Skip to navigation – Site map

Marcel Mauss, Émile Durkheim, De quelques formes primitives de classification

Matthias Fringant
De quelques formes primitives de classification
Marcel Mauss, Émile Durkheim, De quelques formes primitives de classification. Contribution à l'étude des représentations collectives, Paris, Presses universitaires de France, series: « Quadrige », 2017, 150 p., édité par Éric Brian, Jules Salomone et Florence Weber, ISBN : 978-2-13-060671-0.
Top of page

Full text

  • 1 Après sa publication en 1903 et sa réimpression en 1925, l’article a en France fait l’objet de repu (...)

1Le présent ouvrage est le premier en français entièrement dédié1 au désormais célèbre article « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », originellement publié par Marcel Mauss et Émile Durkheim dans le sixième tome de L’Année sociologique, en 1903.

2La réédition de l’article sous la forme d’un livre présente l’intérêt d’apporter au lecteur de nombreux éléments de contextualisation. On trouve ainsi un important appareil critique : une courte notice biographique d’Émile Durkheim, un bref avertissement indiquant les normes et conventions du rigoureux travail d’édition réalisé par Éric Brian et Florence Weber, une présentation du texte par Jules Salomone, une bibliographie de la présentation et de l’article, et enfin un index des noms et des notions évoqués dans le texte.

  • 2 Spencer Baldwin, Gillen Francis James, The Native Tribes of Central Australie, Londres, Macmillan, (...)
  • 3 Cette précision est apportée dans la notice bibliographique, p. VI.

3La série « Marcel Mauss » à laquelle appartient ce volume vise à mettre « l’œuvre de Marcel Mauss et ses prolongements les plus actuels à la disposition de tous » en respectant la chronologie des publications du sociologue et anthropologue, et à « montrer le caractère historique et collectif de cette œuvre, incompréhensible sans rappeler ses liens avec la sociologie durkheimienne » (p. 142). Florence Weber précise en effet dans la présentation de cette série, qu’en France, Mauss a été érigé artificiellement comme le précurseur de l’anthropologie structurale – notamment sous l’influence de Claude Lévi-Strauss. Ses liens avec Durkheim, sur lesquels insiste pourtant Victor Karady, ont ainsi été minimisés, ce qui a entravé la compréhension du fil conducteur de son œuvre. La présente série entend donc sortir de cette ornière. Mauss et Durkheim ont écrit « De quelques formes primitives de classification » après avoir publié dans L’Année sociologique deux comptes rendus de l’ouvrage The Native Tribes of Central Australia2, lequel leur a fourni une partie du matériau ethnographique sur lequel s’appuie leur article3. Ce dernier pose la question suivante : d'où nous provient la possibilité de classer logiquement les objets, les êtres, les idées ? Si philosophes et psychologues considèrent alors l’ensemble des facultés logiques comme « institué[es] par les seules forces de l'individu » (p. 28), Durkheim et Mauss mettent en doute cet allant de soi, en se concentrant sur les origines de la fonction classificatrice et des concepts de genre et d’espèce qui y sont associés. Le simple fait qu’Aristote ait été le premier à avoir émis « l'idée d’une circonscription aux contours arrêtés et définis » (p. 29) permet aux deux auteurs d’apporter une première preuve que cette fonction logique, loin d’être naturelle, a une histoire.

4Pour retracer cette histoire, la démarche des savants consiste à « rechercher les classifications les plus rudimentaires qu’aient faites les hommes, afin de voir avec quels éléments elles ont eté construites » (p. 34). À cette fin, ils étudient les pratiques de classification de tribus totémiques australiennes à travers une masse importante de documents ethnographiques.

  • 4 Pour une clarification conceptuelle de cette phrase, voir l’utile commentaire de l’interprétation d (...)

5Dans un premier temps, les deux sociologues montrent que l’organisation sociale générique de ces tribus se fait autour des phratries, elles-mêmes scindées en classes matrimoniales et en clans totémiques. Le cœur de leur thèse est que, dans ces sociétés, « la classification des choses reproduit cette classification des hommes » (p. 37)4. Plus précisément, « les phratries ont été les premiers genres ; les clans, les premières espèces » (p. 115).

