Navigation – Plan du site

Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme

Maxime Launay
Officiers
Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l'uniforme, Marseille, Éditions Agone, coll. « L'ordre des choses », 2017, 288 p., ISBN : 978-2-7489-0329-4.
Haut de page

Texte intégral

1Les chercheurs en sciences sociales s’intéressent peu à l’institution militaire, partagés entre une méfiance à l’égard des armées et un désintérêt pour une institution désormais au second plan des préoccupations, depuis la suspension du service militaire en 1997. Constatant qu’« un semblant de mépris, tout juste formalisé ou justifié, avait remplacé l’antimilitarisme argumenté que je m’attendais à rencontrer » parmi les intellectuels académiques (p. 7-8), Christel Coton a fait le choix d’enquêter sur un terrain qui s’avère en réalité fructueux pour la recherche. Si l’on distingue souvent l’armée du reste de la société, en raison de la spécificité de son rôle dans l’État, de son système de valeurs militaires et de sa culture professionnelle propre à protéger sa cohésion et son esprit de corps, ce livre démontre qu’elle n’en demeure pas moins une entrée privilégiée pour saisir les mécanismes sociaux ordinaires de l’espace social à l’œuvre au sein d’une institution qui ne cesse de les euphémiser.

  • 1 Coton Christel, « La culture de la distinction. Unité institutionnelle et lignes de tensions au sei (...)

2Maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris Panthéon Sorbonne, Christel Coton publie aux éditions Agone un ouvrage qui s’inscrit dans le sillage de la sociologie critique de Pierre Bourdieu. Issu de sa thèse de doctorat en sociologie1, ce livre se propose d’analyser les rapports de classes dans l’armée en déconstruisant les discours de l’institution militaire et en s’attachant à démontrer combien le corps des officiers est marqué par une hétérogénéité de recrutement et de fortes inégalités sociales et statutaires. Il s’agit pour l’auteure de retrouver les classes sociales sous l’épaulette des officiers, en étudiant les distinctions au sein du corps entre les officiers issus des écoles (il y est plus précisément question de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, chargée de former les officiers de l’armée de terre) et les officiers issus du rang, c’est-à-dire ayant réussi les concours internes après une première partie de carrière dans le corps des sous-officiers. S’ils appartiennent désormais au même corps des officiers, les officiers non saint-cyriens ne jouissent pas du prestige que confère la légitimité historique de l’école fondée par Napoléon en 1803 : « comme le suggère la formule peu avenante que les officiers non saint-cyriens emploient pour se qualifier – “Nous, on est les restes du monde” – ce dualisme de recrutement, formalisé en mars 1818 par la loi Gouvion Saint-Cyr se traduit par des inégalités d’avancement et de perspectives qui ont dès l’origine différencié et hiérarchisé les deux filières » (p. 43). Les officiers saint-cyriens constituent ainsi l’élite institutionnelle, monopolisant au cours de leur carrière les positions dominantes d’officiers supérieurs, notamment le grade de colonel, niveau le plus élevé dans l’échelle hiérarchique des officiers supérieurs. C’est tout l’inverse pour les officiers issus du rang qui, alors qu’ils composent 70 % des officiers de carrière, ne représentent plus que 20 % des colonels, s’arrêtant le plus souvent au grade de capitaine Afin de mesurer pourquoi il existe ce plafond de verre marqué par des trajectoires différenciées au sein du corps, l’auteure prend moins en compte les catégories de classement de l’institution (le grade, la spécialité, l’affectation) que les ressources héritées de ses membres, c’est-à-dire « le capital scolaire, le capital social, le capital économique et le capital culturel » (p. 36). C’est parce qu’ils disposent d’un savoir-faire et d’un savoir-être dont sont dépourvus les officiers issus du rang que les officiers issus des écoles peuvent s’imposer dans le processus de sélection de l’élite militaire.

