Navigation – Plan du site

Bruno Crépon, Gérard Van den Berg, Politiques de l’emploi. Apprendre de l’expérience

Jean-Edouard Couëtoux
Politiques de l'emploi
Bruno Crépon, Gérard Van den Berg, Politiques de l'emploi. Apprendre de l'expérience, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2017, 117 p., ISBN : 978-2-7246-2025-2.
Haut de page

Texte intégral

1Évaluer l’efficacité des politiques actives de l’emploi1 apparaît comme un enjeu économique et démocratique central à l’heure où le taux de chômage s’établit en France à 10,2%2 et où le pays consacre 0,7% de son PIB aux politiques actives de l’emploi, même si les revenus de remplacement demeurent la principale dépense liée au chômage3. Bruno Crépon, économiste au Centre de recherches en économie et statistique (CREST) et professeur à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE), et Gérard Van den Berg, professeur à l’Université de Bristol, mobilisent de très nombreuses études nord-américaines et européennes pour offrir au lecteur des réponses à quelques questions cruciales : quelle est l’efficacité des politiques actives de l’emploi, sont-elles toutes aussi efficaces les unes que les autres, quelles catégories de populations en bénéficient le plus, dans quelles conditions ces politiques sont-elles bénéfiques pour la société et quelle est l’ampleur des effets d’équilibre induits par ces politiques ? Les auteurs s’appuient sur la méthode des évaluations randomisées4 qu’ils ont conduites ou qu’ils ont reprises à d’autres économistes. Ils détaillent précisément le dispositif évalué, la méthodologie utilisée et les enseignements retirés. Pour rappel, l’évaluation randomisée d’une politique consiste à créer les conditions d’une expérience de laboratoire pour évaluer les effets d’un programme : « L’idée générale est d’affecter, de façon aléatoire, une population éligible soit à un groupe test bénéficiaire du programme, soit à un groupe de contrôle. Le point important est l’affectation au hasard qui permet de construire deux populations statistiquement identiques. L’intérêt de cette approche est clair : si une différence apparaît ultérieurement entre les deux sous-populations, elle ne pourra être due qu’au fait que l’un des groupes seulement a bénéficié du programme » (p. 8-9). L’efficacité des politiques actives est évaluée de manière sophistiquée puisque ces évaluations en mesurent l’impact non seulement sur le retour à l’emploi des bénéficiaires mais aussi sur leur situation financière. En outre, l’impact global de ces dispositifs sur la société est pris en compte : Bruno Crépon et Gérard Van den Berg cherchent à savoir si les gains occasionnés par ces dispositifs sont supérieurs à la dépense nécessaire à leur financement. Ce dernier point est un des aspects les plus marquants de l’ouvrage puisque les auteurs déplorent les difficultés juridiques existantes, qui empêchent de réaliser de tels bilans coûts-avantages en France. Par conséquent, seuls les programmes nord-américains peuvent aujourd’hui subir une évaluation de ce type alors que l’efficacité des politiques françaises d’emploi est encore largement inconnu. Ils étudient aussi une dimension souvent laissée dans l’ombre : les conséquences négatives de ces politiques sur les populations qui n’en bénéficient pas.

  • 5 Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand « Private and Public Provision of Counseling to Job Seek (...)
  • 6 Robinson G. Hollister Jr., Peter Kemper et Rebecca A. Maynard, The National Work Supported Demonstr (...)
  • 7 Kenneth Couch, « New Evidence on the Long-term Effects of Employment Training Programs », Journal o (...)