6L’article cherche ensuite à établir le degré de généralité de ce système de classification fondé sur les clans, observé dans les tribus d’Australie. Sur ce point, Durkheim et Mauss indiquent que si ce système logique n’est pas nécessairement impliqué dans l’organisation sociale à base totémique, il existe toutefois « un lien étroit, et non pas un rapport accidentel » entre classification et organisation sociale (p. 71).

7Le but de la partie suivante est d’étudier comment le système de classification précédemment décrit peut être relié à d’autres présentant de plus hauts degrés de complexité, comme celui des Indiens Zuñis d’Amérique du Nord. Cette tribu opère en effet une classification « par orients », c’est-à-dire en fonction des sept régions suivantes : Nord, Sud, Est, Ouest, Zénith, Nadir, Milieu. Si le système de classification des Zuñis semble en apparence bien différent de celui par clans, Durkheim et Mauss affirment qu’il « est en réalité un développement et une complication du système australien » (p. 85).

8Un quatrième temps est dédié à la description des principes généraux d’un système de classification qui présente les caractères essentiels de ceux déjà présentés, mais qui est indépendant de toute organisation sociale. Il s’agit du « système divinatoire astronomique, astrologique, géomantique et horoscopique des Chinois » (p. 99). Celui-ci présente un haut degré de complexité car il est composé de plusieurs classifications mêlant « des espaces, des temps, des choses, des espèces animales » (p. 105). Les savants n’ont pas les moyens, en raison d’un manque de données, de montrer le lien historique entre ce système et ceux précédemment décrits. Ils indiquent en revanche qu’« il n’est pas possible de ne pas remarquer qu’il repose sur les mêmes principes que ces derniers » (p. 106). Ils évoquent ensuite les relations qui semblent unir le système chinois aux mythologies et, par là, aux premières classifications philosophiques.

9La cinquième et dernière partie prolonge cette idée en expliquant que « les classifications primitives ne constituent donc pas des singularités exceptionnelles, sans analogie avec celles qui sont en usage chez les peuples les plus cultivés ; elles semblent, au contraire, se rattacher sans solution de continuité aux premières classifications scientifiques » (p. 113). La thèse centrale est ensuite réaffirmée : « les conditions dont dépendent ces classifications très anciennes ne sont pas sans avoir joué un rôle très important dans la genèse de la fonction classificatrice en général. Or il ressort de toute cette étude que ces conditions sont sociales » (p. 114). Enfin, cette partie conclusive aborde une question non résolue. En effet, si l’étude permet de mettre en évidence la genèse proprement sociale de la fonction logique de classification, elle ne donne aucune piste de compréhension des formes spécifiques qu’elle revêt. Durkheim et Mauss font l’hypothèse que ces formes sont également d’origine sociale, et que les manières de classer ont été déterminées par des sentiments et des affects. Ils postulent que les systèmes de classification logique se sont petit à petit affranchis de ce qu’ils nomment « l’affectivité sociale » (p. 120), sans pour autant que cette dernière cesse d’y jouer un rôle. En définitive, Mauss et Durkheim indiquent que les questions de genèse et de fonctionnement de la classification, « que métaphysiciens et psychologues agitent depuis si longtemps » (p. 121), ont ici trouvé une réponse car elles sont « posées en termes sociologiques » (p. 121). Cette démarche pourrait et devrait selon eux être généralisée à toutes les facultés logiques.

10Les apports principaux de ce texte semblent pouvoir être résumés ainsi : d’un point de vue que l’on peut qualifier d’« anthropologique », cet article a permis, au début du XXe siècle, de rattacher les sociétés dites primitives aux sociétés occidentales, en montrant de manière rigoureuse et empirique l’origine sociale et non pas purement individuelle et intellectuelle de la fonction logique de classification. En termes d’histoire intellectuelle, cette démarche et cette thèse venaient s’opposer aux modes d’argumentation et aux conceptions philosophiques et psychologiques alors dominantes.

