Navigation – Plan du site

Christopher Prendergast (dir.), A History of Modern French Literature. From the Sixteenth Century to the Twentieth Century

Denis Saint-Amand
A History of Modern French Literature
Christopher Pendergast (dir.), A History of Modern French Literature. From the Sixteenth Century to the Twentieth Century, Princeton, Princeton University Press, 2017, 725 p., ISBN : 9780691157726.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Alain Vaillant, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.
  • 2 C’est le cas, par exemple, de L’Histoire de la littérature française du XIXe siècle d’Alain Vaillan (...)
  • 3 Par exemple, Paul Aron, Histoire du pastiche, Paris, PUF, 2008.
  • 4 Par exemple, Alain Chevrier, La Syllabe et l’écho. Histoire de la contrainte monosyllabique, Paris, (...)
  • 5 Par exemple, Pascal Durand et Anthony Glinoer, Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique(...)

1Discipline nodale des études de lettres, l’histoire littéraire décrit et explique la transformation dans le temps des pratiques d’écriture ; partant, elle s’attelle aussi à retracer l’histoire de la notion même de littérature, en questionnant la façon dont notre appréhension moderne du concept (formalisée par Germaine de Staël) diffère de conceptions antérieures, moins strictes et plus extensives. Prenant souvent la forme d’un récit explicatif tout en cherchant à éviter l’écueil de la téléologie, elle propose une lecture en contexte, observant les productions littéraires à la lumière des temps qui les ont vues naître. La démarche, qui fait l’objet d’une réflexion métacritique désormais nourrie1, supporte des entreprises aux objectifs parfois très distincts. Les vastes synthèses du type Lagarde et Michard, aujourd’hui tombées en désuétude mais qui ont longtemps servi dans les classes de secondaire comme support d’une introduction à l’étude de la littérature, envisagent de cette façon des périodes larges et opèrent une sélection parmi les acteurs marquants des grands courants et écoles, sélection qui a tendance à sacrifier les agents à la trajectoire trop sinueuse et les animateurs de la vie artistique, au profit de grandes figures présentées sur le modèle « vie et œuvre » et dont la singularité est souvent surévaluée. Des travaux destinés à un public plus spécialisé envisagent pour leur part des périodes plus restreintes, dont ils décrivent les spécificités en relativisant le mythe du « grand auteur » isolé et en accordant davantage de place aux rouages de la vie littéraire, aux relations effectives entre les différents écrivains, à la réception des œuvres, etc.2. Enfin, dépassant le découpage par « périodes », une troisième grande tendance historienne de la littérature est formée par les travaux qui se proposent de retracer plus spécifiquement l’histoire d’un genre3, d’une esthétique4 ou d’une réalité particulière de l’univers littéraire (par exemple, celle de telle fonction médiatrice, celle de tel mode de rassemblement littéraire, celle des rapports entre littérature et politique5).

2La recherche universitaire des dernières décennies privilégie habituellement les deux dernières voies, mais c’est a priori du premier domaine que relève cette Histoire de la littérature française moderne dirigée par Christopher Prendergast. En plus de se justifier en partie par le contexte anglophone de la publication, cette position est assumée par le maître d’œuvre qui, dans sa brillante introduction (« Aims, Methods, Stories »), souligne que le déterminant indéfini du titre est délibéré : il s’agit d’une histoire de la littérature parmi d’autres, très consciente des choix qu’elle a effectués, ne visant pas l’exhaustivité et se destinant au lecteur commun (« common reader »), souvent évoqué par le monde universitaire mais avec lequel ce dernier communique rarement. Christopher Prendergast annonce avoir préféré à la logique du panorama (« coverage ») celle de la parcellisation (« landmarks ») et, anticipant la deuxième partie de l’introduction (parcours érudit dans cinq siècles de culture française pris en charge par David Coward), justifie le point de départ de la synthèse en faisant valoir le caractère fluctuant de la culture nationale avant le XVIe siècle. Si l’argument est tout à fait recevable, un tel ouvrage de vulgarisation, destiné à mettre en lumière les spécificités de « The Frenchness of French Literature », aurait sans peine pu consacrer des chapitres à La Chanson de Roland, à Tristan et Iseut, aux œuvres de Marie de France, de Chrétien de Troyes et de François Villon, qui participent assurément de l’imaginaire littéraire national.