  • 2 Weber Max, Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, 1971.
  • 3 L’auteure note le faible intérêt de la sociologie de l’éducation pour les classes préparatoires mil (...)

3Ce faisant, l’ouvrage mobilise les outils de la sociologie de la reproduction pour interroger les stratégies de distinction mobilisées dans l’entre-soi officier. Déroulant progressivement le fil du parcours des officiers, l’auteure s’attache à déceler toutes les étapes qui contribuent à l’hexis combattante, c’est-à-dire l’ensemble des gestes et postures de l’officier régissant son comportement. Le concept wébérien de charisme2 est introduit pour montrer comment l’institution prend en charge cette valeur et le rôle majeur qu’elle joue dans ces stratégies de distinction au sein du corps des officiers (p. 190). L’auteure démontre qu’au-delà du déroulement de la carrière, c’est la formation scolaire et la socialisation familiale qui apparaissent comme autant d’étapes pour inculquer à l’impétrant un sentiment d’évidence de sa place dans l’institution. En effet, ce n’est pas pendant la carrière militaire proprement dite que les ressources de la distinction s’acquièrent mais en amont, durant la socialisation secondaire dans les classes préparatoires et les écoles militaires3. L’ethos militaire s’y forge en cultivant la différence avec le monde civil, en incorporant les codes de comportements et les référents culturels, autrement dit tout l’univers symbolique qui permet de reproduire l’ordre militaire. Plus encore, ces établissements à l’importante surface institutionnelle offrent un capital social au travers des amitiés qui s’y nouent et du prestige scolaire qu’ils confèrent. C’est ce sentiment de légitimité sous l’uniforme qui assure des perspectives de carrière avantageuses dans l’armée. Enfin, l’auteure met en évidence le rôle de l’environnement familial, rappelant que 70 % des anciens membres des classes préparatoires ont un père CSP+ et que, outre l’endogamie forte, c’est la bourgeoisie catholique traditionnelle qui est la plus dotée en ressources pour dominer l’institution.

4La forte cohérence conceptuelle de l’ouvrage, très attaché à restituer les croyances et les représentations, tend dès lors à négliger les logiques de la fonction publique, que d’autres approches ou disciplines auraient sans doute mises davantage en avant. En effet, l’absence d’une analyse du rôle du statut du corps empêche de voir en quoi ce dernier détermine aussi l’évolution de la carrière de l’officier. À travers les limites d’âge imposées dans l’accès aux grades, le critère de l’ancienneté entrave la carrière des officiers issus du rang, entrés plus tardivement dans le corps. De même, le contexte actuel de suppression des postes d’encadrement dans l’armée contribue-t-il à rendre les promotions dans la hiérarchie plus difficiles, et donc à ralentir l’ascenseur social que l’armée souhaiterait pourtant incarner ? Il serait intéressant de questionner ces mécanismes concrets d’avancement dans les armées et d’analyser dans quelle mesure ils contredisent l’égalité formelle que l’armée prétend assurer dans le traitement de ses agents.

5Le soin avec lequel l’auteure dévoile les conditions de son enquête retient par ailleurs l’attention. L’ouvrage se fonde sur une observation participante – complétée par une campagne d’entretiens et des données statistiques – effectuée sur deux terrains, au sein d’une école militaire pendant six mois et dans un régiment de l’armée de terre comme stagiaire civile durant cinq mois. Quittant l’univers confiné de la recherche pour la caserne, la doctorante en sociologie s’est muée en ethnographe en immersion qui, de footing matinaux en parcours d’obstacles, de formations aux techniques d’état-major en soirées festives, a pu s’intégrer dans le collectif, partageant le quotidien des officiers et bénéficiant dès lors d’un accès privilégié pour observer « ce qui pouvait animer les engagements, les croyances, les aspirations et tout ce qui plus généralement soutenait les pratiques et représentations à la fois militaires et sociales de ces cadres militaires » (p. 24). L’introduction apporte un soin particulier à éclairer la démarche et la méthode de l'auteure : elle montre au lecteur comment la sociologie se fabrique, avec des sources, ses problématiques, ses controverses, ses enjeux, et on se prend à regretter que cette « cuisine » du travail de sociologue soit moins mise en avant dans le reste du livre. L’analyse de la façon dont les enquêtés ont réagi à la présence parmi eux d’une sociologue permet d’obtenir une meilleure connaissance de l’objet lui-même. Les présentations de soi comme les sollicitations dont l’auteure est l’objet témoignent en effet de la volonté de l’institution de se mettre scène dans sa spécificité combattante, aspect déconstruit par l’auteure alors qu’il est particulièrement valorisé par l’armée dans le but de souligner son opposition à la société civile.