  • 5 Sur ce point, voir par exemple : Joly Marc, La révolution sociologique. De la naissance d’un régime (...)
  • 6 À titre d'exemple, un récent ouvrage sur les représentations enfantines du monde social peut être c (...)

11Notre position par rapport à la présentation de Jules Salomone est cependant mitigée. L'auteur soutient que l’article « sert de terrain d’expérimentation pour la théorie de la connaissance que Durkheim devait systématiser ensuite », théorie que ce dernier qualifie lui-même d’« empirisme rationaliste » (p. 3-4). Il est indéniable que l’exposition de cette thèse permet à Jules Salomone de présenter avec grand brio l’intérêt de la théorie de la connaissance durkheimienne pour la philosophie contemporaine (principalement la philosophie de l’esprit), de fournir un argumentaire convainquant contre la tentative de lecture constructiviste de l’article faite par David Bloor, et encore de suggérer des pistes de collaboration entre sciences sociales et philosophie. Cependant, l’hypothèse d’une recherche systématique d’équilibre entre empirisme et rationalisme semble difficilement défendable d’un point de vue historique. Une historicisation de la prise de position que représentait l’article au sein de l’espace académique français aurait sans doute permis de voir que les « Quelques formes primitives de classification » ne visaient pas à trouver un compromis philosophique acceptable entre empirisme et rationalisme. Dans l’état de division sociale du travail intellectuel dans lequel Durkheim et Mauss se trouvaient, il semble qu'ils souhaitaient au contraire montrer que la sociologie permettait de sortir des alternatives classiques proposées par la philosophie5. En somme, il n’est pas question de contester le contenu de l’analyse de Jules Salomone, laquelle permet de lever de manière très érudite un bon nombre d’ambiguïtés conceptuelles, mais plutôt de questionner la pertinence de celle-ci en matière d’histoire intellectuelle, dans une série qui a justement pour but d’historiciser le travail présenté. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage constitue un objet éditorial de très grande qualité, permettant de mieux comprendre l’importance fondamentale de ce texte qui continue de stimuler les sciences sociales6 et la philosophie.

Top of page

Notes

1 Après sa publication en 1903 et sa réimpression en 1925, l’article a en France fait l’objet de republications intégrales ou partielles au sein des recueils suivants : Mauss Marcel, Œuvres 2. Représentations collectives et diversité des civilisations, présentation de Karady Victor, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1969, p. 13-89 ; Mauss Marcel, Essais de sociologie, Paris, Le Seuil, coll. « Points essais », 1971, p. 193-219 ; Quan-Schneider Geneviève, Le Corps, la maison, la ville : propositions de lecture, Paris, Institut de l’environnement, 1974, p. 29-36.

2 Spencer Baldwin, Gillen Francis James, The Native Tribes of Central Australie, Londres, Macmillan, 1899.

3 Cette précision est apportée dans la notice bibliographique, p. VI.

4 Pour une clarification conceptuelle de cette phrase, voir l’utile commentaire de l’interprétation de David Bloor par Jules Salomone dans la note de bas de page 2 de la page 15.

5 Sur ce point, voir par exemple : Joly Marc, La révolution sociologique. De la naissance d’un régime scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2017, p. 34-35, 55, 57, 77, 104-106, 130-131, 243-244, 384, 402, 407, 438. Cet ouvrage permet de prendre conscience de la lutte du groupe des durkheimiens pour substituer à la philosophie un mode de pensée scientifique représenté par la sociologie. Selon Marc Joly, l’opposition entre sociologie et philosophie revêt toujours un caractère structurant l’espace académique français. Voir notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/22440.

6 À titre d'exemple, un récent ouvrage sur les représentations enfantines du monde social peut être considéré comme un prolongement empirique de l'article de Mauss et Durkheim. Voir Lignier Wilfried, Pagis Julie, L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 2017 ; compte rendu de Corentin Roquebert pour Lectures : https://lectures.revues.org/22748.

Top of page

References

Electronic reference

Matthias Fringant, « Marcel Mauss, Émile Durkheim, De quelques formes primitives de classification », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 30 June 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/23208

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page