Navigation – Plan du site

Pierre France et Antoine Vauchez, Sphère publique, Intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage

Eric Keslassy
Sphère publique, intérêts privés
Pierre France, Antoine Vauchez, Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Domaine gouvernance », 2017, 196 p., ISBN : 978-2-7246-2095-5.
Haut de page

Texte intégral

1Les affaires qui impliquent des politiques gangrènent notre vie démocratique depuis de nombreuses années. Même si elles concernent finalement peu d’élus au total, leur répétition est désormais très mal vécue par l’opinion publique. La désaffection démocratique en atteste. Dès lors, pour essayer de recréer du lien civique entre les Français et la politique, le gouvernement d’Edouard Philippe a prévu de faire voter une « loi pour la confiance dans notre vie démocratique ». Il serait intéressant que la représentation nationale se penche sur la confusion des genres entre intérêts privés et carrières politiques qui apparait de plus en plus développée. C’est l’une des conclusions qui ressort de la lecture de l’ouvrage de Pierre France et Antoine Vauchez. Avec Sphère publique, intérêts privés, ces deux politistes mènent en effet une enquête passionnante – à la fois sociologique, historique, politique et juridique – sur nos élites qui se trouvent à la frontière entre les domaines public et privé. On découvre que les affaires qui défraient la chronique ne sont en réalité que la face la plus visible d’une mutation idéologique de la fabrique des élites de notre pays, à la fois beaucoup plus profonde qu’on pourrait le croire et dont les premiers signes apparaissent dès le début des années 1990.

2On peut illustrer cette transformation à l’aide de quelques faits concrets. L’État a longtemps eu très peu recours à la justice privée, ce qu’il n’hésite plus à faire aujourd’hui (à l’image du choix de Christine Lagarde de recourir à l’arbitrage privé pour régler le différend entre l’État et Bernard Tapie). De fait, les institutions publiques utilisent de plus en plus des avocats d’affaires, toutes les institutions publiques : à l’aide d’un échantillon de deux cents dossiers dans lesquels une personne publique a fait appel à un avocat d’affaire parisien, les auteurs montrent bien que c’est le secteur public dans sa diversité qui désormais use d’une telle logique (État mais aussi entreprises publiques de l’énergie, des transports ou des télécommunications, pôle bancaire public, établissements publics, collectivités locales). Une difficulté supplémentaire apparait lorsqu’on sait que les parlementaires ont des « facilités » pour devenir avocats. Les auteurs parlent de « pantouflage néolibéral » pour désigner cette tendance des élus à « prendre la robe » (p. 67). Si bien que les avocats finissent par devenir des « auxiliaires du service public » (p. 111), ce qui renforce la confusion entre le respect des intérêts publics et privés. Chiffres à l’appui, les auteurs montrent l’importance des transfuges entre les élites politiques et administratives. Ils soulignent aussi la différence importante de rémunération qui existe entre les deux secteurs.

3Ce récit – dont on peut penser qu’il fera date compte tenu de ses démonstrations chiffrées – montre combien les règles néo-libérales conditionnent désormais les décisions de l’État (à l’instar de la pénétration très avancée du « nouveau management public » dans l’administration publique ou encore de la mise en concurrence des établissements publics). Les auteurs ne définissent pas réellement les termes utilisés dans leur titre, considérant sans doute qu’il s’agit de prérequis. On peut le regretter car cela aurait aussi permis d’éclairer le débat public. Si le « privé » renvoie assez classiquement au marché, il est plus difficile de circonscrire la notion de « public ». C’est finalement l’opposition entre les deux concepts qui offre un point de repère pratique, même si la frontière entre les deux n’a jamais vraiment été claire (sauf peut-être dans le droit, où il existe une séparation bien connue entre droit privé et droit public). Reste que les auteurs démontrent que le brouillage entre la sphère publique et le monde privé a pris aujourd’hui une ampleur inédite. « Sous l’effet d’un tournant libéral qui a érigé l’État régulateur en acteur clé du gouvernement des marchés privés, une zone de contiguïté et d’échanges sans précédent s’est créée » expliquent les auteurs (p. 175). On serait tenté d’ajouter qu’il s’agit d’une zone grise tant elle ne se voit pas nécessairement « à l’œil nu » – suivant l’expression des auteurs. Aussi, pour bien prendre la mesure du brouillage de la frontière entre secteurs public et privé, il est préférable d’aborder le problème par son versant juridique. C’est ainsi que Sphère publique, intérêts privés s’intéresse de près à cet acteur qui prend de plus en plus de place aux confins de l’État et du marché : l’avocat d’affaire. Cette figure – relativement récente – sert finalement de guide aux auteurs dans les méandres de la zone intermédiaire et hybride qui se développe autour de la frontière « public-privé ».

4L’enquête offre alors une plongée inédite dans le barreau d’affaire mais aussi une exploration des nouvelles formes d’action de l’État et, au bout du compte, une analyse de la recomposition des frontières entre sphère publique et intérêts privés. Les auteurs considèrent à juste titre nous livrer l’histoire d’un « trou noir » qui s’est formé dans nos démocraties et qui ne reste pas sans conséquences : ils abordent tout d’abord sa naissance, dans l’angle mort des régulations professionnelles et des contrôles politiques, puis l’élargissement de son champ au cœur de l’État – en particulier sous l’influence des principes néolibéraux –, et dévoilent enfin combien il nous coûte aujourd’hui à la fois politiquement et démocratiquement.

5Depuis près de deux décennies, avec le constant rappel de la supériorité des modes de gestion privé, c’est finalement la confiance citoyenne vis-à-vis de l’État qui s’est progressivement érodée. Les chiffres très élevés de l’abstention lors des dernières législatives en offrent une illustration éclatante (même s’il y a sans aucun doute d’autres explications possibles permettant de « comprendre » le fait que les citoyens se rendent de moins en moins aux urnes). Pierre France et Antoine Vauchez vont cependant plus loin et se demandent si aujourd’hui l’idée d’une frontière entre le public et le privé ne sert pas en réalité à empêcher la compréhension de la reconfiguration des pouvoirs politiques et administratifs. L’habitude aurait créé un paravent très nocif… Ce clivage jouerait notamment le rôle d’écran masquant la mutation de notre organisation sociale, de plus en plus gérée comme une entité privée.

6Sphère publique, intérêts privés nous livre une analyse très précise des allers-retours qui existent nécessairement entre l’État et le champ économique, dans un pays développé à économie de marché. La question qui subsiste est : comment en finir avec ce grand brouillage entre public et privé ? Il est essentiel de rapidement trouver des solutions car c’est finalement de la survie du modèle démocratique dont il s’agit…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Pierre France et Antoine Vauchez, Sphère publique, Intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23209

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page