre carrière politique que par l’intérêt collectif, ou encore de profiter des avantages de leurs fonctions pour obtenir des passe-droits (faire embaucher sa famille, par exemple). Les trois auteurs proposent dans ce bref essai d’étudier les effets concrets de la professionnalisation des fonctions parlementaires.

2Leur propos s’appuie sur l’analyse d’une enquête quantitative portant sur quatre cohortes de députés élus entre 1970 et 2016, soit au total 1 738 élus, dont les auteurs retracent l’intégralité du parcours politique et professionnel depuis l’âge de 25 ans. Ces analyses sont complétées par des observations participantes régulières du travail des députés à l’Assemblée nationale, des discussions informelles ainsi qu’une cinquantaine d’entretiens réalisés avec des députés.

3Si l’on s’en tient à la définition classique du professionnel de la politique, notamment celle que donne le sociologue Max Weber (vivre de et pour la politique), alors les députés sont bel et bien des professionnels puisque depuis la seconde moitié du XIXe siècle, les députés touchent une rémunération pour exercer leur mandat. L’indemnité a une longue histoire : il y a plus de deux siècles, elle fut d’abord refusée, accusée de susciter un intérêt personnel et lucratif pour l’exercice de fonctions devant avant tout être guidées par l’intérêt collectif. Le refus était d’autant plus fort que les anciennes classes dirigeantes, la riche noblesse qui pouvait dépenser son temps en diverses activités de représentation, voyaient dans cette rémunération une menace pour leur propre place : elle ouvrait la possibilité à des personnes d’origine plus modeste et moins disponibles d’accéder à des fonctions électives. Ce fut le cas notamment des députés ouvriers élus dans les années 1880.

4Pour les auteurs, la professionnalisation des élus ne saurait se réduire au fait qu’ils tirent la plupart de leurs revenus de leurs activités politiques et mérite une acception plus large. Ils la définissent par trois phénomènes : l’augmentation des entourages politiques, l’accroissement du nombre d’élus occupant ces positions avant d’accéder à un mandat de parlementaire, ainsi que l’augmentation du temps consacré à exercer un mandat avant de devenir député.

Cette thèse de la professionnalisation est étayée dès le début de l’ouvrage : entre 1978 et 2012, la part des élus déclarant la politique comme activité principale est passé de 2% à 16%. Par ailleurs, le nombre de collaborateurs parlementaires ou permanents de partis politiques devenus députés a été multiplié par deux durant cette période. Alors qu’en 1978, les députés élus pour la première fois au Palais Bourbon avaient passé en moyenne 6 ans en politique, en 2012, les nouveaux députés avaient déjà consacré douze années en moyenne à la vie politique avant de parvenir à ces mêmes responsabilités. Et parmi ces nouveaux élus en 2012, la moitié étaient actifs en politique depuis au moins 20 ans (contre 21 % dans la cohorte de 1978).

5Pourquoi les fonctions parlementaires sont-elles devenues de plus en plus une affaire de professionnels ? Et ce phénomène change-t-il la manière d’exercer la responsabilité de député ? Selon les auteurs, la principale explication de la professionnalisation des députés tient au fait que le marché de la députation est devenu plus concurrentiel. Il est plus difficile d’accéder à ces responsabilités. Mais elles ne sont pas plus élitistes pour autant. Car les élites les plus favorisées boycottent ces mandats, conscientes des difficultés pour accéder aux responsabilités parlementaires et de la perte de pouvoir des députés pour « faire la loi ». Leur désaffection s’effectue au profit de candidats qui vouent leur vie à la politique (les professionnels passés par les écoles du pouvoir comme l’ENA, les formations de sciences politiques, …), mais aussi d’un recrutement parmi les catégories socio-professionnelles moyennes supérieures. De ce point de vue, les carrières électives connaissent un relatif déclassement : aujourd’hui, les classes les plus favorisées sont davantage attirées par le secteur privé que par la politique. La technicisation du rôle d’élu et l’augmentation de la concurrence confèrent à la fonction un coût d’entrée relativement élevé. Les plus nantis préfèrent de ce fait s’orienter vers d’autres activités.