  • 6 Maurice Scève, Louise Labé, Nerval, la poésie de Hugo et Valéry – auxquels on ne manquera pas d’ass (...)

3Le parcours s’étend sur trente chapitres, allant d’Érasme à Assia Djebar. Les choix opérés, en matière d’objets comme de contributeurs, peuvent quelquefois intriguer, comme c’est toujours le cas dans ce genre d’exercice. Le directeur du volume ne s’en cache pas qui, dans son introduction, pointe lui-même quelques absents6, tout en insistant sur la part accordée à la poésie, en particulier dans les périodes charnières du XVIe siècle, où elle ressusciterait en France grâce à l’influence de Pétrarque, et du XIXe siècle, où elle permettrait le développement d’un nouveau langage, à travers les œuvres de Baudelaire, Verlaine et Rimbaud (réunis en vingt-quatre pages forcément trop synthétiques, en dépit de l’acuité de leur auteur) et de Mallarmé (auquel Roger Pearson consacre un chapitre efficace). Ce parti pris n’en a pas moins pour effet de minimiser la poésie du Moyen Âge autant que celle de la période romantique, dont la révolution lyrique et l’engagement ont transformé le genre et lui ont donné une inflexion qui s’observe toujours à notre époque.

  • 7 Parmi celles-ci : l’essor de la vulgarisation des savoirs, celui de ce que Walter Benjamin a appelé (...)

4L’angle d’approche privilégié par certains chapitres peut également avoir ceci de problématique qu’il passe parfois au bleu la description précise du contexte dans lequel s’inscrit l’œuvre ou qu’il tend à court-circuiter la lecture des œuvres décrites. Le premier cas se présente notamment dans l’approche croisée des œuvres de Stendhal et de Balzac : Aleksandar Stević y montre comment, chez les deux romanciers, une manière de « bildungsroman » s’élabore à travers des figures d’ambitieux (Julien Sorel d’un côté, Rastignac et Lucien de Rubembré de l’autre) dont les fortunes sont diverses. Le chapitre est solide et convaincant, mais il s’attarde davantage sur les singularités de la trajectoire de Stendhal que sur le contexte dans lequel évoluait Balzac. Ne donnant pas à voir les fondements et les enjeux du projet de la Comédie humaine ni les conditions qui ont favorisé son développement7, il empêche le lecteur peu informé – visé, on le rappelle, par l’ouvrage – de se faire une idée de la place occupée par Balzac dans son époque.

  • 8 La lecture que je propose me semble également plus en accord avec la phrase célèbre contenue dans u (...)

5Le second cas peut être relevé dans le traitement que Peter Brooks consacre à Madame Bovary. L’auteur, pourtant spécialiste de Flaubert, reproduit le point de vue habituel selon lequel le romancier dénoncerait, à l’image de Cervantès, les dérives liées à la lecture de mauvais romans (« It’s the same problem that we encounter in Don Quixote: reading matter that produces a distorted view of reality, one that sets Emma up for constant disappointment », p. 455). Tenir Madame Bovary pour une critique de certaines productions littéraires me semble réducteur. La charge contre la bêtise bourgeoise ourdie par Flaubert cible plutôt une société capable de conduire des jeunes filles à une lecture aussi naïve que celle réalisée par Emma, c’est-à-dire une société dont les individus parquent leurs filles dans des couvents et délèguent la tâche de leur éducation, une société où la femme est cantonnée à un statut subordonné, depuis lequel les destinées amoureuses des princesses qui rythment les romans sentimentaux en viennent à relever moins de la distraction que de l’espoir, de l’objectif, de l’horizon d’attente. En cela Madame Bovary, qui met en scène une victime de ce système éducatif et de la phallocratie de son temps, m’apparaît avant tout comme un roman féministe. Dans ce sens, c’est comme la manifestation d’une lassitude à l’égard de la violence de la tradition et de la nécessité de s’en échapper, qu’il convient, je crois, de lire la phrase attribuée à Flaubert, « Madame Bovary, c’est moi », et non comme un apitoiement sur nos limites et nos errances (malgré ce qu'affirme Brooks : « Aren’t we all daydreamers, inflating our egotistic wish-fulfillments in the realm of fantasy even while we may recognize their falsity ? », p. 457)8.

