Navigation – Plan du site

Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du XVIe au début du XIXe siècle

Mathieu Beghin
Aux marges des villes modernes
Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du XVIe au début du XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017, 394 p., préface de Peter Clark, ISBN : 978-2-7297-0913-6.
Haut de page

Texte intégral

1Fruit d’une thèse d’histoire moderne soutenue à Lyon en 2010, l’ouvrage de Yannick Jambon met en lumière un pan du territoire urbain qui demeure largement méconnu pour cette période. L’auteur, qui s’inscrit parmi les pionniers de la recherche portant sur les faubourgs préindustriels dans l’Hexagone, offre ici la première synthèse d’ampleur consacrée à l’occupation extra muros des villes de la modernité. Laissant de côté les préjugés historiques entourant les faubourgs afin d’éviter les anachronismes et les écueils téléologiques, l’analyse est menée sur le temps long (du début du XVIe au début du XIXe siècle) et se nourrit de concepts géographiques, ce qui permet de multiplier les approches pour essayer de définir les particularismes qui font du faubourg un espace mi urbain, mi rural.

2Structuré autour de trois parties, elles-mêmes divisées en deux ou trois chapitres, l’ouvrage commence par caractériser les faubourgs, avant d’analyser dans un second temps les liens étroits qu’ils entretiennent avec la ville mais également entre eux, et de finir par une étude démographique de la population faubourienne.

3La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse des spécificités sociales et spatiales des faubourgs. Il en ressort que les quartiers périphériques des villes modernes françaises sont essentiellement apparus entre les XIIe et XVe siècles, mais c’est sous l’Ancien Régime que leur rôle a évolué. De « lieux de redéversement urbains » (p. 36), ils deviennent progressivement une « zone tampon » et un « cordon sanitaire » (p. 43) servant à réguler spatialement les éléments indésirables issus de la ville (activités dangereuses, génératrices de nuisances ou gourmandes en place) comme de l’extérieur (flots de voyageurs et épidémies). Les abords de la ville ne doivent toutefois pas être perçus comme de simples lieux d’exclusion car ils sont aussi des espaces dynamiques et attractifs à l’origine de nouvelles polarités. Traversés par des axes de transit desservant la ville, tels des « colonnes vertébrales » (p. 149), et disposant d’un parcellaire plus lâche et bien moins onéreux qu’intra-muros, ces quartiers représentent un espace économiquement stratégique. La population y développe alors des activités de services (cabarets, sociétés de transport et entrepôts) tandis que l’État y installe des manufactures royales, des casernes ou des camps d’entraînement militaires. Malgré ces investissements, les plans d’aménagement sont rares et l’urbanisation sauvage demeure le plus souvent la norme jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, moment où une série d’agencements publics permet une relative « citadinisation des faubourgs » (p. 78).

4Les abords de la ville sont empreints d’une profonde hétérogénéité qui empêche toute généralisation possible, que ce soit pour les dimensions, les niveaux de vie ou les privilèges. Cette singularité peut parfois même être plus forte entre les faubourgs d’une même ville qu’entre ceux de différentes agglomérations. Toutefois, la multiplication des approches menées par l’auteur permet de gommer la vision misérabiliste trop souvent associée aux faubourgs, les niveaux de pauvreté et l’hétérogénéité sociale de la population étant aussi importants de part et d’autre de l’enceinte.

5Cela établi, l’auteur entend revenir sur les relations entretenues entre les villes et leurs faubourgs. En illustrant les conclusions de son enquête multidirectionnelle par de nombreux graphiques et tableaux, Yannick Jambon parvient à montrer les liens forts qui existent entre une ville de l’époque moderne et ses quartiers périphériques. L’intégration à la société urbaine se manifeste le plus clairement par une participation active des faubouriens à la défense de la ville et aux grandes liesses populaires. En revanche, l’analyse de la répartition et de l’utilisation des équipements publics et des infrastructures d’assistance montre une hétérogénéité des cas de figure qui atteste une nouvelle fois de la singularité de chaque faubourg.

6L’étude des liens sociaux à travers les actes de baptême montre une population faubourienne assez recentrée sur elle-même mais avec une ouverture davantage orientée vers la ville que vers la campagne. Par conséquent, les faubouriens sont loin de former un groupe reclus et rejeté, comme cela a longtemps été affirmé par l’historiographie.

7Dans une société coutumière des déplacements quotidiens, saisonniers ou ponctuels, les faubourgs présentent un visage protéiforme. Par ses analyses croisées, l’auteur démontre que le faubourg n’est pas un sas d’entrée privilégié de la ville pour les populations extérieures mais plutôt une plaque tournante des migrations pendulaires. Bien qu’ils ne puissent pas être quantifiés, faute de sources appropriées, les déplacements quotidiens pour raison professionnelle, alimentaire ou de divertissement révèlent des liens très étroits entre le centre et sa périphérie. Ces flux contribuent à faire des faubourgs un havre de paix pour les citadins qui profitent de l’éloignement des pôles de commandement pour enfreindre la réglementation urbaine (fraude, contrebande, pratique de cultes prohibés), « faisant de ces espaces des terres de prédilection pour les activités transgressives » (p. 246). Cet état est pourtant loin d’être général à toutes les villes : en effet, si les villes n’avaient pas d’abord policé ce territoire, elles n’auraient pu l’investir aussi facilement au XVIIIe siècle.