2Les études citées dans l’ouvrage, dont beaucoup proviennent des revues académiques de référence au niveau international, n’incitent guère à l’optimisme. Elles concluent majoritairement que les politiques de l’emploi ont un impact faible, voire négatif, sur le retour à l’emploi et sur la situation financière de leurs bénéficiaires. Plus précisément, les politiques dites d’appariement consistant à accompagner les chômeurs dans leur recherche d’emploi semblent produire des résultats globalement positifs pour un coût assez réduit. Les auteurs soulignent que ces politiques d’appariement sont efficaces « sur un large spectre » (p. 19) c’est à dire que tous les programmes d’accompagnement des chômeurs accélèrent le retour à l’emploi, quel que soit le degré de suivi du chômeur qu’ils mettent en place. L’évaluation randomisée menée en France sur un dispositif d’accompagnement des chômeurs présentant un risque de chômage de longue durée illustre l’efficacité de ces politiques. Lorsque les personnes qui présentaient un risque de chômage de longue durée se sont inscrites au chômage, les conseillers Pôle Emploi, qui participaient au test, devaient attribuer à chacune un groupe particulier : l’un bénéficiait des services standard de Pôle Emploi, un autre bénéficiait d’un dispositif d’accompagnement renforcé du secteur public, et le dernier groupe bénéficiait d’un dispositif d’accompagnement renforcé, géré par le secteur privé. Les résultats de l’accompagnement par le secteur public ont été significatifs : six mois après leur inscription au chômage, 30,5% des chômeurs bénéficiaires de ce dispositif avaient retrouvé un emploi contre seulement 20% des chômeurs bénéficiant seulement des services standards de Pôle Emploi. Le dispositif d’accompagnement a donc fait augmenter le taux de sortie spontanée vers l’emploi de 50% à six mois5. En revanche, les programmes coûteux d’emploi subventionné semblent particulièrement inefficaces. La politique des emplois subventionnés part de l’hypothèse selon laquelle les chômeurs les plus éloignés de l’emploi ne réussissent pas à retrouver un emploi parce qu’ils ne sont pas suffisamment productifs par rapport à la rémunération à laquelle ils auraient le droit. Il faudrait donc leur offrir une expérience professionnelle qui accroît leur productivité pour leur permettre d’être embauché par la suite. Comme aucun employeur n’est prêt à rémunérer un salarié insuffisamment productif, l’État prend en charge une partie, plus ou moins importante, de la rémunération par le biais d’une subvention. Globalement, ces programmes améliorent le sort de leurs bénéficiaires pendant la durée de l’emploi subventionné mais peinent à avoir des effets positifs au-delà. L’étude pionnière portant sur le programme américain National Supported Work (NSW) est assez représentative et a été confirmée à de nombreuses reprises par des analyses ultérieures. Ce dispositif permet à des publics très éloignés de l’emploi d’accéder à un emploi subventionné pour une durée maximale de dix-huit mois. Au cours des dix-huit mois du programme, le revenu des bénéficiaires (le groupe test) était significativement supérieur à celui des personnes aux caractéristiques identiques (le groupe de contrôle). Cependant, après la fin du programme, la différence de revenu entre le groupe test et du groupe de contrôle devient très faible (seulement 6%)6. Des études plus précises détaillant les effets de ce dispositif selon la catégorie de population amènent à nuancer ce constat d’échec sans le remettre frontalement en question : selon Kenneth Couch7, le National Supported Work produit des résultats significatifs et durables pour une seule cible spécifique, les femmes célibataires avec enfants. Bruno Crépon et Gérard Van den Berg sont donc amenés à conclure que les emplois subventionnés constituent « plus un filet social de sécurité qu’un programme d’emploi » (p. 28). La quasi-totalité des programmes évalués ont pour point commun de produire des effets qui se dissipent à moyen ou long terme. Par ailleurs, les effets des politiques de formation des chômeurs apparaissent eux aussi assez faibles. Globalement, les dispositifs de formation n’ont qu’un impact très limité sur les revenus et le retour à l’emploi de ceux qui en bénéficient. Cependant, ces impacts sont très variables d’une sous-population à une autre : un même programme de formation peut avoir des effets négatifs sur une population particulière mais très positifs sur une autre. Il faut aussi noter que plus le programme de formation est intensif, plus les effets mesurés sont significatifs même s’ils ne sont jamais majeurs.

3Pour autant, les auteurs n’en appellent pas à la fin pure et simple de ces politiques actives de l’emploi. Selon eux, la généralisation des évaluations et leur intégration dans la prise de décision devraient permettre d’améliorer l’efficacité de ces dispositifs. Ils préconisent un ciblage plus précis des populations pour lesquelles ils fonctionnent le mieux. Ils proposent aussi de mener des évaluations très régulières afin d’optimiser progressivement l’efficacité de ces dispositifs. Selon eux la conception même de ces programmes serait problématique, celle-ci se fondant sur des hypothèses qui peuvent être erronées, quant au comportement des acteurs ou de leur situation. Dans ce cas, le programme ne peut atteindre son objectif. Pour remédier à ce problème, les deux chercheurs proposent d’évaluer les hypothèses pour déceler celles qui sont erronées et les remplacer par d’autres hypothèses mieux adaptées à la réalité des acteurs bénéficiant de ces programmes.

Haut de page

Notes

1 Les politiques actives de l’emploi désignent l’ensemble des interventions des pouvoirs publics qui visent à lutter contre le chômage en améliorant l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans leurs recherches (mesures dites d’amélioration de l’appariement) et/ou en augmentant leurs qualifications grâce à l’accès à une formation ou à un emploi subventionné, ce qui les rend plus employables. Elles se différencient des politiques dites passives : l’indemnisation du chômage.

2 https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011465, consulté le 18/06/2017 à 12h00.

3 https://www.insee.fr/fr/statistiques/1906673?sommaire=1906743, consulté le 18/06/2017 12h00.

4 La méthode des évaluations randomisées était au cœur de l’ouvrage de Pierre Cahuc et André Zylberberg, Le négationnisme économique, Paris, Flammarion, « Essais », 2016.

5 Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand « Private and Public Provision of Counseling to Job Seekers. Evidence from a large controlled experiment », American Economic Journal. Applied Economics, vol. 6, n° 4, 2014, p. 142-174.

6 Robinson G. Hollister Jr., Peter Kemper et Rebecca A. Maynard, The National Work Supported Demonstration, Madison (Wis.), University of Wisconsin Press, 1984.

7 Kenneth Couch, « New Evidence on the Long-term Effects of Employment Training Programs », Journal of Labor Economics, vol. 10, n° 4, 1992, p. 380-388.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Edouard Couëtoux, « Bruno Crépon, Gérard Van den Berg, Politiques de l’emploi. Apprendre de l’expérience », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23215

Haut de page

Rédacteur

Jean-Edouard Couëtoux

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page