  • 9 Marguerite Yourcenar, « La condition féminine », entretien télévisuel, 1981, disponible sur https:/ (...)

6Cette évocation de l’engagement féministe de Madame Bovary facilite la transition avec une ultime remarque. L’ouvrage a choisi d’accorder une importante place aux femmes, ce qui est une excellente décision : des chapitres sont de la sorte consacrés à Marguerite de Navarre, Madame de La Fayette, aux voix des femmes dans la France de Lumières et à Assia Djebar ; les figures féminines de différentes œuvres sont étudiées tandis que, dans son introduction, David Coward prend soin de rendre hommage à de nombreuses auteures qui, de Christine de Pizan à Marguerite Duras, ont contribué au rayonnement des lettres françaises. Mais écrire l’histoire littéraire des femmes aujourd’hui ne peut, me semble-t-il, se réduire à une célébration qui aurait valeur de compensation : il ne peut suffire de vanter l’écriture « franche et racée » de Gyp, Colette et Rachilde (p. 30) et de faire l’éloge de Yourcenar (qui, du haut de sa tour d’ivoire, considérait le féminisme comme « une tendance à se dresser contre l’homme »9), il faut aussi veiller à mettre en lumière les conditions qui rendent pratiquement impossible l’émergence d’auteures au long du XIXe siècle, la nécessité pour une Aurore Dupin d’endosser le pseudonyme de George Sand pour espérer pouvoir intégrer le jeu littéraire, ou l’oubli qui touche des Nina de Callias ou Valentine de Saint-Point, figures dynamiques situées à la croisée de réseaux mixtes.

7L’ensemble de ces remarques n’enlève rien aux qualités de ce volume. Composé de contributions élégantes et accessibles, il offre un regard pertinent sur cinq siècles de littérature française et pourrait s’imposer comme un classique de la formation en lettres françaises dans le domaine anglo-saxon, puisque ce qu’il donne à lire apparaît comme la somme des savoirs qu’un étudiant du domaine devrait avoir acquis au terme de sa licence.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Alain Vaillant, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

2 C’est le cas, par exemple, de L’Histoire de la littérature française du XIXe siècle d’Alain Vaillant, Jean-Pierre Bertrand et Philippe Régnier, Rennes, PUR, 2007.

3 Par exemple, Paul Aron, Histoire du pastiche, Paris, PUF, 2008.

4 Par exemple, Alain Chevrier, La Syllabe et l’écho. Histoire de la contrainte monosyllabique, Paris, Les Belles-Lettres, 2002.

5 Par exemple, Pascal Durand et Anthony Glinoer, Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique, Paris-Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2005 ; Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXsiècle, Paris, Fayard, 2013, et Benoît Denis, Littérature et engagement de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, « Points essais », 2000.

6 Maurice Scève, Louise Labé, Nerval, la poésie de Hugo et Valéry – auxquels on ne manquera pas d’associer, entre autres, Corneille, Gautier, Maupassant, Zola, Apollinaire, Gide, Queneau et Perec, qui sont au mieux évoqués par la bande.

7 Parmi celles-ci : l’essor de la vulgarisation des savoirs, celui de ce que Walter Benjamin a appelé la « littérature panoramique » (productions du type Les Français peints par eux-mêmes ou Le Livre des cent et un, dont on pourrait rapidement indiquer qu’ils sont écrits par des Parisiens, pour des Parisiens, à propos des Parisiens) et le développement de la presse.

8 La lecture que je propose me semble également plus en accord avec la phrase célèbre contenue dans une lettre à Louise Colet datée du 14 août 1853 : « Ma pauvre Bovary, sans doute, souffre et pleure dans vingt villages de France à la fois, à cette heure même ». (Gustave Flaubert, Correspondance, T2, éd. Jean Bruneau, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 392.)

9 Marguerite Yourcenar, « La condition féminine », entretien télévisuel, 1981, disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=F0N3EofaqkM&gl=BE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Christopher Prendergast (dir.), A History of Modern French Literature. From the Sixteenth Century to the Twentieth Century », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23213

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page