Navigation – Plan du site

Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L’institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués

Aline Henninger
École des filles, école des femmes
Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L'institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués, Bruxelles, De Boeck supérieur, coll. « Perspectives en éducation & formation », 2017, 266 p., ISBN : 978-2-8073-0567-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Duru-Bellat Marie, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harma (...)

1Cet ouvrage collectif est le fruit du symposium international « écoles de filles, écoles de femmes » qui a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon les 1er et 2 septembre 2014. Les auteurs, pour la plupart sociologues, font en sorte d’actualiser les données et questions posées par la sociologue Marie Duru-Bellat en 2004 dans la seconde édition de L’École des filles : quelles formations pour quels rôles sociaux ?1 .Ces recherches remettent en perspective l’apparente meilleure réussite scolaire des filles, mise en avant depuis plus d’une dizaine d’années. En faisant le point sur la situation de l’école en France dans les années 2000-2010 et en présentant certains parcours scolaires féminins et en exposant des modes de production socio-scolaires des identités sexuées, les contributeurs de l’ouvrage permettent d’affiner la compréhension des inégalités scolaires sexuées et des enjeux de rapports de genre dans l’éducation.

2Divisé en trois parties, cet ouvrage dirigé par Hélène Buisson-Fenet réunit des contributions qui portent sur des thèmes très différents et analysent autant la scolarité et la pédagogie que le rapport des élèves filles et garçons à l’institution scolaire et à l’éducation en général. La première partie, intitulée « Les ressorts de l’autosélection féminine », présente plusieurs caractéristiques des parcours scolaires en fonction du sexe des élèves : ce sont en particulier les trajectoires féminines qui sont étudiées. Ces résultats mettent en valeur des différences qui peuvent être relevées sur les parcours scolaire selon le sexe de l’élève. Portant l’analyse sur le décrochage scolaire (Pierre-Yves Bernard et Christophe Michaut), l’orientation scolaire (Marianne Blanchard et Arnaud Pierrel) ou les trajectoires d’anciens élèves des Écoles normales supérieures (Pierre Bataille), les contributions remettent en cause l’idée de parcours féminins linéaires et conformes aux attentes de l’institution scolaire. On apprécie le niveau de détails des enquêtes de cette partie, que ce soit dans la présentation des questionnaires, qui donnent la parole aux élèves, ou dans la mise en forme des données statistiques, qui permettent de saisir l’intersection des variables de sexe, de classe et de race. Deux chapitres, l’un sur l’éducation secondaire en Suisse (Karin Wohlgemuth, Aline Schoch et Christian Imdorf), l’autre sur la socialisation scolaire d’écrivaines tunisiennes (Abir Kréfa), viennent contraster le tableau de la situation en France.

3La deuxième partie, intitulée « Faire avec les stéréotypes et la norme androcentrée », s’attache à montrer les effets persistants des stéréotypes de sexe au sein de l’institution scolaire. Les enquêtes de terrain de plusieurs contributions sont originales et permettent de mettre en évidence les multiples arrangements des jeunes filles et des femmes vis-à-vis des filières et les moments clés de choix d’orientation. Ce sont notamment des parcours de jeunes filles issues de milieux populaires qui sont mis en avant. Les contributions de Carine Guérandel et de Séverine Depoilly nous invitent à reconsidérer certains comportements « féminins » qualifiés de docilité ou de soumission : les filles rusent et s’ajustent aux règles scolaires, elles peuvent réagir en mobilisant la violence verbale ou physique, tout en essayant de se conformer aux systèmes d’évaluation des enseignants. Aude Kérivel montre que les filles et les garçons ont un vécu différent vis-à-vis de la violence scolaire et propose une éducation à l’empathie pour réduire l’écart dans l’expression de la violence selon les sexes. Plusieurs articles mettent en lumière le rôle ambigu des enseignants dans la reproduction des stéréotypes de sexe et la variété des injonctions possibles entre le corps enseignants et les élèves lorsqu’il est question d’égalité des sexes ou d’éducation sexuelle. En particulier, la contribution de Viviane Albenga et Marie-Carmen Garcia, qui porte sur la sur-responsabilisation des filles dans « l’éducation à la sexualité », montre comment les chefs d’établissements et les enseignants critiquent les tenues vestimentaires des filles et leurs comportements de séduction, sans même remettre en question l’attitude des garçons sur le terrain de l’amour et de la sexualité. Ces enquêtes soulignent le processus contradictoire d’actualisation et de rejet des stéréotypes de sexe qui traverse l’institution scolaire. La dernière contribution, d’Emmanuelle Zolesio, porte sur les difficultés que rencontrent les chirurgiennes au sein d’un monde masculin. Elle marque la continuité et la persistance des stéréotypes sexués lors de la formation des candidates à la chirurgie, de leur entrée en internat puis lors de l’exercice de leur profession.

