Navigation – Plan du site

Boris Klein, Les Chaires de l’esprit. Organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au XVIIe siècle

François-Ronan Dubois
Les chaires et l'esprit
Boris Klein, Les chaires et l'esprit. Organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au XVIIe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017, 352 p., ISBN : 978-2-7297-0914-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’université de Helmstedt, à laquelle est consacré cet ouvrage, jouit d’un statut bien particulier dans l’historiographie universitaire du monde germanique. En effet, à l’époque moderne, obligation est faite à ses professeurs de proposer des rapports d’activité réguliers aux souverains welfs du duché de Brunswick. Si tous les professeurs n’ont pas répondu à cette obligation avec une égale diligence, ces rapports fournissent cependant des archives exceptionnelles pour l’analyse de la vie universitaire et de l’évolution des enseignements à l’époque moderne, et c’est la tâche à laquelle s’attèle Boris Klein dans cette étude remarquable.

2Le travail de Klein, issu d’une thèse de doctorat, suit dans sa composition celle de l’université, de ses facultés et de ses chaires, dans leur ordre de prestige supposé. Ainsi, il débute avec la faculté de théologie (p. 37-118), avant de se consacrer à celle de droit (p. 119-170) et de médecine (p. 171-208), pour terminer avec la faculté de philosophie (p. 209-284). Cette méthode permet de suivre les logiques internes à chaque faculté, parfois tout à fait spécifiques, sans pour autant négliger les relations dynamiques entre elles, puisque certains professeurs exercent dans plusieurs facultés, au fil de leur carrière.

3La plus prestigieuse des facultés est bien celle de la théologie, en particulier dans ce monde luthérien qui sort de la guerre des Trente Ans. La situation de Helmstedt à cet égard est particulière puisqu’elle incarne le bastion de l’irénisme et se trouve ainsi dans une relation doublement antagonique, avec le catholicisme bien sûr mais aussi avec les autres courants luthériens. Boris Klein montre bien comment l’organisation de la faculté, à travers la définition des chaires et le choix des professeurs, reflète la volonté de défendre cet héritage : c’est ainsi que la controverse prend une place sans cesse plus importante dans l’enseignement dispensé aux étudiants, souvent appuyée par l’étude de l’histoire ecclésiastique, qui émerge à l’époque. Cette préférence s’exerce parfois aux dépens d’une exégèse aboutie des textes testamentaires et il est souvent difficile d’estimer l’accès direct que les étudiants ont au texte biblique, même si l’enseignement du grec et de l’hébreu sont censés le privilégier. En tout cas la faculté de théologie demeure, pour toute la période, celle où une carrière est susceptible de trouver sa consécration, pour ce qui est à la fois de la rémunération et du prestige. De nombreux enseignants qui débutent dans les facultés inférieures aspirent ainsi à être un jour nommés professeurs ordinaires de théologie.

4Pour autant, ce n’est pas le cas de tous les professeurs. Ainsi, de nombreux professeurs de la faculté de droit voient dans leur fonction la consécration de leur carrière. En réalité, celle-ci est faite de responsabilités diverses qui s’accumulent et se mêlent. De la même manière que les théologiens peuvent être appelés à surveiller les églises du duché, les professeurs de droit sont avant tout des experts qui peuvent être par ailleurs juges ou conseillers. À bien des égards, la faculté de droit est ainsi un monde à part, moins rattaché à l’université qu’à la chancellerie, où les professeurs sont liés les uns aux autres par des relations de sociabilité et de parentèle étroites. Ensemble, ils sont préoccupés par les besoins de l’État et forment de plus en plus des praticiens du droit, en privilégiant les exercices pratiques aux examens théoriques et en favorisant l’acquisition de compétences techniques. L’enseignement s’adapte ainsi constamment aux besoins du duché, ce qui reflète la place qu’occupe l’université dans la gestion de la société par l’État.