  • 1 Lefebvre Rémi, « Les élus comme entrepreneurs de temps. Les agendas des cumulants », in Demazière D (...)

6Le métier de député a lui aussi changé. L’activité politique incite plus que jamais les députés à mener une « vie par excès », pour reprendre l’expression de Rémi Lefebvre1. Les rendez-vous, le travail des dossiers, l’alternance entre la présence à l’Assemblée nationale (trois jours par semaine) et la présence en circonscription (le reste du temps) rendent le rythme de travail intense. En parallèle, le nombre de jours passés chaque année à siéger à l’Assemblée nationale a augmenté, passant de six mois (deux sessions de trois mois chacune) à neuf mois aujourd’hui. Pourtant, les parlementaires ne font pas vraiment la loi : 75 % des projets de lois votés par la dernière législature émanent du gouvernement ; seulement 5 % des propositions de loi des députés sont adoptées. Leurs possibilités de s’opposer sont maigres. Les députés déploient leur activité à la recherche de soutiens et de relais à leurs actions et positions. Pour cela, ils doivent se rendre visibles : à cet effet, les séances de questions au gouvernement constituent une occasion prisée. Chacun use de stratagèmes pour s’y faire voir (porter une veste de couleur vive, s’installer dans l’angle de la caméra, par exemple). Les médias sont aussi un vecteur de visibilité, mais tous les députés n’ont pas les mêmes capacités à y accéder : parmi la législature élue en 2012, une trentaine de députés s’est partagé la moitié des invitations de la presse et 75 députés ont concentré les trois-quarts des invitations. Les plus sollicités sont les jeunes ou, au contraire, les très expérimentés. Les femmes le sont peu, et ce moins pour des raisons de que parce qu’elles détiennent rarement des fonctions prestigieuses à l’Assemblée nationale.

  • 2 Collovald Annie, « Identité(s) stratégique(s) », Actes de la recherche en Sciences sociales, n° 73, (...)

7Face au marché plus concurrentiel de la députation et à la nécessité pour les élus de se rendre visibles pour exister, les députés sont conduits à personnaliser l’exercice de leurs fonctions. Cette personnalisation leur permet de se démarquer des autres. Les programmes politiques importent moins. C’est avant tout pour une personnalité que votent les électeurs. Le cas des Frondeurs illustre cette situation : ces députés socialistes ont choisi de s’opposer sur des sujets majeurs comme le vote du budget de l’État, outrepassant la règle établie de la discipline de groupe. Loin d’être un phénomène marginal, ce cas illustre combien le capital partisan des députés est devenu moins primordial au regard d’autres capitaux que sont la personnalité et surtout, la constitution d’un profil singulier, d’une « marque » politique, comme l’appelle Annie Collovald2.

8Finalement, l’étude du travail des députés illustre un processus de professionnalisation qui touche l’ensemble de la vie politique. La hausse de la concurrence pour accéder à cette responsabilité favorise la volonté de s’y maintenir coûte que coûte, et ce d’autant plus que les députés sont de petits chefs en puissance, autours desquels gravitent un nombre d’attachés parlementaires en constante progression. Ce phénomène contribue aussi à renforcer l’entre-soi c’est-à-dire le travail entre personnes issues d’un même milieu (le monde politique et ses entourages).

9Face à ces évolutions, les auteurs défendent différentes mesures : le scrutin proportionnel ou de liste, qui permettrait de revaloriser le programme des élus et mieux garantir la représentation de la diversité sociale ; une moralisation de la vie politique pour mieux encadrer les dépenses publiques (campagne, partis, travail dans le secteur privé – cabinet de conseil) ; ou encore une meilleure régulation des médias pour éviter la course à l’audimat.

Haut de page

Notes

1 Lefebvre Rémi, « Les élus comme entrepreneurs de temps. Les agendas des cumulants », in Demazière Didier et Le Lidec Patrick (dir.), Les Mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Rennes, PUR, 2014, p. 53-70.

2 Collovald Annie, « Identité(s) stratégique(s) », Actes de la recherche en Sciences sociales, n° 73, 1988, p. 29-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23171

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page