4La troisième partie, intitulée « “ Profession éducation ” : une seconde nature ? », s’interroge sur le rôle et la place des femmes dans et sur les institutions éducatives. Ces contributions abordent des sujets rarement traités par la littérature, ce qui doit être souligné : le statut des médecins de l’Éducation nationale, des conseillers principaux d’éducation (CPE) et des journalistes en éducation. Agnès Gindt-Ducros déconstruit l’image peu flatteuse du médecin scolaire, souvent critiqué parce qu’il n’exercerait pas « une vraie médecine » et qu’il occuperait « une planque » : elle montre la complexité, la diversité et l’intérêt des missions de la médecine scolaire, qui demeure caricaturée du fait de sa féminisation (95%). Les trajectoires des médecins de l’Éducation nationale, presque tous des femmes, sont effectivement largement motivées par la volonté de concilier vie familiale et professionnelle. Immédiatement après ce premier critère pour le choix de cette spécialité, ces femmes médecins portent un intérêt poussé pour les questions de santé publique et rejoignent en ce sens leurs confrères masculins. Véronique Barthélémy s’interroge sur la féminisation en cours du métier de CPE et de ses implications sur la vie scolaire. Elle analyse les rapports sociaux de sexe qui se jouent dans ce métier et présente les cas de femmes CPE dans l’activité desquelles la dimension affective et relationnelle est considérée comme tout aussi importante, voire plus, que la dimension administrative, pour l’accueil des élèves. On regrette que l’enquête ne présente pas plus d’éléments sur les différences décelées entre les pratiques des CPE hommes et femmes, même si l’on comprend qu’il faut replacer ces éléments au sein des questionnements relatifs aux pratiques des acteurs dans le pilotage des établissements scolaires. Xavier Pons dévoile les obstacles que rencontrent des journalistes qui veulent se spécialiser dans l’éducation : ce domaine que chacun prétend connaître, journalistique est dévalorisé du fait que l’ensemble des professionnels de la presse estime bien connaître ce sujet, pour avoir été élèves, étudiants ou parents d’élèves. Ce sont plus souvent les journalistes femmes qui se spécialisent dans ce domaine, mais elles ne gagnent pas à ce choix : leurs postes coïncident souvent avec une position dominée et leur spécialité ne leur permet pas d’évoluer professionnellement. Cette situation est notamment aggravée par les choix éditoriaux de certaines rédactions, qui désavantagent les sujets sur l’éducation, considérée comme un domaine trivial, évident et accessible. La contribution de Nicky Le Feuvre à propos de la féminisation du corps des enseignants-chercheurs en France dresse un tableau général de la situation des carrières et recrutements.

  • 2 Arléo Andy et Delalande Julie (dir.), Cultures enfantines : universalité et diversité, Rennes, Pres (...)

5Cet ouvrage collectif est d’une lecture très stimulante car il ouvre plusieurs perspectives sur les recherches actuelles et à venir. Un autre intérêt qu’il présente est d’aborder finement les tensions inhérentes aux scolarités, en montrant par exemple comment certains avantages attribués à la scolarité féminine (goût de l’effort, docilité…) se transforment en désavantages à un autre moment de la scolarité tandis que le phénomène inverse se produit pour les éléments considérés comme propres à la scolarité masculine (rivalité, confrontation, audace…). En particulier, nombreux sont les auteurs qui insistent sur la nécessité de mettre en perspective les parcours individuels afin de considérer les différentes étapes des trajectoires scolaires ainsi que les choix d’orientation professionnelle puis de métier. Les auteurs rappellent d’ailleurs ponctuellement la nécessité (et la difficulté) de considérer non pas d’un côté les filles et de l’autre les garçons, mais les jeux de genre tout au long des parcours scolaires et de l’insertion professionnelle : la variation des comportements au sein d’un même groupe (les filles ou les garçons) est en effet bien plus importante que la variation entre ces deux groupes. Plusieurs auteurs insistent sur le fait qu’il est aujourd’hui nécessaire de considérer les différentes étapes de la scolarité et de la vie professionnelle pour comprendre l’ensemble des mécanismes d’exclusion et de ségrégation genrée. On peut regretter à ce propos que les travaux récents de la socio-anthropologie de l’enfance, dont certains sont mentionnés en bibliographie, ne soient pas plus mobilisés lorsque les auteurs tentent de rendre compte du regard que les enfants ou adolescents portent sur eux-mêmes2. Une bibliographie après chaque contribution, et non une bibliographie générale, aurait pu être judicieuse, étant donné la variété des terrains et sujets exposés. Enfin, l’évocation en conclusion de la mobilisation du contre-mouvement masculiniste, dans les pays anglo-saxons, contribue à mettre en perspective les paradoxes qui fondent la compréhension et la mise en pratique de la coéducation ou de la mixité, élément central dans l’ensemble des réflexions déroulées.

Haut de page

Notes

1 Duru-Bellat Marie, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 2004.

2 Arléo Andy et Delalande Julie (dir.), Cultures enfantines : universalité et diversité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, et Bertrand Julien, Court Martine, Mennesson Christine et Zabban Vinciane (dir.), « Socialisations masculines, de l’enfance à l’âge adulte », Terrains & Travaux, n° 27, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Henninger, « Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L’institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23234

Haut de page

Rédacteur

Aline Henninger

Post-doctorante au Centre d’études japonaises de l’INALCO.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page