6Le lecteur plongera d’autre part facilement dans un récit qui, alternant la narration de l’enquête de terrain avec des séquences plus théoriques, propose une démonstration fondée empiriquement tout en affirmant un point de vue sans concession sur les rapports de domination. Les qualités pédagogiques de l’ouvrage sont à ce titre remarquables, abordant graduellement le fonctionnement d’une institution complexe, dénouant l’organisation du corps des officiers par des schémas didactiques sans pour autant faire de compromis avec les sources académiques mobilisées. Cette intelligibilité facilitée pour le non spécialiste des armées a néanmoins pour conséquence de trop nombreuses répétitions qui alourdissent la lecture et donnent parfois le sentiment que l’auteure s’attache plus à exposer ses hypothèses théoriques qu’à délivrer le contenu de son enquête.

  • 4 Ils attirent plus particulièrement l’attention sur le rôle des élites militaires dans le champ du p (...)
  • 5 Weber Claude, À genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens, Presses (...)

7Si l’institution militaire avait été assez peu investie par les sciences sociales françaises, quelques politistes s’étant surtout intéressés aux relations politico-militaires4, des travaux récents, dont l’ouvrage de Claude Weber sur la socialisation des saint-cyriens, sur lequel s’appuie Christel Coton, ainsi que les thèses de Mathias Thura et de Gregory Daho illustrent tout l’intérêt « de remettre l’institution militaire dans le giron de la sociologie »5. L’ouvrage de Christel Coton témoigne au total de l’intérêt croissant des chercheurs pour la sociologie militaire malgré la relative marginalisation dont souffre encore ce champ.

Haut de page

Notes

1 Coton Christel, « La culture de la distinction. Unité institutionnelle et lignes de tensions au sein du corps des officiers de l’armée de terre », thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Numa Murard soutenue le 5 décembre 2008 à l’université Paris 7 Diderot.

2 Weber Max, Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, 1971.

3 L’auteure note le faible intérêt de la sociologie de l’éducation pour les classes préparatoires militaires et renvoie au travail de référence de Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprits de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

4 Ils attirent plus particulièrement l’attention sur le rôle des élites militaires dans le champ du pouvoir : Cohen Samy, La défaite des généraux. Le pouvoir politique et l’armée sous la Ve République, Paris, Fayard, 1994. Plus récemment voir Genieys William, Le choix des armes. Théories, acteurs et politiques, Paris, CNRS Éditions, 2004 et Joana Jean, Les Armées contemporaines, Paris, Presses de Sciences-Po, 2012.

5 Weber Claude, À genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; compte rendu de Mathias Thura pour Lectures : http://lectures.revues.org/9241 ; Thura Mathias, « En avant ! Sociologie de l’action militaire et de l’anticipation du combat. Un régiment d’infanterie en route pour l’Afghanistan », thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2014 sous la direction de Éric Brian à l’EHESS ; Daho Grégory, La transformation des armées. Enquête sur les relations civilo-militaires en France, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Launay, « Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23205

Haut de page

Rédacteur

Maxime Launay

Doctorant en histoire contemporaine à Sorbonne Université, laboratoire SIRICE.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page