8Ces conclusions s’éloignent donc des habituels clichés dépeignant les faubourgs comme des lieux de débauche et de violence, pour les présenter comme une marge où réside une population en partie intégrée à la société urbaine avec qui elle entretient des relations sociales et démographiques partielles, et où la réglementation citadine est appliquée avec plus ou moins de rigueur.

9Enfin, Yannick Jambon consacre la dernière partie de son ouvrage à l’examen de la population faubourienne, tranche de la société d’Ancien Régime délaissée par les études démographiques. Afin de remédier aux contraintes quantitatives et qualitatives de la documentation, l’auteur concentre ici l’attention sur le XVIIIe siècle. Malgré le croisement systématique des sources, les résultats demeurent partiels et demandent une multiplication des approches pour être confrontés avec ceux d’autres villes. Toutefois, les conclusions préliminaires montrent l’existence de structures socio-démographiques originales qui se caractérisent par des ménages constitués de couples plus âgés mais avec une fécondité plus importante, formant ainsi des foyers d’une taille légèrement supérieure à ceux qui résident intra-muros. En outre, la population jeune y est plus importante mais le nombre de femmes seules (célibataires ou veuves) et d’enfants illégitimes reste faible, sans doute sous la pression d’un contrôle social plus marqué et d’un anonymat plus faible qu’en ville. Ces cas de figure peuvent toutefois beaucoup varier d’un centre urbain à un autre.

10Bien que limitée à Lyon au XVIIIe siècle, l’étude des rythmes démographiques de la ville, de ses faubourgs et des villages voisins est solidement menée et enrichie de nombreux tableaux et graphiques. L’analyse met en lumière l’importance des micro-crises et une « apparente immunité faubourienne » (p. 296) à leurs effets. À première vue, même opposés géographiquement autour de Lyon, ces espaces présentent des similitudes dans les rythmes démographiques mensuels des baptêmes, mariages et mises en sépulture. Ces mouvements, qui ne sont pas totalement urbains, montrent à quel point les quartiers périphériques sont riches d’enseignements et d’interrogations, mais soulignent aussi la nécessité de toujours analyser la ville dans sa globalité (intra et extra muros) et de multiplier les approches.

11Concernant l’immigration, les quartiers périphériques apparaissent parfois plus ouverts que la ville, remettant ainsi en cause la vision d’un faubourg fonctionnant comme un village. L’aire d’attraction de ces espaces dépend beaucoup de celle de l’agglomération à laquelle ils sont rattachés mais aussi de leurs capacités d’accueil et de développement. Bien qu’il soit quasi impossible de quantifier et de localiser les flux migratoires, la petite taille des faubourgs suggère qu’ils ne peuvent pas accueillir de regroupements communautaires importants.

12En dépit des lacunes inhérentes aux sources, cette étude montre tout l’intérêt qu’il y a d’analyser les faubourgs des villes préindustrielles car cela permet d’appréhender l’espace urbain par ses marges, lesquelles correspondent à un territoire ayant sa propre logique de développement socio-économique et socio-démographique. Cette singularité contribue à faire de chaque faubourg un modèle presque unique, et ce y compris autour d’une même agglomération.

13Si l’ouvrage fourmille de détails, nous regrettons toutefois que l’auteur n’ait pas convoqué les sources archéologiques qui auraient permis d’approfondir la réflexion concernant la physionomie spatiale et le faciès architectural des faubourgs. D’autre part, il est dommage que la bibliographie n’ait pas été mise à jour depuis la soutenance de la thèse dont cet ouvrage est issu, tant les publications en français et en langues étrangères concernant les faubourgs se sont multipliées depuis 2010. Cela étant, le travail réalisé ici par Yannick Jambon apparaît rigoureusement mené et scientifiquement novateur. L’intérêt de cet ouvrage réside justement dans une réflexion qui lie constamment la ville à ses faubourgs et dans la multiplication des approches pour étudier chaque phénomène. Ce travail apporte des certitudes qui renouvellent profondément la vision des villes modernes et ouvre de nombreuses perspectives de recherche qui, espérons-le, donneront lieu à de futures collaborations transdisciplinaires et transpériodes afin d’améliorer la connaissance des villes préindustrielles dans leur globalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Beghin, « Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du XVIe au début du XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23210

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Beghin

Docteur en histoire médiévale, laboratoire TrAme (EA 4284).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page