5La faculté de médecine est également préoccupée par l’application pratique des savoirs. Elle rassemble des médecins d’exception, qui marquent durablement l’institution et n’hésitent pas à intégrer dans leurs cours des théories novatrices comme celle de la circulation du sang. S’ils ont parfois mauvaise réputation dans la ville, à cause de la manipulation des cadavres qu’exigent les fréquentes dissections, ils demeurent des figures marquantes, qui ont su s’écarter parfois des traditions imposées par les statuts de l’université pour innover. L’enseignement s’appuie par ailleurs sur des cours hors les murs, avec par exemple la création d’un jardin botanique consacré à la médecine. Comme leurs confrères des deux autres facultés, les professeurs de médecine sont souvent appelés à exercer d’autres fonctions : outre l’inspection des pharmacies, qui est une de leurs prérogatives, ils peuvent devenir les médecins attitrés de personnalités prestigieuses, en fonction de leur réputation. Ici aussi, la démarche pédagogique et scientifique est articulée à une pratique.

6Contrairement aux trois autres facultés, qui forment souvent des élèves en fin d’études prêts à s’engager ensuite dans une pratique professionnelle, la faculté de philosophie est une préparation générale et commune. On y enseigne la logique et la rhétorique, les langues anciennes, c’est-à-dire le grec, le latin et l’hébreu, la physique et la métaphysique, l’éthique, l’histoire et la poésie, qui sont liées, et les mathématiques. Nombre d’enseignants débutent leur carrière à la faculté de philosophie, en attendant des fonctions plus prestigieuses ; mais les chaires sont parfois occupées par de véritables spécialistes. Il arrive d’ailleurs que le contenu des enseignements évolue sensiblement, suivant les intérêts du professeur : la métaphysique peut être éludée dans l’étude de la physique et inversement, tout comme la poésie est finalement sacrifiée dans la chaire d’histoire. En tout cas, un certain nombre de ces chaires se trouve en pratique inféodé à d’autres facultés : la physique est étroitement reliée à la faculté de médecine et l’éthique à celle de droit. Très active, la faculté de philosophie est donc aussi très diverse, tant du point de vue du contenu des enseignements que de celui des carrières que l’on y mène.

7Naturellement, et Boris Klein insiste sur ce point, il faut se garder de voir dans cette division des facultés et des chaires imposée par les statuts de l’université un modèle immuable. Il n’est pas rare que des enseignants cumulent plusieurs chaires – et les salaires qui y sont associés – et il n’est pas rare non plus que des professeurs extraordinaires soient nommés ou des chaires ad hoc créées pour ménager les ambitions d’un candidat que l’on cherche à retenir sur place, en attendant qu’un professeur ordinaire parte ou décède et qu’une place se libère. Ainsi, la chaire d’hébreu est parfois occupée par un professeur de théologie.

8Un autre phénomène marquant traverse l’ensemble des facultés : l’absentéisme des professeurs. Comme les responsabilités de ces derniers se multiplient à mesure que leur prestige s’accroît, et comme sont par ailleurs souvent victimes de maladies, il n’est pas rare que certains professeurs cessent de donner cours pendant des semestres, ce qui oblige parfois à recruter des professeurs extraordinaires. D’autres peuvent prendre des congés, apparemment de leur propre chef, pour s’engager dans des controverses (comme c’est le cas notamment des théologiens), écrire ou éditer de nouveaux ouvrages ou poursuivre leurs recherches. Il y a donc en somme une différence considérable entre ce que l’université donne à voir par ses statuts, ses catalogues et ses programmes et la réalité de la pratique révélée par les rapports des enseignants.

9L’étude de Boris Klein, captivante à bien des égards, permet, on le voit, de se plonger dans le détail de la vie universitaire à Helmstedt au XVIIe siècle. Elle laisse encore bien des questions sans réponse, que l’auteur ne manque pas de signaler, mais constitue indubitablement une lecture essentielle pour l’histoire intellectuelle et culturelle de l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Boris Klein, Les Chaires de l’esprit. Organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au XVIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23214

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page